Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Menace de schisme en Inde pour des raisons liturgiques

IMPRIMER

De Jorge Enrique Mújica sur zenit.org :

Un demi-million de catholiques en danger imminent de schisme à cause de la liturgie

Sept mois après l'entrée en vigueur de la nouvelle liturgie approuvée par le Synode catholique syriaque-malabar, 460 prêtres et au moins un demi-million de catholiques demandent que la forme liturgique antérieure à la réforme approuvée soit considérée comme une "variante liturgique".

29 novembre 2022

Un demi-million de catholiques indiens sont au bord du schisme avec l'Église et le pape en raison de conflits liés à la liturgie.

Comme nous l'avons signalé dans un article d'avril 2022, l'Église catholique de rite syro-malabar a approuvé en août 2021 certains changements apportés à la liturgie de ce rite oriental de l'Église et a prolongé la date de Pâques 2022 pour que ces changements entrent en vigueur.

Une partie de ces changements approuvés concernait la manière dont le rite syro-malabar célèbre la messe (holy qurbana). Cela a divisé la communauté, la plus grande communauté catholique de l'Inde. La division a été exacerbée pour une raison : le vicaire du cardinal George Alencherry, Mgr. Antony Kariyil, s'est prononcé contre les nouvelles dispositions liturgiques et la majorité de la population catholique du diocèse d'Ermakulam-Angamaly soutient le vicaire.

Sept mois après l'entrée en vigueur de la nouvelle liturgie approuvée par le Synode catholique syro-malabar, 460 prêtres et au moins un demi-million de catholiques demandent que la forme liturgique antérieure à la réforme approuvée soit considérée comme une "variante liturgique". Ils ont même envahi et passé la nuit au domicile de l'archevêque à Kochi, la capitale économique de l'État du Kerala, dans le sud de l'Inde, où le rite catholique oriental a son principal siège.

"Notre peuple, y compris les prêtres, ne quittera pas l'archevêché tant que nos demandes ne seront pas reconnues", a déclaré Riju Kanjookaran, porte-parole du Mouvement pour la transparence de l'archevêché (AMT), au média en ligne local Matters India. Les manifestants ne permettent pas non plus à l'administrateur apostolique, l'archevêque Andrews Thazhath, de pénétrer dans une quelconque partie de l'archidiocèse.

"Nous avons plaidé pour la justice auprès du Vatican et du Synode de l'Église syro-malabare, mais tous deux sont inflexibles dans leur ego au lieu de nous écouter. Combien de temps pouvons-nous continuer ainsi ? Il devrait y avoir une fin, dedans ou dehors", a déclaré l'un des manifestants à la même source.

En fait, à la fin du mois de mars 2022, le pape a exprimé son soutien aux réformes liturgiques à l'archevêque majeur de Siro-Malabar par l'intermédiaire du préfet du Dicastère pour les Églises catholiques orientales, le cardinal Leonardo Sandri. En effet, dans une lettre, le pape a déploré qu'" après le 28 novembre 2021, date retenue pour la mise en œuvre de la Sainte Qurbana ", et bien que 34 éparchies (le reste de celles qui composent ce rite de l'Église catholique) aient " mis en pratique la décision synodale ", l'" archiéparchie d'Ernakulam-Angamaly (...) a continué à faire valoir sa propre " particularité liturgique, fruit de la réflexion, mais isolée du reste de l'Église syro-malabare ".

Et d'ajouter dans la missive qu'il avait envoyée à l'époque : "Il est bon que, en tant que croyants dans le Christ, nous nous interrogions sur notre façon d'agir, d'exprimer notre désaccord, d'accepter même l'effort et l'humiliation, de faire des pas en arrière", écrit le pape. Et il ajoute : "non pas selon un critère humain de victoire ou de défaite, d'un groupe sur l'autre, mais en regardant le Seigneur et en acceptant non seulement de célébrer sa Pâque mais de la vivre avec lui, en commençant par la tribulation et la Passion.

Les protestations les plus récentes ont été déclenchées par l'archevêque Thazhath (qui est également le président de l'épiscopat catholique indien) qui a demandé au recteur de la cathédrale d'organiser la célébration d'une messe - selon la réforme approuvée par le synode - avec l'administrateur apostolique le 27 novembre. Une deuxième raison était liée à la demande faite au recteur du petit séminaire de l'archidiocèse de mettre en œuvre la nouvelle messe approuvée par le synode dans le séminaire.

En bref, jusqu'à la réforme, le prêtre célébrait la messe face aux fidèles (comme dans le rite latin, qui est le rite majoritaire en Occident). Après la réforme, une partie de la messe se déroule dos aux fidèles. La réforme a été approuvée en août 2021 par le synode syro-malabar et est entrée en vigueur en novembre 2021 (avec une extension pour le plus grand archidiocèse, qui est celui auquel on s'oppose, pour un peu plus tard). 35 diocèses ont adopté la réforme, à l'exception de l'archidiocèse d'Ernakulam-Angamaly, qui est également le deuxième diocèse le plus peuplé de l'Église catholique en Inde, et le premier du rite syro-malabar : 10 % des 5,5 millions de catholiques.

Jorge Enrique Mújica Diplômé en philosophie de l'Ateneo Pontificio Regina Apostolorum, à Rome, et collaborateur "chevronné" de la presse écrite et numérique sur les questions de religion et de communication. Sur son compte Twitter : https://twitter.com/web_pastor, il parle de Dieu et de l'internet et de l'Église et des médias : evangelidigitalización".

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel