Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Il y a 150 ans : l'unification italienne se constitue sur les ruines de l'Etat pontifical

IMPRIMER

De CulturaCattolica.it, Silvio Restelli:

Le 20 septembre. L'unité de l'État italien est constituée contre l'Église

Dimanche 20 septembre 2020

Aujourd'hui, 20 septembre 1870, les Bersaglieri du Royaume d'Italie de Victor Emmanuel II sont entrés à Rome par la brèche de Porta Pia, entamant la longue période qui s'est terminée en 1929 avec le Concordat d'abord et ensuite avec le second après la Seconde Guerre mondiale, par lesquels l'État italien s'est établi, en excluant l'Église catholique, point de référence pour la plupart des gens et surtout pour le monde paysan. La question romaine n'est pas seulement un problème pour la nouvelle Italie, mais sa manière d'être de la première période de l'histoire unitaire.

LA QUESTION ROMAINE

Le 20 septembre 1870, vers dix heures du matin, les canons de l'artillerie italienne cessent de tonner contre les murs de Rome et les bersaglieri du nouveau royaume d'Italie lancent leur assaut sur la Porta Pia, toujours contrés par les tirs des derniers défenseurs du pape.

Le conflit entre l'Église catholique et la Révolution italienne est ainsi "résolu", par le gouvernement de la Savoie, par une brèche qui piétine les droits du Saint-Siège : c'est le début de la Question romaine, l'histoire des tentatives du gouvernement italien pour panser une blessure qui, d'un point de vue institutionnel, se cicatrisera avec le Pacte du Latran de 1929.

En réalité, même si ce n'est qu'après l'épisode de la Porta Pia que l'on a commencé à parler de la question romaine au sens propre, 1870 a été l'aboutissement d'une décennie au cours de laquelle la classe dirigeante italienne a tenté d'entraver la mission de l'Église, érodant progressivement sa base territoriale.

Le livre de Renato Cirelli, La Questione Romana (L'achèvement de l'unification qui a divisé l'Italie), analyse cette première phase de la question romaine qui a commencé le 26 mars 1860, lorsque Pie IX, avec le bref Cum Catholica Ecclesia, a excommunié les souverains italiens responsables de l'annexion des légations papales.

La conscience du Souverain Pontife d'avoir à faire avec "(...) un projet philosophique, éthique, religieux et seulement plus tard politique, radicalement opposé au catholicisme" - souligne Cirelli - est soutenue par le fait que la classe dirigeante du nouveau Royaume d'Italie, "(...) est également formée d'hommes qui adhèrent aux courants du rationalisme, souvent des francs-maçons, souvent avec des racines jansénistes".

Cependant, le pouvoir libéral, conscient de la difficulté de gouverner un pays catholique, est contraint d'envisager des ouvertures vers l'Eglise, ce qui se concrétise, entre la fin de 1860 et septembre 1868, par cinq tentatives de médiation menées par d'illustres personnalités du monde politique et intellectuel italien.

Mais le manque de conviction du gouvernement italien pour conclure et la pression des milieux anticléricaux ont conduit à l'échec des démarches de conciliation. Même la Convention de Paris du 15 septembre 1864 entre le gouvernement italien et l'Empire français, qui prévoyait l'abandon de Rome par les troupes françaises, la formation d'une armée de volontaires au service du Pape et l'engagement italien pour la protection de l'État de l'Église, n'a satisfait personne : "L'Italie y souscrit avec une réserve mentale car aucun homme politique italien ne pose le problème du renoncement à Rome (...). Napoléon III accepta la Convention avec un esprit machiavélique, dans l'intention d'éviter une situation embarrassante (...)" ; Pie IX, "tenu dans l'ignorance des négociations, fut mis devant le fait accompli et refusa de le prendre en considération, se sentant trahi et abandonné".

Les troupes françaises quittent Rome en août 1870, suite au déclenchement de la guerre franco-prussienne : l'armée papale, qui le 13 novembre 1867 avait vaincu à Mentana les volontaires Garibaldi qui s'étaient enfuis devant vingt mille Français qui avaient débarqué à Civitavecchia, se prépare maintenant à défendre seule pour la dernière fois la ville du pape.

On pourra lire également : https://lanuovabq.it/it/porta-pia-dopo-150-anni-ancora-irrisolto-il-nodo-chiesa-stato

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel