Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les priorités du cardinal Scherer, archevêque de São Paulo, pour le Synode

IMPRIMER

De la Nuova Bussola Quotidiana (Nico Spuntoni) :

Une interview du cardinal Scherer, archevêque de Sao Paulo :

"Vie, famille, politique : mes notes pour le Synode".

25-10-2021

Le non à l'avortement et le oui à la vie, le témoignage chrétien dans un pays comme le Brésil, où même les politiciens catholiques pensent que la foi n'a rien à voir avec la politique, les catholiques qui se retrouvent dans le réseau pentecôtiste et la famille en désintégration. Mgr Scherer, archevêque de São Paulo, parle du Synode à la NBQ. 

Le Brésil est le premier pays au monde pour le nombre de catholiques. Cette suprématie ne doit cependant pas tromper le lecteur, car même sous ces latitudes, l'Église se trouve confrontée à des défis qui ne sont pas faciles, tels que le boom des sectes, le mythe du consumérisme effréné, l'ignorance religieuse des fidèles. Le cardinal Odilo Pedro Scherer, originaire du Rio Grande do Sul mais descendant d'immigrés allemands, qui dirige l'archidiocèse de São Paulo depuis 2007 et sera vice-président du Conseil des évêques d'Amérique latine en 2019, le sait bien. La Nuova Bussola Quotidiana l'a rencontré à Rome, où il se trouve ces jours-ci pour l'ouverture du processus synodal de l'Église universelle.

Votre Éminence, qu'attendez-vous de ce processus synodal ?

C'est la première fois que cette méthodologie de large consultation du peuple de Dieu est utilisée. C'est une nouveauté dans l'Église moderne, car cela se faisait déjà au début : dans les Actes des Apôtres, nous trouvons des traces de ce type de conformation de la communauté chrétienne où chacun était appelé à s'impliquer et à jouer son rôle. Le Pape François s'est bien inspiré de cet appel à l'Eglise pour une large participation au parcours synodal. Je m'attends à un moment de réveil, à une nouvelle espérance dans l'Église parce qu'il y a un mouvement qui vient de la base vers le sommet. Puis, bien sûr, suivra le moment des décisions synodales et les évêques et le Pape parleront, mais l'Église comprise dans sa variété culturelle, ethnique et sociale sera entendue. Je crois que de ce processus synodal émergera une vision de l'Église beaucoup plus réelle qu'elle ne l'est actuellement.

Vous avez dit un jour que "l'esprit du monde a en quelque sorte pénétré dans l'Église, alors que c'est l'Église qui doit faire pénétrer l'esprit de l'Évangile dans le monde". Comment pouvez-vous le faire au cours de ce voyage synodal et lors de la célébration finale du Synode des évêques en 2023 ?

Faire pénétrer l'esprit de l'Évangile dans le monde est la mission que Jésus nous a donnée, à nous, ses disciples. À chaque moment de l'histoire, telle doit être la mission de l'Église. Il se peut que, parfois, cette mission principale ait été oubliée ou négligée. C'est l'occasion de se rappeler que nous devons être dans le monde, mais être des témoins de l'Évangile dans le monde. C'est ce que le Pape, avec le parcours synodal, nous appelle tous à faire pour que l'esprit de l'Évangile soit toujours plus présent dans le monde à travers notre témoignage et notre action.

Il y a quelques semaines, vous avez présidé la messe de clôture de la Marche pour la vie au Brésil. Dans votre homélie, vous avez rappelé que "donner une valeur à la vie dépend aussi des politiques publiques" et vous avez exhorté les dirigeants à ne pas oublier que la vie est le plus grand bien. Dans le monde entier, les lois et les projets de loi en faveur de l'avortement et de l'euthanasie ne cessent de se multiplier.

La vie doit toujours être défendue. L'Église ne pourra jamais changer d'attitude à cet égard ! L'Église s'engagera toujours à protéger la vie et à favoriser ce qui profite à la vie non seulement de l'enfant à naître, mais aussi des enfants nés, des pauvres, des malades et des personnes âgées. On ne peut jamais donner une valeur économique à la vie en comptant ce qu'elle rapporte et ce qu'elle ne rapporte pas. La vie humaine est la même chose que la personne humaine, et par conséquent la promotion, la défense et la protection de la vie doivent toujours être discutées, même si ce n'est pas la conviction de tout le monde.

De la Nuova Bussola Quotidiana (Nico Spuntoni) :

Une interview du cardinal Scherer, archevêque de Sao Paulo :

"Vie, famille, politique : mes notes pour le Synode".

25-10-2021

Le non à l'avortement et le oui à la vie, le témoignage chrétien dans un pays comme le Brésil, où même les politiciens catholiques pensent que la foi n'a rien à voir avec la politique, les catholiques qui se retrouvent dans le réseau pentecôtiste et la famille en désintégration. Mgr Scherer, archevêque de São Paulo, parle du Synode à la NBQ. 

Le Brésil est le premier pays au monde pour le nombre de catholiques. Cette suprématie ne doit cependant pas tromper le lecteur, car même sous ces latitudes, l'Église se trouve confrontée à des défis qui ne sont pas faciles, tels que le boom des sectes, le mythe du consumérisme effréné, l'ignorance religieuse des fidèles. Le cardinal Odilo Pedro Scherer, originaire du Rio Grande do Sul mais descendant d'immigrés allemands, qui dirige l'archidiocèse de São Paulo depuis 2007 et sera vice-président du Conseil des évêques d'Amérique latine en 2019, le sait bien. La Nuova Bussola Quotidiana l'a rencontré à Rome, où il se trouve ces jours-ci pour l'ouverture du processus synodal de l'Église universelle.

Votre Éminence, qu'attendez-vous de ce processus synodal ?

C'est la première fois que cette méthodologie de large consultation du peuple de Dieu est utilisée. C'est une nouveauté dans l'Église moderne, car cela se faisait déjà au début : dans les Actes des Apôtres, nous trouvons des traces de ce type de conformation de la communauté chrétienne où chacun était appelé à s'impliquer et à jouer son rôle. Le Pape François s'est bien inspiré de cet appel à l'Eglise pour une large participation au parcours synodal. Je m'attends à un moment de réveil, à une nouvelle espérance dans l'Église parce qu'il y a un mouvement qui vient de la base vers le sommet. Puis, bien sûr, suivra le moment des décisions synodales et les évêques et le Pape parleront, mais l'Église comprise dans sa variété culturelle, ethnique et sociale sera entendue. Je crois que de ce processus synodal émergera une vision de l'Église beaucoup plus réelle qu'elle ne l'est actuellement.

Vous avez dit un jour que "l'esprit du monde a en quelque sorte pénétré dans l'Église, alors que c'est l'Église qui doit faire pénétrer l'esprit de l'Évangile dans le monde". Comment pouvez-vous le faire au cours de ce voyage synodal et lors de la célébration finale du Synode des évêques en 2023 ?

Faire pénétrer l'esprit de l'Évangile dans le monde est la mission que Jésus nous a donnée, à nous, ses disciples. À chaque moment de l'histoire, telle doit être la mission de l'Église. Il se peut que, parfois, cette mission principale ait été oubliée ou négligée. C'est l'occasion de se rappeler que nous devons être dans le monde, mais être des témoins de l'Évangile dans le monde. C'est ce que le Pape, avec le parcours synodal, nous appelle tous à faire pour que l'esprit de l'Évangile soit toujours plus présent dans le monde à travers notre témoignage et notre action.

Il y a quelques semaines, vous avez présidé la messe de clôture de la Marche pour la vie au Brésil. Dans votre homélie, vous avez rappelé que "donner une valeur à la vie dépend aussi des politiques publiques" et vous avez exhorté les dirigeants à ne pas oublier que la vie est le plus grand bien. Dans le monde entier, les lois et les projets de loi en faveur de l'avortement et de l'euthanasie ne cessent de se multiplier.

La vie doit toujours être défendue. L'Église ne pourra jamais changer d'attitude à cet égard ! L'Église s'engagera toujours à protéger la vie et à favoriser ce qui profite à la vie non seulement de l'enfant à naître, mais aussi des enfants nés, des pauvres, des malades et des personnes âgées. On ne peut jamais donner une valeur économique à la vie en comptant ce qu'elle rapporte et ce qu'elle ne rapporte pas. La vie humaine est la même chose que la personne humaine, et par conséquent la promotion, la défense et la protection de la vie doivent toujours être discutées, même si ce n'est pas la conviction de tout le monde.

Dieu est le Seigneur de la vie, Jésus est la vie pour l'humanité : la vie est le plus grand don pour nous, valorisons-la ainsi dans l'espoir d'une vie pleine : la vie éternelle. Nous ne pouvons pas ne pas défendre la vie ; même si tous les discours autour de nous étaient différents, nous devrions continuer à le faire. Au Brésil, la Semaine nationale de la vie a culminé le 8 octobre avec la Journée du nouveau-né. C'était magnifique de voir tant de jeunes couples avec des enfants en bas âge participer à la messe dans la cathédrale pendant l'événement March for Life. Et quel spectacle que de voir la vie naître avec tant de femmes enceintes remerciant Dieu pour le cadeau qu'elles avaient reçu. Ces images sont un signe d'espoir pour l'humanité car s'il n'y a pas de vie, quel avenir peut-il y avoir pour l'humanité ?

Pendant la marche, les participants ont fait don de couvertures, de nourriture et de vêtements aux sans-abri de São Paulo. Est-ce un exemple de la rencontre entre la Miséricorde et la Vérité que, parfois, certains tentent d'opposer ?

Donner de la nourriture, une couverture ou des vêtements à quelqu'un qui n'en a pas est un geste pro-vie, donc la motivation derrière est la même. Nous devons toujours être prêts à défendre ceux dont la vie est menacée, méprisée ou coupée en deux. Le discours pro-vie n'est pas seulement un "non" à l'avortement et à la mort prématurée, mais un "oui" à la vie qui doit être maintenue. L'Église le fait et le fera toujours. 

Citant saint Jean-Paul II, vous avez décrit la famille comme "un sanctuaire de la vie". Aujourd'hui, la famille est une institution attaquée. Ne trouvez-vous pas que l'Église est laissée seule pour la défendre ?

C'est un triste constat. Tant de problèmes sociaux que nous connaissons aujourd'hui sont dus à la destruction de la famille. Lorsque la famille n'est plus protégée, sa structure commence à s'effriter et elle n'a plus les conditions nécessaires pour subvenir à ses besoins et à ceux de ses membres : pensez à un jeune qui a des problèmes ou à une personne âgée qui est malade. Comme l'a écrit saint Jean-Paul II dans son exhortation apostolique "Familiaris consortio", la famille est bonne pour la personne, pour la société, pour l'Église. C'est avant tout un bien pour la société elle-même, même si la société ne le prend pas en considération, le méprise et le détruit par des lois contraires. 

En Occident, nous avons l'habitude de parler d'une Europe sécularisée et nous avons une idée quelque peu romantique de l'Amérique latine, d'une région où le catholicisme est encore florissant. Mais est-ce vraiment le cas ?

Il est vrai qu'en Amérique latine, la majorité de la population est encore catholique et la grande majorité de la population est chrétienne. Mais il est également vrai, comme vous le dites, qu'on ne peut pas avoir l'idée romantique d'un pays sans maux. En Amérique latine, nous avons nos problèmes comme partout ailleurs : il y a le consumérisme, il y a un écart richesse-pauvreté que l'on ne voit pas dans les pays européens, la classe moyenne est peu présente car il n'y a pas d'opportunités pour les pauvres de monter dans l'échelle sociale. Dans cette situation, nous essayons, en tant qu'Église, de faire connaître et appliquer les enseignements de la Doctrine sociale. De nombreux membres de la classe dirigeante brésilienne sont catholiques, mais ils pensent que l'activité politique n'a rien à voir avec la foi. Mais c'est le cas ! Malheureusement, la vie publique est souvent dominée par la logique de l'individualisme, du subjectivisme, voire de l'agnosticisme, et du mépris des valeurs morales. Il y a ensuite la logique du profit : les hommes politiques se demandent : "qu'est-ce que je gagne à suivre cet enseignement ?" ou "de quel parti l'Église se range-t-elle si elle tient ce discours ?".

Malheureusement, la séparation entre la foi professée en privé et l'action dans la vie publique est une tendance très ancienne dans l'humanité et de plus en plus répandue aujourd'hui. Ce qui concerne la religion ou la moralité est confiné à la vie privée.

Le Brésil est connu pour les fortes inégalités économiques et sociales que vous avez mentionnées. S'agit-il d'un terrain fertile pour la soi-disant théologie de la prospérité ?

C'est ce que prêchent explicitement les groupes néo-pentecôtistes qui leurrent les gens avec des promesses contraires à l'Évangile. Malheureusement, de nombreux catholiques qui n'ont pas reçu une instruction religieuse adéquate et vivent la foi comme une habitude finissent aussi par être attirés par ces prédicateurs pentecôtistes. Ce qu'il faut, c'est une évangélisation plus profonde pour mieux éduquer les catholiques afin qu'ils soient plus sûrs de leur foi et ne l'abandonnent pas facilement lorsqu'ils sont confrontés à la nécessité de l'expliquer. D'autre part, saint Pierre a dit aux nouveaux baptisés : "Soyez toujours prêts à répondre à quiconque vous interroge sur l'espérance qui est en vous".

En parlant d'évangélisation, vous faites partie des cardinaux qui sont actifs sur les réseaux sociaux. Considérez-vous qu'ils constituent un outil efficace pour lutter contre l'analphabétisme religieux chez les catholiques ?

Je n'utilise pas trop les réseaux sociaux, j'en fais un usage ciblé. Après le Synode 2008 sur la Parole de Dieu, j'ai pris l'engagement de publier chaque jour quelques réflexions bibliques sur les réseaux sociaux. Sur mes profils, j'essaie également de redistribuer des pensées tirées des paroles prononcées par le Saint-Père. Je suis convaincu que si nous avons plus de moyens à notre disposition et que nous en faisons bon usage, c'est bon pour la diffusion de la Parole de Dieu. Comme l'a dit Benoît XVI, "la capacité d'utiliser de nouveaux langages est requise non pas tant pour rester dans l'air du temps, mais précisément pour permettre à l'infinie richesse de l'Évangile de trouver des formes d'expression capables d'atteindre l'esprit et le cœur de tous".

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel