Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les franciscains d'Allemagne élisent un prêtre ouvertement gay comme nouveau supérieur

IMPRIMER

Du National Catholic Register :

Les Franciscains d'Allemagne élisent un prêtre ouvertement gay comme nouveau supérieur

Dans une interview accordée à MK-Online, le site d'information officiel de l'archidiocèse de Munich et Freising, le père Fuhrmann a expliqué pourquoi il a rendu publique son homosexualité.

15 juin 2022

La province franciscaine Sainte-Elisabeth d'Allemagne, qui compte 300 membres, a élu comme nouveau supérieur le père Markus Fuhrmann, qui, il y a quelques semaines, a fait publiquement son coming out en tant qu'homosexuel.

Dans une interview accordée à MK-Online, le site d'information officiel de l'archidiocèse de Munich et de Freising, le père Fuhrmann a expliqué pourquoi il a rendu publique son homosexualité.

"Si je suis moi-même gay, alors je veux montrer que je peux aussi faire partie de l'Église dans ce ministère. C'est important parce que ce n'est pas censé être comme ça dans l'Église. Malheureusement, il y a trop d'hypocrisie institutionnelle dans notre Église", a-t-il déclaré.

En outre, le nouveau supérieur franciscain a déclaré qu'il "soutient personnellement les efforts du Chemin synodal, je suis en faveur d'un réexamen critique du célibat dans le mode de vie sacerdotal et je suis en faveur de l'accès des femmes aux ministères ordonnés".

La Voie synodale est un processus pluriannuel controversé qui a débuté en décembre 2019 et qui implique des évêques et des laïcs d'Allemagne pour aborder des questions telles que l'exercice du pouvoir, la moralité sexuelle, le sacerdoce et le rôle des femmes dans l'Église, questions sur lesquelles ils ont exprimé, publiquement et à diverses occasions, des positions contraires à la doctrine catholique.

Interrogé sur le fait que ses frères franciscains connaissaient son homosexualité au moment de son élection, le nouveau supérieur allemand a déclaré que "c'était très bon pour moi de savoir que cela est très positif pour les frères."

Il a ajouté : "Je reçois beaucoup d'encouragements, et peut-être que cette étincelle d'appréciation peut se propager à d'autres secteurs de l'Église. Je pense que c'est une bonne chose." 

Le père Fuhrmann est né le 9 août 1971 à Hanovre, la capitale de la Basse-Saxe, en Allemagne. Il a fait ses vœux simples en 1998 et sa profession solennelle en 2003. Il a été ordonné prêtre le 7 mai 2005.

À Cologne, dans la province Sainte-Élisabeth, il s'occupait des indigents et, avant son élection, il était vicaire provincial.

Concernant son travail futur, le nouveau supérieur franciscain en Allemagne a déclaré à MK-Online qu'"un grand changement est imminent, et je veux et dois le façonner avec les frères".

L'enseignement de l'Église sur l'homosexualité

L'enseignement catholique sur l'homosexualité est résumé dans les sections 2357, 2358 et 2359 du Catéchisme de l'Église catholique. 

L'Église enseigne que les homosexuels "doivent être acceptés avec respect, compassion et sensibilité. Tout signe de discrimination injuste à leur égard doit être évité." 

Comme l'explique le catéchisme, "la tradition a toujours déclaré que les actes homosexuels sont intrinsèquement désordonnés et que ce penchant, objectivement désordonné, constitue pour la plupart d'entre eux une épreuve." 

Le catéchisme précise : " Se fondant sur la Sainte Écriture, qui présente les actes homosexuels comme des actes de grave dépravation, la tradition a toujours déclaré que les actes homosexuels sont intrinsèquement désordonnés. Ils sont contraires à la loi naturelle. Ils ferment l'acte sexuel au don de la vie. Ils ne procèdent pas d'une authentique complémentarité affective et sexuelle. En aucun cas, ils ne peuvent être approuvés".  

Fournissant des indications supplémentaires, le catéchisme dit : "Les personnes homosexuelles sont appelées à la chasteté. Par les vertus de maîtrise de soi qui leur apprennent la liberté intérieure, parfois par le soutien d'une amitié désintéressée, par la prière et la grâce sacramentelle, elles peuvent et doivent s'approcher progressivement et résolument de la perfection chrétienne."

Commentaires

  • Effectivement, l'Eglise a souvent fait preuve d'hypocrisie en matière de sexualité de ses religieux et de ses fidèles, ce qui a également contribué à la désertification des églises. Quant à la chasteté et au célibat, c'est très difficile et je peux bien comprendre les "incartades" de certains prêtres séculiers. Je suis pour la liberté de choix de se marier ou pas. Quant aux réguliers, c'est autre chose. Je ne savais pas qu'un moine avait forcément une orientation sexuelle. Cela voudrait-il dire qu'il "pratique"? Il y a quand même un énorme problème dans notre Eglise catholique avec ces histoires de célibat et de sexualité refoulée. C’est malsain à crever. S'efforcer de suivre l'exemple du Christ est une chose. Une bonne chose, saine et méritoire. Par contre, jouer au Christ en est une autre, d'où l'hypocrisie. En effet, comment peut-on croire, comprendre et accepter que des hommes et des femmes normalement constitués doivent renoncer à leur humanité en tout temps et en tout lieu? Et si ça existe bel et bien, il ne doit pas y en avoir beaucoup qui y parviennent. J'ai renoncé très vite à ce parcours notamment à cause de ça. Combien d'entre nous n’ont-ils pas eu la même réaction? Combien de religieux l'Eglise n'a-t-elle pas perdu à cause de ça?

  • Que ce nouveau supérieur des franciscains se rassure: pas plus qu'à l'égard des nombreux évêques allemands qui, proches du lobby LGBT, réclament le sacerdoce féminin et le mariage à l'église des personnes du même sexe, le pape ne lèvera pas le petit doigt. Certes, si un tel supérieur qui, tout en n'étant pas homo, voulait renouer avec une doctrine, une morale et une liturgie qui étaient celles de tant de saints, sûr que le présent pontife froncerait les sourcis et qu'il "ne ferait pas dans la dentelle"; dans cette dentelle qu'il déteste voir sur les vêtements liturgiques. On le voit, depuis qu'il a déchiré le Motu proprio de Benoît XVI (qui octroyait aux prêtres qui le souhaitent le droit de célébrer la Messe sous la forme extraordinaire), sa rage face à ceux qui furent encouragés par Jean-Paul II est devenue sans limite. L'acharnement romain à l'égard de Mgr Rey qui va jusqu'à lui interdire d'ordonner 10 séminaristes contraste avec la bénédiction accordée aux diocèses moribonds gérés par des épiscopes à plat ventre devant le monde. A quand une inspection vaticane les concernant? Etrange justice papale qui, charité à géométrie variable oblige, ne cesse de couper les bons fruits tout en laissant subsister ceux qui sont rongés par les vers.

  • Hélas je crains qu'il n'y ait pas que des bons fruits à Toulon

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel