Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Avortement : Biden persiste et signe

IMPRIMER

De Catholic News Agency (Katie Yoder) :

8 juillet 2022

Biden signe un décret sur l'avortement : Le droit de choisir est essentiel

Le président Joe Biden a signé vendredi un décret visant à protéger l'accès à l'avortement en réponse à la décision de la Cour suprême d'annuler l'arrêt Roe v. Wade.

"C'est un choix", a-t-il déclaré avant de signer le décret le 8 juillet, "un moment pour restaurer les droits qui nous ont été retirés, et le moment de protéger notre nation contre un programme extrémiste qui est aux antipodes de tout ce que nous croyons en tant qu'Américains."

Il a fait référence à plusieurs reprises à l'avortement en tant que "soins de santé" et a appelé les médicaments pour l'avortement "médicaments". 

Biden, un catholique, a soutenu à plusieurs reprises l'avortement, contrairement à l'enseignement de l'Église catholique selon lequel la vie humaine doit être respectée et protégée dès le moment de la conception. 

Le président a signé le "décret protégeant l'accès aux services de santé reproductive" à la Maison Blanche en présence de la vice-présidente Kamala Harris, du secrétaire à la santé et aux services sociaux (HHS) Xavier Becerra et de la procureure générale adjointe Lisa Monaco.

Dans ce décret, M. Biden énonce la politique de son administration visant à soutenir "le droit des femmes de choisir", qu'il considère comme "essentiel à la justice, à l'égalité, à la santé, à la sécurité et au progrès de la nation".

Selon une fiche d'information de la Maison Blanche, le décret se concentre sur quatre domaines généraux : l'accès aux "services de soins de santé génésique" ; la vie privée des patients et l'accès à l'information ; la sécurité des patients, des prestataires et des cliniques ; et la coordination des efforts fédéraux pour protéger "les droits génésiques et l'accès aux soins de santé".

L'ordonnance ordonne au HHS, entre autres, de protéger et d'élargir l'accès à la contraception et à l'avortement, en particulier aux médicaments abortifs. Il appelle également à réunir des avocats pro bono dont les services pourraient inclure "la protection du droit de voyager hors de l'État pour obtenir des soins médicaux."

L'administration promet également de protéger les patientes souhaitant avorter ainsi que les prestataires et les cliniques pratiquant l'avortement, y compris "les cliniques mobiles, qui ont été déployées aux frontières pour offrir des soins aux patientes hors de l'État", peut-on lire dans la fiche d'information.

Dans ses remarques, M. Biden a ajouté qu'il demandait au ministère de la Justice "de faire tout ce qui est en son pouvoir pour protéger ces femmes qui cherchent à invoquer leurs droits".

"Dans les États où les cliniques sont encore ouvertes, pour les protéger de toute intimidation", a-t-il dit. "Pour protéger le droit des femmes à se déplacer d'un État qui interdit de chercher les soins médicaux dont elles ont besoin vers un État qui fournit ces soins. Pour protéger le droit des femmes à des médicaments approuvés par la FDA qui sont disponibles depuis plus de 20 ans."

M. Biden a commencé son intervention en critiquant la décision "terrible, extrême et, je pense, totalement erronée" de la Cour suprême d'annuler l'arrêt Roe, qui a légalisé l'avortement dans tout le pays en 1973. La décision Dobbs contre Jackson Women's Health Organization laisse la législation sur l'avortement à chaque État.

"La pratique de la médecine ne devrait pas être figée au 19e siècle", a déclaré M. Biden, ajoutant que la Cour a exercé "un pouvoir politique brut".

Il a déclaré que le vote était "le seul moyen de réaliser et de restaurer" le "droit constitutionnel de choisir" et de codifier Roe. Les républicains, a-t-il dit, mettent déjà en place des lois qui "coûteront des vies".

Il a cité l'exemple d'une victime de viol âgée de 10 ans qui aurait voyagé de l'Ohio à l'Indiana pour se faire avorter.

"Nous ne pouvons pas permettre qu'une Cour suprême hors de contrôle, travaillant de concert avec des éléments extrémistes du parti républicain, nous prive de nos libertés et de notre autonomie personnelle", a-t-il déclaré.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel