Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Biden jette le masque et mène l'assaut des abortistes

IMPRIMER

De Luca Volontè sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

Biden jette le masque et mène l'assaut des abortistes

1-7-2022

Après l'annulation de l'arrêt Roe v. Wade, les actes de vandalisme et les incendies criminels contre les lieux de culte chrétiens et les centres pro-vie se poursuivent. Pendant ce temps, la presse harcèle le juge en chef Clarence Thomas. Le président Biden mène directement l'assaut.

Aux États-Unis, comme dans le monde occidental, nous sommes confrontés à une interprétation fausse et malveillante de l'arrêt de la Cour suprême qui, avec une mauvaise foi évidente, est exploitée à des fins d'intimidation, de politique et de répression par les avorteurs, les politiciens démocrates et les médias. La violence et le vandalisme continuent, les juges restent dans le collimateur, et Biden et les démocrates poussent l'accélérateur de l'avortement.

D'abord. Après l'annulation de l'arrêt Roe v. Wade, les actes de vandalisme et les incendies criminels contre des lieux de culte chrétiens, des églises catholiques, des centres de grossesse pro-vie et des monuments commémoratifs pro-vie se poursuivent sans relâche. Rien qu'au cours des derniers jours, le centre de grossesse "LifeChoice" de Winter Haven, en Floride, a été défiguré par des graffitis pro-avortement le 25 juin, avec des mots sinistres ("Your time is up") ; le 27 juin, des actes de vandalisme et des graffitis pro-avortement ont également été signalés sur les portes de l'église de l'Ascension à Manhattan, dans l'État de New York ; à l'église catholique St. Anthony de Renton, dans l'État de Washington, a vu ses fenêtres brisées et barbouillées de slogans pro-avortement ; dans la ville de South Bend, dans l'Indiana, la croix commémorative des bébés avortés et à naître a été vandalisée par des graffitis pro-avortement ; le centre pro-vie "Heart to Heart" de Cortez, dans le Colorado, a été attaqué ; la librairie catholique "Sacco Company", dans le centre-ville de Houston, a été incendiée. L'église catholique St. Colman, un bâtiment historique situé dans le comté de Raleigh, en Virginie occidentale, a été réduite en cendres par un incendie criminel dans la nuit de dimanche à lundi. Il s'agissait de la "petite église catholique de Irish Mountain", construite dans les années 1800 à la demande des immigrants irlandais. Mardi 28 juin, un homme de 31 ans a été arrêté, mais pas la jeune fille qui avait tenté de défoncer la porte d'entrée de la chapelle de l'Adoration perpétuelle du Saint-Sacrement et dégradé l'ensemble du bâtiment de l'église catholique Sainte-Louise à Bellevue (Washington).

La lâcheté du ministère de la Justice à l'égard des groupes anarcho-abortionnistes et de leurs partisans "terroristes nationaux" leur accorde (de facto) un sauf-conduit permanent. Les récentes intimidations des anarcho-avorteurs à l'encontre des pro-vie vont maintenant jusqu'à les menacer de mort dans leur domicile privé.  Certains médias de gauche et libéraux aux États-Unis continuent de dénoncer la manière dont la forte présence de catholiques à la Cour constitue une menace pour la démocratie. Cependant, Nancy Pelosi est allée au Vatican pour voir le Pape, pas les juges ! Des folies, comme CNN qui promeut l'avortement illégal et le marché noir des pilules tueuses...

Deuxièmement. Dans le collimateur de la presse, qui a été très active dans la diffusion d'interprétations absurdes et partisanes de l'arrêt Dobbs, se trouve le juge Clarence Thomas, coupable d'avoir écrit dans son "opinion concurrente", dans laquelle il approuve l'arrêt, qu'il est du devoir de la Cour d'examiner et de corriger les décisions erronées sur la contraception et le mariage homosexuel. Le raisonnement du juge Thomas est très simple et sain : l'inconstitutionnalité de l'arrêt Roe est la même que celle qui avait constitutionnalisé le mariage gay et la contraception dans le passé, une "fabrication constitutionnelle de la loi" contraire à la Constitution américaine. La raison et la cohérence constitutionnelle ne sont pas nécessaires, a commencé la "galerie de tir" de la presse américaine et l'invitation à faire violence au juge Thomas faite par le maire de Chicago, Lori Lightfoot, à la foule de la gay pride ces derniers jours. Les directeurs généraux des grandes entreprises, dont un certain nombre respectent l'arrêt Dobbs, donnent des signes de retour à la raison.

Troisièmement. L'administration Biden, notamment par le biais de la vice-présidente Kamala Harris, abondamment financée pendant la campagne présidentielle de 2020 par les multinationales de l'avortement, propage inlassablement les revendications des avorteurs en faveur de nouvelles lois et réglementations fédérales. Après son interview sur CNN le 27 juin, Xavier Becerra, secrétaire du ministère de la santé, a présenté ses cinq propositions le 28 juin. Le plan prévoit un engagement : 1. à augmenter l'utilisation et la prévalence des " pilules tueuses " et à s'opposer aux lois des États qui les interdisent ou les restreignent ; 2. à former les médecins et les pharmaciens sur la manière d'aborder les avortements ; 3. de rappeler aux prestataires fédéraux de Medicaid que l'argent des impôts fédéraux peut être utilisé pour payer les contraceptifs et la contraception d'urgence ; 4. de travailler avec le Bureau des droits civils pour s'assurer que les informations médicales des femmes qui avortent restent privées ; 5. d'utiliser la loi sur les traitements médicaux d'urgence pour étendre les avortements.

Mais c'est Biden qui mène l'assaut des troupes avorteuses, et depuis le sommet de l'OTAN à Madrid le 30 juin, il déclare : " L'Amérique est en meilleure position pour diriger le monde qu'elle ne l'a jamais été ", malgré " le comportement scandaleux de la Cour suprême des États-Unis, qui a renversé non seulement Roe v. Wade " mais aussi le droit des femmes à la vie privée. Par conséquent, Biden, qui a juré en 2021 d'être le président de tous les Américains, désormais dépourvu de tout respect institutionnel, appelle maintenant à un changement des règles du Sénat pour que les lois fédérales pro-avortement soient adoptées à la majorité simple, et annonce une réunion aujourd'hui, 1er juillet, avec uniquement des démocrates pro-avortement. Les Américains ? 85% très préoccupés par la dégradation de l'économie, indice d'impopularité de Biden à 57%... L'avortement ne sauvera pas les Dems, alors que de plus en plus d'États américains interdisent l'avortement, le restreignent sévèrement et légifèrent en faveur de la maternité et des politiques familiales.

Commentaires

  • Que les bonnes a^mes se rassurent : il est catholique

  • Satan commencerait-il à paniquer ?
    L'avortement et toutes ces théories woke, trans et autres (dont je n'y comprends pas grand-chose il est vrai), indiquent qu'un grand désordre règne dans le monde.
    Et un monde désordonné ne survit pas longtemps.

    Mais bien entendu, c'est la faute au changement climatique et à Mr. Poutine.

  • Oui c'est la fin du règne de Satan sur le monde que Dieu permet pour un plus grand bien .. à nous de souffrir la passion du Christ à notre tour pour mériter le paradis éternel... ça vaut la peine mais on, y est pas fort préparé .

  • En tant que médecin j'ai consacré toute une partie de ma vie à combattre ces horreurs homicides aux deux extrémités de la vie humaine, perpétrées par d'autres médecins que j'estime indignes. Il ne me reste que la prière et l'espoir que quand je passerai dans l'autre vie, les âmes de tous ces petits et ces malades assassinés plaideront ma cause de pécheur auprès du Juge Suprème.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel