Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

“Raciste”, “transphobe”, “xénophobe”... les risques d'une nouvelle censure

IMPRIMER

Une chronique “J’assume !” d’Aymeric de Lamotte, avocat et Directeur général adjoint de l’Institut Thomas More, parue sur le site de la Libre :

"Prenons garde à la censure venant de groupements d’activistes qui fondent en meute"

6-12-2022

Il me remonte des réminiscences de messieurs en costumes trois-pièces assis roidement autour d’interminables tables en chêne massif au milieu de salons continûment plongés dans un demi-jour extrait d’un tableau de Caravage. Tout en expirant des volutes de fumée, ils dressent solennellement l’index de la main droite et, invoquant l’Histoire, déclarent de leur voix éraillée par l’âge que l’avis de la majorité n’est pas toujours celui ni de la raison ni de la vérité. La jeune version de moi-même, écrasée par le poids de leur expérience et de leur sagesse, craintive à l’idée qu’une inaction de sa part puisse être interprétée comme un signe d’inattention ou de lenteur cognitive, opine du chef en d’appuyés et dociles mouvements verticaux.

Ces messieurs ne faisaient que reprendre à leur compte l’avertissement d’Alexis de Tocqueville que l’on retrouve dans son maître-livre De la démocratie en Amérique à propos du risque d’un “despotisme de la majorité” dans le cadre démocratique. Dès 1960, le philosophe Raymond Aron tempère toutefois ce propos avec la clairvoyance qu’on lui connaît et affirme, dans un article Idées politiques et vision historique de Tocqueville, que Tocqueville “se trompe. Ou, du moins, il méconnaît la force des minorités fanatiques. ” Aron ne croyait pas si bien dire.

Par le passé, la censure venait d’en haut et tombait comme un couperet sous la forme d’un décret gouvernemental. C’était une censure de jure, de droit. Aujourd’hui, elle surgit à l’horizontale de groupements d’activistes huilés à la caisse de résonance que sont les réseaux sociaux. Il s’agit d’une censure de facto, de fait. Ces activistes fondent en meute sur tel ou tel, qui a le bon goût de ne pas partager leur vision douteuse du progressisme, avec l’indécence et l’outrance pour seuls arguments, drapés de leur habituelle complainte victimaire. En quelques heures, la charge de la preuve s’inverse. Un respectable scientifique ou intellectuel doit soudain se défendre des pires infamies. Il est éjecté du périmètre de respectabilité à coups d’anathèmes comme “raciste”, “transphobe”, “xénophobe”, c’est-à-dire la classique et usée reductio ad Hitlerum. Pour certains, cette charge, aussi violente qu’inattendue, représente une claque psychologique dont ils peinent parfois à s’en remettre.

Soyons de bon compte. N’incluons pas toutes les minorités. Ne parlons pas non plus de tyrannie des minorités, car cette approche englobante pourrait courroucer à juste raison d’honnêtes citoyens issus de celles-ci. Il est plus exact de dire que la tyrannie est exercée par quelques représentants autoproclamés. Il s’agit de militants et d’associations transgenres, écologistes, végans, antiracistes ou encore néoféministes.

Les cas de censure sont nombreux et de plus en plus fréquents. L’anthropologue française Florence Bergeaud-Blackler a été assimilée à une situation de harcèlement en ligne et à une plainte pour “islamophobie”. Cela a entraîné son ostracisme progressif du paysage audiovisuel francophone belge. En juin dernier, une conférence de l’Institut Thomas More avec l’essayiste québécois Mathieu Bock-Côté à propos du wokisme s'est tenue dans les locaux de la Haute École Léonard de Vinci. Elle a été annulée trois jours avant. Les 17, 20 et 24 novembre dernier, les pédopsychiatres françaises Caroline Eliacheff et Céline Masson, qui, de manière générale, alertent sur la médication des mineurs, ont vu leurs conférences annulées. Lors d’un entretien donné au quotidien Le Figaro du 28 novembre, elles ne mâchent pas leurs mots : “Sur la question trans, nous vivons un climat de terreur intellectuelle. ” Le 30 novembre dernier, la sociologue française, Nathalie Heinich, a vu sa conférence sur le thème “L’écriture inclusive, ennemie du féminisme universaliste” chahutée par une vingtaine d’activistes et les locaux vandalisés. Et cetera, et cetera. Ces nouveaux censeurs sont aussi des nouveaux régulateurs, car ils imposent leur agenda au pas de charge et le vent dans le dos au politique et au chef d’entreprise qui s’exécutent en tremblant.

À l’inverse, aujourd’hui, la majorité, supposément être un despote en puissance, représente l’immense majorité paisible de citoyens éberlués par la comédie enfantine et lamentable qui se joue sous leurs yeux, et dont la patience a ses limites. Vous, cher lecteur, et moi.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel