Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les chrétiens arméniens exposés à un risque de nettoyage ethnique

IMPRIMER

De Rebecca Tinsley sur Independent Catholic News (ICN) :

Quelle est la prochaine étape pour les Arméniens chrétiens ?

5 décembre 2022

Le risque de nettoyage ethnique auquel sont confrontés les chrétiens arméniens est souligné cette semaine à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye. Les avocats feront valoir que si le monde s'est concentré sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie cette année, d'autres conflits ont été négligés. Selon eux, les nations devraient être tenues de respecter leur obligation de prévenir les génocides en vertu du droit international, plutôt que d'attendre de réagir une fois que les atrocités de masse ont commencé.

La professeure Hannah Garry, de l'université de Californie du Sud, a déposé un dossier juridique de 200 pages auprès du bureau du procureur de la CPI, présentant des preuves détaillées d'assassinats ciblés fondés sur l'identité dans l'enclave arménienne du Nagorno Karabagh, en Éthiopie et au Cameroun. Elle et ses collègues appellent à un examen préliminaire des conflits dans chaque pays, où la violence a été négligée par la communauté internationale et les médias.

Des chercheurs de l'université de Gand ont récemment annoncé que près d'un demi-million de personnes pourraient avoir été tuées dans la guerre qui sévit dans la région du Tigré, en Éthiopie. Malgré un récent cessez-le-feu, les groupes de défense des droits de l'homme signalent que les troupes érythréennes continuent de piller et d'agresser les civils tigréens. Par ailleurs, pour la troisième année consécutive, le Conseil norvégien pour les réfugiés cite la crise du Cameroun anglophone parmi les conflits les plus négligés au monde.

Le patrimoine chrétien menacé

En août, un groupe multipartite de parlementaires a mis en garde contre le risque croissant de violence dans l'enclave du Haut-Karabakh, où 94 % de la population est arménienne. Les forces armées azerbaïdjanaises utilisent des drones, des lance-grenades et des armes anti-aériennes contre les civils, en violation du droit international et de l'accord de cessez-le-feu le plus récent. En outre, des monuments et des sites du patrimoine chrétien arménien sont détruits dans les zones désormais sous contrôle azerbaïdjanais. Les parlementaires accusent les forces armées azerbaïdjanaises d'agir en toute impunité alors que l'attention du monde est ailleurs.

La professeure Garry cite l'Arménie, l'Éthiopie et le Cameroun comme exemples de violations des droits de l'homme qui devraient invoquer le devoir de prévenir le génocide en vertu de la doctrine de la responsabilité de protéger adoptée par les États membres des Nations unies en 2005. Les groupes de défense des droits de l'homme ont été frustrés par le fait que cette doctrine, qui oblige tous les pays à agir de manière proactive pour prévenir les génocides avant qu'ils ne commencent, n'a pas été appliquée. Les preuves juridiques détaillées de la professeure Garry seront présentées à l'Assemblée des États parties de la CPI.

Par ailleurs, Lord Alton a exhorté le ministère britannique des Affaires étrangères à saisir la CPI pour qu'elle enquête sur les violences commises au Cameroun anglophone. Depuis quelques années, Lord Alton défend un projet de loi sur la détermination du génocide qui donnerait à un tribunal compétent le pouvoir de rendre une décision préliminaire sur l'éventualité d'un génocide dans des circonstances données ou sur l'existence d'un risque sérieux de génocide, obligeant ainsi le Royaume-Uni à saisir la CPI. Fin octobre, le projet de loi a fait l'objet d'une deuxième lecture à la Chambre des Lords, atteignant ainsi le stade de la commission. Auparavant, l'amendement sur le génocide de tous les partis de Lord Alton, qui était basé sur le projet de loi, avait été adopté par la Chambre des Lords avec une majorité de plus de cent voix, avant d'être rejeté par le gouvernement.

Comme l'a commenté Lord Alton : "Malgré l'obligation de longue date de prévenir le génocide, énoncée à l'article I de la Convention sur le génocide, les États font peu, voire rien, pour identifier les situations de risque grave de génocide et pour agir afin d'empêcher que ce risque ne se transforme en atrocités répétées. Les États doivent passer à la vitesse supérieure, transformer les discours grandiloquents en réalité et s'acquitter de leurs obligations en vertu de la convention sur le génocide. La prévention du génocide ne peut être laissée au hasard."

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel