Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Succès de la "Marche pour la Vie" à Zurich

IMPRIMER

De kath.net/news :

"Marcher signifie vivre"

19 septembre 2021

Succès de la "Marche pour la vie" à Zurich Oerlikon - Plusieurs attaques à la peinture contre des organisations de soutien au cours de la période préparatoire.

La 11e Marche pour la vie s'est déroulée le samedi 18 septembre à Zurich-Oerlikon avec des salutations des marches pour le droit à la vie du monde entier, des témoignages émouvants, une déclaration politique saisissante et des représentants des églises. Environ 1400 participants se sont réunis sur la place du marché d'Oerlikon à partir de 14h30 pour célébrer la vie et attirer l'attention sur l'importante question des grossesses chez les adolescentes.

Les personnes présentes ont été accueillies par des messages vidéo en provenance du monde entier : des responsables des mouvements de la Marche de la Vie d'Argentine, du Canada, des États-Unis et d'Allemagne ont fait savoir aux militants pro-vie de Suisse : "Nous sommes avec vous ! ("Nous sommes avec vous !"). Les évêques Charles Morerod (Fribourg) et Jean-Marie Lovey (Sion) ont également envoyé des vœux, qui ont été lus par l'évêque auxiliaire émérite Marian Eleganti (Coire). Ce dernier avait déjà organisé le matin un service pour la "Marche pour la vie" dans la Liebfrauenkirche de Zurich.

Une pression énorme sur les jeunes femmes

Sur le thème de cette année "Jeune, enceinte, impuissante ?", Joy a raconté dans un clip vidéo comment elle est tombée enceinte à 15 ans et a dû se battre pour décider de garder l'enfant. Avec l'aide d'une organisation, elle a finalement trouvé un oui à son bébé, a pu être placée dans un foyer mère-enfant et, plus tard, a également pu poursuivre ses études. À propos de la décision qu'elle a prise, la jeune femme, aujourd'hui âgée de 22 ans, déclare : "Ce n'était pas toujours facile, mais vous aviez la vie dans une communauté, ils m'ont soutenue partout où ils le pouvaient."

La jeune mère n'a jamais regretté sa décision : "Je voudrais toujours avoir mon enfant à nouveau, je le choisirais toujours. Même si ce n'est pas toujours facile, un enfant vous apporte tellement !". Son message aux jeunes femmes enceintes : "Croyez en vous ! Ce ne sera pas toujours facile. Vous aurez besoin de soutien car il est méga difficile de le faire seul. Acceptez le soutien, croyez en vous ! Toujours penser positif !"

Maria Grundberger, qui a travaillé pendant de nombreuses années comme sage-femme et conseillère auprès des femmes enceintes, a également évoqué la difficulté pour les jeunes mères de garder leur enfant. La pression exercée sur les jeunes mères et pères pour qu'ils avortent est énorme, a-t-elle dit. Si les jeunes femmes décident d'avoir leur enfant malgré la pression, la pression est également forte par la suite, par exemple en matière d'éducation. La conseillère expérimentée a démontré de manière impressionnante, à l'aide d'exemples pratiques, que la situation avec un enfant est presque impossible pour les mères adolescentes. Selon elle, il est urgent d'élargir les offres d'aide et de fournir davantage de soutien, notamment aux jeunes parents, afin d'éviter aux jeunes femmes le traumatisme d'un avortement et de sauver la vie des enfants.

"La force du peuple se mesure au bien-être des faibles".

Dans la deuxième partie du rassemblement, le conseiller national valaisan Benjamin Roduit (PDC/Die Mitte) a déclaré dans son discours : " Marcher, c'est vivre. Nous marchons pour le plus faible, l'être humain le plus prometteur : Pour l'enfant dans le ventre de sa mère !" Le politicien s'est référé au préambule de la Constitution fédérale, qui stipule : "La force du peuple se mesure au bien-être des faibles". Des milliers de personnes parmi les plus faibles sont appelées à grandir et à devenir grandes. Le taux d'avortement étant très élevé, notamment chez les jeunes mères, M. Roduit a souligné : "Elles et les futurs jeunes pères ont besoin de notre aide."

Le rassemblement s'est achevé vers 17h30 avec l'intervention du révérend Patrick Werder (Église réformée de Zurich), qui a souligné : " Je voudrais vous encourager aussi : Ne croyez pas qu'il n'y a pas d'espoir ! Prenez les bonnes décisions ! C'est tellement important ! Je connais une femme qui a dit : "C'était la meilleure décision de sa vie - la décision pour son enfant. Malgré la pression, malgré les difficultés, malgré l'opposition, malgré tout. C'était la bonne chose à faire. La meilleure chose."

L'événement a été encadré musicalement par le Bethel Worship Band. Le point culminant a été la marche d'une heure dans les rues d'Oerlikon, que la ville de Zurich voulait interdire au préalable, mais qui a été autorisée par le bureau du gouverneur. La marche pacifique s'est déroulée avec une importante présence policière, bien qu'avec un certain retard dû aux blocages des milieux d'extrême gauche.

Avant la marche, plusieurs attaques à la peinture avaient déjà eu lieu jeudi soir et vendredi contre diverses organisations de soutien à Zurich, Berne et Winterthur. Les bureaux de l'Alliance évangélique suisse (AES), de l'association Pro Life et de la fondation Zukunft CH ont été graffités et endommagés. Les organisations condamnent ces attaques et ont chacune porté plainte contre des inconnus. Marc Jost, secrétaire général du SEA, a déclaré : "Il n'est plus évident de pouvoir s'exprimer librement en Suisse sans être touché par la haine et le vandalisme. Nous sommes préoccupés par ce changement culturel. Cependant, nous ne laissons pas cette minorité criminelle limiter notre engagement socio-politique. Nous faisons également l'expérience, encore et encore, que des débats controversés et en même temps respectueux sont tout à fait possibles".

Photo : Rallye à Zurich © March for Life

et aussi : 4500 participants à la 17e Marche pour la Vie à Berlin

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel