Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Nous n’inciterons pas les croyants à se rendre à la messe"

IMPRIMER

"Nous n'inciterons pas les croyants à se rendre à la messe" : avec ces quelques mots du porte-parole des évêques de Belgique, tout est dit. Restez chez vous, suivez la messe à la TV ou sur l'écran de votre ordinateur. Laissez votre foi s'éteindre à petit feu dans le confort de vos maisons.

La pratique religieuse ne se remettra sans doute jamais de ces mois de confinement durant lesquels on s'est habitué à ne plus se rendre dans nos églises. Les mesures imposées par l'autorité politique avec l'acquiescement d'évêques dociles et passifs constituent un véritable éteignoir pour la flamme vacillante d'une foi en recul constant dans notre société déchristianisée.

L'acceptation de cette jauge surréaliste de 15 personnes maximum pour assister aux célébrations en dit long sur le manque total de détermination de la part de ceux qui ont la charge pastorale de notre Eglise et qui un jour devront en rendre compte devant le Seigneur.

Alors que l'arrêt du Conseil d'Etat ouvrait la porte à des négociations que les représentants de l'Eglise catholique auraient pu mettre à profit pour obtenir des conditions raisonnables pour la restauration du culte, on retiendra qu'ils ont préféré adopter le profil le plus bas possible pour enfin se satisfaire de cette jauge ridicule.

Alors qu'en France l'épiscopat s'est mobilisé contre une jauge de 30 personnes jugée totalement insuffisante et a obtenu gain de cause grâce à une attitude offensive, les évêques de Belgique offrent le spectacle lamentable et révoltant de pasteurs mercenaires asservis aux décisions arbitraires de l'autorité politique sans considération pour le bien spirituel de ceux qui leur sont confiés. C'est tout simplement écoeurant.

Les représentants de l'Action laïque peuvent être totalement rassurés et dormir sur leurs deux oreilles : il n'y a aucun danger de voir nos têtes mitrées manifester la moindre velléité d'inviter leurs ouailles à se rendre à l'église pour y célébrer la naissance du Sauveur. Du jamais vu depuis des siècles, sinon depuis l'origine du christianisme.

Y.W.

Commentaires

  • Une nouvelle déclaration qui me laisse très perplexe !
    De quoi vider un peu plus vider nos églises alors même que votre rôle est de rappeler que la célébration du Saint Sacrifice de la messe est le seul qui plaise à Dieu et le sommet de la vie chrétienne !

  • Avant que le gouvernement reconfine une troisième fois, tu m'auras renié et laissé mon peuple sans nourriture. N'as-tu pas compris quand je te disais: "Donnez-leur vous-mêmes à manger"?

  • En plus de faire passer Notre Seigneur Jésus-Christ pour un "avatar" numérique, de ce fait, désincarné, l'acceptation par nos étranges bergers de la jauge surréaliste de 15 personnes maximum pour assister aux célébrations risque fort de faire le jeu du Diviseur...
    Pour éviter toute discorde (qui participera ou pas...), prions intensément et faisons ensemble courageusement ce que l'Esprit-Saint, et Lui-seul, nous inspire.

  • "Nous n'inciterons pas les croyants à se rendre à la messe" : cette phrase du porte-parole des évêques de Belgique qui serait lancée à la figure des premiers chrétiens dans les coulisses des arènes avant leur martyr!
    Je ne peux même pas l'imaginer! Honte! Honte! Honte!

  • En opposition à la pratique récente de centrer les célébrations de différents villages dans une seule église (pour se rassurer en gonflant les rangs?), peut-être serait-ce l'occasion de célébrer un nombre plus important de "petites" célébrations les paroisses qui maillent nos territoires?

  • Excellente idée !

  • La persécution (spirituelle) des chrétiens prend son origine à l'intérieur de l'Eglise. Les faux-bergers et laîcs allant dans le même sens devront en rendre compte. Ils permettent qu'advienne l'abolition du Sacrifice perpétuel dont parle l'Apocalypse.

  • Cette fois, la coupe est pleine ! Nous voilà encore bien plus laïcistes que nos voisins français, dévots de leur sainte République. Au moins leur reste-t-il des évêques pour défendre les chrétiens ! Les épiscopes belges, eux, tiennent sans vergogne des propos d'un consensualisme qui outrage les catholiques "pratiquants". Tous nos clochers devraient sonner le glas pour manifester la désapprobation des fidèles. Nous sommes humiliés par le Gouvernement (15 personnes dans une cathédrale) et scandalisés par une capitulation récurrente de nos pasteurs. Mutien-Omer Houziaux.

  • "Des arbres non fructifiants, du sel qui ne sale plus..."
    C'est de la haute trahison vis-à-vis le Seigneur.

  • Si les évêques ne veulent pas organiser de messes, pourquoi gardent-ils leurs généreux traitements de 6.828 € mensuels ?

  • C'est justement pour être certains de les garder qu'ils ne font pas de vagues, car en Belgique la séparation de l'Eglise et de l'Etat n'est pas aussi radicale qu'en France, par exemple: le clergé est payé. Et pour paraphraser Henry IV: cela vaut bien quelques Messes....

  • La base du problème, c'est le financement public des cultes, ce fil à la patte que le haut clergé a peur de voir se briser s'il fait trop de vagues. Qu'on en finisse avec le système concordataire! Mais l'État devra alors rendre une partie du patrimoine dont l'Église a été spoliée pendant la période révolutionnaire. Il l'a bien fait, à juste titre, pour les Juifs.

    L'autre aspect, c'est cette recherche obsessionnelle de l'assentiment du public. Nos évêques ressentent apparemment le besoin d'être aimés du plus grand nombre. "Voyez comme nous sommes responsables. Nous n'exerçons même pas tous nos droits constitutionnels pour vous."

  • Les clients d’IKEA sont mieux traités ! Le fait de voir des foules s’y entasser ne pose pas problème à nos chers dirigeants.
    Tout ceci est révélateur de la société dans laquelle nous vivons......
    Un chrétien peut faire toiletter son chien mais pas assister à l’Office.

  • Il n'y a rien à ajouter aux justes témoignages précédents, sinon saluer l'auteur de cet article non signé dont tous les mots sonnent justes et qui l'honorent grandement.

  • Leurs Insignifiances, les évêques de Belgique, recevront dans l'au-delà la couronne de la pusillanimité.

  • Merci à l'auteur de cette lettre ,
    ainsi qu'aux commentaires des autres personnes .
    C'est si vrai , si juste , si magnifiquement écrit .
    Je suis tellement en accord avec vous .
    Je me sens moins seule et plus soutenue dans mes réflexions qui sont semblables aux vôtres .
    Il existe encore des personnes combattantes
    qui veulent lutter contre l'inaction des représentants de l'église . Ils ont tous abandonnés le Christ .
    Nous ne pouvons plus compter sur ces faux prêtres qui trahissent la foi en Dieu et qui restent bien confortablement chez eux à attendre je ne sais quoi !
    Ils ne se rendent même pas compte de la grande souffrance que nous avons de ne pas pouvoir communier . Sacrement si indispensable et si vital
    pour un chrétien , Il y a urgence à réagir même avec le virus . Laissez les chrétiens responsables .
    Nous allons devoir bientôt , organiser la célébration de la messe à l'extérieur des églises . La justice de Dieu reviendra mettre de l'ordre sur cette terre
    et il aura des grincements de dents ...

  • La mollesse de nos évêques capitulards devant un gouvernement dirigé par un fr.:maç.: est un scandale au sens évangélique du terme.. Devons nous retourner aux églises cachées dans des habitations privées, comme en Hollande du temps de la pesécution par les protestants au pouvoir ? Prions tous ensemble pour notre Église et que le Saint Esprit dirige les décisions de nos évêques

  • J'invite Belgicatho à remettre en ligne la déclaration de Mgr Aupetit suite à l'annonce d'E. Macron concernant la jauge fixée à 30 personnes par messe en France (24/11/20).

    https://radionotredame.net/emissions/confinement-coup-de-fil-a-mgr-michel-aupetit/25-11-2020/

    Cordialement,

    Francis Willems

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel