Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Synode

  • Le cardinal Brandmüller ne mâche pas ses mots

    IMPRIMER

    De FSSPX Actualités :

    Cardinal Brandmüller : « Des oasis dans le désert »

    11 avril 2024

    Le cardinal Walter Brandmüller, qui a fêté ses 95 ans au début de l’année, a publié un article sur le site de langue allemande Kath.net, dans lequel il ne mâche pas ses mots contre l’Eglise d’Allemagne – ce qui n’est pas la première fois – mais il développe une réflexion sur la conduite à tenir dans la situation actuelle, qui se tourne assez franchement vers la tradition.

    Le cardinal Brandmüller, qui a signé les deux lettres de dubia adressées au pape François, en 2016 et en 2023, a repris la plume pour déplorer l’état de l’Eglise et pour proposer des solutions aux prêtres et aux fidèles dans la situation de crise actuelle.

    Un constat désabusé sur le résultat du Chemin synodal

    Il note que « comme on pouvait s’y attendre, la “voie synodale” est depuis longtemps en train de se perdre dans l’inconnu ». Le bilan : des millions d’euros d’impôts ecclésiastiques dépensés et « la discorde sur des questions centrales de foi et de morale », même parmi les évêques, qui permettent de parler d’hérésie et de schisme.

    L’état du catholicisme en Allemagne est « une apostasie de masse ». Quant aux séminaires, quand ils ne sont pas fermés, ils sont presque vides. « Mais, constate le cardinal, les lieux de formation de certaines communautés – comme la Fraternité Saint-Pierre, l’Institut du Christ-Roi, la Communauté Saint-Martin, le couvent Heiligenkreuz – (…) jouissent d’une vie active et croissante. »

    Une période de chrétienté révolue

    Le cardinal historien rappelle que « la doctrine sociale catholique a été à la base de la reconstruction et du développement de la République fédérale d’Allemagne sous Konrad Adenauer ». Mais avec le succès du miracle économique allemand « les nuages de plus en plus épais de l’esprit matérialiste de l’époque ont commencé à bloquer la vue du ciel ».

    La vague de biens terrestres « a submergé le pays ». Il en est résulté « une société postchrétienne et athée, dans laquelle le christianisme, l’Eglise, n’a plus qu’une existence de niche. Elle est ignorée, méprisée, combattue. » Ainsi « dans la plupart des régions d’Allemagne, l’Eglise a dû troquer son ancienne place dans la tribune d’honneur contre le banc des accusés ».

    Une société dénaturée et apostate devant laquelle il faut réagir

    Le constat note encore que « la législation récente a fixé des normes dans le domaine du mariage, de la famille et de la santé, qui se moquent de la morale chrétienne et de la doctrine sociale, voire de l’anthropologie développée depuis l’Antiquité classique ». Ainsi « presque toutes les perversions imaginables, de la fécondation in vitro à l’euthanasie et au suicide assisté, ont été admises ».

    Il faut donc réagir : « le chrétien, le catholique doit trouver, créer des oasis dans ce désert humain, culturel, où il peut encore respirer librement et survivre ». Cela nécessitera de passer d’une « Eglise fortement présente à une Eglise de petites communautés ». Cette évolution, pour le cardinal, est inéluctable.

    Redonner sa place au prêtre…

    Pour accomplir cette évolution, le cardinal réclame « une accentuation plus décisive de l’image que les prêtres ont d’eux-mêmes ». Pour décrire cette image, le prélat fait appel à « l’ancien rite d’ordination » qui énumérait les devoirs du prêtre : « offrir le saint sacrifice, bénir, diriger la communauté, prêcher et baptiser ».

    Et il ajoute qu’il « n’est pas fait mention de la gestion du ministère paroissial, des comités ou de la gestion des biens et des institutions sociales ou d’autres “œuvres” ». Il note enfin que « cette liste d’obligations date du Moyen-Age, mais elle contient précisément les activités pour lesquelles le prêtre est aujourd’hui ordonné, comme il l’a toujours été ».

    Il enfonce nettement le clou : « le catholicisme de comité et de réunion, qui a fleuri depuis Vatican II, est de toute façon devenu un modèle en voie de disparition, sur lequel personne ou presque – à l’exception des “fonctionnaires” du Comité central – ne versera une larme ».

    Aussi, « cette distinction, qui ne réserve au prêtre que le “praeesse” – la présidence – la direction de la communauté, devrait être faite pour permettre au prêtre d’être libre d’accomplir sa véritable mission : la prédication, la liturgie, l’administration des sacrements et la pastorale ». Autrement dit, tout ce dont les novateurs veulent le dépouiller.

    … et aux laïcs la leur

    Quant aux laïcs, explique le cardinal Brandmüller, « tout comme les prêtres, ils répondent à une vocation propre. Leur domaine de responsabilité n’est pas la chaire et l’autel, mais, comme le souligne Vatican II, “le monde” dans lequel l’Eglise doit accomplir sa mission. »

    Ainsi, une saine répartition des tâches « à condition que les collaborateurs soient choisis avec soin et que la confiance mutuelle règne » permettrait au prêtre « de gagner le temps nécessaire à la préparation consciencieuse de la prédication, de la catéchèse, de l’entretien pastoral, et à sa propre vie spirituelle ».

    Le cardinal conclut sur ces mots : « des communautés vivantes, telles des îles dans la mer, pourraient offrir un havre de paix aux personnes désorientées qui dérivent sur les vagues de l’esprit du temps ».

    Quoique l’analyse cardinalice vise premièrement et principalement l’Allemagne, elle doit être étendue à tous les pays catholiques, qui subissent, peu ou prou, d’une manière ou d’une autre, cette « apostasie silencieuse » déjà dénoncée par Jean-Paul II. Le plan que le cardinal allemand envisage pour son pays, doit être réalisé dans toute la chrétienté. (...)

  • Au prochain Synode, ce sera l’Afrique qui fera barrage aux novateurs. Et le cardinal Sarah dicte la ligne directrice

    IMPRIMER

    De Sandro Magister sur Settimo Cielo (Diakonos.be) :

    Au prochain Synode, ce sera l’Afrique qui fera barrage aux novateurs. Et le cardinal Sarah dicte la ligne directrice

    (s.m.) Lors de la prochaine session du synode mondial des évêques, convoqué par le Pape François à Rome pour octobre, ce seront les évêques africains qui seront les plus résolus à faire bloc contre les innovations prônées par certains épiscopats du Nord : diaconat féminin, prêtres mariés, nouvelle morale sexuelle. Exactement comme c’était déjà d’Afrique que provenait déjà la résistance la plus fermes contre la bénédiction des couples de même sexe, autorisée par la déclaration vaticane « Fiducia supplicans » de décembre dernier.

    La personne qui a préparé cette bataille rangée des évêques africains « en défense de la foi face aux tenants du relativisme culturel », et qui l’a même inspirée et en a dicté la ligne directrice, c’est un cardinal, africain lui aussi, Robert Sarah, critique sévère de « Fiducia supplicans ». Il est en visite au Cameroun pour une douzaine de jours (photo) et hier matin, mardi 9 avril, au siège de la Conférence épiscopale à Mvolyé, sur les collines surplombant Yaoundé, il a prononcé le discours programmatique engagé dont nous reproduisons ci-dessous les passages essentiels.

    Depuis Rome, le cercle du Pape et en particulier le cardinal argentin Victor Manuel Fernández, préfet du Dicastère pour la Doctrine de la foi et premier signataire de « Fiducia supplicans », considèrent la résistance des évêques africains à ces innovations comme l’expression d’une arriération culturelle de leur part, qui avait d’ailleurs déjà été tournée en dérision de manière fort peu élégante en 2014, à l’occasion du Synode sur la famille, par le cardinal Walter Kasper, qui était à l’époque le théologien européen avait les bonnes grâces du pape Jorge Mario Bergoglio.

    Dans les prochains jours, le cardinal Sarah se rendra en Guinée, où il est né il y a 78 ans et où il a été curé d’un village dans la savane avant de devenir évêque de Conakry, la capitale, et un défenseur acharné des libertés religieuses et civiques pendant les années de plomb d’une dictature impitoyable, allant jusqu’à risquer sa vie.

    Lire la suite

  • De nouvelles déclarations du cardinal Grech concernant le Synode sur la synodalité suscitent la controverse

    IMPRIMER

    De Jonathan Liedl sur le National Catholic Register :

    Les commentaires controversés du cardinal Grech s'ajoutent à la liste croissante des préoccupations concernant les groupes d'étude post-synodaux

    Le cardinal maltais, qui dirige le Secrétariat du Vatican pour le Synode, a déclaré dans une interview récente qu'un diaconat féminin (non précisé s'il est ordonné ou non) ne serait pas une "révolution" mais un "approfondissement naturel de la volonté du Seigneur".

    27 mars 2024

    Si le cardinal Mario Grech occupait presque n'importe quelle autre fonction, ses récents commentaires en faveur du diaconat féminin et contre la nécessité d'une "uniformité de pensée" dans l'Église universelle ne seraient peut-être pas si significatifs.

    Après tout, lorsque les prélats émettent leurs opinions théologiques, elles sont généralement considérées comme telles - l'opinion théologique d'un chef d'Église individuel.

    Mais le cardinal Grech n'est pas un prélat ordinaire : il dirige le secrétariat du Vatican pour le synode. Une semaine avant son interview du 21 mars dans une publication suisse de langue italienne, le pape François avait chargé le cardinal maltais de mettre en place dix groupes d'étude sur des thèmes soulevés lors de l'assemblée du Synode sur la synodalité de 2023. Parmi eux : la possibilité de "l'accès des femmes au diaconat" et "le discernement partagé des questions doctrinales, pastorales et éthiques controversées" d'une manière qui accorde "une plus grande attention à la diversité des situations" dans les différentes parties du monde.

    En d'autres termes, les commentaires du cardinal ne peuvent qu'être lus dans le contexte des groupes d'étude et de la manière dont le cardinal Grech pourrait avoir l'intention de les diriger, contribuant ainsi à une liste déjà importante de préoccupations concernant l'approche.

    Dans l'interview, le cardinal Grech a déclaré qu'un diaconat féminin (sans préciser s'il serait ordonné ou non) ne serait pas une "révolution" mais un "approfondissement naturel de la volonté du Seigneur".

    Le cardinal maltais a également déclaré que la communion ecclésiale devrait prendre la forme d'une "unité des différences" plutôt que d'une "uniformité de pensée" et a décrit sa vision de l'Église comme un "arc-en-ciel", avec une plus grande flexibilité dans les approches pastorales et l'enseignement dans différents lieux.

    Le soutien apparent du cardinal Grech à une certaine forme de diaconie féminine est susceptible de renforcer les soupçons selon lesquels les groupes d'étude sont mis en place pour atteindre des résultats prédéterminés que le Synode n'a pas pu atteindre. Et son point de vue sur l'unité de l'Église, qui semble enraciné dans une compréhension contestée de la doctrine de Vatican II sur la relation entre les Églises particulières et l'Église universelle, et qui a été souligné lors de l'assemblée synodale de 2023 par des personnes telles que le prélat allemand progressiste Mgr Franz-Josef Overbeck, augmentera probablement les préoccupations concernant les engagements ecclésiologiques qui animent les groupes d'étude et la sélection de leurs membres.

    La crédibilité en jeu

    Les commentaires du cardinal Grech ne sont pas les premiers à remettre en question la crédibilité du projet en raison de l'indépendance publique des responsables synodaux. Mais ils interviennent à un moment particulièrement difficile pour le Synode sur la synodalité. Le passage à des groupes d'étude et la promotion récente par le Vatican de bénédictions non liturgiques de personnes de même sexe qui "contournent la synodalité" ont soulevé la question de savoir si l'assemblée synodale finale, qui aura lieu du 2 au 27 octobre à Rome, aura une quelconque importance.

    Avant même l'interview du fonctionnaire du Vatican, un participant au synode a souligné que des mesures devraient être prises pour garantir que les groupes d'étude soient considérés comme une partie crédible du processus synodal.

    "Beaucoup dépendra de la transparence des résultats des groupes et de la manière dont ils seront considérés comme faisant partie de la première assemblée et du document de synthèse", a déclaré au Register la philosophe australienne Renee Köhler-Ryan, qui s'est opposée avec force à la tentative d'ordination des femmes lors de l'assemblée d'octobre 2023.

    Lire la suite

  • Le cardinal Müller dénonce l'"idéologie" synodale qui veut transformer l'Église en "ONG" (I)

    IMPRIMER

    De Michael Haynes sur LifeSiteNews :

    EXCLUSIF : Le cardinal Müller dénonce l'"idéologie" synodale qui veut transformer l'Église en "ONG".

    Le cardinal Müller a suggéré que la Voie synodale et le Synode sur la synodalité ont un "programme pour changer l'essence de l'Église en une organisation aidée par le monde intérieur".

    Le cardinal Müller interviewé par LifeSite, mars 2024.

    22 mars 2024

    L'ancien préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal Gerhard Müller, a déclaré que les dirigeants de la Voie synodale allemande et du Synode sur la synodalité du pape François ne sont "pas intéressés par la mission de l'Église", mais qu'ils promeuvent un "agenda" visant à changer l'Église.

    Dans une interview exclusive et de grande envergure avec LifeSiteNews à Rome, le cardinal Müller a critiqué la voie synodale dans son pays natal, l'Allemagne, ainsi que le synode sur la synodalité actuellement en cours pour l'ensemble de l'Église. (Note de l'éditeur : l'intégralité de l'interview sera publiée en trois articles distincts, avec la transcription complète de chaque partie de la discussion présentée à la fin de chaque article. Les parties II et III seront publiées dans les prochains jours).

    La voie synodale allemande, entamée en 2019, a été une source de controverse depuis son lancement, les prélats et les laïcs allemands faisant pression pour des questions hétérodoxes dans le processus - telles que les bénédictions homosexuelles, les diacres féminins, les transsexuels admis à la prêtrise, et la gouvernance laïque de l'Église. Mgr Müller a régulièrement critiqué le processus, ses déclarations prenant une importance considérable en raison de sa nationalité allemande mais aussi de son statut au Vatican. 

    La voie synodale allemande et la mission de l'Église

    Lors de leur récente assemblée de printemps, les évêques allemands se sont finalement pliés aux ordres du Vatican et n'ont pas voté sur l'établissement d'un "Conseil synodal" permanent, qui aurait vu un mélange de laïcs et de clercs gouverner l'Église en Allemagne. Le Vatican a toujours exprimé ses inquiétudes au sujet du Conseil synodal, et la récente proposition des évêques allemands revêt une importance particulière. 

    S'adressant à ce journaliste, Mgr Müller a souligné l'inquiétude du Vatican à l'égard du Conseil synodal : "Le Comité synodal contredit absolument la constitution sacramentelle de l'Église catholique, [avec une] forme d'idées protestantes ou plus anglicanes où l'Église est gouvernée par le roi ou directement par un comité d'évêques, de prêtres et de laïcs".

    Le cardinal a déclaré que le gouvernement de l'Église "n'a rien à voir avec la gouvernance politique, mais est une représentation de l'œuvre pastorale de Jésus-Christ".

    Jésus, le pasteur, est le bon berger, qui conduit les gens non pas vers un but défini par nous ou un paradis terrestre, mais vers Dieu, vers la connaissance de Dieu dans cette vie, dans ce court laps de temps. Nous avons notre existence sur terre, mais nous avons la vocation pour la vie éternelle et c'est pourquoi les bons pasteurs doivent donner leur vie pour conduire tous les gens à Dieu et à la vie éternelle.

    Mgr Müller a affirmé que "derrière le Comité synodal se cache une idée erronée de ce qu'est une Église et de ce qu'est la mission de l'Église". Cela est dû au fait que les responsables de la Voie synodale considèrent "l'Église comme une réalité plus politique, idéologique, pour le progrès de l'humanité dans un paradis terrestre plus socialiste ou libéral, qui n'arrivera jamais".

    L'ancien préfet de la CDF a félicité le Vatican d'avoir empêché le Conseil synodal de voir le jour, mais il a ajouté qu'"il aurait été préférable de comprendre ce qui se passe, de ne pas vaincre le mal au dernier moment, mais dès le début".

    Lire la suite

  • Le Vatican déclare que les femmes diacres et les questions relatives à l'homosexualité sont au programme du synode mais pas le célibat sacerdotal

    IMPRIMER

    D'Elise Ann Allen sur Crux :

    Le Vatican déclare que les femmes diacres, et non le célibat, sont au programme du synode

    15 mars 2024

    ROME - Les organisateurs du Synode des évêques sur la synodalité, organisé par le pape François, ont annoncé jeudi que dix groupes de travail différents avaient été constitués au sein de la Curie romaine pour traiter des sujets spécifiques issus de la session de l'année dernière. Ces sujets, ont-ils précisé, sont limités aux questions mentionnées dans la salle du synode et comprennent des questions brûlantes telles que l'accès des femmes au diaconat et les moyens d'accueillir la communauté LGBTQ+.

    Interrogé spécifiquement sur la question de savoir si les groupes de travail aborderaient les questions de l'homosexualité et du diaconat des femmes, Mgr Piero Coda a répondu par l'affirmative. Mgr Piero Coda, secrétaire général de la Commission théologique internationale, a déclaré que "bien sûr, ces questions sont à l'ordre du jour" et que divers documents seront inclus dans la réflexion sur ces sujets. "Si vous regardez bien la question de l'accès au diaconat, il est dit spécifiquement que c'est un sujet qui a émergé de l'assemblée synodale et qu'il s'agit de se mettre d'accord sur cette nécessité d'avoir une étude", a-t-il dit, affirmant que les résultats des deux commissions passées établies par le pape François pour examiner la question, qui n'ont pas été concluants, seront pris en compte dans l'étude actuelle.

    Toutefois, interrogé sur le fait de savoir si un groupe de travail consacré aux relations entre les Églises catholiques latine et orientale aborderait la question controversée du célibat sacerdotal obligatoire, le cardinal Mario Grech, secrétaire général du bureau du Vatican pour le Synode des évêques, a répondu par la négative. "Le sujet du célibat n'a jamais été mis sur la table pendant l'assemblée", a déclaré le cardinal Grech.

    De même, le cardinal jésuite Jean-Claude Hollerich de Luxembourg, rapporteur général du Synode sur la synodalité, a souligné l'importance de rappeler que "ces groupes d'étude ne traitent pas de tous les sujets discutés dans l'Église". "Ils ne concernent que les points qui ont été présentés par le peuple de Dieu au cours du processus synodal", a-t-il déclaré, ajoutant : "Nous ne faisons pas de politique ecclésiale, nous sommes les serviteurs de ce processus synodal". Mgr Hollerich a déclaré qu'il avait essayé et qu'il pensait avoir réussi dans le synode "à ne pas mettre mes propres contenus, mais des contenus qui viennent du peuple de Dieu". 

    Il a également été demandé aux organisateurs si un groupe de travail chargé d'examiner les "questions doctrinales, pastorales et éthiques controversées" se pencherait à nouveau sur les bénédictions pour les couples de même sexe, compte tenu de l'ampleur des réactions suscitées par la déclaration du Vatican qui les a autorisées.

    La déclaration, Fiducia Supplicans, a été publiée par le Dicastère pour la Doctrine de la Foi en décembre 2023, décrivant les méthodes de bénédiction des couples en situation irrégulière et a suscité d'énormes réactions et débats. Cependant, Mgr Hollerich a déclaré jeudi aux journalistes que pour lui, Fiducia Supplicans "est un document très important", le décrivant comme "très beau, parce qu'il signifie que Dieu aime tout le monde, même ceux qui sont dans une situation irrégulière". La bénédiction donnée est un signe de l'amour de Dieu, a-t-il dit, précisant que "c'est un document pastoral, ce n'est pas un document doctrinal" et que le synode n'a rien à voir avec lui. "Je le trouve très beau dans mon contexte pastoral, il m'aide. Je pense que ce que la Doctrine de la Foi et le Pape ont déjà décidé n'est pas une question à reprendre dans le synode", a-t-il dit, tout en précisant qu'il s'agissait de son opinion personnelle.

    Le Vatican a publié jeudi deux documents issus du Synode des évêques sur la synodalité, qui s'est ouvert en 2021 et a donné lieu à des consultations aux niveaux local, continental et universel, culminant avec la première des deux réunions d'un mois basées à Rome en octobre 2023.

    Lire la suite

  • Le pape François achève ses onze ans sur le trône de Pierre au cours d'une année marquée par le Synode et Fiducia supplicans

    IMPRIMER

    D'InfoVaticana :

    Le pape François achève ses onze ans sur le trône de Pierre au cours d'une année marquée par le Synode et Fiducia supplicans

    13 mars, 2024

    Aujourd'hui (hier, le 13 mars) marque le onzième anniversaire du 13 mars 2013, jour où Jorge Mario Bergoglio a été élu premier pontife américain de l'histoire de l'Église. Il est également le premier jésuite de l'histoire à accéder au trône de Pierre. Les cardinaux ont élu le cardinal Bergoglio comme 265e successeur de saint Pierre.

    À ce moment-là, les cardinaux sont entrés dans la chapelle Sixtine et, en l'espace de deux jours, la fumée blanche a signalé au monde que la vacance était terminée, qu'il y avait un pape. L'attente était à son comble : qui serait choisi pour prendre la tête de l'Église dans les tempêtes qui semblaient se déchaîner autour d'elle ? La réponse fut donnée par le cardinal protodiacre, le Français Jean Louis Tauran, qui s'avança sur le balcon de la basilique Saint-Pierre dans la nuit romaine du 13 mars. Il a entonné le célèbre "Habemus Papam" et a ensuite annoncé que Jorge Mario Bergoglio était le nouveau pape, sous le nom de François.

    Les premiers mots prononcés par François :

    Frères et sœurs, bonsoir !

    Vous savez que le devoir du Conclave est de donner un évêque à Rome. Il semble que mes frères cardinaux soient allés le chercher presque au bout du monde... mais nous sommes là... Je vous remercie pour l'accueil.

    La communauté diocésaine de Rome a son évêque, merci ! Je voudrais tout d'abord adresser une prière à notre évêque émérite, Benoît XVI. Prions tous ensemble pour lui, afin que le Seigneur le bénisse et que la Madone le protège.

    Notre Père, Je vous salue Marie et Gloire aux fidèles de Saint-Pierre.

    Et maintenant, nous commençons notre voyage : l'évêque et le peuple. Ce chemin de l'Église de Rome qui préside dans la charité à toutes les Églises. Un chemin de fraternité, d'amour, de confiance entre nous. Prions toujours les uns pour les autres : les uns pour les autres. Prions pour le monde entier, pour qu'il y ait une grande fraternité.

    J'espère que ce voyage de l'Église, que nous commençons aujourd'hui et dans lequel mon cardinal vicaire, ici présent, m'aidera, sera fructueux pour l'évangélisation de cette belle ville.

    Je voudrais maintenant vous donner la bénédiction, mais avant, je vous demande une faveur : avant que l'évêque ne bénisse le peuple, je vous demande de prier le Seigneur de me bénir. La prière du peuple demandant la bénédiction de son évêque. Prions en silence cette prière que vous avez faite pour moi.

    Une année marquée par le Synode et la Fiducia supplicans

    Cette année de pontificat - du 13 mars 2023 au 13 mars 2024 - a été marquée par des allées et venues à l'hôpital Gemelli. La santé du Pape est de plus en plus délicate, ce qui nous a habitués à le voir régulièrement en chaise roulante, à suspendre son programme ou à devoir se rendre à l'hôpital. L'année dernière, par exemple, le pape a à peine pu participer aux célébrations de la Semaine sainte.

    François a également dû faire face à de nombreux conflits tout au long de l'année. La guerre entre la Russie et l'Ukraine se poursuit sans relâche et les efforts de médiation du Saint-Siège ne suffisent pas. En outre, cette année, le pape a été témoin d'un revirement politique dans son pays d'origine. Ses compatriotes argentins ont choisi Javier Milei pour tenter de changer le cours politique, social et économique de l'Argentine.

    Lire la suite

  • "En 2000 ans, nous n'avons jamais vu autant de personnes s'opposer à une déclaration romaine" (Mgr Mutsaerts)

    IMPRIMER

    De Javier Arias sur InfoVaticana :

    L'évêque Mutsaerts à InfoVaticana : "En 2000 ans, nous n'avons jamais vu autant de personnes s'opposer à une déclaration romaine".

    27 février 2024

    Beaucoup d'entre vous connaissent déjà Rob Mutsaerts, évêque auxiliaire de Bois-le-duc (Pays-Bas). Nous avons parlé de lui à plusieurs reprises dans ces pages.

    Mgr Mutsaerts défend sans peur et avec courage la doctrine catholique de l'Europe du Nord par le biais de son blog personnel. Ces derniers mois, cet évêque néerlandais a pris position contre Fiducia supplicans, a pris la défense de Mgr Strickland, démis de ses fonctions il y a quelques mois par le pape François, et a critiqué le développement du Synode de la synodalité.

    Sur ces questions et d'autres, Mgr Mutsaerts s'est exprimé à nouveau dans une interview avec InfoVaticana :

    Nous vivons des temps difficiles au sein de l'Église. Comment définiriez-vous les temps que l'Église vit actuellement ?

    Les temps sont extrêmement confus. L'une des principales tâches du pape est de créer de la clarté là où il y a de la confusion. Le pape François est sélectif dans ses réponses aux questions (certains "dubia" ne reçoivent jamais de réponse, d'autres en reçoivent rapidement) et, en outre, ses réponses sont souvent sujettes à de multiples interprétations, ce qui ne fait qu'accroître la confusion et la division. Prenons Amoris Laetitia : est-il permis à une personne qui n'est pas en état de grâce de recevoir la Sainte Communion ? La réponse sans équivoque de l'Église a toujours été un "non" retentissant. Amoris Laetitia contient de nombreuses déclarations dont l'imprécision ou l'ambiguïté permet des interprétations contraires à la foi ou à la morale, ou qui suggèrent une déclaration contraire à la foi et à la morale sans l'énoncer explicitement.

    Je n'exclus pas que le pape François adopte d'autres mesures dans la direction qu'il a prise.

    Dans votre blog, vous vous êtes exprimé très clairement contre la Fiducia supplians. Voyez-vous la possibilité qu'à l'avenir l'Eglise fasse un pas de plus dans cette direction ?

    Un prêtre peut-il bénir les pécheurs ? De toute évidence, oui. Peut-il bénir le péché ? De toute évidence, non. C'est sur ce point que FS passe à côté de l'essentiel. FS affirme que les unions homosexuelles peuvent être bénies. Il s'agit d'une doctrine contraire aux enseignements de l'Église catholique. FS a suscité une grande controverse. Le fait que le cardinal Fernandez fasse une distinction artificielle entre "couple" et "union" en réponse aux critiques n'a pas aidé. Un prêtre peut bénir le "couple" mais pas l'"union", ce qui n'a aucun sens. Après tout, il s'agit d'un couple parce qu'il y a union. Ce qui n'aide pas non plus, c'est l'affirmation du pape François selon laquelle les prêtres dans les prisons peuvent aussi bénir les plus grands criminels. Oui, ils le peuvent, mais nous ne bénissons pas leurs activités. Je peux bénir les voleurs, mais pas leurs activités. Je peux bénir les homosexuels, mais pas leur union. Je n'exclus pas que le pape François fasse d'autres pas dans la direction qu'il a prise. Mais nous savons aussi que là où il n'y a pas de continuité, il y a une rupture avec la tradition. Nous n'avons jamais vu cela en 2 000 ans. Le fait qu'il y ait une rupture avec la tradition peut être évident au vu de la résistance. En 2 000 ans, nous n'avons jamais vu autant de personnes - pas même un continent entier - s'opposer à une déclaration romaine.

    Vous avez également parlé de la révocation de l'évêque Strickland, pourquoi pensez-vous que le Vatican est si dur avec des évêques comme Strickland et que rien n'arrive aux Allemands qui s'expriment contre la doctrine et la moralité catholiques ?

    "Tout le monde, tout le monde, tout le monde", dit le pape François : tout le monde est le bienvenu. Tout le monde ? Il semble qu'une exception soit faite pour les traditionalistes. Le ton de Traditiones Custodes est dur, et combien de fois sont-ils qualifiés de rigides et de termes plus extravagants ? Demandez la messe traditionnelle et vous serez annulé. Un homme à la voix douce comme Mgr Strickland en est un exemple parmi tant d'autres. Les évêques allemands et belges qui plaident sans cesse en faveur de changements dans la doctrine et la morale de l'Église sont traités avec gentillesse. C'est la marque du pontificat actuel.

    Le Synode sur la synodalité s'achèvera en octobre prochain. Pensez-vous qu'il puisse en sortir quelque chose de bon ?

    Le Synode sur la synodalité se poursuit. La session précédente, qui a duré un mois entier, n'a rien produit de concret. Le document de plus de 40 pages présente une succession de généralités, un langage confus et des descriptions confuses sur l'accompagnement et les personnes qui luttent avec leur orientation sexuelle. Il ne pouvait en être autrement lorsqu'il n'y a pas d'ordre du jour, que tout est négociable et que nous ne sommes autorisés qu'à écouter. J'espère que la prochaine session aura un résultat similaire.

    Lire la suite

  • Bénédictions : pourquoi Rome a-t-elle recouru à la technique du fait accompli ?

    IMPRIMER

    Une tribune de Jean-François Chiron, théologien, sur le site du journal La Croix :

    Bénédiction des couples homosexuels : « Pourquoi Rome a voulu mettre devant le fait accompli »

    Le théologien Jean-François Chiron revient sur le texte Fiducia supplicans, qui autorise la bénédiction des couples homosexuels. Il s’interroge sur les circonstances de sa publication surprise, et sur ce qu’elle dit de la pratique du pouvoir de François dans un contexte de Synode.

    Qu’ajouter à tout ce qui est dit sur la déclaration Fiducia supplicans ? Il reste possible de s’interroger sur la façon dont le document vient perturber le jeu de la synodalité, voire le « fragiliser », comme l’a écrit La Croix. La synodalité, c’est la valorisation du rôle, dans l’Église, à tous les niveaux, des « quelques-uns » par rapport au « un seul ». Comment la prise de position d’« un seul », le pape, s’insère-t-elle dans l’action de « quelques-uns », les évêques ?

    Reconnaissons que les circonstances de la publication n’honorent pas le b.a.-ba de la démarche synodale : pas même de consultation du dicastère romain concerné, ni des autres dicastères de la Curie… Sans doute a-t-on voulu éviter les fuites, inévitables sur un sujet aussi sensible. Mais cette préoccupation ne suffit pas à justifier un tel procédé. Comment, du moins, l’expliquer ?

    Rappelons un élément fondamental : en catholicisme, la dialectique synodale se joue à trois termes, « un seul »- « quelques-uns »- « tous ». On ne peut faire l’impasse sur le « un seul », en l’occurrence le rôle du pape, faute de quoi on sortirait de la tradition catholique. Mais c’est aussi une question de tempérament. Le théologien Yves Congar l’avait dit en son temps : « Je pense qu’une théorie assez monarchique pratiquée par Jean XXIII serait très collégiale, tandis qu’une théorie collégiale pratiquée par Pie X ou Pie XI serait très monarchique. » La synodalité mise en œuvre par un pape François aura toujours, reconnaissons-le, quelque chose de « monarchique »…

    Devant le fait accompli

    Il est vraisemblable, aussi, que les instances romaines aient voulu évacuer une question qui pouvait parasiter les débats lors de la session d’octobre 2024, comme cela avait été le cas pour l’ordination d’hommes mariés lors du Synode sur l’Amazonie : l’arbre d’une question particulière en était venu à cacher la forêt de la synodalité.

    Allons plus loin, et risquons une hypothèse : Rome a voulu mettre devant le fait accompli. Car il était prévisible qu’un débat aurait empêché l’évolution souhaitée sur cette question par le pape. C’est encore la controverse sur l’ordination d’hommes mariés lors du Synode sur l’Amazonie qui a pu constituer un précédent : l’opposition catégorique de quelques-uns avait interdit tout consensus, et donc toute évolution. Alors qu’on aime rappeler l’adage « seul on va plus vite, ensemble on va plus loin », force est de reconnaître qu’être ensemble peut empêcher d’avancer…

    Déminer le terrain

    Sans doute les instances romaines pensaient-elles avoir suffisamment « déminé le terrain » en distinguant entre bénédictions, en soulignant que le mariage n’était pas en cause. Cela n’aura pas suffi à endiguer la diversité des réactions, et parfois leur virulence. Sur le mode du « cachez ce couple que je ne saurais voir », des évêques auront, en France, déclaré s’en tenir à la bénédiction des individus, récusant ainsi ce qu’autorise un document romain à dimension normative (qu’en sera-t-il si des prêtres suivent Rome plutôt que leur évêque ?).

    Lire la suite

  • Troubles et divisions dans l’Église

    IMPRIMER

    Lu cet éditorial de la revue mensuelle « La Nef » de février 2024 :

     « La Déclaration portant sur la bénédiction des « couples en situation irrégulière » a fait couler beaucoup d’encre. Pire, elle a semé troubles et divisions dans l’Église, créant une situation sans beaucoup de précédents. Ce qui ne laisse pas de nous étonner – et nous attriste –, c’est, face à ces réactions honnêtes venues d’une large partie du troupeau, la désinvolture qui semble régner en maître à la tête de l’Église.

    La déclaration du Dicastère pour la Doctrine de la foi, Fiducia supplicans, « sur la signification pastorale des bénédictions », publiée le 18 décembre dernier, a choqué un grand nombre de chrétiens et ne cesse, depuis, de semer un trouble certain dans l’Église, malgré les précisions du 4 janvier de ce même Dicastère qui n’éclairent pas grand-chose. Jamais un texte romain n’avait soulevé une telle opposition, particulièrement de nombreux évêques et de conférences épiscopales entières.

    Bergoglio images (28).jpgOn sait que le pape François porte en lui le souci d’aller aux « périphéries existentielles », afin de toucher les âmes éloignées du message évangélique. Quand on observe la sociologie du catholicisme français, dont les forces vives résident aujourd’hui principalement dans une bourgeoisie relativement aisée – honneur à elle d’avoir su conserver le flambeau et le transmettre –, on comprend l’urgence de s’adresser aux classes populaires et à cette « France périphérique » si délaissée par nos élites parisiennes. Il est en effet anormal que l’Église, qui honore tant la figure du pauvre, ne parvienne pas en France à toucher davantage les milieux les plus défavorisés, exception faite, il est vrai, de nombreux Antillais et Africains catholiques particulièrement fervents.

    Corollaire de ce souci, le pape veut manifester l’amour inconditionnel de Dieu pour chaque homme, et ainsi donner la priorité au témoignage d’amour et de miséricorde de Dieu pour tous, et plus particulièrement pour les pécheurs – que nous sommes tous – comme le Christ en a lui-même montré l’exemple. Cette double préoccupation nous semble prophétique dans un monde qui a largement rejeté Dieu – ainsi beaucoup de nos contemporains sont indifférents à la question religieuse plus par ignorance que par une hostilité consciente et raisonnée envers le christianisme.

    Amour, miséricorde et vérité

    Dans l’Évangile, néanmoins, l’amour et la miséricorde infinis du Christ touchent le pécheur, mais jamais pour le conforter dans le péché, toujours pour l’en délivrer et le conduire vers une voie de sainteté. Approcher le pécheur avec amour et miséricorde est nécessaire, mais est-ce amour et miséricorde que de ne pas lui expliquer son péché ? La vérité n’est-elle pas la première des charités ? Et le monde lui-même, n’attend-il pas de l’Église cette parole de vérité ?

    Or, si de bons théologiens peuvent sauver la rectitude doctrinale de Fiducia supplicans au prix de subtiles arguties, il est clair que le commun des mortels comme les grands médias ont compris que, dé­sormais, l’Église permettait la bénédiction des « couples homosexuels » ou « divorcés remariés », leur conférant ainsi une légitimité de fait. Car la grande faiblesse de ce texte est son ambiguïté, son manque de clarté pourtant indispensable sur un sujet aussi controversé. Certes, la déclaration romaine affirme la stricte continuité de la doctrine catholique sur le mariage, mais n’explique pas deux points fondamentaux : comment passe-t-on d’une bénédiction de personnes homosexuelles ou divorcées remariées (qui se pratique déjà et ne pose aucun problème, nul besoin d’un texte pour cela) à une bénédiction du « couple » en tant que tel ? Et comment définir la différence entre une « union », qu’il n’est pas possible de bénir quand elle est irrégulière, et un « couple », tout aussi irrégulier, qui pourrait recevoir, lui, cette bénédiction ?

    Ambiguïté et désinvolture

    En n’ayant pas répondu à ces deux questions clés, Rome entretient une ambiguïté délétère qui sème troubles et divisions dans l’Église. Et c’est là sans doute le plus choquant : malgré le désarroi d’un grand nombre, bien que cette problématique ne concerne dans les faits que l’Occident déchristianisé, Rome n’explicite pas davantage son propos, et poursuit ainsi sa route avec une désinvolture désarmante, malgré les dégâts occasionnés, révélant au passage une certaine condescendance envers les Africains qui ne seraient pas encore parvenus au niveau de sophistication de la culture occidentale pro-LGBT. François, qui impose ses vues particulières avec autoritarisme (loin de l’esprit « synodal »), semble se moquer de ses opposants lorsqu’il affirme que, « dans la plupart des cas, quand on n’accepte pas les décisions, c’est parce que l’on ne connaît pas » (1), comme si ceux qui critiquent Fiducia supplicans ne l’avaient pas lue et n’y avaient pas réfléchi. Cette désinvolture à la tête de l’Église est une pratique qui nous attriste. C’était déjà le cas avec Amoris laetitia (2016), lorsque le pape a refusé de répondre aux dubia de quatre cardinaux, ou encore avec Traditionis custodes (2021), qui punit sévèrement toute une mouvance dynamique pour la déviance d’une minorité. De telles attitudes sont difficilement compréhensibles, alors que le pape est notre père, gardien de l’unité (Jn 17, 21) et chargé d’affermir la foi des fidèles (Lc 22, 32) »

    Christophe Geffroy

    (1) Cité par Jean-Marie Guénois, site du Figaro, le 4 janvier 2024.

     

     Bref, on conclut sans conclure :

    « Rome entretient une ambiguïté délétère qui sème troubles et divisions dans l’Église. De telles attitudes sont difficilement compréhensibles, alors que le pape est notre père, gardien de l’unité (Jn 17, 21) et chargé d’affermir la foi des fidèles (Lc 22, 32) »

     Mais alors ? (NdRed).

  • Demain : une Église à deux vitesses, post-synodale et décentralisée ?

    IMPRIMER

    D'Ed. Condon sur The Pillar :

    L'agenda de l'"Église à deux vitesses" pour le synode

    20 février 2024

    La deuxième session de la 16e Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques se réunira le 2 octobre pour une nouvelle série de trois semaines de discussions et de débats. 

    Mais alors que cette deuxième session marathon à Rome est encore dans plusieurs mois, le processus synodal mondial continue de se dérouler en temps réel dans le monde entier. 

    La "synodalité" a ravivé de sérieuses questions sur l'émergence d'un programme synodal occidental visant à modifier l'enseignement et la discipline de l'Église, ce qui pourrait conduire à une confrontation ouverte lors de la prochaine assemblée et même menacer la communion mondiale de l'Église.

    -

    Lundi dernier, les évêques d'Allemagne se sont réunis en assemblée plénière à Augsbourg. A l'ordre du jour ne figurait pas le vote sur l'approbation des statuts d'un "comité synodal" controversé, organe destiné à ouvrir la voie à un "conseil synodal" permanent pour l'Eglise dans le pays.

    Le vote sur le comité synodal a été abandonné après une intervention du Saint-Siège le samedi, avertissant les Allemands qu'aller de l'avant avec le comité serait "contraire aux instructions du Saint-Siège" et risquerait d'avoir des "conséquences juridiques".

    Si les évêques allemands ont supprimé le vote de leur programme de lundi, ils ne se sont pas engagés à abandonner complètement le comité synodal. Au contraire, la question sera probablement réexaminée dans un avenir assez proche dans le cadre de la confrontation synodale entre l'Allemagne et Rome.

    Le cardinal Christoph Schönborn, archevêque de Vienne, a souligné les enjeux auxquels sont confrontés ses voisins lorsqu'il a averti lundi que les évêques allemands devraient se demander s'ils "veulent vraiment quitter la communion avec et sous le pape, ou plutôt l'accepter loyalement", et que le fait de ne pas s'aligner déclencherait un schisme.

    Mais l'impasse des évêques allemands avec Rome est un conflit curieux. 

    Dans le cadre de leur programme controversé de "voie synodale", les évêques et leur organisation partenaire, le Comité central des catholiques allemands (ZdK), ont demandé à plusieurs reprises la fin du célibat des clercs, l'ordination des femmes, la révision de l'enseignement de l'Église sur la moralité et la sexualité humaine, ainsi que la décentralisation de l'autorité de l'enseignement doctrinal par rapport au Saint-Siège. 

    Mais alors que les évêques allemands ont insisté à plusieurs reprises pour provoquer le Vatican avec une série de mesures procédurales et structurelles, comme la création du comité synodal et la poursuite des projets de conseil synodal, les évêques voisins ont appelé à leurs propres révisions radicales de l'enseignement et de la pratique de l'Église, sans pour autant contrarier le Saint-Siège.

    Lire la suite

  • Le pape François a nommé consulteurs du Synode sur la synodalité trois femmes qui militent pour l'ordination de femmes diacres et prêtres

    IMPRIMER

    De Jules Gomes sur Church Militant :

    FRANCIS NOMME AU SYNODE DES DÉFENSEURS DU CLERGÉ FÉMININ
       
    19 février 2024

    Les nominations font suite à la réunion du C9 entre le pape et la femme anglicane " évêque ".

    VILLE DU VATICAN (ChurchMilitant.com) - Le pape François a nommé consulteurs du Synode sur la synodalité trois femmes qui militent pour l'ordination de femmes diacres et prêtres. 

    Le Bureau de presse du Saint-Siège a annoncé samedi que le pontife a nommé Sœur Birgit Weiler, Tricia C. Bruce et Maria Clara Lucchetti Bingemer, au sein d'une équipe de six nouveaux théologiens pour la deuxième session de l'Assemblée générale du Synode des évêques.

    Sœur Weiler, membre des Medical Mission Sisters et missionnaire en Amazonie, soutient que "les femmes qui se sentent appelées doivent pouvoir être admises à la prêtrise".

    Dans une interview accordée au média suisse Kath.ch, Birgit Weiler - qui milite également en faveur des prêtres mariés - a souligné qu'elle connaissait des religieuses en Amazonie qui étaient autorisées par leur évêque à administrer les sacrements du baptême et même l'onction des malades.

    "Cela n'a rien d'inhabituel en Amazonie", a fait remarquer Birgit Weiler, déplorant le manque de prêtres qui a conduit certains laïcs à ne recevoir la Sainte Communion qu'une fois par an. "Les religieuses le font avec l'autorisation de l'évêque concerné".

    "En Amazonie, les personnes gravement malades demandent le sacrement de la confession à une religieuse avec laquelle elles ont une relation", a révélé la religieuse dans l'interview d'avril 2023. Mais, a-t-elle ajouté, les sœurs "ne peuvent pas formellement donner l'absolution - beaucoup de religieuses trouvent cela très douloureux".

    Le discours patriarcal et androcentrique sur Dieu a conduit à une exclusion généralisée des femmes de la sphère publique.

    Weiler pense que les femmes diacres sont inévitables : "En fait, cela pourrait arriver très bientôt. Il n'y a pas d'obstacles théologiques si l'on comprend le diaconat comme une fonction indépendante dans l'Église par laquelle le Christ est rendu présent dans l'Église par son service dans la vie des gens.

    "En ce qui concerne le sacerdoce des femmes, je crains que cela ne prenne un peu plus de temps. Mais il est impératif que l'Église reconnaisse l'urgence de cette question", a souligné la religieuse. 

    En 2021, la deuxième femme nommée par François, Tricia C. Bruce, a rédigé un rapport en faveur des diaconesses intitulé "Called to Contribute : Findings from an In-depth Interview Study of US Catholic Women and the Diaconate" (Appelées à contribuer : résultats d'une étude par entretiens approfondis des femmes catholiques américaines et du diaconat).

    Bruce, qui est présidente élue de l'Association pour la sociologie de la religion, estime que l'ordination de femmes diacres est possible car "les changements apportés au droit canonique par le pape Benoît XVI en 2009 ont renforcé la distinction entre les diacres et la prêtrise ordonnée".

    L'échange de codes crée des débouchés pour les dons de prédication des femmes en coordination avec les prêtres qui le souhaitent.

    Les femmes interrogées dans le rapport de Tricia C. Bruce partagent des expériences soulignant comment elles se sont senties appelées à la prêtrise dans l'Église catholique, certaines dès l'enfance et d'autres en participant en tant qu'enfants de chœur, ministres de l'eucharistie, lecteurs ou en remplissant des rôles diaconaux. 

    "Au-delà de la prédication, les femmes catholiques se trouvent paralysées dans leur capacité à répondre aux besoins sacramentels des laïcs catholiques - en particulier ceux qui surviennent dans les moments de crise et d'urgence", déplore Tricia C. Bruce. 

    La sociologue décrit comment les femmes utilisent le "codeswitching" en collaboration avec les prêtres comme complices pour contourner les barrières canoniques qui leur interdisent de prêcher l'homélie pendant la messe.

    "L'échange de codes crée des débouchés pour les dons de prédication des femmes en coordination avec des prêtres volontaires. Iris a prêché en tant que 'réflecteur laïc' le jour de la fête des mères", écrit-elle. "Les femmes décrivent également comment elles s'opposent stratégiquement et adaptent les normes pour répondre aux besoins sacramentels des paroissiens.

    "Les femmes s'engagent volontiers dans leur appel au service diaconal, mais l'Église catholique ne garantit pas les circonstances dans lesquelles il est possible de répondre à cet appel", conclut Tricia C. Bruce, qui exhorte le magistère à revenir sur sa position concernant les ordres sacrés. 

    Maria Clara Lucchetti Bingemer, professeur de théologie à l'université catholique pontificale de Rio de Janeiro, a proposé qu'une femme soit la matière appropriée pour le sacrement de l'ordre et puisse agir en tant qu'"alter Christus" et "in persona Christi".

    Mme Bingemer, qui se décrit comme une théologienne féministe, préconise d'aller "au-delà de Dieu le Père" car "le discours patriarcal et androcentrique sur Dieu a conduit à une exclusion généralisée des femmes de la sphère publique et à une subordination des femmes pour répondre à la perspective et aux besoins d'un monde qui est principalement conçu pour les hommes".

    Il n'y a pas d'obstacles théologiques si l'on comprend le diaconat comme une fonction indépendante dans l'Église.
    La féministe brésilienne plaide en faveur de l'ordination des femmes à la prêtrise dans son livre Transformer l'Église et la société d'un point de vue féministe, en raison de "leur vocation eucharistique exprimée à travers leur corps". 

    Auparavant, la religieuse salésienne Linda Pocher, invitée à prendre la parole lors de la réunion des consulteurs du pape François (C9) en février, avait déclaré dans une interview que le souverain pontife "est très favorable au diaconat féminin" et qu'il étudie les méthodes pour le mettre en œuvre.

    La religieuse a ajouté qu'il n'y avait "aucune réflexion sur l'ordination presbytérale des femmes dans l'Église catholique".

    François et le C9 ont également rencontré l'"évêque" anglican Jo Bailey Wells et Giuliva Di Berardino, une vierge consacrée, professeur d'études religieuses et liturgiste du diocèse de Vérone, en Italie.

    Dans une interview accordée le 9 février à Vida Nueva Digital, Jo Bailey Wells a déclaré que les cardinaux "étaient accueillants, attentifs et je dirais même curieux" et qu'ils "passaient plus de temps à écouter qu'à parler".

    Après s'être adressé aux cardinaux du C9, Soeur Pocher a déclaré que François "changeait la façon de penser et de vivre la différence entre le ministère ordonné et le sacerdoce baptismal" en "étendant à tous les baptisés certains droits qui, jusqu'à récemment, appartenaient aux évêques, aux prêtres ou aux religieux".

    Alphonse Borras, vicaire épiscopal du diocèse de Liège (Belgique), le père Gilles Routhier, professeur de théologie à l'Université Laval (Canada), et le révérend Ormond Rush, professeur associé de théologie à l'Université catholique d'Australie, ont également été nommés au synode par François. 

    La deuxième session du Synode des évêques se tiendra du mercredi 2 au dimanche 27 octobre 2024, afin de poursuivre les travaux du Synode sur la synodalité sur le thème "Pour une Église synodale : communion, participation et mission".

  • Dans la perspective du synode d'octobre 2024, les évêques belges demandent le diaconat des femmes et l'abolition du célibat obligatoire

    IMPRIMER

    De Lieve Wouters sur Kerknet :

    Projet de note audacieuse des évêques belges pour le synode 2024

    19 FÉVRIER 2024

    Dans la perspective du synode d'octobre 2024, les évêques demandent le diaconat des femmes et l'abolition du célibat obligatoire.

    Les évêques belges exposent leurs priorités dans un projet de texte, qui sera soumis à la discussion des groupes de réflexion et des conseils dans les différents diocèses. Dans ce document, ils partent de trois constats :

    Une Église synodalement missionnaire exige un dialogue ouvert avec les développements actuels du monde qui nous entoure. L'Église ne peut pas se limiter à une voie à sens unique dans la proclamation de la Bonne Nouvelle au monde.

    • Nous demandons que le synode décrive la/les tradition(s) de notre Église comme dynamique(s) et en développement constant.
    • Nous demandons à être encouragés à concrétiser la décentralisation de certaines décisions dans l'Église, ce qui lui permet de travailler ensemble dans l'unité avec une diversité plus légitime.
    • Nous demandons une concrétisation de la "responsabilité" des évêques dans une Église synodale.

    Place des femmes dans l'Église

    À partir de là, les évêques appellent à une réflexion sur la place des femmes dans l'Église. Nous demandons le feu vert pour pouvoir prendre certaines mesures par conférence épiscopale ou assemblée épiscopale continentale. Ainsi, l'attribution d'une responsabilité pastorale croissante aux femmes et l'ordination diaconale des femmes ne doivent pas être universellement obligatoires ou interdites".

    Célibat et ordination de 'viri probati'

    L'obligation du célibat pour les prêtres et les diacres qui deviennent veufs suscite depuis longtemps de vives interrogations", écrivent les évêques. Ils ressentent "le besoin de redécouvrir la nature symbolique et sacramentelle du ministère ordonné". La relation entre l'ordination et la responsabilité (finale) nécessite une nouvelle précision, affirment-ils. Nous demandons que les prêtres et les diacres assument de plus en plus leur responsabilité pastorale au sein d'équipes dans lesquelles les laïcs ont également leur place et leur tâche".

    En outre, les évêques parlent d'ordonner prêtres des 'viri probati'. Littéralement, ce terme signifie "hommes éprouvés". Il s'agit d'hommes mariés qui, en raison de leur mode de vie, peuvent prétendre à la prêtrise.

    L'ordination sacerdotale des viri probati ne devrait pas être universellement obligatoire ou interdite", écrivent les évêques.

    Les jeunes et la culture numérique

    Une troisième priorité concerne la communication avec les jeunes. Les évêques souhaitent investir davantage dans les personnes et les ressources qui témoignent de l'Évangile dans et à travers le monde numérique. Ils demandent notamment la mise en place d'un mécanisme de solidarité entre les conférences épiscopales et les assemblées épiscopales continentales "afin que chaque Église locale ait les possibilités nécessaires pour être présente dans le monde numérique".   

    Quelles sont les prochaines étapes ?

    1. Le projet de note sera soumis à la discussion des groupes de réflexion et des conseils dans les différents diocèses. Ses échos seront compilés d'ici le 7 avril et remis au Secrétariat du Synode des évêques à Rome.
    2. Parallèlement à ces échos, de bons exemples de pratiques synodales seront également recueillis pour chaque diocèse et remis à Rome en vue de constituer le document de travail pour la deuxième et dernière session du synode en octobre 2024.
    3. Par ailleurs, les évêques belges veulent s'engager dès maintenant dans des moments de formation " pour pratiquer le discernement commun et la conversation dans l'Esprit ".
    4. Par ailleurs, la Commission théologique de la Conférence épiscopale se penchera d'ores et déjà de manière approfondie sur les thèmes susmentionnés liés à la gestion de la tradition et aux questions relatives aux fonctions et aux ministères dans l'Église.