Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Vatican se montre-t-il "cléricaliste" aux mauvais endroits ?

IMPRIMER

D'Ed. Condon sur The Pillar :

Le Vatican est-il cléricaliste à tous les mauvais endroits ?

La suggestion du cardinal Müller qu'une femme puisse occuper le poste de secrétaire d'État a été l'objet de plaisanteries au Vatican. Mais qu'y a-t-il de si drôle dans cette idée ?

24 janvier 2023

Le cardinal Gerhard Müller a récemment suggéré que le Vatican pourrait nommer un laïc ou une femme au poste de secrétaire d'État, conformément aux réformes curiales publiées par le pape François l'année dernière.

La suggestion de l'ancien préfet du Dicastère pour la Doctrine de la Foi a été largement considérée comme ironique ou comme une saillie humoristique au Vatican.

Mais où voulait-il en venir ?

Et si l'idée d'un laïc au sommet de la curie romaine n'est pas à prendre au sérieux, qu'est-ce que cela dit de la nature des réformes de François dans Praedicate evangelium, la constitution apostolique promulguée l'année dernière ?

Mgr Müller a fait ces commentaires dans le cadre d'un entretien avec un livre à paraître, intitulé "In Good Faith : La religion au XXIe siècle", dont des extraits ont été publiés dans la presse italienne cette semaine.

Dans un passage consacré au rôle des femmes dans l'Église, Mgr Müller a déclaré : "Je crois qu'il est possible de nommer une femme nonce apostolique, ou une femme secrétaire d'État ou même substitut aux affaires générales."

Le cardinal, qui a dirigé la Congrégation pour la doctrine de la foi jusqu'en 2017, a fait cette suggestion dans le contexte d'une discussion sur la manière dont les laïcs, hommes et femmes, peuvent occuper tous les rôles de l'Église qui ne sont pas liés au sacrement de l'ordre.

Cette qualification, selon laquelle les laïcs peuvent occuper des postes qui ne nécessitent pas l'ordination sacramentelle pour être exercés, est en fait l'un des aspects d'un débat théologique et canonique acharné qui est en cours depuis que François a promulgué "Praedicate evangelium" en mars dernier.

Il n'y a aucune raison de penser que les commentaires du cardinal n'étaient pas sincères. Mais ils se voulaient également provocateurs. Et ils ont été perçus au sein du Siège Apostolique comme un commentaire subtil et calculé sur les limitations réelles - mais tacites - de la participation des laïcs à la curie.

Lorsque le pape François a publié l'année dernière sa révision tant attendue du droit constitutionnel de la curie, la réforme la plus remarquée était la disposition explicite selon laquelle les laïcs pouvaient diriger les départements du Vatican.

"Tout fidèle peut présider un dicastère ou un office, selon le pouvoir de gouvernance et la compétence et la fonction spécifiques du dicastère ou de l'office en question", indique la constitution.

Bien qu'un laïc ait déjà occupé pendant un certain temps le poste de préfet du dicastère des communications, ce changement a été largement interprété comme ouvrant la voie à une participation accrue des laïcs à la gouvernance de l'Église à ses plus hauts niveaux.

La loi elle-même indique que les emplois ouverts aux laïcs dépendent des mandats spécifiques des différents ministères, mais aucune liste définitive des emplois ouverts aux non-clercs n'a été donnée.

De nombreux canonistes et théologiens ont fait valoir que tout rôle touchant au soin des âmes, à l'autorité spirituelle et sacramentelle de l'Église, ne pouvait être occupé que par des clercs, puisque le pouvoir de gouvernance dans la théologie catholique est lié au sacrement de l'ordre.

D'autres, cependant, ont suggéré que Praedicate Evangelium ouvre la voie à des laïcs pour servir dans n'importe quel rôle, dans n'importe quel département du Vatican, disant que le pouvoir de gouvernance dans l'Église vient du mandat de servir dans la fonction.

Lors d'une conférence de presse présentant la nouvelle constitution, un éminent juriste canonique, nommé cardinal par la suite par le pape François, le père Gianfranco Ghirlanda, SJ, a fait valoir que lorsque des personnes sont nommées à des fonctions curiales, elles exercent essentiellement le pouvoir de gouvernance du pape par procuration, sans avoir besoin d'une capacité sacramentelle propre pour le faire, même si leur rôle implique l'exercice d'une juridiction spirituelle sur les évêques et les prêtres.

Selon les canonistes opposés, ce raisonnement s'écarterait de siècles de théologie catholique et signifierait que même les non-catholiques, ou les personnes non baptisées, pourraient exercer un pouvoir de gouvernement dans l'Église au nom du pape.

Le pape François a semblé favoriser la ligne d'argumentation de Ghirlanda, apportant des réformes canoniques de niveau inférieur en accord avec elle.

Mais l'étendue de son soutien n'a pas été clairement établie - il n'a pas encore nommé de nouveaux préfets laïcs de dicastère depuis la publication de la nouvelle constitution il y a près d'un an.

Alors que François a nommé trois femmes au Dicastère pour les évêques - l'organe du Vatican responsable des nominations épiscopales dans le monde entier - même lorsqu'il s'agit de remplacer des préfets cardinaux dans des départements qui, de l'avis de tous, pourraient être dirigés par un laïc, comme le Dicastère pour l'éducation et la culture, François a jusqu'à présent opté pour des nominations cléricales traditionnelles.

Alors que de nombreux canonistes et théologiens soutiennent que les laïcs ne peuvent pas diriger des dicastères tels que les départements pour les évêques, le clergé ou la doctrine, d'autres ont fait pression pour que de telles nominations soient envisagées.

Cependant, peu de gens, de part et d'autre, contestent l'affirmation de Mgr Müller selon laquelle un laïc, homme ou femme, pourrait diriger la Secrétairerie d'État, puisque ce département supervise la juridiction civile du Vatican sur la Cité du Vatican et gère son engagement diplomatique avec les gouvernements et les organismes internationaux - du moins en théorie.

Pourtant, bien qu'il n'y ait pas d'obstacle ecclésiologique ou théologique évident à la nomination d'un secrétaire d'État ou d'un sostituto laïc, cette idée est impensable pour beaucoup - y compris, apparemment, pour beaucoup de ceux qui ont travaillé à l'élaboration des réformes de François.

Comprendre cela, c'est ce qui rend la sortie de Müller comique au Vatican.

Même si la Secrétairerie d'État n'a aucune fonction spirituelle et n'exerce aucune autorité sacramentelle, dans les versions précédentes de Praedicate Evangelium, le secrétariat était le seul département qui devait être dirigé par un cardinal.

Bien que cette stipulation ait été abandonnée dans le projet final, la présomption sous-jacente était claire : en tant que département qui coordonne le reste du travail de la curie et collabore le plus étroitement avec le pape lui-même, ses deux plus hauts responsables font office de premier ministre et de chef de cabinet papaux, respectivement, et doivent être des clercs.

Lorsque la suggestion de Mgr Müller s'est répandue dans Rome, elle a été largement accueillie comme une sorte de clin d'œil à la volonté de certains de confier à des laïcs les questions spirituelles, même celles liées à l'ordination sacramentelle, mais pas l'exercice suprême du pouvoir.

Le timing des commentaires de Mgr Müller a également été relevé par beaucoup. Mercredi, le secrétaire d'État, le cardinal Pietro Parolin, témoignera au procès de son ancien adjoint, le cardinal Angelo Becciu, dans le cadre du procès historique de la Cité du Vatican centré sur des accusations de corruption financière coordonnée par plusieurs anciens hauts fonctionnaires du ministère.

Pourtant, alors même que de nombreuses personnes se demandent si la Secrétairerie d'État n'est pas le département du Vatican le plus apte à accueillir des laïcs de haut niveau, elle a récemment perdu l'un de ses plus hauts responsables laïcs.

Au début du mois, Francesca Di Giovanni, la femme la plus haut placée à la Secrétairerie d'État, a été remplacée par un clerc en tant que sous-secrétaire de la section diplomatique. Aucune mention de Mme Di Giovanni n'a été faite dans l'annonce de son remplacement, bien qu'elle soit devenue la première femme à occuper ce poste lorsqu'elle a été nommée en 2020, et qu'elle n'ait quitté ce poste qu'à mi-chemin du mandat curial habituel de cinq ans.

Plusieurs chefs de départements curiaux sont actuellement en poste après l'âge nominal de la retraite fixé par le Vatican à 75 ans. Il s'agit notamment des préfets des dicastères pour les évêques et la doctrine de la foi, ainsi que du dicastère pour les laïcs, la famille et la vie.

Alors que François pourrait remplacer tous, certains ou aucun des cardinaux à la tête de ces départements au cours de l'année à venir, beaucoup continueront à surveiller les nouvelles nominations de laïcs à tous les niveaux de la curie.

Beaucoup trouveront paradoxal que les laïcs se voient de plus en plus confier le pouvoir spirituel, au prix d'un énorme combat théologique, alors que les leviers de pouvoir du gouvernement civil du Vatican sont réservés au clergé.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel