Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Chine communiste entend bien s'en tenir à l'orthodoxie marxiste

IMPRIMER

De Massimo Introvigne sur Bitter Winter :

La Chine "prouve que le marxisme fonctionne" : Le document du 100ème anniversaire

3 septembre 2021

Un document "historique" montre que le PCC est perturbé à la fois par les opinions occidentales selon lesquelles il n'est plus marxiste et par les sentiments en Chine selon lesquels il devient trop marxiste.

Présenté en grande pompe comme le principal document du 100e anniversaire du PCC, un long texte intitulé "Le PCC : sa mission et ses contributions" a été publié le 26 août par le département de la propagande (rebaptisé en anglais "Publicity Department") du Comité central du Parti. Le fait qu'il ait été publié à la fois en chinois et en anglais, ce qui n'est pas souvent le cas récemment pour les documents du PCC, est en soi important.

Le document, outre qu'il célèbre les réalisations et les victoires du PCC en 100 ans, semble avoir été conçu pour contrer deux allégations, qui dérangent fortement le président Xi Jinping. La première, qui émane des médias et de certains universitaires occidentaux, est que le PCC n'est plus marxiste. La seconde, qui est plus présente en Chine mais qui effraie également certains investisseurs étrangers, est que le PCC sous Xi Jinping redevient trop marxiste, ce qui pourrait à terme nuire à l'économie chinoise et à la valeur des investissements étrangers.

Les parties les plus intéressantes du document sont celles qui répondent à ces deux allégations. Le texte réitère ce que Xi Jinping souligne chaque semaine : que le PCC est marxiste, communiste et léniniste, et que ceux qui en doutent mentent.

"Le marxisme, dit le document, est l'unique idéologie directrice, l'âme même du PCC et la bannière sous laquelle il se bat. Fondamentalement, la force du Parti et la force du socialisme aux caractéristiques chinoises sont attribuables au fait que le marxisme fonctionne."

Selon le PCC, le marxisme fonctionne parce que c'est la seule idéologie qui a été capable d'identifier scientifiquement le fonctionnement du monde, de la société et des humains. "Le marxisme révèle les lois universelles du monde naturel, de la société humaine et de l'esprit humain." De plus, "une caractéristique clé du marxisme est qu'il ne définit pas seulement les idéaux du communisme, mais spécifie également les moyens par lesquels ils peuvent être atteints." Le PCC est fidèle à Marx non seulement (comme certains le prétendent) lorsqu'il s'agit des idéaux, mais aussi lorsqu'il choisit les moyens de réaliser ces idéaux. Les dirigeants du PCC, de Mao à Xi, ont été littéralement fidèles aux préceptes de Marx, proclame le document. "Jamais ils n'ont vacillé dans leur engagement, dévié de ses objectifs ou l'ont abandonné en faveur d'autres options." Ils ont constamment "utilisé le marxisme comme une arme idéologique puissante pour rechercher la vérité, comprendre le monde et ses lois, et le transformer", tout comme Marx l'a mandaté.

"Au niveau fondamental, les succès du PCC peuvent être attribués à sa maîtrise d'armes théoriques puissantes pour comprendre correctement, analyser scientifiquement et résoudre efficacement les problèmes en appliquant la position, le point de vue et la méthodologie marxistes. L'expérience a prouvé que le choix du marxisme par le PCC est correct." Et les recettes de Marx sont toujours correctes et, si elles sont correctement appliquées, infaillibles "au 21e siècle".

Certains, cependant, notamment en Occident, soutiennent que le PCC a abandonné le marxisme lorsqu'il a introduit des éléments de propriété privée en Chine après la mort de Mao. Après tout, Marx n'a-t-il pas enseigné que l'essence du communisme est l'élimination de la propriété privée ? Pas exactement, répond le document. Un bon marxiste sait que Marx a distingué deux étapes de la révolution, le socialisme et le communisme. Ce n'est que dans la phase communiste que l'élimination totale de la propriété privée sera réalisée. Dans la phase socialiste, une partie de la propriété privée subsiste, et c'est la tâche d'un parti communiste d'analyser les circonstances changeantes et de définir quelle part de celle-ci doit être conservée ou réintroduite. Ce qui est essentiel, et qui distingue une société socialiste d'une société non socialiste, c'est que les propriétaires de biens privés, y compris ceux que l'on peut qualifier de riches, n'échappent pas au "contrôle strict du Parti communiste" et n'ont pas le pouvoir de déterminer la politique économique, qui reste "centralisée" et entre les mains fermes du Comité central.

"Si la Chine a obtenu des succès remarquables grâce à un effort dévoué déployé pendant de nombreuses années, explique le document, elle se trouve encore au stade primaire du socialisme, et le restera longtemps." Elle n'est pas encore entrée dans le stade communiste, et en effet aucune société communiste (par opposition à socialiste) n'a été créée dans l'histoire de l'humanité jusqu'à présent. Pas moins que l'ancienne Union soviétique, et en fait plus, la Chine prétend être un pays socialiste en route vers le communisme.

"Après la fondation de la République populaire, le PCC s'est appliqué à apprendre de l'Union soviétique. Rencontrant des problèmes avec le modèle soviétique, il a commencé à explorer sa propre voie pour construire le socialisme", indique le texte. Le fait que le modèle soviétique présentait des problèmes a été prouvé par l'effondrement de l'Union soviétique. Contrairement au Parti communiste soviétique, note le document, le PCC est toujours fermement au pouvoir, en raison à la fois de sa flexibilité dans l'application du marxisme aux circonstances économiques changeantes et de sa non-flexibilité dans le maintien de toutes les parties de la société sous la forte emprise du Comité central.

Après avoir répondu à ceux qui prétendent que le PCC n'est pas ou plus marxiste parce que certains de ses membres sont des capitalistes milliardaires, le document répond aux préoccupations de ceux qui craignent qu'avec la campagne de "prospérité commune" et d'autres mesures visant à introduire davantage de socialisme dans l'économie et la société chinoises, le Parti dirigé par Xi Jinping ne devienne trop marxiste, ce qui pourrait compromettre les réalisations économiques de l'ère post-Mao, rendre la vie des riches en Chine moins confortable et faire fuir les investisseurs étrangers.

Selon le document, le PCC reconnaît qu'il "fait des erreurs" et, depuis l'époque du président Mao, il a mis en place un système d'autocritique et d'autocorrection, qui comprend, comme le rappelle judicieusement le texte à ses lecteurs, des sanctions sévères à l'encontre de ceux qui dévient de la norme. Il est possible que dans la gestion de l'économie, des erreurs aient été commises, avec pour résultat que certains riches sont devenus trop riches, que certains ont cru pouvoir échapper au contrôle du Comité central, et que certains ont dévié de la voie socialiste. La campagne "prospérité commune" est là pour rectifier ces erreurs.

Cependant, le document, et bien plus encore la conférence de presse qui l'a présenté et plusieurs initiatives organisées pour sa promotion, tentent d'écarter l'idée que Xi Jinping, tel Robin des Bois, va maintenant voler aux riches chinois pour donner aux pauvres chinois. Cela n'arrivera pas, a déclaré Han Wenxiu, directeur adjoint du Bureau central des finances, lors de la conférence de presse. Il s'agit simplement d'une prospérité commune "mal interprétée par certains médias occidentaux".

La prospérité commune, a déclaré Han, "est un processus dynamique qui ne peut être atteint du jour au lendemain" et qui atteindra ses objectifs "principalement" en enrichissant les pauvres plutôt qu'en appauvrissant les riches. Pourtant, les préoccupations concernant le fonctionnement de la prospérité commune en Chine n'ont pas été soulevées uniquement par les "médias occidentaux". Ce sont surtout les riches chinois qui sont effrayés par la campagne de "retour au socialisme" lancée par Xi Jinping.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel