Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chemin synodal allemand : "le pape est responsable" selon Robert Mickens

IMPRIMER

Dans sa "Letter from Rome" (La Croix International), Robert Mickens* tient des propos extrêmement instructifs. Ses sympathies à l'égard des évêques allemands sont évidentes mais son analyse de la position romaine, celle du pape en particulier, est vraiment très éclairante (les gras et les soulignés sont de notre cru) :

26 novembre 2022

Le Rhin submergera-t-il le Tibre ?

Les évêques d'Allemagne s'opposent aux responsables du Vatican, défendant les réformes proposées par le chemin synodal de leur pays et par des catholiques de nombreuses autres parties du monde.

Tout est de la faute (ou du mérite) du pape François. Ceux qui critiquent férocement le chemin synodal dans lequel l'Église catholique en Allemagne s'est engagée en 2019 - et même ceux qui le soutiennent avec enthousiasme - ne peuvent nier que le pape jésuite en est responsable. La seule raison pour laquelle les Allemands ont pu passer les trois dernières années à discuter de propositions soigneusement argumentées pour des réformes majeures de l'Église - pratiquement aucune qui soit jugée acceptable par la grande majorité des responsables au Vatican - est que François les a autorisés à le faire. C'est une chose que Benoît XVI et Jean-Paul II n'auraient jamais envisagée ni même tolérée.

Peu importe que l'on soit d'accord avec ce que les Allemands proposent - notamment la possibilité pour les prêtres de se marier, l'inclusion des femmes à tous les niveaux de la gouvernance et du ministère ecclésiaux, ainsi qu'une révision et une reformulation complètes de l'enseignement de l'Église sur la sexualité humaine, pour ne citer que les points les plus saillants - que l'on soutienne ou non ces changements ne fait guère de différence. Le cheval s'est déjà emballé. Et maintenant, il va être presque impossible pour François d'ignorer d'emblée les propositions des Allemands sans donner l'impression que tout son discours sur la synodalité n'était qu'une imposture.

Les catholiques d'Allemagne ne sont pas les seuls à voir l'urgence d'une réforme sérieuse de l'Église et non pas, comme l'a dit le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État du Vatican, une réforme dans l'Église. Il a averti les évêques allemands, lors de leur "visite ad limina" du 14 au 18 novembre, de tenir compte de cette distinction. Une intuition qui a ouvert la boîte de Pandore. Mais contrairement au cardinal italien (qui a souvent été présenté comme l'un des principaux candidats à la succession de François) et à ses confrères de la Curie romaine, les Allemands ont bien compris que le changement structurel est le véritable enjeu. Ils sont conscients que le modèle institutionnel et les structures actuelles de l'Eglise ne sont plus adaptés. Le paradigme impérial-monarchique est depuis longtemps dépassé et anachronique. Il n'est pas non plus durable et est devenu un obstacle de plus en plus lourd à la promotion d'un témoignage chrétien authentique, à la formation de disciples et à la diffusion de l'Évangile. Le pape François n'en est peut-être pas convaincu à 100%, mais il semble au moins en avoir l'intuition. Sinon, pourquoi ouvrirait-il la boîte de pandore que la synodalité s'est révélée être de diverses manières ? Le pape a ses propres limites, comme nous tous, mais il n'est pas stupide. Il peut prendre très rapidement le pouls des réalités, surtout celles d'un espace mondial où se dissimulent des enjeux de taille. Il sait très bien que les catholiques du monde entier (ah oui ?) veulent que les choses changent et il les exhorte à expliquer ce que devraient être, selon eux, ces changements.

Lorsqu'il a refusé d'accepter la proposition d'ordonner des hommes mariés au presbytérat, qui a été approuvée à une écrasante majorité en octobre 2019 par les évêques participant au synode dit d'Amazonie, il a provoqué une profonde déception et même de la colère chez beaucoup. Mais ce refus n'a pas clos le débat. Au contraire, il n'a fait que provoquer des appels plus insistants à rendre le célibat clérical facultatif, comme le révèlent le Chemin synodal (que les Allemands ont commencé en décembre 2019) et les récentes consultations synodales avec les catholiques du monde entier.

Mgr Bätzing tient tête aux cardinaux du Vatican mais les hauts responsables de la Curie romaine ont clairement indiqué, lors de l'"ad limina" des évêques allemands, qu'ils attendent de leurs confrères du nord des Alpes qu'ils freinent ce qu'ils considèrent comme un train en marche. Le cardinal franco-canadien Marc Ouellet, chef du dicastère pour les évêques, les a même exhortés à imposer un moratoire sur le parcours synodal, qui est censé tenir sa session finale en mars prochain. La réponse de Mgr Georg Bätzing, président de la Conférence des évêques allemands (DBK), a été un "Nein, danke !" poli mais ferme. La façon dont cet évêque de Limbourg, âgé de 61 ans, a tenu tête aux bureaucrates du Vatican est impressionnante. Bien qu'il n'ait jamais étudié à Rome, il ne semblait pas du tout intimidé par leurs tentatives d'utiliser la vieille tactique de la curie consistant à jouer les forts avec les faibles. Bätzing n'a montré aucun signe de faiblesse. Il suffit de lire la traduction anglaise de son discours d'ouverture lors de la réunion du 18 novembre sur le Chemin synodal que lui et ses compatriotes ont tenue avec Ouellet, Parolin et le cardinal Luis Ladaria SJ (Dicastère pour la Doctrine). Dès le début, le leader de la DBK a rappelé que "le présidium synodal est composé de deux évêques et de deux laïcs" et a déploré que les "personnes essentielles" du parcours synodal - les délégués laïcs - n'aient pas été invitées à Rome pour les discussions : "C'est pourquoi nos réflexions, nos discussions, nos perspectives partagées et nos éventuelles orientations doivent être discutées, communalisées et appropriées par toutes les personnes impliquées dans le parcours synodal", a-t-il déclaré. En d'autres termes, il a déclaré aux représentants du Vatican que lui et ses collègues évêques n'accepteraient rien sans le consentement de leurs partenaires laïcs. L'évêque n'a pas hésité à faire part de la perplexité de nombreux catholiques allemands face à la lettre que le pape François leur a envoyée en juin 2019 pour leur proposer des orientations et des mises en garde en vue du Chemin synodal. "Il a été surprenant que la lettre du pape ne fasse pas référence au point de départ réel de la Voie synodale, à savoir les abus sexuels, leur traitement inadéquat par les autorités de l'Église, la dissimulation par les évêques et aussi le manque continu de transparence dont font preuve les autorités romaines dans leur traitement", a-t-il déclaré.

L'Église a "joué beaucoup de confiance et de crédibilité" à la suite de la crise des abus, a souligné Mgr Bätzing. "Nous ne gagnerons une nouvelle confiance que s'il y a un changement majeur dans la façon dont nous exerçons notre ministère, en impliquant le clergé, les religieux et les laïcs dans la prise de décision et la prise de décision d'une manière sérieuse et tangible. Et cela ne vaut pas seulement pour l'Église de notre pays, mais aussi pour l'Église universelle", a-t-il ajouté. "Nous vous demandons instamment de nous écouter dans cette détresse", a plaidé M. Bätzing. Ou était-ce un avertissement ? 

Il a ensuite repoussé les nombreuses critiques qui ont été formulées jusqu'à présent à l'encontre des Allemands et de leur chemin synodal, que ce soit par des personnes au Vatican ou par d'autres catholiques (conservateurs) plus rigides sur le plan doctrinal. Il a ainsi réfuté les accusations selon lesquelles les Allemands flirtaient avec le schisme ou cherchaient à créer une Église nationale, s'offusquant même d'une telle suggestion : "Je suis attristé par le pouvoir qu'a acquis ce mot (schisme), avec lequel on essaie de nous dénier la catholicité et la volonté de rester unis à l'Église universelle. Malheureusement, cela inclut également la comparaison plutôt inexacte avec une 'bonne Église protestante'", a déclaré le président de la DBK. Il n'y a pas de fondation d'une nouvelle Église, mais les décisions du parcours synodal demandent, sur la base de l'Écriture Sainte, de la Tradition et du dernier Concile, comment nous pouvons être l'Église d'aujourd'hui - missionnaire et dynamique, encourageante et présente, au service des gens et de l'entraide", a déclaré Mgr Bätzing aux représentants du Vatican. Il a insisté sur le fait que les catholiques allemands veulent seulement "contribuer à la conversation" qui se déroule dans l'ensemble de l'Église.Les prochains mois.

Que se passera-t-il ensuite ? Le pape François a parfois émis des signaux contradictoires, mais il a surtout exprimé certaines des préoccupations exprimées par les détracteurs du Chemin synodal. Néanmoins, il n'est pas intervenu pour arrêter le processus. Il a même décidé - à la dernière minute, semble-t-il - de ne pas assister à la réunion du 18 novembre entre les évêques allemands et ses collaborateurs au Vatican. Le Chemin synodal doit tenir sa dernière session dans quatre mois à peine. Évidemment, certains, dont de nombreux fonctionnaires du Vatican, aimeraient que le pape intervienne et impose le moratoire suggéré par le cardinal Ouellet. Mais cela serait considéré en Allemagne, et dans de nombreux autres pays, comme l'option atomique. La raison en est qu'une grande partie, sinon la majorité, des réformes que les catholiques allemands réclament sont les mêmes que celles que les croyants de régions plus dociles de l'Église adoptent également (les évêques belges par exemple).

Au cours des mois qui nous séparent d'octobre 2023 et de l'assemblée internationale du Synode ici à Rome, beaucoup suivront le mouvement de la Voie synodale pour voir si les changements qu'elle préconise prennent de l'ampleur et gagnent le reste de l'Église.

* Robert Mickens, rédacteur en chef du La Croix International, vit, étudie et travaille à Rome depuis 30 ans. Au cours de cette période, il a étudié à l'Université grégorienne, travaillé à Radio Vatican et a été le correspondant à Rome du London Tablet. Il commente régulièrement les émissions de CNN, de la BBC et de l'Australian Broadcasting Corporation. Sa célèbre Lettre de Rome, apporte son expérience inégalée en tant que correspondant principal du Vatican pour le London Tablet et rédacteur en chef fondateur du magazine Global Pulse.

Commentaires

  • Les sympathies de l'auteur pour la déconstruction de l'Eglise sont évidentes, le ver est dans le fruit. ;

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel