Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'Église catholique romaine et la pédophilie : une histoire qui ne s'arrête jamais

IMPRIMER

De Massimo Introvigne sur Bitter Winter :

L'Église catholique romaine et la pédophilie : l'histoire ne s'arrête jamais

24/01/2022

Un éditorial du rédacteur en chef de Bitter Winter pour le quotidien italien Il Mattino (21 janvier), après le rapport allemand accusant l'archevêque d'alors, Mgr Ratzinger.

par Massimo Introvigne

La saga tragique des abus sexuels sur mineurs commis par des prêtres catholiques ne s'arrête jamais. Le dernier épisode en date d'une histoire qui porte atteinte, peut-être de manière irrémédiable, à l'image de l'Église est un rapport commandé par l'archidiocèse de Munich et Freising sur les abus sexuels commis par le clergé sur le territoire diocésain de 1945 à 2019. Le rapport parle d'"au moins 497" victimes et des "erreurs" commises par les archevêques successifs dans leur traitement des prêtres accusés d'abus. L'étude a fait la une des journaux car, de 1977 à 1982, l'archevêque de Munich et Freising était Joseph Ratzinger, l'actuel pape émérite Benoît XVI, et on lui a reproché de ne pas être intervenu dans quatre cas.

La clameur autour de Benoît XVI a éclipsé trois autres aspects intéressants du rapport allemand. Le premier est que, comme dans le cas français précédent, il ne s'agit pas d'une enquête de l'État ou d'autres autorités extérieures sur l'Église catholique, mais d'une étude commandée et payée par l'Église elle-même, qui, à Munich comme à Paris, voulait en savoir plus sur ce qui s'était réellement passé.

La seconde est que, même en tenant compte de la taille plus réduite du territoire de l'archidiocèse de Munich et Freising par rapport à l'ensemble de la France, objet de l'étude précédente, le nombre de victimes apparaît plus faible, et peut-être plus réaliste. En réalité, la comparaison entre les deux rapports est difficile. A Munich, les cas spécifiques avec noms et prénoms ont été comptabilisés. En France, un algorithme a créé, à partir du nombre d'épisodes connus, un chiffre hypothétique sur le total des cas possibles, dont on a supposé qu'ils étaient restés le plus souvent cachés. Le chiffre français a été considéré comme probablement exagéré par plusieurs chercheurs, dont certains critiquent l'Église catholique.

Le troisième aspect est que le pic des cas signalés dans ces rapports se réfère aux années 1970-1990. Il est trop tôt pour tirer des conclusions, car de nombreux cas sont découverts des années, voire des décennies après les faits, mais l'hypothèse selon laquelle les mesures plus strictes introduites par Benoît XVI lui-même, puis par le pape François, ont eu quelques bons effets ne semble pas improbable.

Quant à Benoît XVI, il a déjà répondu que dans les cas qui lui sont reprochés, il a strictement suivi les règles canoniques de l'époque. Pour évaluer cette déclaration, il faudrait avoir accès aux dossiers complets de ces affaires, mais à première vue, l'autodéfense du pape Ratzinger a un certain sens. Il ne faut pas oublier que les règles de la fin des années 1970 n'étaient pas celles d'aujourd'hui. Un évêque qui n'aurait pas appliqué les règles de l'époque et aurait puni ou dénoncé des membres du clergé en l'absence de preuves définitives et définitives se serait exposé à un procès canonique et peut-être même civil pour diffamation intenté par le prêtre accusé.

Les normes d'aujourd'hui sont heureusement beaucoup plus strictes, et sont essentiellement le résultat des réformes introduites par Benoît XVI. En fait, il n'y a pas de différence substantielle entre le pape Ratzinger et le pape François sur le sujet des prêtres pédophiles. François a fait quelques pas de plus, mais dans une direction que Benoît XVI avait déjà esquissée. Cela ne signifie pas qu'il n'y a pas de différences dans la façon dont les deux Pontifes gèrent ce qui apparaît comme la plus grande crise de l'Église contemporaine.

Ce qui est différent, c'est la communication. Le Pape Ratzinger a tonné contre les prêtres pédophiles sur un ton non moins sévère que le Pape François. Cependant, il a également réagi fermement, parfois de manière pointue, lorsque des médias internationaux ou des gouvernements tels que celui de l'Irlande et même des commissions des Nations Unies citaient des statistiques que l'Église considérait comme exagérées ou fausses, ou proposaient des mesures qui semblaient mettre en danger la liberté et l'indépendance des évêques catholiques. Le pape François pense probablement que sur ces points, son prédécesseur avait de bonnes raisons de se plaindre, mais il est également conscient que chaque attaque contre ceux qui critiquent l'Église sur la question de la pédophilie a un coût catastrophique en termes d'image. Cela donne l'impression que l'Église veut toujours, d'une manière ou d'une autre, couvrir les prêtres pédophiles ou justifier ses erreurs passées.

Et pourtant, même le fait d'exprimer de la compréhension pour les motifs des gouvernements exaspérés et d'ouvrir un dialogue avec les médias critiques ne s'est pas avéré suffisant. L'offensive médiatique de François qui, même sur le sujet de la pédophilie, a cherché à donner une image d'ouverture, de transparence et d'écoute de la critique a connu un certain succès initial, mais semble avoir perdu son élan. Le pape François lui-même montre désormais une certaine lassitude lorsqu'il aborde ces sujets en public.

Les mesures de Benoît XVI peuvent être affinées, bien qu'il n'y ait pas grand-chose de plus que l'Église puisse faire, sans être accusée de violer de manière macroscopique dans ses processus canoniques le droit à la défense, que même un prêtre accusé de pédophilie conserve comme tout autre accusé. Des enquêtes indépendantes supplémentaires peuvent être promues et financées par l'Église. Par exemple, beaucoup en demandent une en Italie également. Peut-être y aura-t-il un rapport sur l'Italie commandé par l'Église, mais cela ne changera pas grand-chose au tableau général. Une communication plus ouverte et plus amicale avec les médias pourrait être mise en œuvre. Pourtant, il est peu probable que le climat change vraiment. Même s'il était possible de réduire à zéro le nombre de cas actuels d'abus, ce qui semble peu probable, il est raisonnable de penser qu'il existe encore des milliers de cas datant de quarante ou cinquante ans qui attendent d'être découverts, sans parler du travail des historiens remontant au XIXe siècle.

Beaucoup pensent qu'une percée se produirait si l'Église renonçait au célibat des prêtres. Il y a quelques années, un département du Vatican m'a demandé, avec d'autres chercheurs, un avis confidentiel sur ce point. J'ai répondu que l'Église pourrait trouver d'autres bonnes raisons d'ouvrir le sacerdoce dans toutes les situations (comme c'est déjà le cas aujourd'hui pour certaines Églises catholiques orientales et aussi en Occident dans des cas particuliers) aux hommes mariés, mais que cette mesure en soi ne résoudrait pas le problème de la pédophilie. D'autres chercheurs ont partagé ma position. Il ne s'agissait pas d'une opinion philosophique mais d'une opinion statistique. Elle découlait du fait que de graves problèmes de pédophilie existent même dans les organisations religieuses qui n'imposent pas le célibat à leurs ministres, et que dans la société en général, de nombreux pédophiles sont des hommes mariés.

La pédophilie du clergé catholique a quelque chose de mystérieux et de profond. Tant Benoît XVI que François ont exprimé ce sentiment à plusieurs reprises. Pour ceux qui y croient, il est difficile de résister à la suggestion que la main du Mal, que la tradition catholique personnifie dans le Diable, est à l'œuvre derrière un problème effrayant qui peut apparemment être atténué mais pas résolu. Les deux Pontifes, le régnant et l'émérite, ont suggéré à plusieurs reprises que les enquêtes, les normes et les décrets, bien qu'utiles, ne sont pas suffisants, et qu'un profond renouvellement moral et spirituel de l'Église est nécessaire. Les évêques et les cardinaux qui penseraient utiliser cette crise de manière instrumentale pour les manœuvres habituelles de la Curie romaine, peut-être pour éliminer les opposants nommés par le Pape Ratzinger et toujours en place, ou pour une guerre d'usure qui préparerait le prochain conclave, montreraient simplement qu'ils n'ont pas compris l'énormité du drame.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel