Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ce qui compte d'abord, c'est l'amour de la messe

IMPRIMER

Du Père Roger Landry sur le National Catholic Register :

Les grands thèmes de "Traditionis Custodes" et "Summorum Pontificum" : Favoriser la communion et l'amour liturgiques

COMMENTAIRE : Si nous reconnaissons la Messe pour ce qu'elle est, la réalité de ce qui se passe n'est-elle pas infiniment plus importante que la forme valide de la Messe par laquelle le Fils de Dieu devient présent ?

6 août 2021

" Toute célébration liturgique, parce qu'elle est une action du Christ prêtre et de son Corps qui est l'Église, est une action sacrée qui surpasse toutes les autres ", proclame la constitution du concile Vatican II sur la liturgie (Sacrosanctum Concilium). "Aucune autre action de l'Église ne peut égaler son efficacité" (7).

Sacrosanctum Concilium poursuit : "La liturgie est le sommet vers lequel se dirige l'activité de l'Église ; elle est en même temps la source d'où jaillit toute sa puissance. ... De la liturgie, donc, et spécialement de l'Eucharistie, comme d'une source, la grâce se déverse sur nous ; et la sanctification des hommes dans le Christ et la glorification de Dieu, vers lesquelles toutes les autres activités de l'Église sont orientées comme vers leur fin, sont réalisées de la manière la plus efficace possible" (10).

Traditionis Custodes et Summorum Pontificum

Ces vérités, que les catholiques fidèles ont affirmées à travers les siècles, sont essentielles pour comprendre pourquoi les questions posées dans le motu proprio du 16 juillet du Pape François sur la célébration de la Messe latine traditionnelle, Traditionis Custodes, ainsi que dans le motu proprio de 2007 du Pape Benoît sur le même sujet, Summorum Pontificum, sont si importantes.

La liturgie, en particulier la messe, apporte de la manière la plus puissante la gloire de Dieu et la sainteté de l'homme. On ne saurait trop insister sur son importance dans la vie chrétienne. Elle est le point de départ et la fin de tout ce que fait l'Église. Elle est destinée à exprimer et à réaliser la communion avec Dieu et avec les autres.

Puisque "l'Eucharistie fait l'Église", puisque lex orandi lex credendi ("la loi de la prière est la loi de la foi"), et puisque les catholiques vivent comme ils prient, les papes, les évêques, les théologiens, les saints et les fidèles ont tous nécessairement pris au sérieux les questions liturgiques. Parce que la liturgie est si centrale, les confusions, abus, déformations et divisions liturgiques peuvent être énormément nuisibles et dangereuses pour la vie de l'Église et des croyants.

Traditionis Custodes et Summorum Pontificum sont donc bien plus que des décrets disciplinaires. La façon dont les catholiques comprennent, abordent et célèbrent la Messe est importante. Puisque la liturgie est une source, des idées erronées sur la Messe peuvent empoisonner le puits de la vie catholique ; puisqu'elle est un sommet, des notions gravement défectueuses peuvent diriger les croyants vers une mauvaise destination.

Par conséquent, les points soulevés et les mesures prises par les papes François et Benoît - et avant eux par Jean-Paul II, Paul VI et les Pères du Concile Vatican II - doivent être compris et évalués dans ce contexte plus large, au-delà des préférences et des accents particuliers du clergé et des fidèles. Examinons quelques-uns des grands thèmes que l'on retrouve dans les deux décrets papaux.

L'amour de la messe

Le premier thème est l'appréciation et l'amour véritables de la messe.

Le Pape François s'inquiète à juste titre des catholiques qui considèrent la Messe de 1970 de Paul VI comme invalide, qui mettent au pilori de façon obsessionnelle ses prétendues déficiences et qui sapent la gratitude pour ce moyen par lequel Jésus-Christ devient sacramentellement présent sur l'autel. Même parmi ceux qui reconnaissent sa validité, certains la rejettent à un niveau pratique, comme les instituts sacerdotaux qui refusent de la célébrer et les fidèles qui n'y assistent pas et ne veulent pas y assister, même lorsqu'il n'y a pas d'autres options.

Les catholiques qui aiment le Seigneur ne devraient avoir que de l'appréciation et de l'émerveillement pour tous les moyens valides - qu'ils soient romains, mozarabes, ambrosiens, brabançons, dominicains, carmélites, chartreux, anglicans, maronites, melkites, coptes, syro-malankares, syro-malabars, arméniens, chaldéens, ruthènes, ukrainiens et autres - par lesquels le Fils de Dieu fait homme devient humblement présent.

Cette attitude de gratitude doit également s'étendre à la Messe de Pie V de 1570, la Messe latine traditionnelle (MLT) célébrée avec le Missel de Jean XXIII de 1962, qui a nourri l'Église pendant des siècles et produit d'innombrables saints. 

Le Pape Benoît XVI a justement abordé les questions selon lesquelles certains clercs et fidèles ont traité la Messe latine traditionnelle non pas comme une chose sainte, mais presque comme si elle était mauvaise et dangereuse. 

"Ce que les générations précédentes ont considéré comme sacré reste sacré et grand pour nous aussi, et il ne peut pas être tout à coup entièrement interdit ou même considéré comme nuisible", a-t-il écrit aux évêques du monde entier. Si personne ne considère le TLM comme invalide, nombreux sont ceux qui le traitent avec un dédain pratique, voulant le voir disparaître, même si beaucoup s'en nourrissent encore.

En ce qui concerne ceux qui s'opposent à l'une ou l'autre expression du rite romain, les papes ont respectivement attiré l'attention sur la question centrale : Si nous reconnaissons la Messe pour ce qu'elle est, la réalité de ce qui se passe n'est-elle pas infiniment plus importante que la forme valide de la Messe par laquelle le Fils de Dieu devient présent, et comment quelqu'un d'authentiquement mû par l'Esprit Saint peut-il s'opposer à un moyen par lequel Jésus-Christ est rendu sacramentellement présent corps, sang, âme et divinité ?

L'unité de l'Église

Le deuxième grand thème est l'unité de l'Église. L'Église est, comme le souligne Sacrosanctum Concilium, le "sacrement de l'unité". Au cours de la première Messe, Jésus lui-même a demandé à plusieurs reprises à Dieu le Père le don de l'unité chrétienne, afin que les croyants soient aussi unis que les Personnes de la Sainte Trinité, pour que le monde croie en lui et en l'amour du Père (Jean 17,20-26).

En libéralisant la permission de célébrer la Messe selon le Missel de 1962, le Pape Benoît a voulu non seulement favoriser les conditions permettant de réconcilier le clergé et les fidèles de la Fraternité Saint-Pie X, mais aussi corriger les évêques qui ne préservaient pas l'unité catholique en refusant aux prêtres et aux fidèles de leur diocèse l'accès à la Messe latine traditionnelle célébrée en communion ecclésiale. Il a donné aux prêtres la permission de célébrer la messe publiquement chaque fois qu'un groupe de fidèles le demandait.

Le pape François a cherché à répondre à une autre tendance : il a voulu corriger ces prêtres, en particulier les jeunes prêtres, qui, profitant pleinement de la permission donnée par le pape Benoît, créaient des divisions dans leurs paroisses en introduisant ou en remplaçant des messes célébrées selon le Missel de 1962 alors que les paroissiens ne le demandaient pas. Il leur a demandé de célébrer à nouveau la messe en latin, avec la permission et les conseils de leurs évêques.

L'esprit de l'Église, vu à travers ces actions, semble clair : les évêques doivent s'assurer que les catholiques en communion avec l'Église ont accès à la Messe dans ce que le Pape Benoît a appelé la " forme extraordinaire ", mais les prêtres ne doivent pas promouvoir avec zèle la forme et augmenter le désir pour elle, mais plutôt l'offrir quand, avec leur évêque, ils déterminent qu'il y a un besoin réel.

La réception de Vatican II

Le troisième thème est l'attitude envers le Concile Vatican II. Le pape François a insisté sur le fait que les évêques devaient veiller à ce que ceux qui célébraient selon le Missel de 1962 acceptent le Concile Vatican II et les réformes liturgiques qui en découlent. 

Même si la grande majorité des célébrants et des participants à la MTP l'acceptent, certains prélats et laïcs influents, comme certains membres de la Fraternité Saint-Pie X, ont cherché à promouvoir la MTP en essayant de saper non seulement les réformes liturgiques après le Concile Vatican II, mais aussi le Concile lui-même. De telles attaques contre un concile œcuménique ne sont tout simplement pas acceptables sur le plan doctrinal ou moral et sapent la foi des croyants.

En même temps, certains considèrent à tort tout soutien à la MFT comme un rejet ipso facto du Concile et des réformes liturgiques qu'il préconisait.

Sacrosanctum Concilium appelait à une participation dévote et active, à un plus grand usage de l'Écriture Sainte, à des homélies plutôt qu'à des sermons, à la suppression des doublons liturgiques, à la prière des fidèles et, dans certaines circonstances, à l'ouverture à la concélébration et à la communion sous les deux espèces. Il a également déclaré que "l'usage de la langue latine doit être préservé dans les rites latins" et que les fidèles doivent être formés pour dire ou chanter toutes les parties de la Messe en latin.

Ce que Vatican II n'a pas demandé, c'est la "démolition" iconoclaste des églises, le martelage des rampes d'autel, l'arrachage des maîtres-autels, le blanchiment des églises, le remplacement de la musique sacrée par des hymnes saccharines et parfois hérétiques, des bannières hideuses, des messes "clownesques", des fêtes liturgiques, etc.

Beaucoup de ceux - surtout parmi les jeunes - qui sont attirés par le TLM le sont non pas parce qu'ils préfèrent le Missel de 1962 en soi, mais parce qu'ils aiment la sacralité fiable de sa célébration, la Messe célébrée ad orientem, le chant grégorien et la polyphonie exquise, l'esprit de silence, la Communion à genoux sur la langue, les beaux vêtements et plusieurs autres choses qui n'ont jamais été appelées à être éliminées par les réformes liturgiques de Vatican II - et qui sont toutes encore des options légitimes dans la Messe célébrée selon le Missel de 1970.

Rejeter l'iconoclasme liturgique postconciliaire et les abus liturgiques ne revient pas à rejeter le Concile ou ses réformes liturgiques. Les papes Benoît et François ont tous deux dénoncé les abus et les excentricités liturgiques, qui scandalisent les fidèles, blessent l'unité de l'Église, sont impropres à la révérence qu'exige le véritable culte de Dieu et ont contribué à ce que tant de personnes abandonnent la pratique régulière de la foi.

Les abus liturgiques largement tolérés, sans parler de la manière mondaine et excessivement horizontale dont les messes peuvent parfois être célébrées dans la forme ordinaire, doivent être abordés si l'on veut réaliser le désir du pape François de voir l'Église "revenir à une forme unitaire de célébration", sans parler de faire progresser "la sanctification des hommes dans le Christ et la glorification de Dieu".

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel