Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pourquoi les catholiques ont le droit de résister à l'application du Motu proprio Traditionis Custodes

IMPRIMER

De José Antonio Ureta sur le blog d’Aldo Maria Valli publié par Jeanne Smits sur son blog :

Introduction de Jeanne Smits :
 
Je publie volontiers ci-dessous l’intégralité de la traduction d’une réflexion de José Antonio Ureta publiée en italien il y a quelques semaines sur le blog d’Aldo Maria Valli. Je remercie vivement l’auteur de m’avoir adressé pour publication sa propre traduction française de ce texte important, qui donne les raisons précises pour lesquelles il est permis aux catholiques de résister à l’application du Motu proprio Traditionis Custodes.
 
José Antonio Ureta fait appel à des éléments anciens et nouveaux détaillant la doctrine de l’Eglise sur sa liturgie et sur l’impossibilité, même pour un pape, d’interdire la célébration des rites traditionnels, comme prétend le faire le pape François à travers la nouvelle obligation qu’il fait peser sur les prêtres de rite romain d’obtenir une autorisation préalable, de l’évêque ou même du Saint-Siège pour les nouveaux ordonnés, pour célébrer selon l’Usus antiquior. – J.S.
 
*
Les fidèles ont plein droit de se défendre contre des agressions liturgiques – même lorsqu’elles émanent du Pape

par José Antonio Ureta

D’un trait de plume, le pape François a pris des mesures concrètes pour abolir dans la pratique le rite romain de la Sainte Messe, qui était en vigueur essentiellement depuis saint Damase à la fin du IVe siècle – avec des ajouts par saint Grégoire le Grand à la fin du VIe siècle – jusqu’au missel de 1962, promulgué par Jean XXIII. L’intention de restreindre progressivement, jusqu’à son extinction, l’usage de ce rite immémorial est évidente dans la lettre qui accompagne le motu propio Traditionis Custodes, dans laquelle le pontife régnant exhorte les évêques du monde entier à « pourvoir au bien de ceux qui sont enracinés dans la forme de célébration précédente et ont besoin de temps pour revenir au Rite Romain promulgué par les saints Paul VI et Jean-Paul II », qui devient « la seule expression de la lex orandi du Rite Romain ». Sa conséquence pratique est que les prêtres de rite romain n’ont plus le droit de célébrer la messe traditionnelle, et ne peuvent le faire qu’avec la permission de l’évêque – et du Saint-Siège, pour ceux qui seront ordonnés dorénavant !

Commentaires

  • Si nous constatons qu'il y a eu volonté délibérée de restreindre, jusqu'à son extinction, la pratique du rite romain de la Ste Messe et surtout contre la volonté et l'approbation du Pape Emérite Benoït XVI , devenu trop affaibli, il faut une commission d'enquête. C'est abusif !

    Il fallait "réformer" oui, dans le sens de Vatican II qui demandait une Liturgie parfaitement célébrée avec la priorité à Dieu. La Lumière doit passer pour nous éclairer.
    Ce n'est plus le cas puisque les églises se vident ...
    Le mot "participation" aurait été mal interprété et serait devenu une erreur "anthropocentrique".

    C'est ce que je retiens pour l'avenir de nos jeunes en pensant à St Jean Don Bosco.
    Ils ont un énorme potentiel à donner au monde en recherche d'une vie de Fils et Filles de Dieu.

    Plus nous assimilons les formules liturgiques, plus nous nourrissons notre Foi. Et c'est cet effort d'assimilation qui constitue la véritable "participation active" au culte divin, et par conséquent, à l'action invisible mais réelle du Christ présent sur l'autel.

    La Ste Vierge Marie avait bien dit à Cana: - "Faites tout ce qu'Il vous dira".
    Comme St Jean Don Bosco, illustre bienfaiteur de Turin, consacrons-nous aussi à elle, et portons le scapulaire. Elle nous accompagnera jusqu'à notre dernier jour tout en nous protégeant des esprits malveillants qui rodent dans le monde pour perdre les âmes.

  • ... on peut voir le film monté par François Lespes - "Le chant de l'âme assoiffée" - s/youtube.com et entendre le musicien, compositeur, éducateur américain : Paul Yernberg. On y voit une belle jeunesse enthousiaste, joyeuse dans l'étude du chant liturgique inspiré et porteur de la Foi au Dieu Vivant basé sur la Tradition et la créativité ...
    Beau témoignage convainquant. Voir absolument s/KTO aussi.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel