Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rome : le cardinal Müller déclare que le synode sur la synodalité est utilisé par certains pour préparer l'Église à accepter de faux enseignements

IMPRIMER

Interview d’Édouard Pentin (*), 27 octobre 2023 diffusée dans le National Catholic Register : le préfet émérite de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi dresse le bilan de la première phase du rassemblement synodal au Vatican :

 « CITÉ DU VATICAN — Le cardinal Gerhard Müller, ancien préfet du Dicastère pour la doctrine de la foi, déclare que le Synode sur la synodalité n'est pas une assemblée épiscopale mais plutôt une réunion synodale anglicane et qu'il est utilisé par certains participants comme un moyen de préparer l'Église catholique d'accepter des idéologies contraires à l'Écriture et à la Tradition. 

Dans une longue interview accordée au Register le 24 octobre, le cardinal Müller a également averti que certains membres de l'assemblée « abusent du Saint-Esprit » afin d'introduire de « nouvelles doctrines » telles que l'acceptation de l'homosexualité, les femmes prêtres et un changement dans la gouvernance de l'Église. .

En tant que l'un des 52 délégués personnellement choisis par le pape François pour assister à la réunion du 4 au 29 octobre, la première des deux assemblées qui se termineront en 2024, le cardinal allemand a participé à toute la session de ce mois-ci avant de partir tôt le 25 octobre pour ordonner nouveaux prêtres en Pologne. 

Le cardinal Müller a déclaré que la réunion synodale était « très contrôlée » et assez manipulée, la plupart des interventions provenant de seulement quelques orateurs principaux qui s'adressaient à eux comme s'ils ne connaissaient rien à la théologie. Il a déclaré que lui-même n'avait eu que trois minutes pour parler à l'ensemble de l'assemblée. 

 Votre Éminence, quelle a été votre évaluation globale du Synode sur la Synodalité ?

J'ai été invité par le Pape à participer, en tant qu'évêque, en tant qu'ancien préfet de la Congrégation [de la Doctrine de la Foi], et je viens de parler de ma compétence théologique. On m'a demandé quelle était la différence avec les synodes précédents, également en termes de méthode. Il est très clair que dans les synodes précédents, les évêques étaient les sujets qui dirigeaient tout. Son organisation et sa contribution ne sont pas venues d'en haut. Dans les synodes précédents, tous les évêques en plénière pouvaient parler de ce qu'ils voulaient. Maintenant, tout est dirigé, tout est pré-organisé, et il est difficile de parler en plénière parce que le temps est limité et, selon les règles, on ne peut parler qu'une seule fois, et seulement pendant trois minutes.

Vous n’avez eu qu’une seule occasion de parler en plénière, devant l’assemblée plénière ?

Oui.  

Auriez-vous aimé en parler davantage ?

Oui, mais ce n'était pas possible. Pour la prochaine partie de ce synode, il sera important de le réorganiser – pour donner plus de liberté, plus d'opportunités aux évêques de présenter leurs idées. Il doit ressembler davantage à un synode des évêques, pour que les évêques reprennent leur rôle de conseillers et de témoins de la vérité révélée.  

L'accent a été mis sur le Saint-Esprit lors de ce synode. Qu'en avez-vous pensé ?

Certains orateurs ont dit que nous devons être ouverts au Saint-Esprit, mais les voix du Saint-Esprit étaient les personnes invitées à parler à l'assemblée. C’étaient les voix du Saint-Esprit, comme si nous étions débutants dans l’étude de la théologie. C'était comme un séminaire ou une université, mais un synode n'est pas [une] école pour débutants — et pourtant on nous parlait comme si […] les évêques ne connaissaient pas grand-chose en théologie. De nombreux évêques là-bas comprenaient la théologie et ne pouvaient pas parler [de leurs connaissances]. 

Pouvez-vous donner un exemple de la façon dont les organisateurs du synode ont compris que le Saint-Esprit agissait ?

Oui. L’un des intervenants assignés […], influencé par cette idéologie « LGBT », a parlé d’un parent bisexuel qui s’est suicidé, et la conclusion a été que l’Église doit être ouverte, non pas à ces personnes mais à l’idéologie. L’idéologie en est responsable. Mais nous ne pouvons pas résoudre les questions et les problèmes théologiques par l’émotion. Cela ne fait que parler avec émotion du Saint-Esprit et on nous a dit que nous ne devions pas faire de controverses, que parler [fortement] contre quoi que ce soit n'est pas possible ou que l'on est stigmatisé comme un ennemi du Saint-Esprit. 

Comment savent-ils que c’est le Saint-Esprit ?

Ils ne parlent pas du Saint-Esprit, seulement de « l'Esprit », mais la Première Lettre de Saint Jean, le Quatrième Chapitre, dit au début :

« Bien-aimés, ne croyez pas tout esprit, mais éprouvez les esprits pour voir s'ils sont de Dieu ; car beaucoup de faux prophètes sont sortis dans le monde. A ceci vous connaissez l'Esprit de Dieu : tout esprit qui confesse que Jésus-Christ est venu dans la chair est de Dieu, et tout esprit qui ne confesse pas Jésus n'est pas de Dieu. 

Certains intervenants parlent également d’ouverture et définissent ce qu’est la tradition, [en disant] qu’elle « n’est pas statique ; c'est dynamique. Mais en fin de compte, toutes ces réflexions dites synodales visent à nous préparer à accepter l’homosexualité. Seulement ceci : ce qui n'a pas été parlé, c'est de Jésus-Christ [ou] de la Révélation divine, de la grâce des personnes humaines créées à l'image et à la ressemblance de Dieu, et de Dieu comme but de notre existence humaine. Tout est en train de changer et nous devons désormais nous ouvrir à l’homosexualité et à l’ordination des femmes. Si on l’analyse, il s’agit de nous convertir à ces deux thèmes. 

Et aussi la gouvernance ? Pensez-vous qu'il s'agit également d'une tentative de renverser la gouvernance hiérarchique de l'Église ?

 Oui, certains ont cette image d’une « pyramide inversée » de gouvernance, mais au centre de cette pyramide se trouve la volonté personnelle du Pape, et de ses conseillers et collaborateurs. Cela peut être une image à faire comprendre aux enfants, mais une « pyramide » ou un « polyèdre » n’est pas une image biblique de l’Église. Ce sont des images issues de la géométrie mathématique. Au lieu de cela, ils devraient se tourner vers les images bibliques de l'Église en Lumen Gentium : le berger et le troupeau, et toutes ces images d'une vigne et ainsi de suite. 

Certains orateurs avaient une idée sociologique de l’Église, une compréhension naturaliste de l’Église, mais ils n’en avaient pas la compréhension théologique. Ils parlent toujours de l'Esprit, mais l'Esprit n'est pas un fluide. L'Esprit dans l'Église est la Troisième Personne de la Trinité. C'est une Personne . Et nous ne pouvons jamais parler du Saint-Esprit sans le Fils et le Père. Toujours et à tout moment nous parlons de l'Esprit du Père et du Fils. Jésus-Christ n'est presque jamais mentionné – seulement de manière pédagogique, d'une manière qui transforme les paraboles et leur sens. Jésus n'a pas condamné la femme adultère, par exemple. Les interventions parlaient de notre relation avec Jésus, mais pas en tant que Jésus en tant que Parole de Dieu, donnée une fois pour toutes.

 Dans quelle mesure la doctrine, la foi et la morale ont-elles été évoquées ?

Uniquement aux tables. Nous pourrions en parler un peu, mais seulement pendant quelques minutes. Il s’agissait plutôt d’un ensemble d’impressions, mais il ne s’agissait pas d’une réflexion théologique profonde. Comment est-ce possible dans ce contexte ? Pour le reste, il n'y avait que quelques interventions possibles, mais tout était un peu manipulé et dépendait de qui était autorisé à donner les interventions théologiques, de qui étaient les guides spirituels.  

En regardant les délégués, beaucoup d'entre eux étaient des personnes avec lesquelles Benoît XVI et le pape Saint Jean-Paul II n'étaient pas d'accord avec les vues théologiques. Qu’aurait pensé Benoît de ce synode ?

Un théologien choisi pour s'adresser à l'assemblée parlait tout le temps de Joseph Ratzinger, mais tout cela n'était qu'une supercherie. Ce n’était pas une véritable révérence pour lui, pour sa théologie. Ils veulent revitaliser le vieux modernisme en faisant référence à Ratzinger, mais Ratzinger n’a rien à voir avec le modernisme. Saint Paul, par exemple, s'est prononcé contre l'homosexualité, mais ils disent : « Nous avons nos nouvelles connaissances, révélées par le Saint-Esprit », et donc désormais les actes homosexuels ou la bénédiction des actes homosexuels sont une bonne chose. C'est leur idée. C'est abuser du Saint-Esprit afin d'introduire des doctrines qui sont ouvertement contraires aux Saintes Écritures. Ils diront : « Oui, nous sommes dans la continuité. Nous avons la bonne compréhension de la Tradition et de l’Écriture », et ainsi de suite. « Tout le temps, nous nous référons à Jésus-Christ. » C'est une voie choisie, comme si Jésus n'était qu'un professeur de morale, comme Gandhi, etc. Ils ne disent ni n’acceptent jamais que Jésus soit la Parole de Dieu devenue chair, l’Incarnation.  

Un évêque allemand présent au synode a déclaré aux journalistes pendant le synode qu'il est important de mettre le Christ au centre mais qu'en même temps, « nous devons mettre de côté la Tradition apostolique ». Que voulait-il dire par là ? 

C'est un truc qu'ils font. Ils ne présentent pas directement ces idées, mais envoient ces gens comme cet évêque dire ces choses, et disent ensuite que ce n'est que son opinion personnelle. Mais en réalité, ils développent une compréhension qui n’est pas cohérente avec la foi catholique. 

Un éminent évêque allemand du Chemin synodal allemand a déclaré à ce synode que tous les thèmes abordés en Allemagne devaient devenir un exemple de l'Allemagne pour le monde. Mais ces dernières années, l’Église d’Allemagne a perdu un tiers de ses membres, compte peu de vocations et la fréquentation de la messe dominicale s’est effondrée. Cela ne peut pas être la voie à suivre pour l’avenir de l’Église. Le Pape a appelé les évêques allemands à se concentrer sur l'évangélisation , mais ils ont fait le contraire.

Que répondez-vous aux critiques selon lesquelles il ne s’agit pas d’un Synode des évêques, puisque près d’un cinquième des participants sont des laïcs qui, pour la première fois, disposent du droit de vote ? Pensez-vous qu'il y a un problème avec la légitimité canonique du synode ?

Les organisateurs du synode ont réaffirmé hier qu'il s'agit d'un synode des évêques, mais comment est-il possible que les laïcs aient la même voix, qu'ils aient le même temps pour parler et qu'ils enlèvent aux évêques la possibilité de parler ? Il ne s'agit pas en réalité d'un synode des évêques mais plutôt d'une conception anglicane d'un synode, avec trois chambres selon un parlement mondain. Ce n'est pas l'Église catholique. Ils doivent clarifier de quoi il s’agit. La constitution de ce Synode des Évêques est-elle basée sur le sacrement de l'ordre ou s'apparente-t-elle à un séminaire de petit niveau ?  

Plusieurs participants ont déclaré que le synode semblait très contrôlé. 

Oui, très contrôlé. Ils ont présenté une « Lettre au Peuple de Dieu » et ils nous ont dit de l'applaudir par courtoisie, affirmant qu'elle était le consensus de tout le monde. Les applaudissements ont été le vote. Ils l'ont ensuite apporté à chaque table et ont dit que tout le monde devait le signer. Une femme ou un homme prenait des photos de tout le monde le signant, et tout le monde le signait. Ensuite, ils ont dit que nous avions jusqu'à 16 heures pour envoyer des amendements, mais que nous devions d'abord le signer. 

 Avez-vous pensé à manifester contre le synode ?

Non.

Considérez-vous toujours cela comme une « prise de pouvoir hostile », comme vous l’avez dit avant le synode ? 

Ce n'est pas clair. Ils ne disent pas ouvertement ce qu’ils pensent. Ils ne peuvent pas dire ouvertement : « Nous voulons contredire la Parole de Dieu. » Mais ils introduisent une nouvelle herméneutique avec laquelle ils veulent réconcilier la Parole de Dieu avec ces idéologies – les idéologies antichrétiennes. Mais nous ne pouvons pas réconcilier le Christ et l’Antéchrist. Cette idéologie homosexuelle, « LGBT », est, en son centre, une idéologie anti-chrétienne. C'est l'esprit de l'Antéchrist qui parle à travers eux. C’est absolument contre la création. Et leur astuce est de mélanger la pastorale de ces personnes avec cette idéologie anti-chrétienne. Nous, l'Église, sommes les seuls à respecter la dignité de chacun, des pécheurs, des personnes en difficulté dans tous les domaines. Mais la solution à ces problèmes est la voie de Jésus-Christ. Le Bon Docteur doit donner le meilleur médicament et ne pas dire « Tout va bien ».

Souvent, les paroles du Christ « ne péchez plus » ne sont jamais mentionnées et, au lieu de cela, il semble s'agir principalement d'accueil.

Ils changent la définition des péchés. Il n'y a pas de péchés [pour certains d'entre eux]. « Ce ne sont que des blessés. Ce ne sont pas des pécheurs. Ce sont des gens blessés, blessés par l’Église – par la doctrine de l’Église. Ils ne croient pas au péché originel, ni au péché en tant qu'acte. Ils ne le nient pas en théorie, mais en pratique. L’Église est pour eux l’agresseur, et c’est pourquoi l’Église doit le faire – l’Église est responsable. Mais qu’est-ce que l’Église pour eux ? En réalité, ils parlent d’eux-mêmes. Ils disent : « Nous sommes l’Église ». Mais s’ils parlent négativement de l’Église, ils parlent de l’Église comme d’un objet. L'article 11 de la constitution Lumen Gentium du Concile Vatican II dit que l'Église est le corps sacré du Christ et que nous pouvons blesser le corps du Christ par nos péchés. Mais pour certains présents au synode, le Christ nous blesse. Si je vole votre argent et que vous me traitez de voleur, pour eux, c'est vous qui me blessez.

Où voyez-vous tout cela aller ? Comment cela va-t-il se dérouler l’année prochaine ou au-delà ? Quelles vont être les conséquences de cela ?

Je pense que l'objectif est de rendre l'Église davantage conforme à cet Agenda international 2030 . Et nous l'avons vu dans la politique concernant les personnes invitées à rendre visite publiquement au Pape. Ce ne sont pas des familles normales avec cinq enfants : ils ne sont jamais invités. Non, ce sont généralement des bisexuels, des transsexuels, etc., et tout cela n'est qu'une provocation, il y a toute cette propagande. Aucun évêque orthodoxe ne le rencontre, mais le parti de l’avortement est toujours là.

Jésus a dit d'aller dans le monde entier, vers tout le monde, mais faites-en des disciples, enseignez-leur la foi et baptisez-les s'ils acceptent la foi. Cela signifie aller dans le monde entier – ne pas inviter le monde et laisser chacun être ce qu’il veut être. »

Le Synode à l’italienne serait-il une nouvelle formule pour la commedia del arte ?

_______

(*) Edward Pentin Edward Pentin a commencé à faire des reportages sur le Pape et le Vatican avec Radio Vatican avant de devenir correspondant à Rome du Registre national catholique d'EWTN. Il a également rendu compte du Saint-Siège et de l'Église catholique pour un certain nombre d'autres publications,

Commentaires

  • Pour rappel:

    Lévitique 18:22
    "Tu ne coucheras point avec un homme comme on couche avec une femme. C'est une abomination."


    Lévitique 20:13
    "Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable; ils seront punis de mort: leur sang retombera sur eux."

    Romains 1:27
    "...et de même les hommes, abandonnant l'usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement."

  • Le Cardinal Müller ne devrait pas s'inquiéter.

    La paix de l'âme vient avec certitude de cette promesse du Christ, quand bien même des comploteurs voudraient s'en prendre au dogme de la foi :

    Luc 22, 31 "Simon, Simon, voici que Satan vous a réclamés pour vous cribler comme froment ; mais moi j'ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille pas. Toi donc, quand tu seras revenu, affermis tes frères dans la foi."

  • Les trois extraits cités par RPM ne sont jamais cités lors des célébrations eucharistiques !

  • C'est vrai, Jésus-Christ veille et, preuve en est, si Il n'avait pas revêtu Son Eglise de l'infaillibilité à travers celle des papes successifs, tout se serait délité en quelques dizaines d'années...

    Néanmoins, cette réalité ne doit pas déboucher sur un attentisme. ..

    Jésus donne l'exemple car, bien qu'Il sache d'avance que l'homme sera sauvé par Lui, Il sait aussi que, pendant leur vie terrestre, ses enfants, abîmés par le péché ont besoin de sains et, si possibles, de saints guides.
    Si, seule la victoire que NSJC a obtenue sur la croix et Sa Résurrection, qui sont certaines et traversent les siècles des siècles étaient utiles d'un point de vue "pédagogique", Jésus n'aurait pas enseigné à la foule, décrite dans le verset si dessous, et ne lui aurait peut-être pas délivré Sa Parole d'amour ET de vérité qui rassasie tout l'être.
    L'on pourrait imaginer, si Jésus n'avait pas enseigné longuement aux foules,... que sa victoire sur la croix et sa Résurrection, bien qu'étant " l'INFAILLIBLE " par excellence, eut été suffisant comme enseignement, un peu comme une "science infuse" dont les foules jouiraient, sans bergers et indépendamment des attaques déformantes du monde.
    ...et alors devenir passifs, attentistes.

    Matthieu 9:36

    Voyant la foule, il fut ému de compassion pour elle, parce qu'elle était languissante et abattue, comme des brebis qui n'ont point de berger.

  • --> Anne-Christine R
    Pour ajouter un élément à votre excellent commentaire, la preuve qu'il est utile de compléter la victoire du Christ par la confirmation de la foi, c'est que des âmes vont en enfer (comme l'ont rapporté, de leur vivant, des saints). Il n'y a pas de garantie à priori que tous seront sauvés ; il n'y a pas d'automaticité qui justifierait l'insouciance. Transmettre sans ambiguïté un message qui oriente dans la bonne direction est donc de la plus haute importance.

  • Effectivement Philippe G. Même si l'on sait que l'Eglise ne sera pas vaincue, il est évident que, de la plus petite paroisse , jusqu'au Vatican, tous les "clochers" si je puis m'exprimer ainsi, recevront "leur" lettre du divin Maître, personnalisée, mais semblable à celle destinée à chaque Eglise d'Asie du Livre de l'Apocalypse.
    Ce passage du dernier livre de la Bible est UN TRESOR pour tenir le bon cap de l'Eglise dans notre temps et nous faisons comme s'il n'existait pas (lamentablement empêtrés dans l'hommerie d'un "synode sur le synode" , dans la recherche d'une pseudo- transcendance à travers de misérables conciliabules.) .
    A ce propos, préparons-nous à recevoir de vifs reproches de la part de de notre Seigneur!

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel