Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le décès de "l'homme qui murmurait à l'oreille du pape"

IMPRIMER

Lu sur le site "Benoît et moi" :

Mort de « l’homme qui murmurait à l’oreille du Pape »

Le cardinal brésilien (d’origine allemande) Hummes, adversaire inlassable de Benoît XVI (qui l’avait pourtant nommé préfet pour le clergé), « saint-gallien » de fer, faiseur de Pape et grand ami de François, grand maître d’œuvre du Synode amazonien, est mort à l’âge de 87 ans [nombreux articles sur ce site]. Le flash back très documenté de Giuseppe Nardi apporte un éclairage passionnant sur les vraies amitiés de François. Qui ne sont pas vraiment celles de Benoît XVI!

Mort d’un Papstflüsterers

https://katholisches.info/2022/07/05/tod-eines-papstfluesterers

5 juillet 2022

L’archevêché de São Paulo a annoncé le décès du cardinal Cláudio Hummes à l’âge de 87 ans. Le cardinal Hummes était le lieutenant du pape François au Brésil et l’un des grands promoteurs du Synode sur l’Amazonie qui, avec le Synode sur la famille, était jusqu’à présent le plus grand projet de l’actuel pontificat. Dans l’ensemble, Hummes a été l’une des voix les plus influentes pour le changement de paradigme progressiste sous François. Le pape l’a qualifié de « très, très bon ami ».

Le cardinal Odilo Scherer, archevêque par intérim de São Paulo, a publié hier (4 juillet, donc) un « communiqué de tristesse et d’espoir » et a annoncé que les funérailles auraient lieu dans la cathédrale de São Paulo :

« C’est avec une grande tristesse que je vous annonce le décès du cardinal Cláudio Hummes, (…) aujourd’hui, après une longue maladie qu’il a supportée avec patience et confiance en Dieu ».

C’est Hummes qui a dit à François, comme celui-ci l’a raconté lui-même, juste après son élection en 2013 : « N’oublie pas les pauvres ». C’est également lui qui a recommandé au nouvel élu de s’appeler François. Nous ne ferons qu’esquisser brièvement la longue histoire qui l’a précédé.

Lire la suite sur le site "Benoît et moi"

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel