Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Président du Guatemala accuse la Commission interaméricaine de promouvoir l'avortement et l'idéologie transgenre

IMPRIMER

De   sur le site du Center for Family & Human Rights (C-Fam) :

Le président guatémaltèque accuse l'OEA d'extorsion sur l'avortement et l'idéologie transgenre

30 juin 2022

WASHINGTON, D.C. 1er juillet (C-Fam) Le président du Guatemala, Alejandro Giammattei, a accusé la Commission interaméricaine des droits de l'homme d'"extorsion" pour promouvoir l'avortement et l'idéologie transgenre.

"La Commission interaméricaine des droits de l'homme ne devrait pas être militante sur ces questions (avortement, mariage et transsexualité). Elle devrait respecter la souveraineté et la liberté de chaque État de décider de ces questions, comme l'a démontré la récente décision de la Cour suprême des États-Unis", a déclaré M. Giammattei au siège de l'Organisation des États américains, en faisant référence à une décision de la Cour suprême des États-Unis de la semaine dernière déclarant que les politiques d'avortement ne devraient pas être imposées par des juges, mais débattues et adoptées démocratiquement.

Le discours de M. Giammattei a été accueilli par des applaudissements énergiques et soutenus de la part des ambassadeurs du Conseil permanent de l'Organisation des États américains.

Le président guatémaltèque a déclaré que la Commission interaméricaine avait agi avec "mépris" pour la constitution guatémaltèque et la démocratie en favorisant l'avortement et l'a accusée de devenir un "outil pervers" pour promouvoir l'activisme et les idéologies non démocratiques.

M. Giammattei était à Washington pour défendre le bilan du Guatemala en matière de droits de l'homme après que la Commission interaméricaine des droits de l'homme a ajouté le Guatemala à une liste de contrevenants aux droits de l'homme aux côtés de Cuba et du Venezuela. Il a déclaré que la Commission avait agi de manière illégale et l'a accusée de menacer le Guatemala pour lui extorquer le respect de ses mandats idéologiques.

"Quand on reçoit une note de la CIDH disant que son pays sera placé sur une liste d'abuseurs des droits de l'homme si la commission n'est pas invitée dans le pays ; c'est une menace, et c'est de l'extorsion ! Ce n'est pas légal !" s'est exclamé avec force Giammattei dans des propos tenus à bâtons rompus.

Parmi les raisons pour lesquelles le Guatemala a été ostensiblement ajouté à la liste, Giammattei a cité sa signature de la "Déclaration du consensus de Genève", un accord international lancé par l'administration Trump en octobre 2020 qui déclare que l'avortement n'est pas un droit international et reconnaît la prérogative souveraine des pays de protéger la vie et la famille dans leurs lois et politiques de protection de la santé des femmes. Plus tôt cette année, le Guatemala a été salué comme la "capitale pro-vie du continent américain."

M. Giammattei souligne qu'il n'existe aucune obligation internationale d'autoriser l'avortement pour quelque raison que ce soit en vertu des traités internationaux. Il a accusé la Commission interaméricaine de promouvoir ses propres interprétations des traités comme si elles étaient définitives et de s'ingérer dans les débats politiques démocratiques internes et les affaires judiciaires des pays. Cela, a-t-il dit, viole le mandat de la Commission qui est d'agir de manière "subsidiaire et complémentaire" au système constitutionnel de chaque pays.

"Le Guatemala est un pays souverain et une démocratie, et il reste déterminé à remplir les obligations qui lui incombent en vertu de la Convention interaméricaine des droits de l'homme, pour autant qu'il s'agisse d'obligations auxquelles les États ont consenti lorsqu'ils ont établi le système interaméricain", a déclaré M. Giammattei.

Il a également exhorté tous les membres de l'Organisation des États américains à réformer le système interaméricain des droits de l'homme afin de prévenir les abus comme celui commis contre le Guatemala.

"Il est important que nous travaillions ensemble pour renforcer le système interaméricain des droits de l'homme, car l'anarchie et le manque de respect de l'État de droit qui sont aujourd'hui infligés au Guatemala pourraient demain être perpétrés contre n'importe quel État membre de l'organisation. Aujourd'hui c'est nous, demain cela pourrait être n'importe lequel d'entre vous", a-t-il averti.

Avant ses remarques, M. Giammattei a également montré une vidéo au nom du Congrès guatémaltèque reprochant à la Commission de critiquer une loi récente visant à protéger la famille, à protéger les enfants adolescents qui s'identifient comme transgenres contre les mutilations et contre le placement sous des médicaments hormonaux qui retardent de manière permanente leur développement sexuel.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel