Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'extension du délai de l'IVG : une mauvaise nouvelle pour la santé des femmes

IMPRIMER

D' sur le site du Figaro Vox :

Israël Nisand: «L'extension du délai de l'IVG est une mauvaise nouvelle pour la santé des femmes»

 

FIGAROVOX. - L'allongement du délai d'IVG a été adopté en deuxième lecture par l'Assemblée nationale. Êtes-vous favorable à cet allongement de deux semaines ?

Israël NISAN. - Plus une IVG est tardive, plus elle est dangereuse et plus elle est difficile psychologiquement pour les femmes qui y recourent. Il faut dilater le col de manière plus importante, ce qui peut causer un risque de perforation et d'infection postopératoires.

Depuis 25 ans à Strasbourg, je n'ai jamais envoyé personne à l'étranger pour pratiquer une IVG tardive parce que le délai aurait été dépassé. Dans mon établissement, l'on a pratiqué 2200 IVG l'an passé, dont une vingtaine qui arrive au-delà du délai, qui sont soit des adolescentes mal informées ou mal accompagnées, soit des dénis de grossesse. Dans les deux cas, nous les prenons en charge, et nous les accompagnons de manière complètement différente, en nous adaptant à chaque cas individuel.

À 16 semaines d'aménorrhée, soit à 14 semaines de grossesse, le fœtus mesure environ 120 millimètres, sa tête est ossifiée. Pour le sortir, il faut démembrer le fœtus et écraser sa tête. C'est insoutenable pour beaucoup de professionnels.

Israël Nisand

Affirmer, comme le fait la proposition de loi, que l'on envoie 3000 femmes à l'étranger n'est absolument pas étayé. Et, en tout état de cause, les gens qui envoient des femmes se faire avorter à l'étranger ne connaissent pas la loi française qui autorise à faire une IVG sans aucune clause de délai, appelée interruption médicale de grossesse (IMG), durant laquelle la femme est entourée et encadrée par le personnel. [La loi Veil autorise une IMG jusqu'à 9 mois, à titre exceptionnel, si une poursuite de la grossesse met en péril grave la santé de la femme ou en cas d'une affection grave de l'enfant à naître, NDLR].

N'oublions pas que l'allongement du délai d'IVG est un calvaire pour les médecins qui doivent pratiquer une IVG. À 16 semaines d'aménorrhée, soit à 14 semaines de grossesse, le fœtus mesure environ 120 millimètres, sa tête est ossifiée. Pour le sortir, il faut démembrer le fœtus et écraser sa tête. C'est insoutenable pour beaucoup de professionnels. (...)

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel