Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Des précisions sur le rôle de Pie XII dans le sauvetage de Juifs à Rome en 1943

IMPRIMER

D'Andrea Gagliarducci sur kath.net/news :

Pie XII et les Juifs. Les efforts de Pacelli après le raid sur le ghetto

18 septembre 2021

La date du 16 octobre 1943 marque un tournant pour les Juifs de Rome, mais pas pour Pie XII, qui poursuit son œuvre de sauvetage comme il l'a toujours fait.

Le 16 octobre 1943 est le jour du raid nazi sur le ghetto de Rome. C'était un samedi, et à l'aube, 365 soldats nazis ont rassemblé 1 351 Juifs. C'est un moment décisif dans l'histoire du judaïsme romain. Hormis l'horreur de ce qui s'est passé et les nécessaires protestations diplomatiques, cela ne change pas grand-chose pour le Saint-Siège : Pie XII avait déjà commencé à aider les Juifs avant puis pendant la rafle, et continuerait à le faire après.

Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Quant à Pie XII, l'opinion publique hostile préfère mettre en avant son prétendu "silence" sur le national-socialisme ou sa préférence pour le sauvetage des seuls Juifs convertis au christianisme. Les chiffres nous montrent que toutes ces interprétations ne sont pas fiables. Le diacre Dominiek Oversteyns de la famille du clergé "Das Werk" a recueilli des données auprès de sources privées. Il a comparé les chiffres officiels avec ceux des différentes enquêtes et a également obtenu des données par extrapolation mathématique qui donnent au moins une idée du nombre exact de personnes impliquées. Ces données permettent de réfuter la "légende noire" non seulement du silence mais aussi de la passivité de Pie XII.

La rafle nazie des Juifs romains a commencé à 05h00 le 16 octobre 1943 et a officiellement duré jusqu'à environ 14h00. Sur les 1 351 Juifs arrêtés à leur domicile, 61 parviennent à s'échapper avant d'être enfermés à l'Académie militaire[1] Dans l'après-midi du 16 octobre, 258 des 1 290 Juifs détenus à l'Académie militaire sont libérés. Avant que le train ne quitte la gare de Roma-Tiburtina pour Auschwitz à 14 heures le 18 octobre 1943, deux autres Juifs furent libérés.

Pie XII et ses associés - comme les sources primaires le prouvent sans aucun doute[2] - ont été conjointement responsables de la libération de 247 Juifs romains ce jour-là (16 octobre 1943), un nombre qui est passé à 249 Juifs romains lorsque le train de déportation a quitté Rome. Ainsi, Pie XII est en partie responsable de la libération et du sauvetage de 249 Juifs romains arrêtés entre le 16 et le 18 octobre 1943. Cela représente environ un cinquième ou 20% des Juifs arrêtés à Rome pendant cette période. C'est un fait peu connu qui est en train d'être mis en lumière !

En fait, le jour de la rafle, Pie XII est intervenu à plusieurs reprises aux premières heures du matin pour tenter d'arrêter la rafle et libérer les Juifs arrêtés avant qu'ils ne soient déportés - comme le documente le diacre Oversteyns.

Les interventions ont consisté à essayer de contacter l'ambassadeur allemand Ernst von Weizsäcker pour le convaincre d'appeler Berlin et d'arrêter le raid. L'ambassadeur n'a rien fait. Pie XII, par l'intermédiaire du père Pancrazio Pfeiffer, se tourne alors vers le général Reiner Stahel, alors chef de l'armée d'occupation allemande à Rome, et lui demande de faire quelque chose pour arrêter le raid. Le général Stahel appelle directement Himmler et le convainc d'arrêter le raid. A 12h00, Stahel a alors donné l'ordre d'arrêter le raid. En outre, le commandant SS Dannecker de Berlin a reçu l'ordre de libérer tous les Juifs issus de mariages mixtes ainsi que les Juifs employés par des Aryens.

Le diacre Oversteyns a appliqué un modèle de simulation mathématique à la dynamique des arrestations. Il a ainsi pu déterminer que dans la première zone du raid, le ghetto et le centre de Rome, le raid s'est déjà terminé vers 11h00 ou 11h20, tandis que dans la deuxième zone du raid, la périphérie de Rome, le raid aurait dû se terminer vers 13h00 ou 13h20. Cela signifie que le raid au centre était déjà terminé lorsque le général Stahel a transmis l'ordre de Himmler dans la zone 1, tandis que dans la zone 2, la périphérie, les derniers escadrons sont revenus vers 13h00 et 13h20. Cela explique pourquoi Herbert Kappler a écrit dans son rapport officiel que le raid avait pris fin à 14 heures. Mais cela explique aussi - poursuit Oversteyns - pourquoi certains nazis soulignent qu'ils n'ont pas reçu l'ordre de mettre fin au raid. Cela ne signifie pas, cependant, que Himmler n'avait pas donné l'ordre d'arrêter le raid. Au contraire, le fait que l'ordre ait été donné d'arrêter le raid ressort clairement de la deuxième partie de l'ordre que Himmler a donné à Dannecker de libérer les Juifs romains arrêtés, issus de mariages mixtes ou au service des Aryens romains, après l'arrêt du raid. Cet ordre, donné par Himmler pour empêcher un soulèvement à Rome, comme cela s'était produit à Naples, fut systématiquement exécuté par le commandant SS Dannecker dans l'après-midi du 16 octobre 1943. Il est à noter que cette libération n'a de sens que lorsque le raid est terminé ! Et ceci montre la relation entre les deux ordres donnés par Himmler à midi.

Sur les 1 030 Juifs déportés à Auschwitz le 18 octobre à 14 heures, seuls 16 sont revenus à la fin de la guerre. Il est statistiquement prouvé que si les deux dirigeants de la communauté juive de Rome, Dante Almansi et Ugo Foà, avaient donné l'ordre à la communauté juive de se cacher le 10 septembre 1943, début de l'occupation nazie de Rome, sur les conseils du grand rabbin Zolli, au moins 300 des 1. 030 Juifs romains arrêtés le 16 octobre 1943 et déportés deux jours plus tard n'auraient certainement pas été arrêtés, déportés ou assassinés[3], puisque nous connaissons aujourd'hui statistiquement le comportement des Juifs romains avant le 16 octobre 1943[4]. "Le silence regrettable des deux dirigeants a coûté à 300 Juifs romains une mort évitable", telle est la conclusion d'Oversteyns.

Sur la base de données provenant de diverses sources primaires, Oversteyns a calculé que le nombre de Juifs qui se trouvaient à Rome le 4 juin 1944 était de 9 975, dont environ 64 % ont été aidés ou sauvés par Pie XII[5]. 1 697 d'entre eux ont été tués : 7 lors de leur arrestation, 76 fusillés dans la Fosse Ardeatine et 1 614 après leur déportation vers des camps de concentration. Seuls 117 Juifs ont survécu à ces camps.

Comment les autres ont-ils survécu ? 495 Juifs ont trouvé refuge dans des villages de montagne autour de Rome [6] et 1 324 se sont cachés chez des amis à Rome. La plupart, cependant, ont été sauvés [7] par le Saint-Siège : 4 205 ont trouvé refuge dans 235 monastères romains [8], 160 ont survécu au Vatican et dans ses 26 territoires extraterritoriaux [9].

Les monastères ne sont pas les seuls concernés [10] : Pie XII a également caché 336 Juifs dans les paroisses et les hôpitaux diocésains [11] tout en continuant à envoyer des aides alimentaires et financières à DELASEM, l'organisation créée en 1939 pour aider les immigrants juifs, qui en comptait 1 à Rome. 680 Juifs de diverses nations avec de faux passeports français cachés dans 420 maisons achetées à la Suisse, chacune d'entre elles étant protégée par la Suisse avec une plaque apposée à l'extérieur de la porte indiquant que cette maison était un territoire extraterritorial suisse.

Pie XII a parfois réussi à faire libérer des Juifs qui avaient été arrêtés pendant les huit mois de persécution : 36 Juifs ont été libérés[12].

Le soutien de Pie XII était inébranlable. Parmi les 9 975 Juifs présents à Rome le 4 juin 1944, on compte 8 000 Juifs romains. Pie XII a aidé plus de la moitié d'entre eux, soit 4 590 Juifs romains[13].

Du 18 octobre 1943 au 31 octobre 1944, seul 1 juif romain a été arrêté et déporté. Toutefois, cela ne signifie pas que peu de Juifs ont été déportés pendant les huit mois d'occupation de Rome par les nazis. 700 autres Juifs ont été déportés et arrêtés du 18 octobre 1943 à juin 1944[14]. 50 % d'entre eux ont été arrêtés par les nazis eux-mêmes et parfois en collaboration avec les fascistes.

Si l'on considère des périodes plus courtes dans le graphique des arrestations, 96 Juifs ont été arrêtés du 18 octobre 1943 à janvier 1944 seulement. À partir du 2 février 1944, la grande persécution nazie des juifs romains commence : le 2 février, 29 juifs sont arrêtés et déportés dans cinq collèges seulement ; le lendemain, 19 juifs sont arrêtés dans l'abbaye de Saint-Paul, un quartier extérieur du Vatican ; le 21 février, la deuxième rafle a lieu dans le ghetto, au cours de laquelle 21 juifs sont arrêtés et déportés ; et ainsi de suite.

En mars 1944, la situation s'aggrave encore : du 21 mars au 17 avril, environ 10 Juifs sont arrêtés et déportés chaque jour, et du 28 avril au 18 mai, 5 Juifs sont arrêtés et déportés chaque jour. Les Juifs n'avaient d'autre choix que de fuir ou de se cacher.

Selon les sources, il y avait peu de Juifs au Vatican et dans ses 26 territoires extraterritoriaux. La stratégie de Pie XII consistait à cacher les Juifs romains en petits groupes dans les monastères anonymes de Rome. Il pensait que cela leur donnerait les meilleures chances de survie.

Le fait que Castel Gandolfo ait été utilisé pour cacher un grand groupe de juifs est également faux, car cela était contraire à la stratégie de Pie XII[15]. La seule preuve est que Castel Gandolfo a accueilli un petit groupe de 12 juifs convertis au christianisme, dont la présence dans le bâtiment de Propaganda Fide le 25 décembre 1943 est documentée. Malheureusement, ils ont été tués lors du bombardement du 10 février 1944. Par conséquent, aucun juif ne s'y trouvait le 4 juin 1944[16].

Les faits prouvent que le groupe le plus faible pendant la persécution romaine était les juifs étrangers qui sont venus ici de leur propre chef. Sur les 245 Juifs étrangers, 31% (76) ont été arrêtés et déportés, dont seulement 7 ou 9,2% ont survécu à la déportation, tandis que sur les 8 000 Juifs romains, 22% ont été arrêtés et déportés (1 655), dont seulement 110 ou 6,7% ont survécu à la déportation. Parmi les Juifs étrangers sous la protection de DELASEM, aucun (c'est-à-dire 0%) n'a été arrêté et déporté ou tué !

La justesse de la stratégie de Pie XII a été confirmée par les faits : 16% des Juifs qui ont séjourné dans la Cité du Vatican et ses 26 zones territoriales pendant les neuf mois d'occupation nazie ont été assassinés, tandis que seulement 1% des Juifs qui se cachaient dans les monastères romains ont été assassinés pendant la même période. Cela signifie que les chances de survie des Juifs romains dans les monastères romains pendant la persécution nazie étaient 16 fois plus élevées que dans le Vatican et ses 26 zones extraterritoriales.

---------------------

[1] Dominiek Oversteyns, http://www.papapioxii.it/wp-content/uploads/2019/09/Fig-3.3.1-Taballe-dei-aresti-e-liberazione-a-Roma-dal-16-ottobre-1943-fino-al-22-ottobre-1943.pdf.

[2] Dominiek Oversteyns, http://www.papapioxii.it/wp-content/uploads/2020/06/Recensione-tre-volume-di-edizione-3-sul-Pio-XII-aiutando-gli-ebrei.pdf.

[3] Dominiek Oversteyns, http://www.papapioxii.it/wp-content/uploads/2019/07/1.1-Final-version-discourse-2-March-2017.pdf, n. 5.

[4] Dominiek Oversteyns, http://www.papapioxii.it/wp-content/uploads/2020/01/Table-of-the-interventions-by-Pius-XII-in-favor-of-half-of-the-fugitive-Jews-in-Rome-before-the-police-raid-of-Oct.-16-1943.pdf.

[5] Dominiek Oversteyns, http://www.papapioxii.it/wp-content/uploads/2019/09/Fig-3.2-Tabella-collaiuto-di-Pio-XII-agli-ebrei-romani-fino-al-4-guigno-1944.pdf.

[6] Dominiek Oversteyns, http://www.papapioxii.it/wp-content/uploads/2019/09/Fig-3.5-Bilancio-di-che-cosa-%C3%A8-successo-con-gli-ebrei-di-Roma-durante-le-9-mesi-di-nazi-persecuzione.pdf.

[7] Dominiek Oversteyns, http://www.papapioxii.it/wp-content/uploads/2019/09/Fig-3.6-Tabella-con-i-numeri-dei-conventi-a-Roma-che-nascondevano-degli-ebrei.pdf.

[8] Dominiek Oversteyns, http://www.papapioxii.it/wp-content/uploads/2019/09/Fig-3.8-Tabella-con-i-235-conventi-che-hanno-nascosti-ebrei-durante-la-persecuzione-nazita-a-Roma-2.pdf.

[9] Dominiek Oversteyns, http://www.papapioxii.it/wp-content/uploads/2019/09/Fig-3.9-Tabella-con-vaticano-e-26-territories-1.pdf.

[10] Dominiek Oversteyns, http://www.papapioxii.it/wp-content/uploads/2019/07/kort-2-na-16-oktober-1.pdf

[11] Dominiek Oversteyns, http://www.papapioxii.it/wp-content/uploads/2019/09/Fig-3.2-Tabella-collaiuto-di-Pio-XII-agli-ebrei-romani-fino-al-4-guigno-1944.pdf.

 [12] Dominiek Oversteyns, http://www.papapioxii.it/wp-content/uploads/2019/09/Fig-3.4-Tabella-con-gli-interventi-di-Pio-XII-Padre-Pfeiffer-e-Montini-per-gli-ebrei-arrestati-e-deportati.pdf.

[13] Dominiek Oversteyns, http://www.papapioxii.it/wp-content/uploads/2019/09/Fig-3.2-Tabella-collaiuto-di-Pio-XII-agli-ebrei-romani-fino-al-4-guigno-1944.pdf.

[14] Dominiek Oversteyns, http://www.papapioxii.it/wp-content/uploads/2020/06/Le-61-irruzioni-dei-nazisti-fascisti-.pdf.

[15] Dominiek Oversteyns, http://www.papapioxii.it/wp-content/uploads/2019/09/Fig-3.7-Tabella-test-con-la-densita-dei-ebrei-nascosti-nei-nascondi-a-Roma.pdf.

[16] Dominiek Oversteyns, http://www.papapioxii.it/wp-content/uploads/2019/07/Dieci-argomenti-valide-sul-fatto-che.pdf.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel