Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Etats-Unis : Les catholiques réagissent après le décès de Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour suprême

IMPRIMER

Du National Catholic Register :

Les catholiques réagissent après le décès de Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour suprême, à l'âge de 87 ans

La mort de Ginsburg pourrait faire pencher la balance du tribunal vers une majorité conservatrice de 6-3, si le président Donald Trump nomme un nouveau juge pour combler le poste laissé vacant par Ginsburg avant l'élection de novembre.

19 septembre 2020

Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour suprême, qui a siégé à la cour pendant plus de 27 ans, est décédée d'un cancer du pancréas le 18 septembre. Elle avait 87 ans. Le président Bill Clinton avait nommé Mme Ginsburg à la Cour suprême en 1993. Mme Ginsburg avait auparavant été juge à la cour d'appel. Ginsburg, qui était juive, était connue pour son amitié avec Antonin Scalia, un catholique et collègue juge à la Cour suprême, qui est décédé en 2016. Le fils de Scalia, Christopher, a tweeté quelques souvenirs de l'amitié de son père avec Ginsburg après l'annonce de sa mort.

Ginsburg a exprimé son soutien à la légalisation de l'avortement lors de son audition de confirmation au Sénat en 1993, comme elle l'avait fait auparavant. Bien qu'elle ait critiqué publiquement avant sa nomination le raisonnement juridique utilisé dans l'affaire Roe c. Wade, Ginsburg a constamment émis des opinions en faveur de l'avortement et de la contraception, y compris une dissidence en 2007 dans une affaire confirmant une loi qui interdisait l'avortement à la naissance partielle.

La mort de Ginsburg pourrait faire pencher la balance du tribunal vers une majorité conservatrice de 6 contre 3, si le président Donald Trump nomme un nouveau juge pour combler le poste laissé vacant par Ginsburg avant les élections de novembre. Le leader de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, a déclaré précédemment qu'il essaierait d'obtenir la confirmation par le Sénat d'un candidat à la Cour suprême du Président Trump. Les démocrates du Sénat ont exprimé leur opposition à toute nomination, citant l'objection de McConnell à la nomination de Merrick Garland à la Cour en mars 2016 par Barack Obama. A l'époque, les républicains du Sénat ont déclaré qu'ils n'envisageraient pas une nomination pendant une année électorale.

Dans une déclaration publiée vendredi soir, McConnell a déclaré que "le candidat du président Trump recevra un vote au Sénat des États-Unis". La semaine dernière, M. Trump a élargi la liste des candidats potentiels à la magistrature qu'il envisageait de nommer. Lors d'un débat présidentiel en octobre 2016, M. Trump s'est engagé à nommer des juges qui renverseraient l'affaire Roe c. Wade. En 2017, il a nommé Neil Gorsuch pour remplacer Scalia, et en 2018 il a nommé Brett Kavanaugh pour remplacer le juge Anthony Kennedy, qui prenait sa retraite.

Sur les médias sociaux, les catholiques ont appelé à prier pour Ginsburg et sa famille vendredi soir. Le père dominicain Pius Pietrzyk, avocat civil et canoniste et professeur de droit canonique à l'université et au séminaire St. Patrick en Californie, a tweeté ce message : "Dans notre politique moderne divisée, l'amitié entre les juges Ginsburg et Scalia a brillé comme un modèle du respect que les gens peuvent avoir les uns pour les autres, même s'ils ne sont pas d'accord. Qu'elle repose en paix, maintenant avec lui".

De nombreuses réactions sont venues des organisations pro-vie, dont certaines ont exprimé leur espoir d'un remplacement pro-vie au tribunal. "Repose en paix, Ruth Bader Ginsberg. Prions pour le repos de son âme et pour sa famille. Continuons à prier pour notre nation", a déclaré Lila Rose, présidente du groupe pro-vie Live Action. Americans United for Life, un groupe national pro-vie, a noté que malgré certains éléments positifs dans les efforts de Ginsburg pour l'égalité des sexes, sa jurisprudence pro-avortement a laissé un héritage bien plus regrettable. "Nous sommes reconnaissants à la juge Ruth Bader Ginsburg d'avoir contribué, en tant qu'avocate avant d'être juge, à faire tomber les obstacles juridiques à l'avancement des femmes dans la société américaine. Nous sommes profondément attristés par sa mort, en particulier à ce moment de l'histoire de notre nation", a déclaré le groupe sur Twitter. "L'avortement est compris pour ce qu'il est par des millions d'Américains en raison de sa cruauté et de sa violence. Les générations futures ne sourient pas à la culture de l'indifférence envers la vie humaine que le juge Ginsburg a perpétuée [pour] les femmes qui méritent mieux... L'avortement ne contribue pas au bonheur des femmes, et l'avortement n'est pas nécessaire pour que les femmes réussissent".

Le groupe pro-vie Students for Life a tweeté : "Ce soir, la juge de la Cour suprême Ruth Bader Ginsburg est décédée, et nos pensées vont à sa famille." "En partenariat avec l'action Students for Life, nous appelons le président Trump à prendre rapidement un rendez-vous, à la lumière de sa mort tragique."

Ginsburg avait survécu à plusieurs épisodes de cancer avant de mourir entourée de sa famille, a déclaré la Cour suprême. Son mari, Marty Ginsburg, est décédé en 2010.

Commentaires

  • Donald Trump a certes beaucoup de défauts, et il est un fameux pécheur, mais il faut reconnaître que c'est un exceptionnel défenseur de la Vie et des christianismes. Il n'a pas froid aux yeux et n'a pas peur d'aller à contre courant des prétendues valeurs de la gauche progressiste.

  • Votre naïveté est incroyable.

  • Vous avez tout à fait raison Shimon et les militants pro-vie qui se battent sur le terrain en Amérique ne feront que le confirmer :

    Donald Trump est le président le plus pro-vie que cette nation ait jamais eu, défendant la vie à tous les stades. Sa croyance dans le caractère sacré de la vie transcende la politique. Le président Trump s’opposera à Biden-Harris, qui sont les opposants les plus farouches à la vie, soutenant même les horreurs de l’avortement tardif et de l’infanticide.

    Grâce à son courage et à sa conviction, le président Trump a gagné le soutien de la communauté pro-vie américaine. De plus, il a le soutien d’un grand nombre de religieux dans tout le pays. Vous nous trouverez ici avec notre arme de prédilection, le chapelet.

    Merci, Monsieur le Président, nous prions tous pour vous.

    Sœur Dede Byrne, Médecin, Communauté des Petites Ouvrières des Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie (Piccole operaie dei Sacri Cuori) Aujourd’hui religieuse catholique, elle a été chirurgien, officier de l’armée et missionnaire. Extrait de son discours, prononcé le 26 août.

    http://www.benoit-et-moi.fr/2020/2020/08/27/une-grande-dame-pro-vie-et-meme-pro-vie-eternelle-et-pro-trump/

  • Depuis 2016 le président Trump a accompli beaucoup de choses pour les enfants à naître et leurs mères:

    en transformant le système judiciaire en nommant Neil Gorsuch et Brett Kavanaugh à la Cour suprême fédérale des États-Unis d’Amérique et plus de 200 autres juges de tribunaux subordonnés ;
    en combattant pour les enfants à naître dans le monde entier par l’adoption de la législation « Protecting Life in Global Health Assistance« , qui empêche le financement de l’industrie internationale de l’avortement par les recettes fiscales et contrecarre les efforts des Nations unies pour faire de l’avortement une loi internationale ;
    en bloquant le financement avec l’argent des contribuables de ceux qui contribuent à la grande industrie de l’avortement, par exemple Planned Parenthood, à travers la “Title X Protect Life Rule”.
    en combattant pour l’objection de conscience des Petites Sœurs des Pauvres et des professionnels de la santé, comme les infirmières, qui ne peuvent être forcés à participer à des opérations d’avortement ;
    en mettant un terme au financement public des nouvelles recherches médicales menées par les National Institutes of Health à partir de parties du corps d’enfants avortés ;
    en étant le premier président à avoir personnellement assisté à la Marche pour la vie et au Gala pour la vie de Susan B. Anthony List.

    CQFD

  • A Shimon

    Parler de Donald Trump en bien est devenu pratiquement mission impossible compte tenu du politiquement correct qui domine la scène politique et culturelle et de la pensée qui, en Europe comme de l’autre côté de l’océan, a décidé dès le début de diaboliser le président américain. Et là on n'est plus dans le registre de la "naïveté" mais carrément d'un aveuglement volontaire.

  • A Centurion

    Aveuglement volontaire?
    Cela fait plus de 40 ans que je vais régulièrement aux USA, initialement pour affaires, mais ces 15 dernières années parce que deux de mes enfants y habitent.
    Ils ont épousé des Américains, ont pris la citoyenneté américaine, 9nt des enfants américains...bref, les USA sont une deuxième patrie en ce qui me concerne.

    Mon avertissement est celui-ci: le panneau dans lequel tous les Evangelical Christians tombent est celui du „single issue voting“, dans ce cas-ci Roe vs Wade.
    Cela revient à signer un chèque en blanc à un président extra-ordinairement incompétent.

  • Trump est contre l'avortement et nul ne songe à lui dénier ce mérite.
    Mais être "pro-vie" aurait tout autant nécessité de sa part d'autres choix politiques.
    On peut citer sans être exhaustif :
    - assurer à tous les Américains une sécurité sociale digne de ce nom qui leur éviterait de mourir sans avoir pu se faire soigner décemment;
    - lutter contre le surarmement des citoyens qui provoque chaque année des milliers d'homicides par armes à feu plutôt que de soutenir aveuglément le lobby des armes (NRA) ;
    - prendre ses responsabilités pour une lutte efficace contre la pandémie, plutôt que de critiquer les gouverneurs Démocrates qui prenaient les leurs;
    -...

  • Il est difficile de connaître "la vraie vérité" de ce côté de l'Atlantique tant est grande la désinformation. Petite question : qui d'entre vous a eu la chance de lire quelque chose de positif sur D. Trump depuis 4 ou 5 ans, sauf dans des sites qui ne sont pas soumis au politiquement correct.

    Nous n'oublions pas non plus que la perfection n'est pas de ce monde ...

  • C'est la gestion des gouverneurs démocrates qui est catastrophique, mais la presse mainstream (85 % de la presse américaine et 98 % de la presse européenne) préfère mettre tout sur le dos du président Donald Trump, Le véritable désastre politique de ces dernières années, c'est la présidence de Barack Hussein Obama.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel