Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les désordres sexuels des dictateurs

IMPRIMER

De Francesco Agnoli sur la Nuova Bussola Quotidiana (En) :

Maniaques et pervers : les dictateurs sous les draps

24-06-2021

Mussolini était un coureur de jupons maniaque ; Togliatti était fourbe jusque dans ses trahisons et ses avortements ; Hitler était bisexuel, pervers et sadomasochiste ; Berija était un pornographe et Staline un pédophile pour "filles mineures dodues". La vie sexuelle des dictateurs du XXe siècle n'est pas un exemple de vertu. Une étude détaillée.

Stalin, Hitler and Mussolini

La vie privée des grands personnages historiques, notamment des dictateurs du XXe siècle, suscite un intérêt croissant. Chaque parcelle de leur vie est étudiée, qu'il s'agisse de leur pensée, de leurs choix politiques, etc. Depuis quelque temps, les enquêtes sur la vie privée et affective de Mussolini et d'Hitler en particulier connaissent également un succès considérable (Staline, en revanche, a eu moins de "chance").

Mussolini, le "coureur de jupons

L'Italie a été marquée pendant de nombreuses années par l'activité politique de Benito Mussolini, d'abord dirigeant socialiste, acclamé à gauche pour son anticléricalisme et son zèle révolutionnaire, puis fasciste.

La vie amoureuse de Mussolini est assez bien connue : jeune homme, il est un théoricien de "l'amour libre", opposé au mariage et aux enfants (il traduit un pamphlet néo-malthusien intitulé Meno figli, meno schiavi, "Moins d'enfants, moins d'esclaves"), proche du féminisme de gauche. Avant de devenir Il Duce, il fréquente les bordels, gère même 3 ou 4 relations en même temps, sans se soucier des enfants qui en naissent : ils sont destinés à la maison de fous, comme dans le cas du fils qu'il a eu d'Ida Dalser, à l'abandon, voire à l'avortement, comme dans le cas d'un des deux enfants qu'il a eu de la très jeune Bianca Ceccato, sa secrétaire personnelle au Popolo d'Italia.

Des historiens comme Mimmo Franzinelli, auteur de 'Il duce e le donne. Avventure e passioni extraconiugali di Mussolini', "Le Duce et les femmes. Aventures et passions extraconjugales de Mussolini" (Mondadori, Milan, 2013), et Antonio Spinosa, qui a écrit 'I figli del duce', "Les enfants du Duce" (Rizzoli, Milan, 1983), ont enquêté sur l'histoire de certaines des maîtresses du Duce, des socialistes juives Angelica Balabanoff et Margherita Sarfatti à Ida Dalser, Leda Rafanelli (experte en cartomancie et en Coran), Giulia Mattavelli. ... jusqu'à, par souci de concision, Claretta Petacci.

Roberto Festorazzi le résume comme suit : "la consommation vorace de chair féminine était une constante dans sa vie", ainsi que l'utilisation de drogues, "comme stimulant sexuel" (Roberto Festorazzi, Margherita Sarfatti. La donna che inventò Mussolini, "Margherita Sarfatti, la femme qui a inventé Mussolini", Colla editore, Vicenza, 2010). Sa fréquentation juvénile des maisons closes a conduit Mussolini à considérer le sexe comme son "obsession" (il a même craint pendant longtemps d'avoir contracté la syphilis), à tel point que le médecin Pierluigi Baima Bollone n'a pas hésité à qualifier le Duce de "maniaque sexuel" (Pierluigi Baima Bollone, La psicologia di Mussolini, "La psychologie de Mussolini").

On sait que le Duce du fascisme - qui s'inscrivait dans un courant libertaire qui allait de l'" amour libre " de la gauche à l'exaltation, à droite, des relations " rapides et faciles " des futuristes, du " couple ouvert " et de l'homosexualité des gens de la ville de Fiume [aujourd'hui Rijeka en Croatie] et de Gabriele D'Annunzio - voulait aussi introduire le divorce, mais s'est arrêté pour éviter une occasion supplémentaire de conflit avec l'Église catholique[i].

Les avortements de Togliatti et Spallone

De ce point de vue, l'histoire de Mussolini ressemble beaucoup à celle d'un autre champion de la duplicité, Palmiro Togliatti, dirigeant du PCI, le parti communiste italien : "Il Migliore", c'est-à-dire "Le meilleur", ne ménageait pas non plus les éloges publics de la famille, les exaltations rhétoriques de la progéniture, tout en cocufiant sa femme Rita Montagnana, en négligeant leur fils malade et en courtisant des femmes beaucoup plus jeunes que son épouse, les poussant, quand c'était "nécessaire", à l'avortement clandestin (le fait deviendra public en 2000, lorsqu'on découvrira que dans la clinique privée de Villa Gina de son médecin de confiance, Ilio Spallone, "des avortements ont été pratiqués même dans des cas où la grossesse était très avancée, même avec des patientes au sixième mois, même avec des patientes qui ne voulaient pas avorter", voir Repubblica, 9/6/2000).

L'homosexualité de Hitler et des dirigeants des SA

Le "maniaque" Mussolini, après ses premières rencontres avec Adolf Hitler, envers lequel, comme on le sait, il ressentait un mélange d'attirance et de répulsion, a qualifié l'Allemand de "maniaque sexuel fou". Au-delà de cette définition, la sexualité d'Hitler et de divers hiérarques nazis a été pendant des années, jusqu'en 1934, au centre de nombreux débats en Allemagne : à une époque où le crime de sodomie (art.175) existait encore, les journaux catholiques, communistes et sociaux-démocrates accusaient le leader de la NASDAP d'être à la tête d'une "clique homosexuelle".

Le 5 juillet 1934, c'est-à-dire après la Nuit des Longs Couteaux, par exemple, le journal communiste Deutsche Volks Zeitung affirmait que Hitler avait assassiné des "complices devenus dangereux", notamment parce qu'ils connaissaient "la vie privée du Führer homosexuel". D'où vient cette accusation, portée par des journalistes qui stigmatisaient également le racisme nazi et qui allaient le payer de leur vie, comme Fritz Gerlich ?

L'historien juif et homosexuel George Mosse, dans son étude la plus célèbre sur le sujet, Sessualità e nazionalismo, "Sexualité et nationalisme", (Laterza, Rome-Bari, 1996), rappelle que l'homosexualité était très à la mode chez les ex-combattants de la droite nationaliste et raciste allemande, très enclins au mépris des femmes et au culte, que le nazisme encouragera avec insistance, de la beauté du corps masculin. Pour ces partisans de la "fierté" homosexuelle, qui avaient souvent partagé, comme Hitler, les années de service militaire et de guerre avec des hommes seuls, les homosexuels constituaient "la fleur de la virilité", et leurs corps nus étaient un symbole de force, de courage et de mépris des pseudo-valeurs bourgeoises et chrétiennes (pudeur, discrétion...).

En particulier, l'homosexualité d'Ernst Röhm, chef des SA, l'homme le plus puissant du parti après Hitler (qui le nomma Reichsleiter et ministre de son premier gouvernement en 1933), était connue et revendiquée publiquement. Mosse se souvient : "En 1932, Hitler avait vigoureusement défendu Röhm lorsqu'il fut publiquement accusé de corrompre la jeunesse en abusant du grade de commandant pour séduire certains de ses hommes".

L'historien Joachim Fest, dans son ouvrage "Le visage du troisième Reich", (Mursia, Milan, 2011), souligne également "l'empreinte typiquement homosexuelle des SA" et décrit les premiers nazis comme des apatrides et des déracinés qui méprisaient "les liens solides et donc aussi ceux avec les femmes et la famille", voyant dans les femmes le moyen de procréer, mais dans l'amour homoérotique, déjà pratiqué par les païens grecs, une dignité supérieure.

L'historien Francesco Maria Feltri résume l'homosexualisme de type nazi comme suit : "Dès le début, le nazisme s'est opposé au féminisme, qu'Hitler qualifiait d'innovation marxiste absurde et dangereuse. Au début, cependant, le mouvement avait une attitude beaucoup plus fluide et ambiguë envers l'homosexualité. Le nazisme est l'enfant de la guerre et célèbre la communauté élue de ceux qui ont vécu ensemble l'expérience exceptionnelle des tranchées ; les femmes sont a priori exclues de ce monde masculin, qui se considère comme supérieur parce qu'il est composé d'hommes ayant vécu les tempêtes d'acier du conflit mondial. De plus, au fil du temps, la propagande nazie fait un usage de plus en plus fréquent du nu masculin, considéré comme le véhicule privilégié pour véhiculer l'idée de la supériorité de la race aryenne sur toutes les autres. Dans ce contexte, il n'est pas surprenant qu'un type particulier d'homosexualité, qui méprisait les femmes, ait pu se répandre dans les rangs nazis, notamment parmi les SA de Röhm..." (Francesco Maria Feltri, "Nazisme et identité de genre", in Chiaroscuro. Corso di storia, vol. III, Sei, Torino, 2010).

De son côté, l'historien français Max Gallo, dans "La nuit des longs couteaux", (Mondadori, Milan, 1999), nous livre un récit des orgies entre hommes qui ont marqué la vie de nombreux membres haut placés des SA.

Quant à Hitler, l'"accusation" lui est également tombée dessus, non seulement pour les nombreuses amitiés masculines et le manque d'intérêt évident pour les femmes, déguisé, comme beaucoup le prétendent, par la fausse relation avec Eva Braun, mais aussi pour son désir obsessionnel d'effacer toute trace de tout ce qui a trait à sa jeunesse, comme pour cacher quelque chose qui le rabaisserait aux yeux du pays. Ainsi un témoin comme l'ancien nazi Hermann Rauschning, auteur de "Hitler Speaks" (1939) : " Plus dégoûtant que tout le reste est le miasme puant de la sexualité furtive et perverse qui émane et pollue l'atmosphère autour d'Hitler, comme un effluve diabolique. Dans cet environnement, rien n'est ouvert. Relations clandestines, faux sentiments, convoitises secrètes, mais aussi mystifications et symboles : rien de ce qui entoure cet homme n'est naturel et authentique, rien n'a la fraîcheur d'un instinct naturel".

Il y a quelques années, le 15 mai 2001, le quotidien Repubblica revenait sur les révélations de la CIA - également basées sur les témoignages d'Ernst Franz Sedgwick Hanfstaengl, ancien secrétaire de presse d'Hitler - sur les perversions du Führer, décrit comme "homosexuel et hétérosexuel, pervers, sadomasochiste avec une vie sexuelle désastreuse", tout comme son adjoint Rudolf Hess, également connu sous le nom de "Frau Anna" et le susdit Ernst Röhm.

Rien de nouveau, vraiment, mais un simple ajout aux révélations sur l'homosexualité du Führer dans "Nazi Rome" (1949) d'Eugen Dollmann (interprète personnel d'Hitler et délégué d'Himmler) ; dans Der nie Verlor (1947) de Fritz von Unruh ; dans la longue et minutieuse enquête de l'historien Lothar Machtan, publiée en anglais sous le titre "The Hidden Hitler" (Basic Books, New York) ; ou, pour en arriver à aujourd'hui, dans l'essai de Mirella Serri, professeur à La Sapienza de Rome, intitulé Gli invisibili. La storia segreta dei prigionieri illustri di Hitler in Italia "Les Invisibles : L'histoire secrète des prisonniers d'Hitler en Italie ", (Longanesi, Milan, 2015).

Dans ce dernier ouvrage, l'auteur, en plus de révéler les amours clandestines avec des hommes du prince Philippe de Hesse (époux de Mafalda de Savoie et intermédiaire important entre Hitler et le Duce), rappelle que le jeune Hitler, comme l'arriviste Mussolini, était également surveillé par la police, et que le dossier qui lui était consacré contenait les noms, prénoms et témoignages de plusieurs jeunes hommes âgés de 18 à 20 ans, avec lesquels le futur Führer passait des nuits, moyennant finances.

La pédophilie de Staline

En ce qui concerne la Russie communiste, c'est surtout l'historien S.S. Montefiore qui décrit dans ses essais la recherche par Joseph Staline de "jeunes filles mineures et dodues" et son mépris glacial pour ses nombreux enfants légitimes et illégitimes. Montefiore raconte également la férocité du terrible Nikolai Ivanovič Ezov, bisexuel, qui passait son temps libre en "orgies avec des prostituées", avec des soldats et d'autres dirigeants bolcheviques, et celle de Lavrentij Berija, chef de la police secrète, qui "gardait dans son bureau des matraques qu'il utilisait pour la torture, mais aussi toute une série de sous-vêtements féminins, d'objets érotiques et de matériel pornographique qui semblaient être obligatoires pour les chefs de la police secrète".

La vie de Berija était un tourbillon de violences sexuelles et de viols d'actrices et de sportives qui étaient convoquées dans sa datcha et menacées de camp de concentration si elles refusaient de se soumettre. "Certaines maîtresses... tombent malheureusement enceintes", mais la police organise immédiatement des "avortements réparateurs" dans le service médical du MVD. Lorsque certains enfants conçus lors des viols et des fêtes des hiérarques communistes échappent à l'avortement, ils se retrouvent immédiatement dans un orphelinat (S.S. Montefiore, Young Stalin and Stalin's Men).

 
[i] Au lendemain du référendum sur le divorce en 1974, l'ancien ministre fasciste des Affaires étrangères et ministre de la Justice, Dino Grandi, a exprimé sa satisfaction du résultat au journaliste Benny Lai, expliquant qu'on en était finalement arrivé à ce que lui et Mussolini avaient également voulu, tant d'années auparavant : "Mussolini avait exigé que le Saint-Siège, qui avait renforcé sa stricte neutralité après l'intervention de l'Italie dans la guerre, se range du côté des puissances de l'Axe. En retour, Hitler a insisté, avec la stupidité qu'on lui connaît, pour que l'Italie rompe avec le Saint-Siège. À cette époque... c'était à moi de rédiger le nouveau code civil. Eh bien, j'ai reçu des ordres péremptoires de Mussolini de rédiger les articles sur le mariage de manière à ce qu'ils soient contraires à l'article 34 du Concordat... Alors je me suis rebellé, je me suis rebellé pour des raisons tactiques". Donc, à la fin, Mussolini a dit : " Ces prêtres m'ont entubé. Vous avez peut-être raison (de dire que ce n'est pas le bon moment, ndlr)..." (Benny Lai, Il mio Vaticano. "Mon Vatican").

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel