Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sa santé, sa mort, les névroses… le pape se confie dans un entretien

IMPRIMER

Lu sur le site web « Zenit » 

François 1317971_w980h638c1cx1288cy852.jpg« Le pape François évoque sa santé, sa mort, la psychologie, les névroses, dans un entretien datant de février 2019 avec le journaliste et médecin argentin Nelson Castro, dont La Nación a publié des extraits ce 27 février 2021.

D’après Vatican News, il y parle de l’opération qu’il subit à l’âge de 21 ans, en 1957, pour l’ablation d’une partie de son poumon droit: « Quand je me suis réveillé de l’anesthésie, la douleur que je sentais était très intense… mais j’ai toujours eu la conviction que j’allais guérir. »

Et son rétablissement a été complet : « Je n’ai jamais senti aucune limitation dans mes activités… je n’ai jamais éprouvé d’épuisement ou de manque de souffle. »

Si le pape argentin n’a jamais été psychanalysé, cependant « durant les jours terribles de la dictature, j’ai dû accompagner clandestinement des personnes pour les faire sortir du pays et sauver leurs vies, j’ai dû gérer des situations que je ne savais pas comment affronter. Je suis allé trouver une femme – une grande dame – qui m’avait aidé à lire des tests psychologiques pour les novices. Pendant six mois, je l’ai consultée une fois par semaine ».

Cette psychiatre, ajoute-t-il, « m’a aidé à m’orienter sur la façon d’affronter les peurs de ce temps » : « Imaginez ce qu’est de transporter une personne cachée dans une voiture – avec seulement une couverture – et passer trois postes de contrôle militaire dans la zone de Campo de Mayo. Cela provoquait en moi une tension énorme. »

Les névroses ? « Il faut leur préparer un maté. Pas seulement, il faut aussi les caresser. Ce sont des compagnes de la personne durant toute sa vie ». Et le pape de citer le livre « Be glad you’re neurotic » (Sois heureux d’être névrotique) du psychiatre américain Louis Bisch: « Il est très important d’être en mesure de savoir (…) où et quels sont nos maux spirituels. Avec le temps, on apprend à connaître ses propres névroses ».

Estimant que « tout prêtre doit connaître la psychologie humaine », le pape souligne également la nécessité de ralentir en citant la phrase attribuée à Napoléon : « Habillez moi lentement, je suis pressé ». Il confie qu’écouter du Bach le « calme » et l’aide à « mieux analyser les problèmes ».

Au terme de l’entretien, le journaliste demande au pape s’il pense à la mort : « Oui », répond-il. A-t-il peur ? « Pas du tout ». Et comment l’imagine-t-il ? « Comme pape, en charge ou émérite. Et à Rome. Je ne retournerai pas en Argentine. »

Cet entretien a eu lieu dans le cadre d’un essai de Nelson Castro sur la santé des papes. »

Ref. Sa santé, sa mort, les névroses… le pape se confie dans un entretien

On savait déjà que la vie du pape élu le 13 mars 2013 ne coulait pas comme un long fleuve tranquille…

JPSC

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel