Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Culture

  • Qu'est-ce que le langage inclusif et pourquoi est-il dangereux ?

    IMPRIMER

    De Julieta Villar sur CNA :

    Qu'est-ce que le langage inclusif et pourquoi est-il dangereux ?

    3 mars 2024

    Le mouvement en faveur d'un langage dit inclusif trouve son origine dans le mouvement féministe, où les activistes considéraient comme sexiste la forme générique masculine des mots, qui a toujours été comprise comme incluant à la fois les hommes et les femmes. 

    Par le passé, par exemple, personne ne pensait que le fait de dire "pour le bien de l'humanité" excluait les femmes. Cependant, le mouvement féministe a attiré l'attention sur ce que les activistes considéraient comme la nature "patriarcale" du langage.

    Diverses publications ont commencé à utiliser des termes ou des formes de mots qui indiquaient clairement qu'un travail pouvait être exercé aussi bien par des hommes que par des femmes. Ainsi, "pompier" est devenu "firefighter" et "mankind" est devenu "humankind", etc.

    Si certains de ces changements ne sont pas si spectaculaires ou perceptibles en anglais, l'introduction d'une formulation inclusive dans des langues telles que l'espagnol, où les noms sont grammaticalement masculins ou féminins, devient tout à fait évidente en raison de la nouvelle modification des terminaisons des noms.

    Le langage non sexiste est également devenu un problème en Allemagne, car les noms allemands sont également soit masculins, soit féminins.

    Le langage inclusif a également été identifié comme "l'un des outils" de l'idéologie du genre, une école de pensée qui a été critiquée à plusieurs reprises par l'Église catholique. 

    Le pape François a mis en garde contre cette école de pensée à plusieurs reprises. Le 1er mars dernier, par exemple, le Saint-Père a souligné que l'idéologie du genre "efface les différences et rend tout identique ; effacer les différences, c'est effacer l'humanité".

    Que signifie un langage inclusif ?

    L'Académie royale espagnole, considérée comme l'autorité suprême en matière d'espagnol correct, décrit le langage inclusif comme "un ensemble de stratégies visant à éviter l'utilisation générique du masculin grammatical".

    En abordant la question, l'académie a déclaré que le masculin générique est "fermement établi dans la langue et n'implique aucune discrimination sexiste" et que les terminaisons artificielles des noms neutres en termes de genre inventées récemment "qui sont censées être inclusives en termes de genre sont ... inutiles puisque le masculin grammatical remplit déjà cette fonction". 

    Dans un article paru en mai 2022 dans le journal argentin La Nación, Alicia María Zorrilla, présidente de l'Académie argentine des lettres, a déclaré que le langage inclusif est basé sur l'erreur de prendre au pied de la lettre le concept selon lequel, dans le langage, le masculin [forme d'un mot] se réfère toujours aux hommes seulement.

    La riposte

    Dans une interview accordée à Edgardo Litvinoff sur YouTube, le lauréat du prix Nobel de littérature Mario Vargas Llosa a déclaré qu'au sein du féminisme, "il y a des excès" qu'il estime "très important de combattre", par exemple dans le domaine de la langue.

    "Nous ne pouvons pas forcer le langage en le dénaturalisant complètement pour des raisons idéologiques ; cela ne fonctionne pas comme ça, les langues ne fonctionnent pas comme ça, et donc le soi-disant langage inclusif est une sorte d'aberration au sein du langage", a-t-il noté.

    Le cardinal Fernández s'exprime

    En 2022, alors qu'il était encore archevêque de La Plata, en Argentine, l'actuel préfet du Dicastère pour la doctrine de la foi, le cardinal Víctor Manuel Fernández, a mis en garde contre "l'imposition idéologique" que le "langage inclusif" peut déclencher.

    En juin de la même année, Fernández a écrit dans une colonne du journal argentin La Nación : Fondamentalement, l'intention ne semble pas être d'"incorporer tout le monde", mais de faire disparaître la conception même de "masculin-féminin". L'objectif est que ce qui était appelé "sexe" laisse place à une construction personnelle qui "fabrique" l'identité que chacun se forge.

    "Détruire la langue et exiger de tous qu'ils se soumettent à une certaine idéologie ne peut qu'être contre-productif et, en raison de la loi du pendule, entraînera davantage d'intolérance et de tensions", a-t-il averti.

    Des réactions de plus en plus vives

    En 2021, le ministère français de l'éducation a interdit l'utilisation du langage inclusif dans les établissements d'enseignement car, selon le Daily Mail, de telles modifications "constituent une menace pour la langue". L'Académie française, une institution vieille de près de 400 ans semblable à son homologue espagnole, a déclaré que le langage inclusif était "nuisible à la pratique et à la compréhension" du français.

    L'administration nationale de l'éducation publique de l'Uruguay a, pour sa part, établi des restrictions en 2022, déterminant que "le langage conforme aux règles de la langue espagnole" devait toujours être utilisé.

    La ville de Buenos Aires, en Argentine, a interdit le langage inclusif en 2022, arguant que cette variante de la langue crée des difficultés pour les élèves dans l'apprentissage des règles grammaticales.

    Plus récemment, le gouvernement argentin, dirigé par le président récemment élu Javier Milei, a étendu l'interdiction à tous les domaines de l'administration publique nationale. Le porte-parole du bureau du président, Manuel Adorni, a annoncé le 27 février que les modifications artificielles de la terminaison des mots pour les rendre neutres du point de vue du genre étaient désormais interdites.

    Julieta Villar est diplômée en communication sociale de l'université nationale de La Matanza (Argentine). Elle a commencé sa carrière professionnelle en tant que rédactrice à l'Agence argentine d'information catholique (AICA). Elle a collaboré à la presse graphique, aux médias et à des tâches de communication dans des organisations de la société civile. Depuis octobre 2022, elle fait partie de l'équipe d'ACI Prensa en tant que correspondante pour l'Argentine, la Bolivie, le Chili et l'Uruguay.

  • Pape François : "le danger le plus terrible est l'idéologie du genre qui efface les différences et rend tout identique"

    IMPRIMER

    DISCOURS DU SAINT-PÈRE FRANCOIS AUX PARTICIPANTS DE LA CONFÉRENCE INTERNATIONALE "HOMME-FEMME IMAGE DE DIEU. POUR UNE ANTHROPOLOGIE DES VOCATIONS".

    Salle du Synode
    Vendredi, 1 mars 2024

    Paroles du Saint Père avant le discours

    Bonjour ! Je demande qu'on fasse la lecture, pour ne pas être trop fatigué ; j'ai encore un rhume et je suis fatigué en lisant pendant un certain temps. Mais je voudrais souligner une chose : il est très important qu'il y ait cette rencontre, cette rencontre entre les hommes et les femmes, parce qu'aujourd'hui, le danger le plus terrible est l'idéologie du genre, qui annule les différences. J'ai demandé des études sur cette vilaine idéologie de notre temps, qui efface les différences et rend tout identique ; effacer la différence, c'est effacer l'humanité. L'homme et la femme, en revanche, sont dans une "tension" féconde. Je me souviens avoir lu un roman du début des années 1900, écrit par le fils de l'archevêque de Canterbury : Le Maître de la Terre. Ce roman parle de l'avenir et est prophétique, car il montre cette tendance à effacer toutes les différences. Il est intéressant de le lire, si vous en avez le temps, parce qu'on y retrouve les problèmes d'aujourd'hui ; cet homme était un prophète.

    Frères et sœurs !

    Je suis heureux de participer à cette conférence promue par le Centre de recherche et d'anthropologie des vocations, au cours de laquelle des chercheurs de différentes parties du monde, chacun avec sa propre expertise, discuteront du thème "Image de Dieu de l'homme et de la femme. Vers une anthropologie des vocations". Je salue tous les participants et je remercie le cardinal Ouellet pour ses paroles : nous ne sommes pas encore des saints, mais nous espérons l'être toujours plus, c'est la première vocation que nous avons reçue ! Et merci surtout parce qu'il y a quelques années, avec d'autres personnes influentes et à la recherche d'une alliance des savoirs, vous avez créé ce Centre pour initier une recherche académique internationale visant à toujours mieux comprendre le sens et l'importance des vocations, dans l'Église et dans la société.

    L'objectif de cette conférence est avant tout de considérer et de valoriser la dimension anthropologique de toute vocation. Cela nous renvoie à une vérité élémentaire et fondamentale, qu'il nous faut aujourd'hui redécouvrir dans toute sa beauté : la vie de l'être humain est vocation. Ne l'oublions pas : la dimension anthropologique, qui sous-tend tout appel au sein de la communauté, est liée à une caractéristique essentielle de l'être humain en tant que tel : l'homme lui-même est vocation. Chacun de nous, aussi bien dans les grands choix qui affectent un état de vie, que dans les multiples occasions et situations dans lesquelles ils s'incarnent et prennent forme, se découvre et s'exprime comme appelé, comme personne qui se réalise dans l'écoute et la réponse, en partageant son être et ses dons avec les autres pour le bien commun.

    Cette découverte nous fait sortir de l'isolement d'un ego autoréférentiel et nous fait nous considérer comme une identité en relation : j'existe et je vis en relation avec celui qui m'a engendré, avec la réalité qui me transcende, avec les autres et avec le monde qui m'entoure, par rapport auquel je suis appelé à embrasser une mission spécifique et personnelle avec joie et responsabilité.

    Cette vérité anthropologique est fondamentale car elle répond pleinement au désir d'épanouissement humain et de bonheur qui habite nos cœurs. Dans le contexte culturel actuel, on a parfois tendance à oublier ou à occulter cette réalité, au risque de réduire l'être humain à ses seuls besoins matériels ou primaires, comme s'il s'agissait d'un objet sans conscience ni volonté, simplement entraîné par la vie dans un engrenage mécanique. Au contraire, l'homme et la femme sont créés par Dieu et sont à l'image du Créateur, c'est-à-dire qu'ils portent en eux un désir d'éternité et de bonheur que Dieu lui-même a semé dans leur cœur et qu'ils sont appelés à réaliser à travers une vocation spécifique. C'est pourquoi il existe en nous une saine tension intérieure que nous ne devons jamais étouffer : nous sommes appelés au bonheur, à la plénitude de la vie, à quelque chose de grand auquel Dieu nous a destinés. La vie de chacun de nous, sans exception, n'est pas un accident de parcours ; notre présence dans le monde n'est pas le fruit du hasard, mais nous faisons partie d'un projet d'amour et nous sommes invités à sortir de nous-mêmes et à le réaliser, pour nous-mêmes et pour les autres.

    C'est pourquoi, s'il est vrai que chacun de nous a une mission, c'est-à-dire que nous sommes appelés à offrir notre contribution pour améliorer le monde et façonner la société, j'aime toujours rappeler qu'il ne s'agit pas d'une tâche extérieure confiée à notre vie, mais d'une dimension qui implique notre nature même, la structure de notre être d'homme et de femme à l'image et à la ressemblance de Dieu. Non seulement nous avons reçu une mission, mais chacun d'entre nous est une mission : "Je suis toujours une mission, tu es toujours une mission, tout baptisé et toute personne baptisée est une mission". Celui qui aime est mis en mouvement, il est poussé hors de lui-même, il est attiré et attirant, il se donne à l'autre et tisse des relations génératrices de vie. Personne n'est inutile et insignifiant pour l'amour de Dieu" (Message pour la Journée mondiale des missions 2019).

    Une éminente figure intellectuelle et spirituelle, le cardinal Newman, a des paroles éclairantes à ce sujet. J'en cite quelques-unes :

    "Je suis créé pour faire et être quelqu'un pour qui personne d'autre n'est créé.

    J'occupe une place qui m'est propre dans les conseils de Dieu, dans le monde de Dieu : une place occupée par personne d'autre. Peu importe que je sois riche ou pauvre, méprisé ou estimé par les hommes : Dieu me connaît et m'appelle par mon nom. Il m'a confié un travail qu'il n'a confié à personne d'autre. J'ai ma propre mission. D'une certaine manière, je suis nécessaire à ses desseins".

    Il poursuit : "[Dieu] ne m'a pas créé en vain. Je ferai le bien, j'accomplirai son œuvre. Je serai un ange de paix, un prédicateur de vérité à la place qu'il m'a assignée sans que je le sache, pourvu que je suive ses commandements et que je le serve dans ma vocation" (J.H. Newman, Méditations et prières, Milan 2002, 38-39).

    Frères et sœurs, vos recherches, vos études et, de manière particulière, ces occasions de discussion sont si nécessaires et importantes pour faire connaître la vocation à laquelle tout être humain est appelé par Dieu, dans les différents états de vie et grâce à ses nombreux charismes. Ils sont également utiles pour s'interroger sur les défis d'aujourd'hui, sur la crise anthropologique actuelle et sur la nécessaire promotion des vocations humaines et chrétiennes. Et il est important que, grâce aussi à votre contribution, se développe une circularité toujours plus efficace entre les différentes vocations, afin que les œuvres qui découlent de l'état de vie laïque au service de la société et de l'Église, avec le don du ministère ordonné et de la vie consacrée, contribuent à générer l'espérance dans un monde sur lequel pèsent de lourdes expériences de mort.

    Générer cette espérance, se mettre au service du Royaume de Dieu pour la construction d'un monde ouvert et fraternel est une tâche confiée à chaque femme et à chaque homme de notre temps. Merci pour votre contribution à cet égard. Merci pour votre travail de ces jours. Je le confie au Seigneur dans la prière, par l'intercession de Marie, icône de la vocation et mère de toute vocation. Et s'il vous plaît, n'oubliez pas de prier pour moi aussi.

    Paroles du Saint-Père à la fin du discours

    Je vous souhaite à tous un bon travail ! Et n'ayez pas peur en ces moments riches de la vie de l'Église. L'Esprit Saint nous demande une chose importante : la fidélité. Mais la fidélité est en chemin, et la fidélité nous amène souvent à prendre des risques. La fidélité muséale n'est pas la fidélité. Allez de l'avant avec le courage de discerner et de prendre le risque de chercher la volonté de Dieu. Je vous souhaite bonne chance. Courage et allez de l'avant, sans perdre votre sens de l'humour !

  • Lettre à Alma qui n’a plus besoin de Dieu

    IMPRIMER

    Lettres à Alma qui n'a plus besoin de Dieu

    Du site des Editions du Cerf :

    Lettres à Alma qui n'a plus besoin de Dieu

    de Luc de Bellescize

    176 pages - févr. 2024

    14,00€

    Minnie vient de mourir. C’était la grand-mère d’Alma. Où estelle maintenant qu’elle est morte ? La retrouvera-t-elle un jour ? « Si Dieu n’existe pas, vous ne la reverrez jamais. Sans âme immortelle, il faut laisser ici toute espérance », lui répond le père Luc de Bellescize, prêtre ami de la famille venu célébrer les funérailles. S’engage alors un échange épistolaire entre la jeune femme et le prêtre. À l’heure d’enterrer son aïeule, le père Luc lui propose de déterrer Dieu des profondeurs de son coeur, d’entrer dans le sens caché de la vie et de la mort, de l’amour et de l’éternité.

    Sans esquiver les questions ni asséner des vérités toutes faites, sans écraser le grand mystère, ces lettres dévoilent avec intimité et pudeur le cheminement d’une âme soucieuse de tisser des liens entre la terre et le Ciel, la culture et la foi, la vocation de l’homme à contempler Dieu et l’existence toute simple du quotidien.

    Une correspondance qui montre que la foi est une source inépuisable de vie et d’audace pour affronter les défis du monde contemporain.

    Prêtre du diocèse de Paris, Luc de Bellescize a étudié à l’Institut jésuite d’études théologiques de Bruxelles. Aujourd’hui vicaire de la paroisse Saint-Vincent-de-Paul, investi dans la pastorale étudiante, il contribue par ses chroniques aux débats de l’Église catholique en France. Il est l’auteur de plusieurs livres, dont La Promesse des cendres et Méditations pour prier le rosaire.

     

    Elisabeth Geffroy, sur le site de La Nef, s'est entretenue avec le Père de Bellescize :

    Entretien avec le père Luc de Bellescize : Lettre à Alma qui n’a plus besoin de Dieu

    Le Père Luc de Bellescize, prêtre du diocèse de Paris, vicaire de Saint-Vincent-de-Paul, chroniqueur de La Nef, nous présente son nouveau livre.

    Lire la suite

  • L'absurdité "genrée" est une absurdité dangereuse

    IMPRIMER

    De George Weigel sur le Catholic World Report :

    L'absurdité "genrée" est une dangereuse absurdité

    C'est ce qui arrive lorsque ce que les spécialistes appellent "l'individualisme expressif" - l'égocentrisme sous stéroïdes - supplante la vision biblique de la condition humaine :

    28 février 2024

    Dean Acheson, secrétaire d'État américain de 1949 à 1953, est enterré au cimetière Oak Hill de Washington. Lorsque j'ai lu récemment que le vingtième successeur d'Acheson, Antony Blinken, avait envoyé un câble sous-titré "Meilleures pratiques en matière d'identité de genre" aux diplomates américains du monde entier, les mettant en garde contre les "messages nuisibles et d'exclusion" véhiculés par l'utilisation de termes tels que "mère/père", "fils/fille" et "mari/femme", j'ai été tenté de me rendre au cimetière d'Oak Hill pour vérifier si la dépouille mortelle du secrétaire d'État Acheson se retournait dans sa tombe.

    Acheson a intitulé son brillant mémoire de 1969 "Present at the Creation" (Présent à la création), ce qu'il était certainement, puisque les initiatives dans lesquelles il a joué un rôle clé, telles que le plan Marshall, l'OTAN et le traité de paix japonais, sont devenues l'architecture de sécurité internationale qui a soutenu la défaite du communisme pendant la guerre froide. Le secrétaire d'État Blinken pourrait-il s'inspirer de son distingué prédécesseur et intituler ses mémoires "Présent à la destruction" ? De quoi, demanderez-vous ? De ce qu'Acheson et d'autres ont fait.

    Pensez à ce qui se passe dans le monde lorsque M. Blinken a envoyé ce câble. Les guerres font rage en Ukraine et à Gaza. L'Amérique latine s'effondre politiquement et économiquement, avec pour conséquence une crise sans précédent des migrants et des réfugiés à la frontière sud de l'Amérique. La Russie construit une arme nucléaire basée dans l'espace qui pourrait éliminer le réseau de communication par satellite de l'Amérique. Les mandataires de l'Iran sèment la pagaille au Moyen-Orient et perturbent le commerce international vital dans la mer Rouge. La Chine poursuit ses tentatives d'intimidation de Taïwan. Les crises de gouvernance en Afrique subsaharienne sont trop nombreuses pour être dénombrées. Le président des États-Unis n'arrive pas à s'entendre avec les présidents du Mexique et de l'Égypte. Le principal candidat républicain à la présidence informe ses admirateurs qu'il dirait à Vladimir Poutine de "faire ce qu'il veut" aux alliés de l'OTAN qui ne consacrent pas 2 % de leur PIB à la défense.

    Et au milieu de tout cela, le secrétaire d'État américain a jugé important d'ordonner à ses diplomates de "rester attentifs aux changements de pronoms et de les soutenir", tout en substituant "vous tous" ou "les gens" à l'expression potentiellement offensante "Mesdames et Messieurs" ?

    Ce n'est pas seulement un non-sens, c'est un non-sens dangereux. Il s'agit d'un dérapage par rapport au véritable travail de diplomatie. Il érode encore la crédibilité américaine aux yeux de Vladimir Poutine, de Xi Jinping et des mollahs apocalyptiques de Téhéran, qui pourraient bien conclure qu'une superpuissance putative obsédée par "l'identité sexuelle fluide" ne constituera pas un obstacle à leurs desseins agressifs. Elle envoie au reste du monde un signal d'insouciance terminale. Elle offense les nations et les cultures souvent qualifiées de "traditionnelles", mais qui sont en fait les dépositaires du bon sens.

    Du point de vue de l'analyste catholique des affaires mondiales, pour qui la politique est toujours en aval de la culture, c'est ce qui se produit lorsque ce que les spécialistes appellent "l'individualisme expressif" - l'égocentrisme sous stéroïdes - supplante la vision biblique de la condition humaine : Il y a des vérités intégrées dans le monde et en nous, y compris la vérité selon laquelle nous sommes un homme et une femme, distincts mais complémentaires, ordonnés à la communion et à la fécondité. Les idées, comme toujours, ont des conséquences, et les idées désespérément défectueuses de la culture woke - le culte de la fausse trinité de Moi, Moi-Même et Moi - ont maintenant corrompu la diplomatie américaine, mettant en danger à la fois notre pays et le monde.

    Comme c'est généralement le cas avec le mensonge, l'idéologie du genre qui infeste actuellement le Département d'État cherche à s'imposer par le pouvoir bureaucratique et l'intimidation personnelle. Ainsi, sous la direction de M. Blinken, le département d'État a décrété un troisième "marqueur" de genre sur les passeports américains pour les personnes qui ne s'"identifient" pas comme homme ou femme ; il a nommé le premier "envoyé spécial des États-Unis pour la promotion des droits de l'homme des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres, queer et intersexuées (LGBTQ+)" ; et il a informé le personnel du département d'État que ceux qui cherchent à obtenir une promotion doivent "faire progresser" la DEI (Diversité, équité et inclusion, au sens où les wokesters entendent ces termes par ailleurs honorables). Il ne s'agit pas tout à fait de l'avenir totalitaire que George Orwell décrivait comme "une botte frappant un visage humain - pour toujours". Mais il s'agit néanmoins d'une coercition au nom du mensonge.

    Un ami ayant un sens aigu de l'histoire, revenant de Rome à Washington via Londres le mois dernier, m'a envoyé un courriel acerbe depuis un salon d'Heathrow, disant qu'il avait l'impression d'aller de Sodome à la chute de Constantinople. Je lui ai conseillé de boire un autre verre, notamment parce que "Rome" est réparable. Mais le câble du secrétaire d'État Blinken suggère que l'analogie entre notre époque américaine et la chute de Constantinople n'est pas complètement farfelue. Et cette nouvelle chute ne sera pas arrêtée par l'un ou l'autre des deux candidats présidentiels narcissiques et âgés qui incarnent, au lieu de la remettre en question, la culture de l'égocentrisme qui tue l'Amérique et entrave notre capacité à contribuer à la construction d'un monde meilleur.

    George Weigel est Distinguished Senior Fellow du Ethics and Public Policy Center de Washington, où il est titulaire de la chaire William E. Simon d'études catholiques. Il est l'auteur de plus de vingt ouvrages, dont Witness to Hope : The Biography of Pope John Paul II (1999), The End and the Beginning : Pope John Paul II-The Victory of Freedom, the Last Years, the Legacy (2010), et The Irony of Modern Catholic History : Comment l'Église s'est redécouverte et a poussé le monde moderne à se réformer. Ses ouvrages les plus récents sont The Next Pope : The Office of Peter and a Church in Mission (2020), Not Forgotten : Elegies for, and Reminiscences of, a Diverse Cast of Characters, Most of Them Admirable (Ignatius, 2021), et To Sanctify the World : The Vital Legacy of Vatican II (Basic Books, 2022).

  • Quel est le rapport du christianisme avec la cancel culture et le wokisme ?

    IMPRIMER

    Du Nuovo Sismografo :

    Culture. Christianisme, cancel culture et wokisme.

    Quel est le rapport du christianisme avec la cancel culture et le wokisme ? C'est la question que pose le théologien Gabriele Palasciano dans son dernier livre publié en France chez L'Harmattan et intitulé Christianisme, cancel culture et wokisme. Quel rapport au passé en société contemporaine. L'ouvrage, préfacé par Noam Chomsky, contient des contributions de plusieurs auteurs. Nous reprenons la présentation du volume sur le site de l'éditeur. 

    Gabriele Palasciano est chercheur en philosophie des religions à l'université de Vienne. Ses recherches vont de la philosophie des religions à l'histoire de la théologie et des cultures.
    ***

    Ce qui est envisagé ici, sur le plan théorique, c'est la perception que les "partisans" de l'annulation de la culture et du travail ont du christianisme en tant que religion associée aux aspects les plus sombres et les plus tragiques de l'histoire : responsable de crimes contre l'humanité, coupable de régression morale individuelle et collective, promoteur d'intolérance et d'injustice - ces dernières étant liées en particulier au colonialisme.

    Cette perception justifierait alors son effacement, notamment par la destruction de ses références artistiques, socioculturelles et intellectuelles.

    Toutes ces critiques radicales adressées au christianisme sont essentiellement analysées selon quatre dimensions : éthique, historique, herméneutique et théologique.

    L'objectif est d'offrir une perspective large et réfléchie sur les questions actuelles concernant l'avenir du christianisme et de la civilisation que le christianisme lui-même a contribué à construire.

    IMG-20240228-WA0056.jpgcliquer sur le texte pour l'agrandir

  • Absurdité de l'esprit du temps

    IMPRIMER

    De Lukas Matuschek sur kath.net/news :

    Absurdité de l'esprit du temps

    29 février 2024

    "En Jésus, nous rencontrons la vérité elle-même. Nous Le connaissons, Lui et Sa volonté, à travers Sa révélation. Malgré tout, cela déstabilise lorsque, dans les médias et les conversations, la science veut rivaliser avec la vérité éternelle." Contribution d'invité de Lukas Matuschek

    Ce n'est pas seulement depuis ces années que l'Eglise est entourée d'erreurs qui masquent la beauté qui l'habite malgré tout, parce qu'elle vient de son époux. Voici une tentative d'aperçu sans prétention d'exhaustivité.

    Nous devons nous opposer à ces erreurs et nous rappeler sans cesse la vérité, afin de pouvoir affronter nos combats la tête haute et plus forts. Surtout lorsqu'il s'agit de notre vocation de prophètes, de rois et de prêtres.

    Prophétisme

    En Jésus, nous rencontrons la vérité elle-même. Nous Le connaissons, Lui et Sa volonté, à travers Sa révélation. Malgré cela, nous sommes déstabilisés lorsque, dans les médias et dans les conversations, la science veut rivaliser avec la vérité éternelle. Pourquoi en effet ? Où se trouvent les sources de la science ? Elles se trouvent dans la recherche, plus précisément dans l'étude de la création de Dieu. La science est un savoir humain et donc limité, donc en partie vrai et en partie entaché d'erreurs. Mais surtout, la science n'est pas un trésor objectif de connaissances, mais chaque thèse est en fin de compte l'opinion d'un individu, sur la base de ses connaissances actuelles limitées.

    L'exigence synodale "on devrait prendre en compte l'état actuel de la recherche" signifie donc en dernier lieu qu'on devrait intégrer les opinions individuelles des scientifiques actuellement célébrés (dans la vérité éternelle ? Le depositum fidei ?). Il semble alors prétentieux, voire ridicule. Avec quelle autorité devons-nous le suivre ?

    Rien d'autre que l'intelligence artificielle en vogue. Là aussi, il s'agit d'un résultat extrapolé sur la base de données existantes. Ici aussi, la source du savoir est humaine, même si de nombreux ordinateurs font des calculs. Ainsi, chaque résultat reste une opinion individuelle. Cela peut être utile pour les prévisions météorologiques (car facilement vérifiables). Pour les systèmes plus complexes avec des prévisions sur plusieurs années, c'est une boule de cristal plus ou moins bonne. Ce qui est plus important ici que les résultats, ce sont les justifications. Et la phrase "c'est l'état actuel de la science" n'est pas un argument, mais une affirmation sur les opinions individuelles des chercheurs.

    La vérité se trouve dans l'Évangile, non pas sur la base d'opinions et de décisions prises à la majorité, mais sur la base de l'autorité de notre Dieu. Soutenir cela est notre droit et notre devoir prophétique.

    Lire la suite

  • Il ne faut plus montrer « Mary Poppins » aux enfants

    IMPRIMER

    Lu sur le Tagespost :

    Le film classique « Mary Poppins » ne convient plus aux jeunes

    En raison du « langage discriminatoire », les enfants du Royaume-Uni ne sont autorisés à regarder le film que sous surveillance.

    28 février 2024

    Maintenant, « Mary Poppins » a été frappée. L'adaptation Disney en live-action du classique de PL Travers, sorti sous le titre "Mary Poppins" en 1964 et devenu un classique à part entière, a reçu une nouvelle classification du British Board of Film Classification (BBFC). La note est passée de « U » – qui signifie Universel – à PG (« Parental Guidance »). Il est au moins recommandé que les enfants jusqu'à l'âge de huit ans ne voient le film que sous la surveillance de leurs parents, si possible. 

    La raison invoquée pour justifier ce reclassement est « un langage discriminatoire ». Selon le journal britannique Daily Mail, la raison en est que le mot « Hottentots » est utilisé, un terme désormais qualifié de péjoratif et raciste pour les groupes ethniques indigènes d'Afrique australe. Le mot mal vu est utilisé dans deux scènes du film. Dans une scène, « l'amiral Boom », un membre à la retraite de la marine, demande aux enfants de la famille protagoniste « Banks » s'ils veulent « combattre les Hottentots ou creuser un trésor ». Dans une autre scène, « l'amiral Boom » utilise le terme pour désigner des ramoneurs au visage de suie dansant sur un toit et crie : « Alarme, nous sommes attaqués par des Hottentots ! Diables noirs !

    Les films d'animation ont une étiquette d'avertissement

    Le BBFC affirme avoir pris en compte le contexte historique du film, qui se déroule à Londres au début du XXe siècle. Cependant, selon le Film Classification Board, le langage discriminatoire du film nécessite une reclassification. Les parents devraient veiller à ce que leurs enfants reproduisent un langage non discriminatoire sans « reconnaître le potentiel offensant possible ».

    Il y a des années, le service de streaming « Disney TV+ » a commencé à proposer des films d'animation classiques tels que « Dumbo », « Les Aristochats » ou « Le Livre de la Jungle » avec un avertissement : « Ce programme contient des représentations négatives et/ou un traitement incorrect de personnes ou de cultures. . Ces stéréotypes étaient erronés à l'époque et le sont encore aujourd'hui. » Cependant, ce n'est pas (encore) le cas avec « Mary Poppins », du moins dans la version allemande du service de streaming.  DT/jeune

  • Des pensées inspirantes

    IMPRIMER

    ... glanées par Jean-Pierre Snyers :

    "Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont il chérissent les causes" (D'après Bossuet)
     
    "Dieu et l'homme sont comme deux amants qui se sont trompés sur le lieu du rendez-vous: l'homme attend Dieu dans le temps et Dieu attend l'homme dans l'éternité" (S Weil)
     
    "Ceux qui ne croient pas en Dieu font preuve d'une crédulité qui n'a rien à envier à celle qu'ils reprochent aux croyants" (J d'Ormesson)
     
    "Dieu existe, le reste n'est qu'hypothèse" (A Frossard)

    "Qui cherche à plaire à tous, finit par ne plus plaire à personne" (D'après J-J Rousseau)

    "L'escalier de la science est comme l'échelle de Jacob; il ne s'achève qu'aux pieds de Dieu" (A Einstein)

    "L'homme est un dieu tombé qui se souvient des cieux" (Lamartine)

    "Alors même que l'univers entier l'écraserait, l'homme serait encore plus grand que lui, car lui n'en saurait rien tandis que l'homme le saurait" (D'après B Pascal)

    "Dieu est la totalité vivante de ce vers quoi notre coeur s'élance" (St Thomas d'Aquin)

    "La vie est un rêve dont la mort nous réveille" (D'après St Jérôme)

    "Qu'Elle était belle; si belle que quand on l'a vue il tarde de mourir pour la revoir" (Ste Bernadette Soubirous)

  • Selon l'historien Richard Pipes, la Russie est fermement ancrée dans une tradition impérialiste et autoritaire

    IMPRIMER

    De Filip Mazurczak sur The European Conservative :

    Le problème permanent de la culture politique russe

    Selon l'historien Richard Pipes, la Russie est fermement ancrée dans une tradition impérialiste et autoritaire.

    24 février 2024
     
    Le 24 février 2022, le monde est choqué par l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Beaucoup pensaient naïvement qu'après le XXe siècle sanglant du Vieux Continent, une guerre d'agression était impensable en Europe. L'année dernière a marqué le centenaire de la naissance de l'historien polonais-juif-américain Richard Pipes ; il convient de rappeler sa vie et ses idées, en particulier son point de vue sur le passé, qui peut aider à mieux comprendre l'agression impérialiste brutale de Poutine.

    Échapper à l'Holocauste

    Ryszard Edgar Piepes est né dans une famille juive assimilée à Cieszyn, en Pologne, le 11 juillet 1923, cinq ans seulement après la résurrection de l'État polonais après plus d'un siècle de partition étrangère. À la fin du XVIIIe siècle, le Commonwealth polono-lituanien, qui s'étendait de la Baltique à la mer Noire et qui était autrefois le plus grand État d'Europe, a été englouti par ce que Herman Melville a judicieusement appelé les "trois puissances pirates", à savoir la Russie, la Prusse et l'Autriche, qui l'ont affaibli sur le plan interne. Cieszyn se retrouve sous la domination des Habsbourg ; des trois envahisseurs, la monarchie éclairée d'Autriche est la plus tolérante à l'égard des Juifs et accorde aux Polonais le plus grand degré d'autonomie.

    Les patriotes polonais voient dans la Première Guerre mondiale une occasion d'accéder à l'indépendance. Ainsi, une légion polonaise fut formée sous le commandement austro-hongrois ; les Autrichiens promirent aux Polonais l'indépendance en cas de victoire des Puissances centrales.

    L'un des légionnaires polonais était Marek Piepes, le père du futur historien. Bien que les Puissances centrales aient perdu la Grande Guerre face à l'Entente, un État polonais indépendant fut créé en vertu du traité de Versailles. Cieszyn se trouvait près de la frontière contestée entre la Pologne et la Tchécoslovaquie ; la rivière Olza séparait Cieszyn polonais de Český Těšín.

    Dans le Cieszyn d'après-guerre, Marek Piepes a fondé une chocolaterie appelée Dea. Il a fini par la vendre et a déménagé sa famille à Cracovie, mais en moins d'un an, elle s'est installée à Varsovie, où il a également travaillé dans l'industrie de la confiserie. Dea a depuis été rebaptisée Olza et produit la célèbre barre de gaufrettes Prince Polo, que l'on peut acheter dans n'importe quelle épicerie polonaise.

    Alors que l'entre-deux-guerres a été une période d'épanouissement culturel pour la minorité juive de Pologne, l'antisémitisme institutionnel et l'antisémitisme populaire violent se sont développés après la mort du dirigeant autocratique mais tolérant de la nation, Józef Piłsudski, en 1935. Cette évolution est conforme aux tendances observées ailleurs en Europe centrale et orientale ; l'évolution la plus inquiétante est celle de l'Allemagne voisine qui, depuis 1933, est gouvernée par le parti nazi. Outre son antisémitisme officiel, l'Allemagne menace de plus en plus d'envahir son voisin oriental, dont le ministre des affaires étrangères, le colonel Józef Beck, refuse de céder aux exigences territoriales d'Hitler.

    Le 1er septembre 1939, l'Allemagne nazie envahit la Pologne par l'ouest, suivie 16 jours plus tard par une invasion soviétique par l'est. Bien que l'armée polonaise se soit battue avec courage, elle n'a pas fait le poids face à la Wehrmacht, qui a commencé son occupation brutale de la Pologne, qui a duré six ans. Les Piepes ont rapidement compris que, dans ce qui se passait, le fait d'être juif pouvait s'avérer mortel. Varsovie, où vivait la famille Piepes, a été gravement endommagée par les bombardements allemands. Outre d'énormes dégâts matériels, 25 000 Varsoviens ont été tués en septembre 1939.

    Grâce à l'aide de vieilles connaissances des légions polonaises, dont certaines sont devenues des figures importantes de l'armée, du gouvernement et du corps diplomatique polonais, Marek Piepes et sa famille s'échappent de Cieszyn en passant par Breslau, en Allemagne, avant de se rendre en Italie et de s'installer finalement aux États-Unis.

    Lire la suite

  • Les raisons d'espérer selon Mgr Hendriks, évêque aux Pays-Bas

    IMPRIMER

    D'Edgar Beltran sur The Pillar :

    "L'importance de la communauté" - L'évêque néerlandais Hendriks parle de l'espérance chrétienne

    20 février 2024

    Le fait que les Pays-Bas soient l'un des pays les plus sécularisés au monde ressemble presque à un cliché.

    Mais avec une participation à la messe inférieure à 2 % des catholiques, une situation professionnelle désastreuse et des centaines d'églises et de paroisses en cours de consolidation dans tout le pays, les Pays-Bas pourraient être considérés comme une vitrine de ce qui est à venir dans un Occident en voie de sécularisation rapide.

    Autrefois une puissance missionnaire, qui fournissait environ 10 % des missionnaires étrangers dans le monde, la fréquentation de la messe a diminué de moitié dans les années 1950 et s'est effondrée après le concile Vatican II. 

    Dans les décennies qui ont suivi, le catholicisme néerlandais est devenu synonyme de théologie "expérimentale", d'abus liturgiques et d'hétérodoxie.

    Mais certains pensent que l'Église néerlandaise a encore beaucoup à offrir après une période postconciliaire troublée. Et qu'en fait, les catholiques néerlandais offrent déjà quelque chose d'important au monde.

    L'un d'entre eux est Mgr Jan Hendriks, évêque du diocèse de Haarlem-Amsterdam depuis 2020, où il a d'abord été affecté en tant qu'évêque auxiliaire en 2011.

    Mgr Hendriks, avocat canonique et lecteur du Pillar, est le dernier évêque néerlandais à avoir dévoilé un vaste plan de consolidation des paroisses, qui prévoit la fermeture d'environ 60 % des églises du diocèse.

    L'évêque a toutefois expliqué à The Pillar que ce processus était nécessaire pour donner un nouvel élan à l'évangélisation du pays à partir de communautés plus grandes et plus unies.

    L'évêque Hendriks s'est entretenu avec The Pillar ce mois-ci dans la cathédrale Saint-Bavon au sujet de la sécularisation aux Pays-Bas, de l'évangélisation dans le monde postmoderne, de la migration, des fermetures de paroisses et de l'Eucharistie. 

    Cet entretien a été édité pour des raisons de longueur et de clarté.

    Comment les Pays-Bas sont-ils devenus l'un des pays les plus sécularisés d'Europe ?

    Le catholicisme a été interdit aux Pays-Bas depuis la Réforme jusqu'à l'époque de Napoléon. Ce n'est donc qu'au XIXe siècle que l'on a vu apparaître un énorme réseau d'institutions catholiques - églises, congrégations, écoles, hôpitaux, etc.

    Au cours de ce siècle, la hiérarchie s'est fortement impliquée, car ce développement devait être contrôlé pour qu'il se déroule dans de bonnes conditions. 

    Mais l'aspect spirituel a été un peu négligé. C'est ce que Karol Wojtyla a remarqué lorsqu'il a visité les Pays-Bas après la Seconde Guerre mondiale. Il a été impressionné par l'énorme organisation du catholicisme. Mais en même temps, il a remarqué qu'elle était superficielle, qu'elle manquait de spiritualité.

    Il s'agit donc d'un processus qui était déjà en cours à la fin des années 1950.

    Puis, dans les années 1960, le Concile Vatican II a renforcé cette tendance. Le Concile a souligné la responsabilité des laïcs et leur implication dans l'apostolat, ce qui était une bonne chose.

    Mais ici, aux Pays-Bas, il s'est passé quelque chose de similaire à ce qui se passe avec Fiducia supplicans dans certains épiscopats. Le Concile a été perçu comme une rupture, comme un nouveau départ.

    Ainsi, à bien des égards, le Concile n'a jamais été reçu. Personne n'a étudié les documents, [beaucoup] n'y ont vu qu'une excuse pour marquer un nouveau point de départ. Immédiatement après le Concile, nous avons eu le Conseil pastoral néerlandais, qui a créé une atmosphère très libérale. Le célibat des clercs a été discuté, de même que la sexualité et le rôle des femmes dans l'Église. 

    Lire la suite

  • L'archevêque Fulton Sheen : un prophète pour notre temps ?

    IMPRIMER

    De Joseph Pronechen  sur le National Catholic Register :

    Fulton Sheen a-t-il prophétisé sur ces temps ?

    "La seule façon de sortir de cette crise est spirituelle. ... Le moment est plus proche que vous ne le pensez".

    Pope John Paul II embracing Archbishop Fulton Sheen at St. Patrick’s Cathedral in New York City, October 2, 1979.
    Le pape Jean-Paul II embrasse l'archevêque Fulton Sheen à la cathédrale Saint-Patrick de New York, le 2 octobre 1979. (photo : Fondation Sheen)

    20 septembre 2019

    L'archevêque Fulton Sheen a-t-il prophétisé sur cette époque ?

    Dans une conférence prononcée il y a 72 ans, Mgr Fulton Sheen est apparu aussi visionnaire que les prophètes d'autrefois.

    "Nous sommes à la fin de la chrétienté". a déclaré l'archevêque Fulton Sheen lors d'une conférence en 1947. Précisant qu'il ne parlait pas du christianisme ou de l'Église, il a ajouté : "La chrétienté est la vie économique, politique et sociale inspirée par les principes chrétiens. Elle est en train de disparaître - nous l'avons vue mourir. Regardez les symptômes : l'éclatement de la famille, le divorce, l'avortement, l'immoralité, la malhonnêteté générale".

    Prophétique à l'époque, il était déjà visionnaire et annonciateur lors de l'émission de radio du 26 janvier 1947.

    "Comment se fait-il que si peu de gens se rendent compte de la gravité de la crise actuelle ? demandait-il il y a 72 ans. Puis il a donné la réponse : "En partie parce que les hommes ne veulent pas croire que leur époque est mauvaise, en partie parce que cela implique trop d'auto-accusation, et principalement parce qu'ils n'ont pas de critères extérieurs à eux-mêmes pour mesurer leur époque... Seuls ceux qui vivent dans la foi savent vraiment ce qui se passe dans le monde. Les grandes masses sans foi sont inconscientes des processus destructeurs en cours".

    Il s'agit certainement d'un aperçu des suspects habituels - les gros titres et les histoires d'aujourd'hui. Pour illustrer son propos, Mgr Sheen a souligné que "le jour même de la destruction de Sodome, les Écritures décrivent le soleil comme brillant ; le royaume de Balthasar s'est achevé dans l'obscurité ; les gens ont vu Noé se préparer au déluge 120 ans avant qu'il n'arrive, mais les hommes n'ont pas voulu croire". Au milieu d'une apparente prospérité, d'une unité mondiale, le décret aux anges est publié, mais les masses poursuivent leur routine sordide. Comme l'a dit notre Seigneur : Car, comme dans les jours qui précédèrent le déluge, ils mangeaient et buvaient, se mariaient et se donnaient en mariage, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche, et qu'ils ne s'en aperçurent point, jusqu'à ce que le déluge vînt et les emportât tous, ainsi en sera-t-il à l'avènement du Fils de l'homme". (Matthieu 24:38-39)

    Sheen se demande si nous sommes même conscients des signes des temps, car "les dogmes fondamentaux du monde moderne se dissolvent sous nos yeux". Ils ont été remplacés par les hypothèses suivantes : 1) l'homme n'a pas d'autre fonction dans la vie que de produire et d'acquérir des richesses ; 2) l'homme est naturellement bon et n'a pas besoin d'un Dieu pour lui donner des droits, ni d'un Rédempteur pour le sauver de la culpabilité, car le progrès est automatique grâce à la science, à l'éducation et à l'évolution, qui feront un jour de l'homme une sorte de dieu ; 3) l'homme est un être humain, et (3) l'idée que la raison n'est pas de découvrir "le sens et le but de la vie, à savoir le salut de l'âme, mais simplement de concevoir de nouvelles avancées techniques pour faire de cette terre une cité de l'homme qui remplacera la cité de Dieu". "

    Lire la suite

  • Tusk : la fin de la Pologne chrétienne ?

    IMPRIMER

    De Solène Tadié sur le National Catholic Register :

    L'avènement du gouvernement Tusk annonce-t-il une érosion de la culture chrétienne en Pologne ?

    ANALYSE : Sous l'impulsion des politiques progressistes du nouveau gouvernement national, le paysage socioculturel semble changer rapidement dans un pays qui reste l'un des plus catholiques d'Europe.

    20 février 2024

    VARSOVIE, Pologne - Depuis les récentes élections législatives d'octobre 2023, une atmosphère explosive règne en Pologne, et ces affrontements politiques et idéologiques n'ont pas épargné l'Église, qui reste une institution centrale dans la vie de cette nation d'Europe de l'Est. 

    Le nouveau gouvernement, dirigé par l'ancien président du Conseil européen Donald Tusk, a prêté serment le 13 décembre, mettant fin à huit années de règne du parti de droite Droit et Justice (PiS). 

    Bien que le parti conservateur reste techniquement le plus important du pays, avec plus de 35 % des voix lors des élections du 15 octobre, il a perdu sa majorité parlementaire au profit d'une coalition composée des partis centriste Coalition civique (KO), de centre-droit Troisième voie (Trzecia Droga) et de la Gauche (Lewica).

    Soutenu par les dirigeants de l'Union européenne, qui étudient actuellement la possibilité de débloquer les 76 milliards d'euros du Fonds de relance Covid que la Commission européenne a gelés depuis 2022 en raison des préoccupations de l'UE concernant l'indépendance du système judiciaire polonais, le nouvel exécutif a déjà mis en œuvre une série de mesures et d'interventions destinées à liquider l'héritage de son prédécesseur.

    Méthodes brutales

    À cette fin, le gouvernement du premier ministre Tusk a eu recours à des méthodes jugées brutales, voire autoritaires, par ses opposants et certains commentateurs étrangers. Le cas le plus emblématique est l'arrestation spectaculaire au palais présidentiel des anciens ministres du Droit et de la Justice Mariusz Kamiński et Maciej Wąsik, le 9 janvier. 

    Les deux députés avaient été condamnés en 2015 par un tribunal polonais de première instance pour abus de pouvoir et graciés cette année-là alors qu'ils faisaient appel de la décision du tribunal par le président Andrzej Duda, qui, en tant que chef de l'État, dispose d'un pouvoir constitutionnel illimité pour accorder des grâces. L'affaire a ensuite déclenché une bataille juridique entre les juges de la Cour suprême et de la Cour constitutionnelle. 

    En juin dernier, la Cour suprême a invalidé les grâces présidentielles au motif qu'elles avaient été accordées avant la fin de la procédure judiciaire. La Cour constitutionnelle, pour sa part, a confirmé la validité des grâces, mais son autorité est remise en question par certains experts juridiques, notamment à la suite d'un arrêt rendu en 2021 par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), selon lequel la Cour polonaise n'est pas fondée en droit en raison de la présence d'un juge nommé par le parti conservateur PiS par l'intermédiaire du président Duda, qui est aligné politiquement sur le PiS. 

    Cette situation a conduit certains observateurs à craindre l'émergence d'une crise constitutionnelle à long terme.

    Lire la suite