Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Amy Coney Barrett, celle qui pourrait remplacer Ruth Bader Ginsburg à la Cour Suprême des Etats-Unis

IMPRIMER

De Christelle GUIBERT sur Ouest-France :

21 septembre 2020

Cour suprême. Qui est Amy Coney Barrett, la préférée de Trump pour remplacer Ruth Bader Ginsburg ?

photo amy coney barrett, 48 ans.

Amy Coney Barrett, 48 ans. © Julian Velasco/WikiCommons

Une bataille politique s’annonce après l’annonce du décès de Ruth Bader Ginsburg, doyenne de la Cour suprême américaine. Donald Trump, le président américain, a déjà plusieurs noms en tête pour la remplacer. Dans la short-list : Amy Coney Barrett, qui siège à la septième cour d’appel.

Qui remplacera l’estimée juge américaine Ruth Bader Ginsburg, décédée vendredi 18 septembre d’un cancer à l’âge de 87 ans, à la Cour suprême ? Une autre femme, a opportunément promis Donald Trump, dimanche.

Dans la liste de quarante noms que le président des États-Unis, a rendue publique le 10 septembre, trois magistrates se détachent. Il les connaît bien pour en avoir fait nommer dans des cours fédérales de plusieurs États. Mais une a sa préférence : Amy Coney Barrett, 48 ans.

Déjà dans les tuyaux en 2018

La magistrate était déjà dans les tuyaux pour remplacer Anthony Kennedy, l’un des rares juges de la Cour suprême à avoir démissionné pour raison personnelle, en 2018. Le controversé Brett Kavanaugh avait fini par décrocher le siège.  Je réserve (Barrett) lorsqu’il faudra remplacer Ginsburg » , avait alors dit Trump, selon des informations du journaliste Jonathan Swan, d’Axios.

Cette mère de famille de sept enfants, cinq biologiques et deux adoptés d’Haïti, est née et a grandi à la Nouvelle-Orléans. Elle est mariée à Jesse Barrett, un ancien procureur adjoint des États-Unis, de l’Indiana. Elle devrait plaire à la droite religieuse. Elle est membre d’un mouvement chrétien appelé People of Praise, qui rassemble des catholiques et des protestants. Au nom de cette foi, elle a toujours regretté la décision historique Roe v. Wade, qui a légalisé l’avortement aux États-Unis en 1973. Pour la magistrate, cet arrêt aurait créé  un cadre d’avortement à la demande ».

Religiosité très affirmée

Auditionnée lors de sa nomination à la septième cour d’appel en 2016, Coney Barrett a été taquinée sur le sujet de sa religiosité très affirmée. La démocrate Dianne Feinstein, membre de la Commission judiciaire du Sénat, a ouvertement soulevé la question de l’influence de sa foi sur sa fonction. La communauté LGBTQ voit aussi d’un mauvais œil l’arrivée d’une juge, pour qui le mariage est  fondé sur l’engagement indissoluble d’un homme et d’une femme » .

Si Donald Trump maintient son choix, Amy Coney Barrett pourrait devenir, à 48 ans, la plus jeune juge de la Haute cour. S’il change d’avis, ce qui est courant, deux autres femmes sont dans la course. Il s’agit de Barbara Lagoa, première femme hispano-américaine nommée à la Cour suprême de Floride que le Président a hissée à la onzième cour d’appel en 2019. Et d’Allison Rushing, propulsée à l’âge de 35 ans à la quatrième cour d’appel de Richmond (Virginie), en 2018. Toutes deux ont le même profil conservateur.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel