Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Christianisme

  • Peut-on rire de Dieu ?

    IMPRIMER

    DISCOURS DE SA SAINTETÉ LE PAPE FRANCOIS
    AUX COMEDIENS

    Salle Clémentine
    Vendredi 14 juin 2024

    (source (en anglais) - traduction automatique)

    ________________________________________

    Chers amis, chères amies,

    J'ai le plaisir de vous souhaiter la bienvenue et d'exprimer ma gratitude aux membres du Dicastère pour la culture et l'éducation qui ont organisé cette réunion.

    Je vous tiens en haute estime en tant qu'artistes qui s'expriment à travers le langage de la comédie, de l'humour et de l'ironie. Parmi tous les professionnels qui travaillent à la télévision, au cinéma, au théâtre, dans la presse écrite, dans les chansons et sur les médias sociaux, vous êtes parmi les plus aimés, les plus recherchés et les plus populaires. Certes, c'est parce que vous êtes très bon dans ce que vous faites, mais il y a aussi une autre motivation : vous avez et cultivez le don de faire rire les gens.

    Au milieu de tant de nouvelles sombres, plongés comme nous le sommes dans de nombreuses urgences sociales et même personnelles, vous avez le pouvoir de répandre la paix et les sourires. Vous faites partie des rares personnes qui ont la capacité de s'adresser à tous les types de personnes, de générations et de milieux culturels différents.

    À votre manière, vous fédérez les gens, car le rire est contagieux. Il est plus facile de rire ensemble que seul : la joie nous ouvre au partage et constitue le meilleur antidote à l'égoïsme et à l'individualisme. Le rire permet également de faire tomber les barrières sociales, de créer des liens entre les personnes et d'exprimer ses émotions et ses pensées, contribuant ainsi à la construction d'une culture commune et à la création d'espaces de liberté. Vous nous rappelez que l'homo sapiens est aussi l'homo ludens ! Car le jeu et le rire sont au cœur de la vie humaine, pour s'exprimer, pour apprendre et pour donner un sens aux situations.

    Votre talent est un don précieux. Associé au sourire, il répand la paix dans nos cœurs et parmi les autres, nous aidant à surmonter les difficultés et à faire face au stress quotidien. Il nous aide à trouver le soulagement dans l'ironie et à traverser la vie avec humour. J'aime prier chaque jour avec les mots de Saint Thomas More : "Accorde-moi, Seigneur, un bon sens de l'humour". Je demande cette grâce pour chaque jour, car elle m'aide à aborder les choses avec le bon esprit.

    Vous réussissez également un autre miracle : vous parvenez à faire sourire les gens tout en gérant les problèmes et les événements, petits et grands. Vous dénoncez les abus de pouvoir, vous donnez une voix aux situations oubliées, vous mettez en lumière les abus, vous pointez les comportements inappropriés. Vous le faites sans semer l'alarme ou la terreur, l'anxiété ou la peur, comme d'autres types de communication ont tendance à le faire ; vous incitez les gens à penser de manière critique en les faisant rire et sourire. Vous le faites en racontant des histoires de la vie réelle, en racontant la réalité de votre point de vue unique ; et de cette façon, vous parlez aux gens des problèmes, grands et petits.

    Selon la Bible, au début du monde, alors que tout était créé, la sagesse divine a pratiqué votre forme d'art pour le bénéfice de nul autre que Dieu lui-même, le premier spectateur de l'histoire. Elle est décrite de la manière suivante : "J'étais à ses côtés, comme un maître d'œuvre, et je faisais chaque jour ses délices, me réjouissant sans cesse devant lui, me réjouissant de son monde habité et me réjouissant des fils des hommes" (Prv 8,30-31). Rappelez-vous ceci : lorsque vous parvenez à arracher des sourires complices à un seul spectateur, vous faites aussi sourire Dieu.

    Vous, chers artistes, savez penser et parler avec humour sous différentes formes et dans différents styles ; et dans chaque cas, le langage de l'humour permet de comprendre et de "sentir" la nature humaine. L'humour n'offense pas, n'humilie pas et ne rabaisse pas les gens en fonction de leurs défauts. Alors que la communication d'aujourd'hui génère souvent des conflits, vous savez rapprocher des réalités diverses et parfois contraires. Que de choses à apprendre de vous ! Le rire de l'humour n'est jamais "contre" qui que ce soit, mais il est toujours inclusif, volontaire, suscitant l'ouverture, la sympathie, l'empathie.

    Cela me rappelle l'histoire du livre de la Genèse, lorsque Dieu promet à Abraham qu'il aura un fils dans l'année. Lui et sa femme Sarah étaient âgés et sans enfant. Sarah écoutait et riait intérieurement. Abraham a dû faire de même. Cependant, Sarah a conçu et mis au monde un fils dans sa vieillesse, au moment fixé par Dieu. Sarah dit alors : "Dieu m'a fait rire ; tous ceux qui m'entendront riront de moi" (Gn 21,6). C'est pourquoi ils ont appelé leur fils Isaac, ce qui signifie "il rit".

    Pouvons-nous rire de Dieu ? Bien sûr, nous le pouvons, tout comme nous jouons et plaisantons avec les personnes que nous aimons. La sagesse et la tradition littéraire juives sont passées maîtres en la matière ! Il est possible de le faire sans offenser les sentiments religieux des croyants, en particulier des pauvres.

    Chers amis, que Dieu vous bénisse, vous et votre art. Continuez à remonter le moral des gens, surtout de ceux qui ont le plus de mal à regarder la vie avec espoir. Aidez-nous, avec un sourire, à voir la réalité avec ses contradictions et à rêver d'un monde meilleur ! Avec mes sentiments les plus sincères, je vous bénis et je vous demande, s'il vous plaît, de prier pour moi.

  • "Seule la Révélation sauve, pas le bavardage des grands journaux"

    IMPRIMER

    Du site de la NBQ :

    Müller : améliorer le monde, c'est bien, mais ce n'est pas le salut

    Persévérer au milieu de la confusion, dans le monde et dans l'Église. "Seule la Révélation sauve, pas le bavardage des grands journaux", affirme le préfet émérite de la doctrine de la foi, interrogé par le rédacteur en chef Riccardo Cascioli.

    15_06_2024

    Persévérer jusqu'à la fin... et regarder vers la fin, qui se trouve au-delà et au-dessus des confusions et des tribulations de ce monde. C'est seulement ainsi que l'on peut ne pas abandonner et aller de l'avant vers le but, qui est la personne de Jésus-Christ. Avec le cardinal Gerhard Ludwig Müller, la nouvelle série des vendredis de la Nuova Bussola Quotidiana entre dans le vif du sujet qui est le leitmotiv de notre campagne estivale de collecte de fonds : persévérer dans la foi - un thème fondamental en ces temps de grande désorientation, a expliqué le directeur Riccardo Cascioli lors de l'ouverture (en rappelant Mt 24, 11-13 : "Il s'élèvera beaucoup de faux prophètes et ils en séduiront beaucoup... l'amour du plus grand nombre se refroidira"). Le cardinal Carlo Caffarra a également noté que "seul un aveugle peut nier qu'il y a une grande confusion dans l'Église", presque élevée au rang de méthode, déclenchant de l'autre côté la tentative de construire une Église sur mesure. "Dans ces oscillations, que signifie persévérer dans la foi ?", a demandé Cascioli au Cardinal Müller.

    "La persévérance est un don", a répondu le cardinal, évoquant le donum perseverantiae de saint Augustin, "parce que nous ne pouvons pas réussir sans la grâce de Dieu" ; autrement, beaucoup, même s'ils ont bien commencé, "quand les problèmes et les tentations arrivent, ils perdent patience ou se sentent abandonnés par les autres croyants, alors qu'il faut toujours se tourner vers Jésus-Christ". Regarder vers Lui nous permet de ne pas céder à la désorientation, car la confusion vient "du diable", d'où proviennent "toutes les contradictions, les tentations et les querelles dans la communauté des fidèles", ainsi que "la façon actuelle de parler selon ce que le monde aime".

    De nombreux conflits dans l'Église tournent aujourd'hui autour de la figure du pape", observe Cascioli, "selon des extrêmes opposés, mais aussi, si l'on veut, selon les deux faces d'une même médaille : d'une part ceux qui disent que "le pape a toujours raison", et d'autre part ceux qui voient qu'il génère des doutes ou des contradictions et pensent qu'alors "il ne peut pas être reconnu comme pape" (parce que même ces derniers pensent en fin de compte qu'il doit toujours avoir raison, et s'il ne peut pas avoir raison, alors il n'est pas pape)". Müller - qui a consacré le volume Il Papa. Ministry and Mission (Cantagalli, Siena 2023) - nous invite à faire la distinction entre la papauté et le pontife individuel, rappelant que Dante Alighieri en a même mis certains en enfer. "Personne, que ce soit le pape ou l'évêque, n'a la garantie de faire tout ce qu'il faut", ils ont eux aussi "besoin de bons collaborateurs, dotés d'une profonde compétence en théologie, en droit canonique", ainsi qu'animés par le désir de "servir l'Eglise et non de se servir eux-mêmes". Même les précédents pontifes n'étaient pas parfaits, chacun ayant sa propre personnalité et ses propres limites.

    Si la désorientation des fidèles est palpable - même face au pontife lui-même qui se contredit, par exemple sur l'admission des candidats homosexuels à la prêtrise, aux divers "oui" puis "non" - où peuvent-ils se tourner pour persévérer ? "La doctrine de l'Eglise est claire", répond le cardinal Müller, qui ajoute que les pasteurs doivent s'exprimer "non pas selon notre bon plaisir, mais selon la nature du sacrement" qui, par exemple, dans le cas du mariage, ne peut se passer de la "correspondance entre l'homme et la femme". Le cardinal évoque également l'époque où "la majorité des évêques a suivi l'hérésie arienne" ou, des siècles plus tard, "en Allemagne et en Angleterre, lors de la Réforme protestante, ils n'ont pas su répondre et résister aux nouvelles erreurs". Il est fondamental que les évêques "n'aient pas intérêt à parler selon l'opinion de la majorité, mais selon la Bible, le catéchisme, le Magistère, les grands théologiens et les pères de l'Église...".

    Le critère décisif est la conformité avec la Révélation : "Seule la Révélation peut nous sauver, et non les ragots ou les gros titres de n'importe quel périodique grand public". Ils étaient peu nombreux à relever le défi posé dans les premiers siècles par les gnostiques, dotés de grands moyens intellectuels, tout comme nous sommes aujourd'hui une minorité face à l'intelligentsia antichrétienne, tout comme l'était la minorité restante dans l'Église au XXe siècle lorsque les grands dictateurs et les faux prophètes faisaient rage, dans l'Allemagne nazie et l'Union soviétique, "mais la vérité nous rendra libres" et le critère "n'est pas que les gens veuillent l'entendre ou non", mais plutôt "la Personne de Jésus-Christ qui a dit : "Je suis le chemin, la vérité et la vie".

    "Celui qui persévère sera sauvé" : Cascioli évoque à nouveau le verset de Matthieu 24,13, soulignant combien il est difficile de comprendre aujourd'hui le salut - but de la persévérance - si l'on réduit le christianisme à "une manière d'améliorer le monde, dans un horizon purement terrestre". "Améliorer le monde est une bonne chose, mais ce n'est pas le salut", répond Müller, car "le salut consiste à surmonter la distance qui existe entre Dieu et nous à cause du péché, qui entraîne la mort. Et pas seulement la mort corporelle, précise-t-il, mais celle qui fait "disparaître le sens profond de notre existence, quand l'intelligence n'atteint pas la vérité, Dieu : mais c'est pour cela que Jésus est venu, pour sauver les hommes". C'est dans cet esprit que nous avons aussi la tâche de "travailler pour la dignité humaine" envers les nécessiteux, en voyant "le Christ en eux" et en ne cherchant pas "le paradis sur terre qui finit ensuite au goulag ou à Auschwitz, nous savons bien que les paradis faits par les hommes sont l'enfer sur terre".

    Il ne faut donc pas "tomber dans un humanisme horizontal, en pensant que les gens ne s'intéressent pas aux sacrements ou à la Parole de Dieu ou à la question fondamentale de Dieu" et se limiter ainsi à travailler pour les migrants ou le climat : "ce sont des tâches de l'Etat ou de la société civile", précise le cardinal, mais "l'Eglise du Christ n'est pas une ONG", elle a été "fondée par Dieu pour le salut éternel", qui est "plus élevé que la santé ou le bien-être dans cette vie limitée". Il ne s'agit pas non plus d'une vision horizontale (et finalement relativiste) de la mission : "Il y a des pasteurs qui soutiennent qu'après tout Dieu est un et que toutes les religions mènent à Dieu", observe Cascioli, "alors la mission serait inutile et l'évangélisation serait condamnée comme du prosélytisme". Pour Müller, cela "est le résultat d'une pensée faible ou d'un manque de foi en Jésus", soulignant que "Jésus a envoyé les apôtres pour continuer sa propre mission, qui vient du Père" et que même ceux qui n'ont pas connu le Christ sont sauvés par lui. Mais nous aussi, si nous sommes chrétiens, "c'est le résultat de la grâce de Dieu" à laquelle nous devons correspondre en témoignant aux autres ; renoncer à la mission "serait de l'égoïsme".

  • Intelligence artificielle : le discours du pape au G7

    IMPRIMER

    LE PAPE FRANÇOIS PARTICIPE A LA SESSION DU G7 SUR L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE
    [13-15 juin 2024] 

    DISCOURS DU PAPE FRANÇOIS

    Borgo Egnazia (Pouilles, Italie)
    Vendredi 14 juin 2024

    (source)

    ________________________________________

    Un outil fascinant et redoutable

    Mesdames et Messieurs !

    Je m’adresse à vous aujourd’hui, dirigeants du Forum intergouvernemental du G7, pour vous présenter une réflexion sur les effets de l’intelligence artificielle sur l’avenir de l’humanité.

    « L’Écriture Sainte témoigne que Dieu a donné aux hommes son Esprit pour qu’ils aient “la sagesse, l’intelligence et la connaissance de toutes sortes de travaux” ( Ex 35, 31) » [1]. La science et la technologie sont donc les produits extraordinaires du potentiel créatif des êtres humains [2].

    Or c’est précisément l’utilisation de ce potentiel créatif donné par Dieu qui est à l’origine de l’intelligence artificielle.

    Cette dernière, comme on le sait, est un outil extrêmement puissant, utilisé dans de nombreux domaines de l’activité humaine : de la médecine au monde du travail, de la culture à la communication, de l’éducation à la politique. Et l’on peut désormais supposer que son utilisation influencera de plus en plus notre mode de vie, nos relations sociales et même, à l’avenir, la manière dont nous concevons notre identité en tant qu’êtres humains [3].

    Le thème de l’intelligence artificielle est cependant souvent perçu comme ambivalent : d’une part, il enthousiasme par les possibilités qu’il offre, d’autre part, il suscite la crainte par les conséquences qu’il laisse présager. À cet égard, on peut dire que nous sommes tous, à des degrés divers, traversés par deux émotions : nous sommes enthousiastes lorsque nous imaginons les progrès qui peuvent découler de l’intelligence artificielle, mais, en même temps, nous sommes effrayés lorsque nous voyons les dangers inhérents à son utilisation [4].

    Nous ne pouvons d’ailleurs douter que l’avènement de l’intelligence artificielle représente une véritable révolution cognitivo-industrielle qui contribuera à la création d’un nouveau système social caractérisé par de complexes transformations historiques. Par exemple, l’intelligence artificielle pourrait permettre la démocratisation de l’accès au savoir, le progrès exponentiel de la recherche scientifique, la possibilité de confier des travaux pénibles à des machines ; mais, en même temps, elle pourrait entraîner une plus grande injustice entre les pays riches et les pays en voie de développement, entre les classes sociales dominantes et les classes sociales opprimées, compromettant ainsi la possibilité d’une “culture de la rencontre” au profit d’une “culture du rejet”.

    L’ampleur de ces transformations complexes est évidemment liée au développement technologique rapide de l’intelligence artificielle elle-même.

    C’est précisément cette avancée technologique vigoureuse qui fait de l’intelligence artificielle un outil fascinant et redoutable et qui appelle une réflexion à la hauteur de la situation.

    Dans ce sens, on pourrait peut-être partir du constat que l’intelligence artificielle est avant tout un outil. Et il va de soi que les bienfaits ou les méfaits qu’elle apportera dépendront de son utilisation.

    C’est certainement vrai, puisqu’il en a été ainsi pour tous les outils construits par l’homme depuis la nuit des temps.

    Notre capacité à construire des outils, en quantité et complexité inégalées parmi les êtres vivants, fait parler d’une condition techno-humaine : l’être humain a toujours entretenu une relation avec l’environnement par l’intermédiaire des outils qu’il a progressivement produits. Il n’est pas possible de séparer l’histoire de l’homme et de la civilisation de l’histoire de ces outils. Certains ont voulu lire dans tout cela une sorte de manque, de déficit de l’être humain, comme si, en raison de ce déficit, il était contraint de donner vie à la technique [5]. Un regard attentif et objectif nous montre en fait le contraire. Nous vivons dans une condition d’ultériorité par rapport à notre être biologique ; nous sommes des êtres déséquilibrés par rapport à notre extérieur, voire radicalement ouverts sur l’au-delà. C’est de là que vient notre ouverture aux autres et à Dieu ; c’est de là que naît le potentiel créatif de notre intelligence en termes de culture et de beauté ; c’est de là finalement que provient notre capacité technique. La technologie est donc la trace de cette ultériorité.

    Cependant, l’utilisation de nos outils n’est pas toujours uniquement orientée vers le bien. Même si l’être humain sent en lui une vocation à l’au-delà et à la connaissance vécue comme instrument du bien au service des frères et sœurs et de la maison commune (cf. Gaudium et spes, n. 16), cela ne se produit pas toujours. Au contraire, il n’est pas rare que, précisément à cause de sa liberté radicale, l’humanité ait perverti les finalités de son être en se transformant en son propre ennemi ainsi que de la planète [6].Les outils technologiques peuvent connaître le même sort. Ce n’est que si leur vocation au service de l’humain est garantie que les outils technologiques révèleront non seulement la grandeur et la dignité unique de l’être humain, mais aussi le mandat qu’il a reçu de “cultiver et garder” (cf. Gn 2, 15) la planète et tous ses habitants. Parler de technologie, c’est parler de ce que signifie être humain et de notre condition unique entre liberté et responsabilité, c’est-à-dire parler d’éthique.

    Lire la suite

  • En Pologne ce 15 juin : béatification d'un martyr du communisme

    IMPRIMER

    D'Anne Van Merris sur zenit.org :

    Pologne : Un martyr du communisme béatifié 

    Le P. Michał Rapacz sera béatifié ce samedi 15 juin à Cracovie 

    14 juin 2024

    Ce samedi 15 juin 2024, la messe de béatification du P. Michał Rapacz (1904-1946) sera célébrée dans le Sanctuaire de la Miséricorde divine de Kraków-Łagiewniki, en Pologne. Elle sera présidée par le cardinal Marcello Semeraro, préfet du Dicastère pour les causes des saints.

    Prêtre polonais, assassiné en 1946 par les communistes, le P. Michał Rapacz est un symbole de foi et de résistance à l’oppression. Doté d’un grand zèle pastoral, il était aussi un homme de prière et un chercheur de vérité. Il a fait confiance à Dieu toute sa vie, jusqu’au martyre.

    « Je ne renoncerai pas à ma propre croix »

    Originaire d’une famille d’agriculteurs de Tenczyn, dans le sud de la Pologne, le P. Rapacz a été ordonné prêtre en 1931. D’abord vicaire dans plusieurs paroisses, il a été nommé en 1937 curé de la paroisse de Płoki, à l’ouest de Cracovie. 

    Pendant la Seconde Guerre mondiale, le P. Michał s’est fait connaître pour son soutien indéfectible à ses paroissiens, a aidé matériellement et spirituellement les pauvres, les souffrants et les victimes de l’occupation nazie. Lorsque les communistes ont pris le pouvoir en Pologne en 1945, il s’est élevé contre la terreur antireligieuse du régime.

    Ayant été prévenu à plusieurs reprises qu’une condamnation à mort avait été prononcée contre lui, il a décidé de rester dans sa paroisse. « Même si je devais mourir, je n’arrêterai pas de prêcher cet Évangile et je ne renoncerai pas à ma propre croix » a-t-il déclaré dans l’une de ses homélies.

    Dans la nuit du 11 au 12 mai 1946, une milice communiste a fait irruption dans son presbytère. Le P. Rapacz a reçu la lecture de sa condamnation à mort, puis a été conduit dans une forêt voisine. Avant d’être abattu, il a prononcé ces mots : « Que ta volonté soit faite, Seigneur ».

    Un martyre infligé par « haine envers la foi » 

    La situation politique d’après-guerre en Pologne n’a pas permis de démarrer rapidement le processus de béatification du P. Michał, suite aux violences opérées par le régime communiste à l’encontre de l’Église catholique. De nombreux prêtres et évêques ont été arrêtés et torturés, comme le cardinal Stefan Wyszyński, et d’autres condamnés à mort.

    En 1980, des tentatives ont été faites pour ouvrir un procès pour le martyre du curé de Płoki. La première étape a été l’exhumation et le transfert de son corps de Lubń à Płok. Dans les années 1986-1987, l’évêque auxiliaire de Cracovie, Mgr Julian Groblicki, encouragé par le pape Jean-Paul II, a commencé à rassembler des documents, et a pu recueillir 21 témoignages oculaires soulignant la vie héroïque et le martyre du prêtre. Entre 2028 et 2024, au Vatican, les différentes instances du Dicastère pour les causes des saints ont exprimé leurs opinions positives, reconnaissant que le martyre du P. Michał Rapacz lui a été infligé par « haine envers la foi » (« in odium fidei »), ce qui a été confirmé par le décret signé par le pape François, le 24 janvier dernier, autorisant la béatification du Vénérable Serviteur de Dieu, martyr du communisme.

    Pologne : Un martyr du communisme béatifié  | ZENIT - Français

  • Un fragment de papyrus du Ve siècle relatif à l'enfance du Christ a été déchiffré à Hambourg

    IMPRIMER

    De Brice Louvet sur Sciencepost.fr :

    Un fragment de papyrus offre un aperçu des histoires sur l’enfance de Jésus

    Jésus de Nazareth, la figure centrale du christianisme, demeure à la fois une figure influente et mystérieuse. Bien qu’il soit probable qu’il ait existé (?!), les preuves en dehors des textes bibliques se limitent à quelques références. Les récits de sa vie, en particulier de ses premières années, restent largement inconnus. Toutefois, un fragment de papyrus découvert récemment pourrait jeter une nouvelle lumière sur ces débuts méconnus.

    Une découverte inattendue

    Avant de discuter du nouveau fragment de papyrus, il est essentiel de clarifier quelques détails sur l’histoire de la Bible. Cette anthologie religieuse, considérée comme le canon de la foi chrétienne et la parole indélébile de Dieu, a subi des changements importants au fil des siècles. Les 66 livres qui composent la Bible ont été écrits par plus de 40 auteurs différents sur une longue période. On dénombre aussi de nombreux autres récits connus sous le nom d’apocryphes, des histoires qui ne sont pas acceptées comme Écritures, bien que certaines aient pu l’être autrefois.

    L’un de ces écrits apocryphes est passé inaperçu pendant des décennies à la bibliothèque d’État et universitaire Carl von Ossietzky de Hambourg. Avec ses treize lignes grecques, il avait longtemps été ignoré, considéré comme un document quotidien. C’est en y remarquant le mot « Jésus » que les chercheurs ont commencé à reconsidérer son importance.

    En comparant ce fragment avec d’autres manuscrits numérisés, les chercheurs ont pu identifier ce fragment de papyrus inventorié sous le nom de « P.Hamb.Graec. 1011 » comme une partie de l’Évangile de l’enfance de Thomas. Il s’agit d’un texte écrit probablement au IIe siècle de notre ère décrivant les activités miraculeuses de Jésus enfant. Le fragment de papyrus découvert aurait de son côté été écrit aux alentours du IVe et le Ve siècle de notre ère, soit un peu plus tard.

    Notez que les récits apocryphes comme l’Évangile de l’enfance de Thomas n’ont jamais été acceptés dans le canon biblique, bien qu’ils aient circulé parmi les premières communautés chrétiennes. Ce texte cherchait à combler les lacunes des Évangiles canoniques en racontant des histoires miraculeuses de la jeunesse de Jésus.

    Le second miracle du Christ

    Ce fragment spécifique de onze centimètres sur cinq serait associé à une histoire connue sous le nom de « vivification des moineaux » qui raconte le deuxième miracle attribué à Jésus enfant. Dans cette histoire, il est en effet décrit en train de jouer avec de l’argile et de former des moineaux dans un fort situé près d’une rivière. Lorsque son père, Joseph, le réprimande pour avoir travaillé le jour du sabbat, Jésus frappe dans ses mains et donne miraculeusement vie aux oiseaux d’argile qui s’envolent ensuite.

    Selon les chercheurs, ce texte a probablement été créée comme un exercice d’écriture dans un monastère. Cette découverte ouvre de nouvelles perspectives sur la transmission des textes apocryphes et leur rôle dans l’histoire du christianisme. Elle illustre également comment des documents apparemment insignifiants peuvent révéler des trésors historiques inestimables lorsqu’ils sont correctement interprétés.

    Les détails de l’étude sont publiés dans Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik.

  • «La primauté doit être exercée de manière synodale, et la synodalité exige la primauté» (cardinal Koch)

    IMPRIMER

    De Vatican News

    Cardinal Koch: la primauté du Pape, un service exercé de manière synodale

    Le cardinal préfet du dicastère pour la Promotion de l'unité des chrétiens explique le document œcuménique intitulé «L'évêque de Rome»: le ministère du successeur de Pierre n'est plus perçu par les autres Églises uniquement comme un problème, mais plutôt comme une opportunité pour une réflexion commune sur la nature de l'Église et sa mission dans le monde.

    Entretien réalisé par Andrea Tornielli – Cité du Vatican

    «La primauté doit être exercée de manière synodale, et la synodalité exige la primauté». C'est ainsi que le cardinal Kurt Koch, préfet du dicastère pour la Promotion de l'unité des chrétiens, résume l'un des points clés du document œcuménique intitulé «L'évêque de Rome», publié jeudi 13 juin. Un texte qui résume l'évolution du dialogue œcuménique sur le thème de la primauté et de la synodalité.

    Éminence, pouvez-vous tout d'abord expliquer ce qu'est ce document, comment il a vu le jour et quel est son objectif?

    Ce document, intitulé «L'évêque de Rome», est un texte d'étude qui offre une synthèse des récents développements œcuméniques sur le thème de la primauté et de la synodalité. Sa genèse remonte à l'invitation adressée à tous les chrétiens par saint Jean-Paul II dans Ut unum sint à trouver, «évidemment ensemble», les formes dans lesquelles le ministère de l'évêque de Rome «peut réaliser un service d'amour reconnu par les uns et les autres». Cette invitation a été réitérée à plusieurs reprises par le Pape Benoît XVI et le Pape François. Le document résume une trentaine de réponses à cette invitation et une cinquantaine de textes de dialogues œcuméniques sur le sujet. En 2020, le dicastère pour la Promotion de l'unité des chrétiens a vu dans le 25e anniversaire de l'encyclique Ut unum sint l'occasion de faire le point sur la discussion. La convocation d'un synode sur la synodalité a confirmé la pertinence de ce projet comme contribution à la dimension œcuménique du processus synodal.

    Quelle méthodologie a été utilisée pour produire ce document?

    Ce document est le résultat d'un véritable travail œcuménique et synodal. Dans sa réalisation, il a impliqué non seulement les officiaux, mais aussi les membres et les consulteurs du dicastère qui l'ont discuté lors de deux assemblées plénières. De nombreux experts catholiques et érudits de diverses traditions chrétiennes, orientales et occidentales, ont été consultés, en collaboration avec l'Institut d'études œcuméniques de l'Angelicum. Enfin, le texte a été envoyé à divers dicastères de la Curie romaine et au Secrétariat général du Synode. Au total, plus de cinquante avis et contributions ont été pris en compte. Notre document tient également compte des dernières interventions dans le processus synodal.

    Dans l'encyclique Ut Unum sint (1995), Jean-Paul II s'est dit prêt à discuter des formes d'exercice de la primauté de l'évêque de Rome. Quel chemin a été parcouru au cours de ces trois décennies?

    La question de la primauté a fait l'objet de discussions intenses dans presque tous les contextes œcuméniques au cours des dernières décennies. Notre article fait état des progrès réalisés et souligne le fait que les dialogues théologiques et les réponses à l'encyclique témoignent d'un nouvel esprit œcuménique positif dans la discussion. Ce nouveau climat est révélateur des bonnes relations établies entre les communions chrétiennes, de cette «fraternité retrouvée» dont parle Ut unum sint. On peut dire que les dialogues œcuméniques se sont révélés être le contexte approprié pour discuter de ce sujet sensible. À une époque où les résultats de l'engagement œcuménique sont souvent considérés comme maigres ou insignifiants, les résultats des dialogues théologiques démontrent la valeur de leur méthodologie, c'est-à-dire de la réflexion menée «évidemment ensemble».

    À la lecture du document, on est tout d'abord frappé par le consensus croissant dans les différents dialogues œcuméniques sur la nécessité de la primauté. Cela signifie-t-il que, pour les autres Églises chrétiennes, le rôle de l'évêque de Rome n'est plus perçu uniquement comme un obstacle à l'unité?

    En 1967, Paul VI affirmait que «le Pape [...] constitue sans aucun doute l’obstacle le plus grave sur la route de l'œcuménisme». Cependant, cinquante ans plus tard, la lecture des documents de dialogue et des réponses à Ut unum sint atteste que la question de la primauté pour toute l'Église, et en particulier du ministère de l'évêque de Rome, n'est plus perçue seulement comme un problème, mais plutôt comme une opportunité pour une réflexion commune sur la nature de l'Église et sa mission dans le monde. En outre, dans notre monde globalisé, il y a sans aucun doute un sens croissant de la nécessité d'un ministère d'unité au niveau universel. La question qui se pose est de se mettre d'accord sur la manière d'exercer ce ministère, défini par Jean-Paul II comme un «service d'amour».

    Lire la suite

  • Plus de dix mille jeunes ont participé à la Marche de Saint-Antoine à Zagreb

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    Plus de dix mille jeunes à la Marche de Saint-Antoine à Zagreb

    12 juin 2024

    De jeunes croyants de huit pays, dont l'Autriche, ont prié et célébré ce week-end dans la capitale croate

    Zagreb (kath.net/KAP) Plus de dix mille jeunes de huit pays ont participé ce week-end à la marche de la Saint-Antoine dans la capitale croate Zagreb. Samedi, sous la devise "Celui qui donne le cœur, donne tout", ils ont marché 16 kilomètres depuis le faubourg de Sesvetska sela en passant par la place centrale Jelacic jusqu'à la basilique Saint-Antoine dans le quartier du Saint-Esprit (Sveti Duh), à l'ouest. de la ville. Les jeunes ont célébré la compréhension chrétienne de l'amour par des chants, des danses et une dévotion silencieuse, comme l'a rapporté l'agence de presse catholique IKA. À l'invitation de la Province minoritaire croate, des jeunes croyants de Croatie, de Bosnie-Herzégovine, d'Allemagne, d'Autriche, de Suisse, de Slovénie, de Serbie et de Macédoine du Nord y ont participé.

    Malgré la chaleur extrême, les jeunes catholiques ont chanté et dansé pendant environ une heure et demie sur la place Jelacic, par ailleurs bordée de touristes. Ils ont brandi des drapeaux avec des messages de foi et ont prié. Cette année, la marche a eu lieu pour la sixième fois autour de la fête en l'honneur de saint Antoine de Padoue (vers 1195-1231), que l'église célèbre le 13 juin. Le saint bien connu est également très populaire en Croatie.

    "Nous avons vu que les jeunes ne sont pas affectés par le soleil, la fatigue ou quoi que ce soit d'autre. Ils rendent gloire à Dieu avec un tel cœur et une telle joie que je suis convaincu qu'il s'agit d'un grand réveil spirituel", a-t-il déclaré. Initiateur de la marche, le Père Stjepan Brcina, à la fin de l'événement de près de dix heures. Les religieux ont appelé les jeunes croyants à suivre l'exemple de saint Antoine. « Donnez entièrement votre cœur aux autres, où que vous soyez, dans votre famille, au travail, dans votre communauté, où que vous soyez », s'est-il adressé aux participants.

  • Que manque-t-il au dialogue interreligieux avec les musulmans ?

    IMPRIMER

    Du Père Mario Alexis Portella* sur Crisis Magazine :

    Que manque-t-il au dialogue interreligieux avec les musulmans ?

    La charité envers les musulmans se manifeste surtout par le désir ardent de les voir devenir pleinement enfants de Dieu, ce qui ne peut se faire que par le baptême, ce que le dialogue interreligieux ne fait pas du tout.

    10 juin 2024

    Le mois dernier a marqué le cinquantième anniversaire de la création du dicastère pour le dialogue interreligieux. Anciennement appelé Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, il a créé la Commission pour les relations religieuses avec les musulmans dans le but non pas de convertir ceux qui professent l'islam aux enseignements du Christ, mais de « promouvoir la compréhension mutuelle, le respect et la collaboration entre les catholiques et les adeptes d'autres traditions religieuses, d'encourager l'étude des religions et de promouvoir la formation de personnes dédiées au dialogue ». 

    Le rapport public avec le monde islamique a été l'une des caractéristiques de la papauté du pape François, comme en témoignent ses nombreuses visites aux communautés islamiques et aux pays à majorité musulmane. Soutenant, comme le proclame la Déclaration de Vatican II sur les relations de l'Église avec les religions non chrétiennes, Nostra Aetate, que les musulmans « adorent avec nous le Dieu unique et miséricordieux », le pontife déclare : « Il n'est pas possible d'établir des liens véritables avec Dieu en ignorant d'autres personnes. Il est donc important d'intensifier le dialogue entre les différentes religions, et je pense en particulier au dialogue avec l'islam. »

    Les catholiques qui se sont engagés dans un tel dialogue, que ce soit dans le cadre d'une expérience ponctuelle ou d'un groupe permanent, ont tendance à s'abstenir de mentionner le nom de « Jésus » en tant que Fils divin de Dieu, de peur d'offenser les musulmans - bien que les musulmans acceptent Jésus comme prophète, ils nient qu'il soit le Fils de Dieu, tout comme ils nient la Sainte Trinité : 

    Ils [les chrétiens] ont certainement blasphémé ceux qui disent : « Allah est le Messie, le fils de Marie », alors que le Messie a dit : "Ô enfants d'Israël, adorez Allah, mon Seigneur et votre Seigneur, car il n'y a pas d'autre Dieu que le seul Dieu Allah. Ils ont certes blasphémé, ceux qui disent : « Allah est le troisième de trois : « Allah est le troisième de trois ». (Sourate 5:72)

    Ces catholiques, dans leur mentalité utopique, se réfèrent à la rencontre de saint François d'Assise avec le sultan soufi Malik al-Kamil en 1219 dans la ville portuaire de Damiette, en Égypte.

    Les catholiques qui se sont engagés dans un tel dialogue, que ce soit dans le cadre d'une expérience ponctuelle ou d'un groupe permanent, ont tendance à s'abstenir de mentionner le nom de « Jésus » en tant que Fils divin de Dieu, de peur d'offenser les musulmans.
    Tweet This

    Pleinement conscient des dangers qui l'attendaient, saint François, accompagné de son confrère Illuminato da Rieti, était déterminé à partir en mission de paix auprès des nations musulmanes mécréantes. Cependant, comme l'explique Frank M. Rega dans son livre St. Francis of Assisi and the Conversion of the Muslims, la visite du saint avait un objectif sous-jacent. Il ne s'agissait pas simplement de discuter de valeurs communes, comme le prétendent à tort certains révisionnistes ou hommes d'Église modernes. Il s'agissait de prêcher l'Évangile de Jésus-Christ, en soulignant par la suite l'incongruité de l'islam avec le seul vrai Dieu : Père, Fils et Saint-Esprit.

    Lors de la rencontre, après avoir échangé des salutations de paix, le sultan, incertain des intentions de ses visiteurs, demanda si les frères étaient venus à lui en tant que représentants de l'armée du pape - la cinquième croisade était en cours.

    Saint François a répondu : « Nous sommes les ambassadeurs du Seigneur Jésus-Christ », affirmant ainsi qu'il était l'ambassadeur de Dieu, et non celui du pape. Bien que les conseillers religieux d'al-Kamil l'aient averti que les prêches des frères violeraient la charia, le sultan pensait qu'il agissait dans le respect de la loi en les écoutant. Lorsqu'il s'aperçut que saint François et les Illuminés commençaient à dénoncer les erreurs de l'islam, certains membres de la cour d'al-Kamil exigèrent l'exécution des frères. Conseillé par le soufi-persan Fakr al-Farisi, il s'en tient au verset coranique : « Et vous entendrez certainement beaucoup d'insultes de la part de ceux qui ont reçu l'Écriture avant vous... mais si vous persévérez avec patience et si vous vous prémunissez contre le mal, ce sera le meilleur moyen de régler vos affaires » (sourate 3:186).

    Lire la suite

  • A Houston, une approche véritablement catholique des « études de genre »

    IMPRIMER

    De David Paul Deavel sur le CWR :

    Une approche véritablement catholique des « études de genre »

    Pourquoi le nouveau programme de maîtrise en études catholiques sur les femmes et le genre à l'Université de St. Thomas à Houston est une première en son genre et un programme entièrement catholique.

    10 juin 2024

    Bien que juin soit le mois consacré par de nombreux catholiques au Sacré-Cœur de Jésus, les post-chrétiens et les chrétiens « libéraux » ont décidé de promouvoir le « Mois de la Fierté », une période de célébration et de promotion d'une vision très étrange de l'être humain qui porte désormais les initiales LGBTQ. Ou, dans de nombreux cas, une série de lettres beaucoup plus longue suivie d'un signe plus - LGBTQIAA+ en est un exemple courant. Ces lettres désignent soit des passions sexuelles qui déterminent en quelque sorte le centre de l'identité d'une personne, soit des « identités de genre », c'est-à-dire des prétentions à être autre chose que son propre sexe biologique sur la base d'une sorte de sentiment interne mystérieux.

    Tout cela est à la fois troublant et très déroutant, d'autant plus qu'il y a des ecclésiastiques et des universitaires catholiques qui promeuvent cette vision du monde dans laquelle notre statut d'image de Dieu, créée mâle et femelle, est considéré comme dépassé. D'autant plus que tant d'autorités juridiques, médicales et même spirituelles promeuvent aujourd'hui des comportements sexuels qui dénaturent notre nature et même des opérations chirurgicales qui mutilent des corps sains pour que les hommes, les femmes et même les enfants ressemblent au sexe opposé. Les gens parlent de la période médiévale comme de « l'âge des ténèbres », mais malgré les merveilles technologiques dans lesquelles nous vivons, notre époque est vraiment sombre.

    Nous savons aussi que même ceux qui n'ont pas adopté l'ensemble de ces idéologies destructrices ont souvent absorbé une bonne partie de ce dont ils sont issus. Même lorsqu'ils n'ont pas oublié ce qu'est une femme, les partisans de nombreuses versions laïques du « féminisme » ont promu l'idée que l'avortement et la contraception sont nécessaires à la santé et à l'épanouissement des femmes. Ils ont également dit aux femmes que si elles ne donnaient pas la priorité à leur carrière plutôt qu'à leur famille, elles étaient des traîtresses. Et ils ont souvent fait comprendre que les politiques publiques qui ne permettent pas et même ne promeuvent pas ces positions sont « anti-femmes ».

    Que pouvons-nous faire ? S'il est tentant de se lamenter sur cette folie et d'essayer de s'y soustraire, ce n'est vraiment pas une option pour la plupart d'entre nous. Nous avons besoin de réponses pour nos enfants, à qui ces messages sont transmis dans de nombreuses écoles publiques (et, malheureusement, même dans certaines écoles catholiques). Nous devons trouver des moyens de répondre aux pressions qui nous poussent à capituler devant les demandes qui nous sont faites à notre travail et dans les lieux publics d'affirmer de mauvaises idées ou de faire des choses pour les promouvoir. Et nous devons trouver comment promouvoir des politiques qui conduiront réellement à l'épanouissement des hommes et des femmes.

    Lire la suite

  • De persécutée à complice : les métamorphoses de l’Église orthodoxe russe

    IMPRIMER

    De Sandro Magister sur Settimo Cielo (Diakonos.be) :

    De persécutée à complice. Les métamorphoses de l’Église orthodoxe russe

    C’est une période sombre pour le dialogue entre Rome et le patriarcat de Moscou. La rencontre entre le Pape François et Cyrille de Moscou à l’aéroport de La Havane le 12 février 2016 était déjà plombé par les agressions armées de Vladimir Poutine en Géorgie et en Ukraine, où il avait déjà pris la Crimée et contesté le Donbass. Mais depuis, les événements se sont enchaînés à une vitesse effrayante, avec la guerre féroce de la Russie contre l’Ukraine et l’Occident, exaltée en tant que « guerre sainte » par ce même patriarche de Moscou que le Pape en est venu à qualifier de « thuriféraire de Poutine ».

    Et pourtant, ce mystère d’iniquité ne demeure pas incompréhensible, si l’on prend la peine de relire le dernier siècle de l’histoire russe. Et ce que vient de faire avec une rare maîtrise et une abondante documentation Giovanni Codevilla, l’un des plus grands spécialistes en la matière, dans un livre fraîchement sorti de presse intitulé « Da Lenin a Puti. Politica e religione », édité chez Jaca Book.

    « De la persécution à la connivence », précise le sous-titre du livre, avec une allusion à la symphonie retrouvée entre le trône et l’autel, entre Poutine et Cyrille, qui caractérise l’actuelle période de l’histoire russe, après des décennies d’atroces persécutions et une fragile parenthèse de liberté retrouvée à la suite de la dissolution de l’Union soviétique, rapidement étouffée dans l’œuf.

    On sait qu’il y a eu des persécutions, mais tous ne connaissent pas ses variantes que Codevilla met en évidence. Déjà terrible sous Lénine, et à son comble avec Staline, pendant les années de la seconde guerre mondiale, elle a connu une interruption partielle et impromptue, souhaitée par Staline en personne pour renforcer notamment par l’apport de l’Église la résistance patriotique à l’invasion des armées d’Hitler.

    L’orthodoxie a retrouvé un espace de mouvement, ses hommes ont été libérés de prison, quelques églises ont été rouvertes. Et une fois la guerre terminée, on lui a confié la mission de faire la propagande de la politique du Kremlin dans le champ international, en particulier à travers la Conférence chrétienne pour la paix et le Conseil œcuménique des Églises, qui réunissait à Genève les représentants de plusieurs confessions chrétiennes, y compris les catholiques.

    Lire la suite

  • La mort de Moltmann, le père des erreurs de la théologie contemporaine

    IMPRIMER

    De Stefano Fontana sur la NBQ :

    Moltmann, le père des erreurs de la théologie contemporaine

    Le théologien protestant a également exercé une grande influence dans la sphère catholique. Une influence négative, qui s'appuie sur l'espérance mais l'inscrit dans l'histoire, sécularisant la foi. Les résultats sont encore visibles aujourd'hui.

    11_06_2024

    Le 3 juin, le théologien protestant Jürgen Moltmann est décédé à Tübingen à l'âge de 98 ans. On se souvient généralement de lui comme du « théologien de l'espérance » en raison de son principal ouvrage, Théologie de l'espérance, publié en 1964 en Allemagne et en 1970 en Italie par Queriniana. Se souvenir de lui de cette manière n'est ni erroné ni réducteur, car cet ouvrage n'avait pas l'intention de traiter un seul chapitre de la théologie, à savoir l'espérance, mais de la reformuler dans son intégralité.

    De l'espérance découle une nouvelle explication de tous les thèmes théologiques traditionnels : la révélation comprise non pas tant dans son caractère doctrinal que dans son caractère historique, la transcendance comprise dans un sens temporel comme futur plutôt que dans un sens spatial, le péché comme le rejet de l'espérance, la grâce comme le don de la possibilité et de la capacité d'espérer, la conversion comme l'aversion du présent et la conversion à l'avenir. D'où l'impact révolutionnaire de sa théologie, liée à l'idée toute protestante du monde arrivé à maturité, de la sécularisation en tant que phénomène chrétien, de la nécessité d'évoluer vers une théologie séculière comme l'année suivante, en 1965, Harvey Fox l'affirmera également dans son livre The Secular City (La ville séculière). Histoire, espérance, avenir, pratique : telles sont les coordonnées de la nouvelle théologie que l'on retrouve dans toutes les théologies ultérieures, y compris la théologie catholique.

    Dans l'Ancien comme dans le Nouveau Testament, selon Moltmann, Dieu n'est pas compris comme consacrant des temps et des lieux, mais comme lié à une parole de promesse. La promesse lie l'homme à l'histoire qui se situe entre la promesse et son accomplissement. C'est l'espace de la responsabilité humaine, de l'avenir, de la moralité et de la praxis. La théologie de l'espérance s'élabore dans une clé eschatologique, confiant désormais au théologien la tâche non pas « d'interpréter le monde, l'histoire et la nature humaine, mais de les transformer dans l'attente d'une transformation divine ». Le lieu de la révélation de Dieu devient l'histoire et Dieu se révèle à travers des promesses et des événements historiques, à commencer par l'Exode. La tâche du chrétien n'est pas tant de se demander qui est Dieu et quels sont ses attributs, mais d'identifier où Dieu est à l'œuvre dans l'histoire et de participer activement à son œuvre de rédemption. Il fallait éliminer tout dualisme métaphysique et toute vision spatiale de Dieu, créer une théologie laïque à partir du langage politique : « cela implique que nous discernions où Dieu est à l'œuvre, et que nous participions ainsi à son œuvre : cette action incessante est une manière de parler : ce faisant, le chrétien parle de Dieu ». La vérité devient action. Le théologien ne dira pas qui est Dieu par des discours, mais la praxis des chrétiens le dira.

    Avec Moltmann, la dimension de l'histoire entre dans la théologie et en bouleverse les connotations. Harvey Fox, déjà cité, aborde la théologie de l'espoir et affirme que « Dieu aime le monde et non l'Église » et qu'il utilise le monde et non l'Église. Dans son livre The Christian as Rebel, il note que « c'est le baseball professionnel et non l'Église qui a fait les premiers pas vers l'intégration raciale. Nous sommes très en retard dans ce domaine. Nous devons faire la course pour rattraper ce que Dieu fait déjà dans le monde". Comme on le voit, l'« Église sortante » a des origines lointaines. Les nouvelles suggestions de Moltmann seront reprises par Johann Baptist Metz dans sa « Théologie politique » et Karl Rahner fera siennes les mêmes hypothèses, à commencer par la sécularisation, qui oblige à penser que la révélation de Dieu a lieu dans l'histoire humaine avant d'avoir lieu dans l'Église. On peut penser que le véritable tournant novateur de la théologie contemporaine a été apporté par Moltmann. Toutes les autres théologies suivront en effet la voie qu'il a inaugurée. La théologie de l'espérance peut ainsi être comparée à une explosion qui en provoque d'autres en chaîne. Il a su traiter de la théologie révolutionnaire et de la théologie de la libération, il a baptisé la théologie noire et la théologie féministe. De plus, il a été au centre du dialogue entre chrétiens et marxistes.

    Avec Moltmann, la dimension de l'histoire entre dans la théologie et en bouleverse les connotations. Harvey Fox, déjà cité, aborde la théologie de l'espoir et affirme que « Dieu aime le monde et non l'Église » et qu'il utilise le monde et non l'Église. Dans son livre The Christian as Rebel, il note que « c'est le baseball professionnel et non l'Église qui a fait les premiers pas vers l'intégration raciale. Nous sommes très en retard dans ce domaine. Nous devons faire la course pour rattraper ce que Dieu fait déjà dans le monde". Comme on le voit, l'« Église sortante » a des origines lointaines. Les nouvelles suggestions de Moltmann seront reprises par Johann Baptist Metz dans sa « Théologie politique » et Karl Rahner fera siennes les mêmes hypothèses, à commencer par la sécularisation, qui oblige à penser que la révélation de Dieu a lieu dans l'histoire humaine avant d'avoir lieu dans l'Église. On peut penser que le véritable tournant novateur de la théologie contemporaine a été apporté par Moltmann. Toutes les autres théologies suivront en effet la voie qu'il a inaugurée. La théologie de l'espérance peut ainsi être comparée à une explosion qui en provoque d'autres en chaîne. Il a su traiter de la théologie révolutionnaire et de la théologie de la libération, il a baptisé la théologie noire et la théologie féministe. De plus, il a été au centre du dialogue entre chrétiens et marxistes.

    Ce dernier point nous amène à un autre chapitre important de l'histoire de Moltmann. Je veux parler du dialogue de pensée avec le philosophe marxiste est-allemand Ernst Bloch, qui a eu tant d'influence sur la théologie de Moltmann à l'époque et par la suite. Le principe d'espérance de Bloch et la théologie de l'espérance de Moltmann se renvoient l'un à l'autre. Bloch reformule le marxisme sous la catégorie de l'utopie, il voit toute la réalité comme gouvernée par l'avenir et poussée à se dépasser elle-même, il lit la Bible comme l'expression d'une « transcendance sans transcendance », l'avenir et l'histoire sont autant les caractéristiques de la religion chrétienne que de ce monde sécularisé, le Dieu d'Israël est le Dieu du huitième jour « qui n'a pas encore été et qui est donc plus authentique » et le Christ n'a rien de spirituel, mais est l'homme qui s'est assis non pas à la droite de Dieu mais à sa place car le christianisme est libérateur et donc athée. Moltmann rencontre ainsi non seulement le marxisme, mais aussi le nihilisme athée de la modernité.

    Porter un jugement sur la théologie de Moltmann revient à porter un jugement sur une grande partie de la théologie contemporaine. Célébrer sa pensée en l'exaltant reviendrait à cautionner les grandes erreurs de cette théologie et de celles qui l'ont suivie. Je me suis limité ici à rappeler quelques hypothèses de base. Le lecteur, s'il y croit, peut s'exercer à identifier leurs effets négatifs sur la théologie de ces décennies et aussi sur la praxis de l'Église d'aujourd'hui.

  • Plus de 365 millions de chrétiens sont confrontés à des niveaux élevés de persécution pour leur foi

    IMPRIMER

    D'Andrés Henríquez (CNA/ACI Prensa) sur le NCR :

    Un représentant du Vatican déclare que des centaines de millions de chrétiens sont confrontés à des niveaux élevés de persécution

    L'archevêque Gallagaher s'est exprimé dans le cadre de la table ronde d'ouverture de la conférence qui analysait la crise mondiale de la liberté religieuse.

    7 juin 2024

    « Plus de 365 millions de chrétiens, soit environ 1 sur 7, sont confrontés à des niveaux élevés de persécution pour leur foi », a déclaré l'archevêque Paul Richard Gallagher, secrétaire du Vatican pour les relations avec les États et les organisations internationales, lors d'une conférence sur la liberté religieuse qui s'est tenue à Rome cette semaine.

    La conférence, intitulée « Liberté religieuse et développement humain intégral : Une nouvelle plate-forme mondiale", a été organisée conjointement par l'Ordre souverain de Malte, le Conseil atlantique et plusieurs universités, dont l'Université pontificale urbaine de Rome et l'Université de Notre-Dame.

    Dans son discours, Mgr Gallagher a déclaré que les attaques contre les églises et les propriétés chrétiennes « ont augmenté de manière significative en 2023, avec plus de chrétiens que jamais auparavant signalant des attaques violentes ».

    Le prélat a ensuite fait part de son inquiétude quant au fait que « selon certaines estimations, près de 4,9 milliards de personnes vivent dans des pays où la liberté religieuse est gravement ou très gravement violée. » 

    Le diplomate du Vatican a souligné que la liberté religieuse, « bien qu'elle ne soit pas le seul aspect des droits de l'homme, est probablement le plus fondamental », ajoutant que « la violation du droit à la liberté religieuse a pour effet de saper non seulement un droit mais aussi toute la catégorie des droits de l'homme », a-t-il ajouté.

    « La liberté religieuse joue un rôle décisif dans la réalisation du développement humain intégral », a poursuivi Mgr Gallagher. C'est pourquoi, a-t-il ajouté, « l'État doit faire preuve d'une neutralité détachée et accorder aux groupes religieux et à tous les individus un droit égal à la manifestation publique de leurs convictions religieuses ».

    L'archevêque Gallagaher s'est exprimé dans le cadre du panel d'ouverture de la conférence, qui analysait la crise mondiale de la liberté religieuse. La conférence a attiré des participants de quelque 19 pays et a vu la participation du secrétaire d'État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin.