Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quand le Nicaragua d'Ortega expulse les Missionnaires de la Charité

IMPRIMER

De Walter Sanchez Silva sur Catholic News Agency :

Les Missionnaires de la Charité expulsées du Nicaragua
 Missionaries of Charity
Les Missionnaires de la Charité quittent le Nicaragua le 6 juillet 2022. | Crédit : P. Sunil Kumar Adugula

7 juillet 2022

Le gouvernement du président nicaraguayen Daniel Ortega, au pouvoir depuis 15 ans, a expulsé 18 missionnaires de la charité du pays d'Amérique centrale le 6 juillet dernier.

Selon le journal El Confidencial, les religieuses ont été emmenées par la Direction générale des migrations et de l'immigration et la police des villes de Managua et de Granada, où elles étaient au service des pauvres, vers le pays frontalier du Costa Rica.

Parmi les 18 sœurs, on compte sept Indiennes, deux Mexicaines, deux Philippines, deux Guatémaltèques, deux Nicaraguayennes, une Espagnole, une Équatorienne et une Vietnamienne. 

La dissolution des Missionnaires de la Charité et de 100 autres ONG au Nicaragua a été approuvée le 29 juin par l'Assemblée nationale de manière "urgente" et sans aucun débat. L'Assemblée nationale, organe législatif du Nicaragua, est contrôlée par le Front sandiniste de libération nationale, dirigé par Ortega.

Les sœurs ont été accueillies dans le diocèse de Tilarán-Liberia, au Costa Rica voisin, par l'évêque Manuel Eugenio Salazar Mora. "C'est un honneur pour notre diocèse de Tilarán-Liberia que la plante de vos pieds foule ces terres", a écrit le prélat à propos des sœurs sur Facebook. "Nous prions pour l'Église du Nicaragua, pour ses évêques, ses prêtres, ses religieux et religieuses. Sœurs, bienvenue sur ces terres, notre diocèse a des portes ouvertes pour vous recevoir. Merci pour votre exemple, votre dévouement et votre service aux plus pauvres des pauvres", a-t-il déclaré. "Que sainte Thérèse de Calcutta continue d'intercéder pour vos intentions. Vive le Christ Roi !" a-t-il conclu.

L'avocate Martha Patricia Molina Montenegro, membre de l'Observatoire pro transparence et anticorruption, a déclaré à ACI Prensa, l'agence de presse sœur hispanophone de CNA, que "la dictature" d'Ortega et de son épouse, la vice-présidente Rosario Murillo, "se caractérise par l'octroi de la citoyenneté à des étrangers accusés dans leur propre pays d'être des criminels et par l'expulsion de personnes honorables qui sont également des ressortissants nicaraguayens".

L'avocat a accusé "la dictature de mener une guerre frontale contre l'Église catholique du Nicaragua et son objectif est d'éliminer complètement toutes les institutions liées à l'Église." "L'expulsion des Sœurs de la Charité est une illégalité de plus de ce régime qui est protégé par des lois qui ont été dénoncées par la société civile et les citoyens comme étant inconstitutionnelles", a-t-elle ajouté.

Mme Molina a déclaré à ACI Prensa que les personnes âgées dont les sœurs s'occupaient "ont également été expulsées de la maison de retraite", mais que les sœurs "ont fait en sorte qu'elles restent entre de bonnes mains et non pas comme le voulait la dictature, c'est-à-dire qu'elles retournent dans la rue". "Il est possible que le bâtiment où se trouvait la maison de retraite soit confisqué par la dictature, comme cela s'est produit avec les bâtiments d'autres organisations à but non lucratif", a-t-elle ajouté.

Molina a compilé un rapport intitulé "Nicaragua : Une Église persécutée ? " (2018-2022), qui documente 190 attaques et profanations perpétrées contre l'Église au cours des quatre dernières années. Le rapport montre que le régime d'Ortega "a initié une persécution indiscriminée contre les évêques, les prêtres, les séminaristes, les religieux, les groupes laïcs, et envers tout ce qui a une relation directe ou indirecte avec l'Église catholique." "Le langage offensif et menaçant du couple présidentiel à l'encontre de la hiérarchie catholique est devenu de plus en plus évident et fréquent ; et les actions de certaines institutions publiques contre le travail caritatif de l'Église ont augmenté", indique le rapport.

Bien que "nous ne puissions pas affirmer que toutes les mésaventures compilées dans cette étude ont été planifiées et exécutées par les disciples d'Ortega-Murillo", dit l'enquête de Molina, "on ne peut pas non plus plaider non coupable." "La vérité est que dans les années qui ont précédé l'arrivée au pouvoir du président Ortega, ces attaques frontales contre les institutions religieuses n'ont pas eu lieu", indique le rapport.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel