Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Simone Weil : une critique implacable du monde actuel

IMPRIMER

Du site de France Culture :

« Seul grand esprit de notre temps  », ainsi parlait Albert Camus de Simone Weil (1909 – 1943). Ouvrière, engagée dans la guerre d’Espagne, résistante et penseuse des totalitarismes avant Arendt, proche des milieux révolutionnaires anarchistes…

Chez elle, l’action et la pensée ne font qu’un. Ses deux « grands œuvres » portent sur la condition ouvrière et l’enracinement. À l’heure des revendications identitaires, de la crise du multiculturalisme, mais aussi du retour d’un travail ouvrier soumis à l’intelligence artificielle, son œuvre considérable s’impose comme une critique implacable du monde actuel.

Par Aïda N’Diaye, philosophe et enseignante. Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages dont Je découvre la philosophie. Elle est chroniqueuse sur France Inter et collaboratrice de Philosophie Magazine.

TOUS LES ÉPISODES

Épisode 1 : Vie et œuvre de "la martienne"

LE 02/08/2021

Difficile de présenter celle que son maître, Alain, surnommait "la martienne" sans accumuler les superlatifs. Exceptionnelle, hors du commun, géniale,...

Épisode 2 : L’Enracinement

LE 03/08/2021

Deux textes se détachent de l'ensemble des écrits de SImone Weil : "Des réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale" et "L’Enracinement",...

Épisode 3 : Une vie au travail

LE 04/08/2021

Le travail constitue peut-être la colonne vertébrale de la réflexion qu'engage l'oeuvre de Simone Weil. Elle valorise le travail manuel et le pratique...

Épisode 4 : Une intellectuelle engagée ?

LE 05/08/2021

La biographie de Simone Weil est ponctuée par ses engagements. Comme chez elle la vérité et le réel se confondent, il ne saurait y avoir de théorie qui...

Épisode 5 : De la mystique au soin

LE 06/08/2021

Comment la philosophe a-t-elle rencontré la grâce ?

Commentaires

  • J'ai toujours en mémoire une admirable parole de Simone Weil (citée par Gustave Thibon) qui nous dit: "Dieu et l'homme sont comme deux amants qui se sont trompés sur le lieu du rendez-vous: l'homme attend Dieu dans le temps, et Dieu attend l'homme dans l'éternité" Quel éclairage! Dans un monde (ou dans une Eglise) qui veut situer les promesses de Dieu dans le temporel et non plus dans l'éternel, ces mots ô combien judicieux ne nous épargnent-ils pas d'accuser Dieu et d'ouvrir la porte à l'athéisme?

  • Merci pour votre commentaire judicieux. J'ignorais cette phrase !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel