Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Retour sur la renonciation de Mgr Van Looy au cardinalat

IMPRIMER

De Nico Spuntoni sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

Belgique, le scandale des abus refait surface : le cardinal élu renonce à son mandat

22-06-2022

Le pape François a accepté la renonciation au cardinalat de Mgr Lucas Van Looy, qui devait recevoir la pourpre au consistoire en août. Les accusations du Werkgroep Mensenrechten in de Kerk selon lesquelles il n'aurait pas fait assez en son temps pour arrêter deux religieux responsables de violences contre des mineurs ont été fatales à l'évêque émérite de Gand. L'embarras dans l'Église belge.

Contrordre, mes frères ! La nouvelle de la renonciation de Monseigneur Lucas Van Looy au cardinalat, acceptée par le pape François, a provoqué un brusque revirement de la Conférence épiscopale belge. En effet, le 29 mai dernier, lorsque le Saint-Père a annoncé que la liste des cardinaux à créer le 27 août incluait également le nom de l'évêque émérite de Gand, le président de la Conférence épiscopale, le cardinal Jozef De Kesel, avait fait savoir qu'il avait appelé Van Looy pour le féliciter au nom de tous les évêques et avait également annoncé sa présence à Rome pour le Consistoire. Le Père Tommy Scholtes, porte-parole de la Conférence, avait également réagi avec jubilation à la nouvelle.

L'euphorie, cependant, n'a duré que peu de temps : le temps de lire le communiqué de l'association Werkgroep Mensenrechten in de Kerk ("Groupe de travail sur les droits de l'homme de l'Église"), qui a sévèrement critiqué la conduite passée sur le front des abus du cardinal élu, accusé de ne pas avoir agi de manière adéquate pour arrêter deux religieux responsables de violences sur des mineurs pendant leur activité missionnaire en Afrique. Dans l'un des deux cas, celui d'Omer V., qui aurait violé plusieurs mineurs au Congo dans les années 1980 et une jeune fille dans la banlieue de Gand dans les années 1990, il y a également eu un incident diplomatique : en 2014, en effet, le départ imminent pour une mission humanitaire auprès d'orphelins africains du prêtre controversé n'a été bloqué que par l'intervention du consul général honoraire du Rwanda, qui a fait retirer le visa après que le scandale a éclaté dans les médias belges.

À l'époque, le diocèse de Gand s'est défendu contre les accusations selon lesquelles il n'en avait pas fait assez, affirmant que l'évêque avait imposé des mesures restrictives qui étaient ignorées par Omer V. et qu'il ne pouvait pas faire beaucoup plus. Le journaliste Yves Delepeleire rapporte que le consul rwandais s'est dit "très désolé" de l'attitude de Van Looy, qu'il connaissait personnellement et qui ne lui avait jamais parlé de l'affaire, bien qu'il en ait eu connaissance. Le dossier était également connu à Rome, comme l'avait raconté Van Looy lui-même en 2014, disant qu'il avait demandé qu'Omer V. soit réduit à l'état laïc, alors qu'en 2009 il avait été honoré par le diocèse pour 50 ans de sacerdoce.

Pour toutes ces raisons, déjà en 2018, l'organisation Ending clergy abuse (Eca) avait demandé au Vatican d'ouvrir une enquête sur l'évêque de Gand, et le mois dernier, lors de l'annonce du Consistoire, le malaise a refait surface, avec la déclaration du Werkgroep Mensenrechten in de Kerk, dans laquelle Van Looy est accusé d'avoir ignoré leurs lettres de plainte et de ne pas avoir agi comme il aurait dû. Le tollé qui s'en est suivi a conduit le salésien belge à se retirer et à demander au pape de le dispenser d'accepter le cardinalat. C'était donc le cas. Un revirement qui a contraint la Conférence épiscopale de Belgique à modifier le registre des déclarations : le cardinal De Kesel, qui avait auparavant fait savoir avec enthousiasme qu'il souhaitait partir à Rome pour assister au Consistoire, a annoncé qu'il accueillait "favorablement" la décision. Même sur le canal social de la Conférence, "Cathobel" (avec un re-partage du porte-parole Scholtes), la nouvelle de ce retour en arrière a été présentée comme la preuve que l'Église belge "a décidé de mettre les victimes au centre".

Pourtant, trois semaines plus tôt, alors que les accusations contre Van Looy de " ne pas avoir réagi avec suffisamment d'énergie, en tant qu'évêque de Gand (2004-2020), contre les abus " étaient déjà connues, les critiques prévisibles des associations n'avaient pas été imaginées. C'est un embarras pour l'Église en Belgique, qui a récemment souffert du scandale des abus. L'opinion publique ne lui a pas encore pardonné le cas de l'ancien évêque de Bruges, Roger Vangheluwe, qui a avoué l'agression sexuelle de son neveu mineur et qui vit actuellement retiré dans une abbaye française à Solesmes.

La crédibilité minée sur la question des abus se combine avec le désert vocationnel qui fait de plus en plus s'évanouir le mythe de la Belgique comme bastion du catholicisme : selon un rapport basé sur les chiffres de l'Annuarium Statisticum Ecclesiae 2019, en effet, il est probable que suivant cette tendance, le dernier monastère belge fermera en 2030, donc dans moins de dix ans. Un scénario qui n'effraie pas son primat, le cardinal De Kesel, qui a toujours considéré la déchristianisation comme une opportunité et soutient que le catholicisme doit embrasser la société sécularisée. C'est précisément l'actuel président de la Conférence des évêques de Belgique qui a fêté son 75e anniversaire il y a quelques jours et qui a envoyé à Rome sa démission en tant qu'archevêque de Malines-Bruxelles. Cette fois, cependant, il n'y aura pas de répétition du précédent créé en 2015, lorsque la démission de son prédécesseur, Monseigneur André-Joseph Léonard (voulu là en 2010 par Benoît XVI à la place du Cardinal Godfried Danneels, bien que le Cardinal sortant ait indiqué sa préférence pour De Kesel), a été acceptée en un temps record : en fait, il est probable que tout restera inchangé jusqu'en novembre prochain, lorsque la visite ad limina des évêques de Belgique est prévue.

Commentaires

  • Ce journaliste italien 'oublie' de mentionner la condamnation de Mgr Léonard en avril 2015. Le pape francois le laissa quand même 6 mois en poste avant de le remplacer. le 6 novembre 2015. Etant né le 6.05..1940

  • Quelle condamnation? Au pénal ou au civil? vous "oubliez" de le préciser, vous aussi.

  • Il existe google
    mots de recherche "mgr léonard condamné"

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel