Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Abus : Benoît XVI reconnaît une erreur dans ses déclarations antérieures

IMPRIMER

D' sur zenit.org :

Benoît XVI et les abus dans le diocèse de Munich: déclaration de Mgr Gänswein

« Le cardinal Ratzinger a géré ces affaires avec fermeté »

Un rapport fait la lumière

Un rapport sur les abus sexuels sur mineurs dans le diocèse de Munich (Allemagne), a en effet été publié le 20 janvier 2022, faisant état de 497 victimes en 74 ans. Le pape émérite Benoît XVI – qui fut archevêque de Munich et Freising de mars 1977 à février 1982 -, a exprimé sa « proximité » aux victimes, comme nous le rapportions la semaine passée.

L’enquête commandée par l’Église, en février 2020, à un cabinet d’avocats indépendants (Westpfahl-Spilker-Wastl) a examiné comment les archevêques successifs ont géré les cas d’abus sexuels entre 1945 et 2019.

« Depuis jeudi après-midi (jeudi 20 janvier 2022, ndlr), le pape émérite Benoît XVI a reçu le rapport présenté par le cabinet d’avocats munichois Westpfahl Spilker Wastl sous forme de fichier PDF. Il lit actuellement attentivement les déclarations qui y sont contenues, qui le remplissent de honte et de douleur face aux souffrances infligées aux victimes », déclare Mgr Gänswein.

Le pape émérite avance peu à peu dans la lecture, précise-t-il: « Même s’il essaie de le lire rapidement, il vous demande de comprendre qu’en raison de son âge et de son état de santé, mais aussi en raison de la grande taille (du rapport de 1 900 pages, ndlr), il lui faudra du temps pour le lire complètement. Il y aura un commentaire sur le rapport. »

Cependant, sollicité par les enquêteurs; le pape émérite leur avait fait parvenir un texte de 82 pages dans lequel il protestait de son innocence et faisait l’éloge de l’enquête. Le rapport du 20 janvier met en cause l’archevêque Ratzinger en tout dans la gestion de 4 cas.

Une thérapie dans le diocèse de Munich

Le pape émérite tient à rectifier une information précédente: « Cependant, il tient maintenant à préciser que, contrairement à ce qui a été dit lors de l’audience, il a participé à la réunion de l’Ordinariat le 15 janvier 1980. L’affirmation contraire était donc objectivement erronée. Il tient à souligner que cela n’a pas été fait de mauvaise foi, mais résulte d’une erreur dans la rédaction de sa déclaration. Il expliquera comment cela s’est produit dans la déclaration en attente. Il est vraiment désolé pour cette erreur et il s’excuse pour cette erreur. »

Il s’agissait d’une réunion à propos d’un prêtre venu du diocèse de Essen, Peter Hullermann, dans celui de Munich. Mgr Gänswein précise que lors de cette rencontre, « la mission pastorale du prêtre en question n’a pas été décidée »: cette partie de l’information «  »reste objectivement correcte, comme en témoignent les documents ».

Le prêtre en question devait venir à Munich uniquement pour suivre une thérapie: « Sa demande n’a été acceptée que pour un hébergement pendant son traitement thérapeutique à Munich », précise Mgr Gänswein.

Il souligne à nouveau que Benoît XVI « est proche de son ancien archidiocèse et diocèse d’origine ces jours-ci et y est très lié dans ses efforts de clarification. Il pense surtout aux victimes qui ont vécu des abus sexuels et à l’indifférence ».

« Le Cardinal Ratzinger a géré ces affaires avec fermeté »

On peut rappeler ici que le cardinal Joseph Ratzinger a alerté le pape Jean-Paul II sur les cas de pédocriminalité mal gérés par les évêques diocésains, lui suggérant de les confier plutôt à la Doctrine de la foi, de façon à garantir une juste distance, d’où le motu proprio de Jean-Paul II en 2001 Sacramentorum sanctitatis tutela décrétant que les délits « les plus graves » contre les mœurs, doivent nécessairement être signalés par les évêques, après enquête préliminaire, à la Congrégation.

En tant que préfet de celle-ci, Joseph Ratzinger envoie alors aux évêques la lettre De delictis gravioribus (Les délits les plus graves), leur imposant de faire remonter les dossiers d’abus sexuels à Rome, pour une plus grande transparence et des condamnations plus fermes.

Il a notamment proposé d’enquêter, en 1995, sur le cardinal Hans Hermann Groër, alors archevêque de Vienne (Autriche), alors que Jean-Paul II lui-même ne croyait pas à sa culpabilité, et en 1998 sur Marcial Maciel – qui jouissait de puissants soutiens au Vatican -, tous deux soupçonnés d’abus sexuels sur des mineurs.

Le cardinal Ratzinger a par ailleurs osé dénoncer – en mondovision – , lors du chemin de croix du Colisée, le vendredi saint 2005 « la saleté dans l’Eglise ».

Il a ensuite continué, en tant que pape, à réformer les lois de l’Eglise pour pouvoir lutter contre cette criminalité dans l’Eglise. Et la section du site du Vatican consacré aux abus date de son pontificat. Les textes pontificaux sont accessibles ici.

On comprend, avec le recul, la conversion qu’il voulait obtenir en déclarant une « année sacerdotale » (2009-2010).

Le 13 mars 2010, Mgr Charles Scicluna, alors « promoteur de justice (procureur), spécialiste de la lutte contre la pédocriminalité dans l’Eglise – il a été l’envoyé du pape François au Chili – a réfuté l’affirmation selon laquelle le pape Benoît XVI aurait été, en tant que préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, responsable d’une politique de dissimulation des faits : « Cette accusation est sans fondement, et même calomnieuse. Quelques faits. Entre 1975 et 1985 aucun cas de pédophilie cléricale n’a été signalé à la congrégation. Après la promulgation du Code canonique de 1983, il y a eu une période d’incertitude sur les « Delicta Graviora » qui devaient être de notre compétence. C’est seulement avec le Motu Proprio de 2001 que le crime pédophile est redevenu de notre exclusive compétence, et à partir de là le Cardinal Ratzinger a géré avec fermeté ces affaires. Il a en outre fait preuve de courage dans le traitement de cas extrêmement délicats. Accuser le Pape actuel d’avoir occulté la question est pure calomnie. »

Pour ce qui est de son rôle à Munich, on attend donc la prochaine déclaration du pape émérite.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel