Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Synode : un retour aux années 70 ?

IMPRIMER

Les propositions des catholiques français en vue du Synode sur la Synodalité ne diffèrent pas substantiellement de celles qu'on retrouve exprimées dans les diocèses belges. On peut d'ailleurs s'interroger sur la représentativité des groupes qui se sont exprimés, le simple catholique du rang n'ayant eu guère l'occasion de participer à ce processus dont on peut craindre qu'il débouche sur de réelles impasses.

Du blog de la lettre d'information de Denis Sureau "Chrétiens dans la Cité" :

Synode français : retour aux années 70

Environ 150 000 catholiques auraient contribué en France aux propositions en vue du Synode sur la synodalité d’octobre 2023. Le chiffre peut sembler important, mais il ne représente que 10 % des pratiquants. Les évêques ont déploré que les plus jeunes n’aient pas participé aux discussions, ni les catholiques traditionnels. Mgr Alexandre Joly, évêque de Troyes et responsable du synode pour la France, a reconnu : « toutes les sensibilités ne se sont pas exprimées et il nous manque une génération, les 25-45 ans. » L’absence des jeunes et jeunes adultes explique le contenu des doléances exprimées dans les synthèses produites, à la fois très datées années 70 et éloignées de leurs préoccupations, quand elles ne sont pas décalées par rapport à l’enseignement de l’Église : ordination diaconale et sacerdotale des femmes, mariage des prêtres, homélies données par des laïcs et « spécifiquement » des femmes, célébrations de la Parole au détriment de l’eucharistie, « gouvernance » démocratique (élection de conseils de laïcs jouant le rôle de contre-pouvoirs…), filles servantes d’autel, etc.

Les évêques ont transmis ces propositions quelque peu embarrassantes à Rome, sans pour autant les approuver. Dans la lettre qui les accompagne, en forme de recadrage, les évêques observent « l’absence de certains sujets : l’un des trois termes centraux du synode, la mission, est peu présent. La vocation de l’Église est missionnaire, tout entière tournée vers l’annonce de la Bonne Nouvelle. […] Nous avons à entendre d’autres appels, moins exprimés ou rapportés, cependant urgents, où les chrétiens ont un témoignage à donner : les grands enjeux de la société, les divers modèles anthropologiques proposés, l’écologie intégrale, la solidarité internationale. Nous avons aussi à nous demander pourquoi certaines richesses spirituelles chrétiennes sont soit ignorées soit dévalorisées, par exemple, l’eucharistie en tant que sacrifice de Jésus, les sacrements, la vie consacrée, le célibat des prêtres, le diaconat. Nous constatons également que la famille comme lieu d’apprentissage de la fraternité n’est pas évoquée. »

Transmission de la foi, évangélisation, mission, intervention dans le débat public sur des thèmes qui mettent l’homme en péril, ressourcement dans l’eucharistie en tant que « sommet de la vie chrétienne » (Vatican II), engagement civique, promotion de la vie de la famille, toutes ces thématiques sont au cœur de notre vocation de chrétiens dans la cité. Comment pourrions-nous les oublier ? 

Commentaires

  • Les revendications des synodes diocésains ne dépassent pas en effet les propositions de Hans Küng et semblables des années 1970.
    Les chrétiens devraient s'intéresser à :
    - l'anthropologie (position de l'Eglise face aux "changements" de sexe, au transhumanisme). L'Eglise est muette mais ne devrait pas le rester !
    -la revalorisation de l'Eucharistie, de la Pénitence et du Mariage
    -la transmission de la foi dans les familles
    - le contenu du catéchisme pour les enfants
    -la promotion du Catéchisme de l'Eglise catholique dans le peuple chrétien
    Ce n'est pas exhaustif ...

  • (F)umour :

    Il serait intéressant de sonder les participants à ces réponses et de leur demander s'ils croient en l'existence de Dieu.

    Il est fort possible qu'on aboutirait à l'interpellante et décapante découverte suivante : "Ils sont cette frange de l'Eglise qu'on peut qualifier de "catholiques athées" et qui votent NUPES".

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel