Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Famille

  • Pour prendre la mesure de la déchristianisation en Espagne

    IMPRIMER

    Lu sur Religion en Libertad :

    En dix ans, le nombre de mariages catholiques en Espagne a chuté : les chiffres par région sont éloquents.

    En 2013 débutait le pontificat du pape François, qui convoquait immédiatement un synode sur la famille pour l'année suivante. En Espagne, ces dix années de pontificat ont coïncidé avec une chute brutale des mariages religieux (qui sont presque tous catholiques). Cette année-là, un mariage sur trois était célébré à l'église. Dix ans plus tard, en 2022, ce n'est plus que 1 sur 5. 

    En Catalogne, au Pays basque et aux Baléares, seul 1 mariage sur 10 est célébré à l'église. En Navarre, dans les Asturies, en Aragon et en Castille-et-León, 2 mariages sur 10 sont célébrés à l'église, et ce n'est qu'en Andalousie et en Estrémadure qu'ils sont proches de 3 sur 10.

    [Voir la liste par région à la fin de cet article].

    Les mariages catholiques sont une indication très claire de la religiosité et de sa pertinence sociale, en particulier lorsqu'on les compare par région. Les données des sondages sont des projections statistiques, et celles du CIS de l'activiste socialiste José Félix Tezanos sont particulièrement inutiles et peu fiables.

    Il est utile de mesurer les mariages parce qu'ils sont ce qu'ils sont, ils sont enregistrés à l'Institut national des statistiques. En Espagne, les femmes se marient (premier mariage), en moyenne, à 32 ou 33 ans ; les hommes à 34 ou 35 ans. Ils n'ont pas 20 ans, ils ne se laissent pas influencer par leur famille ou leur environnement, ils pourraient ne pas se marier et simplement cohabiter, avec presque les mêmes effets juridiques. Ils choisissent de se marier librement et de choisir le type de célébration.

    Ce sont des adultes qui ont des enfants et décident de leur éducation, qui construisent la nouvelle génération. Leur choix entre le mariage civil et le mariage religieux en dit long sur leur niveau de religiosité. Le mariage religieux entre catholiques peu ou pas pratiquants, qui était encore important il y a 10 ans, semble s'être évaporé presque partout en Espagne.

    Nous pouvons utiliser les chiffres de la récente étude d'Edgar Sanchez et de TBS Education (de l'INE).

    Une mesure de la déchristianisation

    L'examen de l'évolution de cette option par région permet de connaître le niveau de déchristianisation de chaque zone. Et la vitesse à laquelle chaque région se déchristianise.

    Il faut distinguer les régions très déchristianisées, mais qui l'étaient déjà il y a 10 ans, des régions qui se sont déchristianisées à toute vitesse au cours de cette décennie.

    Mariages civils et religieux en Espagne, selon l'INE, de 2013 à 2022, en pourcentage et en valeur absolue.

    Matrimonios civiles y religiosos en España, del INE, de 2013 s 2022, porcentaje y absolutos

    Lire la suite

  • Il ne faut plus montrer « Mary Poppins » aux enfants

    IMPRIMER

    Lu sur le Tagespost :

    Le film classique « Mary Poppins » ne convient plus aux jeunes

    En raison du « langage discriminatoire », les enfants du Royaume-Uni ne sont autorisés à regarder le film que sous surveillance.

    28 février 2024

    Maintenant, « Mary Poppins » a été frappée. L'adaptation Disney en live-action du classique de PL Travers, sorti sous le titre "Mary Poppins" en 1964 et devenu un classique à part entière, a reçu une nouvelle classification du British Board of Film Classification (BBFC). La note est passée de « U » – qui signifie Universel – à PG (« Parental Guidance »). Il est au moins recommandé que les enfants jusqu'à l'âge de huit ans ne voient le film que sous la surveillance de leurs parents, si possible. 

    La raison invoquée pour justifier ce reclassement est « un langage discriminatoire ». Selon le journal britannique Daily Mail, la raison en est que le mot « Hottentots » est utilisé, un terme désormais qualifié de péjoratif et raciste pour les groupes ethniques indigènes d'Afrique australe. Le mot mal vu est utilisé dans deux scènes du film. Dans une scène, « l'amiral Boom », un membre à la retraite de la marine, demande aux enfants de la famille protagoniste « Banks » s'ils veulent « combattre les Hottentots ou creuser un trésor ». Dans une autre scène, « l'amiral Boom » utilise le terme pour désigner des ramoneurs au visage de suie dansant sur un toit et crie : « Alarme, nous sommes attaqués par des Hottentots ! Diables noirs !

    Les films d'animation ont une étiquette d'avertissement

    Le BBFC affirme avoir pris en compte le contexte historique du film, qui se déroule à Londres au début du XXe siècle. Cependant, selon le Film Classification Board, le langage discriminatoire du film nécessite une reclassification. Les parents devraient veiller à ce que leurs enfants reproduisent un langage non discriminatoire sans « reconnaître le potentiel offensant possible ».

    Il y a des années, le service de streaming « Disney TV+ » a commencé à proposer des films d'animation classiques tels que « Dumbo », « Les Aristochats » ou « Le Livre de la Jungle » avec un avertissement : « Ce programme contient des représentations négatives et/ou un traitement incorrect de personnes ou de cultures. . Ces stéréotypes étaient erronés à l'époque et le sont encore aujourd'hui. » Cependant, ce n'est pas (encore) le cas avec « Mary Poppins », du moins dans la version allemande du service de streaming.  DT/jeune

  • A l’ONU, les pays du Sud  se sont opposés aux pays du Nord sur le langage de la famille

    IMPRIMER

    De zenit.org :

    ONU : Débats autour du statut de la famille

    Les pays pauvres défendent l’héritage de saint Jean-Paul II 

    22 février 2024

    Center for Family and Human Rights/New York, 19 février 2024 / Les États membres de l’ONU ont célébré le 30e anniversaire de l’Année internationale de la famille, mais dans une résolution adoptée par la Commission annuelle du développement social de l’ONU, les pays du Sud  se sont opposés aux pays du Nord sur le langage de la famille.

    La résolution réaffirme les accords antérieurs déclarant que la famille est « l’élément naturel et fondamental de la société », une définition qui fait référence au mariage entre un homme et une femme en tant que fondement de la société.

    « Comme indiqué il y a plus de trente ans dans la première résolution sur l’Année internationale de la famille (résolution 44/82), l’objectif de cette célébration était de sensibiliser les gouvernements, les décideurs politiques et le public à la famille en tant qu’unité naturelle et fondamentale de la société.

    Aujourd’hui, des forces puissantes tentent activement d’effacer cette prise de conscience », a déclaré un délégué du Nigeria.  « Je tiens à souligner que toute référence à la famille et à la politique familiale dans cette résolution doit être comprise en fonction de cet objectif », a-t-il insisté, soulignant que les efforts visant à s’opposer à la famille naturelle fondée sur le mariage entre un homme et une femme vont à l’encontre de ce que les accords des Nations Unies et le droit international contraignant disent depuis longtemps au sujet de la famille.

    Au cours de la deuxième semaine de février, des représentants de l’Union européenne et d’autres pays occidentaux avaient demandé la reconnaissance de « diverses formes de famille » ou la suppression des références à la famille dans la résolution. En réponse, la délégation du Saint-Siège s’est dite « profondément préoccupée par le fait que la famille est de plus en plus minimisée, voire dénigrée, dans les forums internationaux », dans une déclaration officielle. À l’issue de la réunion de la commission, un délégué du Saint-Siège a remercié la commission d’avoir dûment reconnu l’anniversaire dans la résolution et a appelé les pays à travailler ensemble pour promouvoir les politiques familiales dans les années à venir. 

    L’Année internationale de la famille, instituée en 1989 et célébrée pour la première fois en 1994, est l’une des nombreuses initiatives en faveur de la famille lancées par saint Jean-Paul II et le Synode du Vatican sur la famille de 1980. Les enseignements de Jean-Paul II ont incité toute une génération d’universitaires et d’hommes politiques catholiques à promouvoir des politiques favorables à la famille. L’intérêt particulier du Saint-Siège pour la politique familiale a été relayé par des délégations du monde entier, particulièrement en Afrique.

    Un délégué du Cameroun, s’exprimant au nom des 54 États membres du groupe africain, a déclaré : « Le point de vue du groupe africain est que le caractère central et indispensable de la famille en Afrique en tant qu’unité fondamentale de la société doit être renforcé et protégé afin qu’elle puisse jouer un rôle important. » 

    Les mêmes pays traditionnels qui ont salué la reconnaissance de l’Année internationale de la famille dans la résolution se sont plaints des tentatives visant à imposer la reconnaissance des questions liées à l’homosexualité et au transgenre au cours des négociations.  « Ma délégation reste préoccupée par la tentative de plusieurs délégations d’imposer un langage et des références qui ne correspondent à aucune réalité avec laquelle nous pourrions travailler au niveau national », a déclaré un délégué de l’Égypte. Il a ajouté qu’il était « vraiment regrettable » que les délégations occidentales se soient autant concentrées sur les « formes intersectionnelles de discrimination » (faisant par là référence aux questions relatives aux homosexuels et aux transsexuels) plutôt que sur des questions faisant l’objet d’un large consensus. Le délégué égyptien a mis en cause la délégation américaine. Le délégué américain s’est plaint que la résolution comprenait une mention sur le « droit au développement » et a déclaré que les résolutions de l’ONU n’étant pas contraignantes, elles ne modifiaient pas le droit international. « Je me demande pourquoi nous siégeons dans ce contexte pour négocier le langage que nous adopterons » a répondu le délégué égyptien.  Le Qatar, la Malaisie, la Libye, l’Iran, Djibouti, le Nigeria, le Mali et le Sénégal partagent les réticences de l’Égypte à l’égard des « formes intersectionnelles de discrimination ». 

    ONU : Débats autour du statut de la famille | ZENIT - Francais

  • La Région wallonne autorise l’inhumation des fœtus

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    Belgique : la Wallonie autorise l’inhumation des fœtus

    16 février 2024
     

    Le 15 février, le gouvernement wallon a adopté, en dernière lecture, une modification du décret « funérailles et sépultures » permettant de faire inhumer dans un caveau familial, ou de faire incinérer, les fœtus décédés avant 6 mois de grossesse, et de récupérer une urne avec les cendres afin de les mettre au columbarium ou chez soi.

    Jusque-là, les fœtus sans vie, entre le 106e jour et le 180e jour de grossesse, ne pouvaient être inhumés que dans les « parcelles des étoiles » créées dans certains cimetières. Les parents pouvaient aussi y disperser les cendres sur la pelouse.

    Le ministre Christophe Collignon, en charge des Pouvoirs locaux, déclare qu’il s’agit d’une question « d’humanité » (cf. Deuil périnatal : « je ne peux pas faire comme s’il n’était pas là »). Il fallait « un cadre clair pour une législation respectueuse » a-t-il précisé.

    Ces changements n’ont pas d’incidence sur les critères nécessaire pour pouvoir enregistrer le fœtus à l’état civil. Les parents peuvent demander une inscription au registre à partir de 140 jours de grossesse (cf. Belgique : la reconnaissance des enfants mort-nés de nouveau en débat). À partir de 180 jours, cela devient une obligation.

    Source : La libre (15/02/2024)

  • À l'Onu, le représentant du Saint-Siège invite à protéger la famille

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    15 février 2024

    À l'Onu, le Saint-Siège invite à protéger la famille

    L'observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations unies s'est exprimé ce lundi à New York, lors de la 62e session de la Commission travaillant à la mise en œuvre de l'Agenda 2030, pour rappeler la nécessité de s'engager envers ceux qui sont pauvres et en situation de vulnérabilité. Mgr Caccia, dans cette optique, demande au nom du Saint-Siège que soit garantis l'accès à l'éducation pour tous, un travail équitablement rémunéré, des systèmes de retraite consolidés.

    «Pour un trop grand nombre de personnes, la satisfaction des besoins fondamentaux reste une lutte quotidienne», constate d’emblée Mgr Gabriele Caccia à New York, lors de la 62e session de la Commission du développement social de l'ONU, dont la tâche est de soutenir les politiques capables d'accélérer les progrès dans la mise en œuvre de l'Agenda 2030 pour le développement durable et d'atteindre l'objectif global de l'éradication de la pauvreté.

    Garantir un accès à l'éducation et à un travail décent

    Or, l'observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations unies souligne l'obligation particulière de l’ONU «envers les pauvres et les personnes en situation de vulnérabilité» et le devoir d'«atténuer les effets de la pauvreté en s'attaquant d'abord à ses causes profondes». Mgr Caccia indique quelques options à promouvoir pour accroître la protection sociale: des systèmes de retraite consolidés ou un accès à l'éducation. Pour le Pape, l’éducation est en effet «le premier vecteur du développement humain intégral parce qu'elle rend les individus libres et responsables». L’éducation doit ainsi être garantie à tous. Mgr Caccia évoque une autre condition essentielle du développement, «l'accès à un travail décent et équitablement rémunéré pour tous», un travail qui «doit être effectué dans des conditions dignes et sûres» et qui doit permettre «aux travailleurs de maintenir et de jouir de leur vie familiale et de leurs loisirs». L'archevêque Caccia note à regret que de nombreux jeunes sont aujourd'hui confrontés au chômage ou à la précarité, tandis que les personnes âgées sont contraintes de retarder leur retraite en raison de l'insécurité économique.

    Le Saint-Siège déplore que la famille soit parfois considérée comme nuisible

    Pour le Saint-Siège, un autre point pivot pour parvenir à un développement social est l'importance «centrale» de la famille. La famille est au cœur du développement, affirme le représentant du Pape. Elle est, souligne-t-il, «la première société que tout le monde connaît» et la Déclaration universelle des droits de l'homme la définit comme «le groupe naturel et fondamental de la société» et lui reconnaît «le droit à la protection de la société et de l'État». Pourtant, poursuit Mgr Caccia, ce n'est pas toujours le cas dans la réalité. Aussi, à l'occasion du 30e anniversaire de l'Année internationale de la famille, il souligne à la tribune combien la délégation du Saint-Siège est «profondément préoccupée par le fait que la famille est de plus en plus dépréciée, voire dénigrée, dans les forums internationaux». Il ajoute que dans la perspective de l'évolution de la société, la famille «n'est pas accessoire, ni périphérique, encore moins nuisible».

    La famille, une école d'humanité

    Mgr Caccia cite le Pape François selon lequel la famille est une «école de l'humanité la plus profonde», «le premier lieu où se vivent et se transmettent les valeurs de l'amour et de la fraternité, de l'union et du partage, de l'attention et du soin des autres». Dans la famille, poursuit l'observateur, ses membres, des plus jeunes aux plus âgés, trouvent un soutien et une attention irremplaçables. «C'est pourquoi, conclut-il, les politiques sociales doivent soutenir la famille dans son rôle essentiel pour la justice sociale et le développement social».

  • Alarmant : le mal être des adolescentes

    IMPRIMER

    De Mathilde de Robien sur Aleteia :

    Pourquoi les jeunes filles vont-elles si mal ?

    13/02/24

    Une étude de la Drees publiée le 5 février dernier révèle des chiffres alarmants sur la santé mentale des jeunes filles (10-14 ans). La psychologue Rita de Roucy avance des causes et fournit des pistes pour que les jeunes filles se réconcilient avec leur corps.

    Les jeunes filles sont de plus en plus nombreuses à s’infliger des automutilations – ecchymoses volontaires, scarifications, abrasions, brûlures – et le font de plus en plus jeunes. Une récente étude de la Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) alerte sur la hausse spectaculaire du nombre d’hospitalisations pour un geste auto-infligé chez les filles et les jeunes femmes. Entre les périodes 2015-2019 et 2021-2022, les filles de 10 à 14 ans sont 63% de plus à avoir été hospitalisées pour tentative de suicide ou automutilation. Une hausse également observée chez les 15-19 ans (+42%) et les 20-24 ans (+32%). Des augmentations que la Drees qualifie de « brutales ». 

    Lire la suite sur Aleteia.org

  • Triste record : les Belges n'ont jamais eu si peu d'enfants depuis 1942 !

    IMPRIMER

    De Ludovic Jimenez sur le site de La Libre :

    Jamais les Belges n’ont fait si peu d’enfants depuis 1942

    13/02/2024

    Les Belges font moins d’enfants. En 2023, 110 400 bébés ont vu le jour dans le pays, soit 4,5 % de moins que sur la moyenne de la période 2019-2022, ce qui correspond au plus faible nombre annuel de naissances depuis 1942, selon les chiffres de Statbel, l’office belge de statistique.

    Cela représente quelque 5 200 naissances de moins que sur la période 2019-2022, durant laquelle on a dénombré en moyenne 115 587 naissances par an, ce qui marquait déjà une forte baisse. Ce constat s’inscrit dans une tendance à plus long terme amorcée depuis une vingtaine d’années, aggravée par l’arrivée du coronavirus.

    "Si on regarde la période avant 1930, c’est-à-dire depuis que Statbel collecte les chiffres, on voit que l’année avec le moins de naissances est l’année 1918", précise Wendy Schelfaut, directrice de la communication chez Statbel. "Au classement des années qui ont connu le moins de naissances, 2023 se classe à la septième place. Cette évolution s’inscrit dans une tendance à la baisse depuis plusieurs années."

    La période de guerre avait en effet fait chuter le nombre de naissances : alors qu’en 1938, les Belges avaient fait plus de 130 000 bébés, et en 1939 plus de 126 000, ce chiffre était tombé à 110 323 en 1940, 98 417 en 1941 et 105 749 en 1942.

    Le rapport de Statbel montre des différences régionales assez marquées. En effet, les chiffres affichent une baisse en Région flamande (−2,3 %) et en Région wallonne (−5 %) et une nette baisse en Région de Bruxelles-Capitale (−12 %) par rapport à la période 2019-2022.

    "Quand on regarde le top 15 des années où il y a le moins de naissances, on voit par exemple que l’année 2002 arrive à la huitième place juste avant 2003, il y a donc des facteurs économiques qui peuvent expliquer ce phénomène, poursuit-elle. Aujourd’hui, les raisons sont multiples et peuvent aussi découler des effets de la guerre et du contexte de crise."

    Si on entre davantage dans le détail, un peu plus de 34 100 naissances ont été enregistrées en Wallonie, ce qui représente quelque 1 800 naissances de moins qu’en moyenne sur la période 2019-2022, soit une baisse de 5 %. Un peu moins de 13 900 naissances ont été enregistrées dans la Région de Bruxelles-Capitale, soit une baisse d’environ 1 900 naissances par rapport à la période 2019-2022. Bruxelles affiche dès lors la plus forte baisse du nombre de naissances de toutes les régions, avec un recul de 12 % par rapport à la même période de référence.

    Entre les inquiétudes liées au contexte post-Covid, la guerre en Ukraine et la survenue de l’inflation, plusieurs facteurs ont été identifiés par les démographes pour expliquer ce phénomène. Le fléchissement de la fécondité des femmes belges, conjugué à la hausse de l’âge au premier enfant, a mécaniquement entraîné la lente décrue de la courbe des naissances.

    D’autres tendances de fond viennent s’ajouter aux explications, comme la fragilité économique ou un besoin d’émancipation individuelle qui est plus fort aujourd’hui, tout cela conjugué à une forme d’incertitude ressentie par la jeune génération. Les femmes diplômées sont celles qui se projettent le plus en dehors de la maternité, elles s’investissent et s’épanouissent dans d’autres domaines personnels ou professionnels.

    En France comme dans la majorité des pays européens, le phénomène est similaire. Il y a quelques semaines, le président français Emmanuel Macron affirmait vouloir "réarmer" la France. Un réarmement militaire, civil, moral, mais aussi démographique. L’institut français de statistique, l’Insee, vient également de publier des chiffres inquiétants, montrant une baisse de la natalité de 6,6 % en France par rapport à 2022, soit le plus faible nombre de naissances depuis 1946. Si, à court terme, la baisse du nombre de naissances peut avoir un effet positif sur les finances publiques, à long terme, le vieillissement de la population risque de menacer le financement des systèmes de retraite, de soins de santé et de protection sociale.

  • Lire Emmanuel Todd et puis mourir ?

    IMPRIMER

    De Louis Daufresne sur La Sélection du Jour :

    LIRE EMMANUEL TODD ET MOURIR ?

    09/02/2024

    On assiste, selon Emmanuel Toddà « la chute finale de l'Occident »Venant de lui, la chose mérite d'être prise au sérieux, à tout le moins étudiée au plus haut niveau. L'homme n'est pas un essayiste lambda, un toutologue de plateau TV. Son œuvre le place au rang des intellectuels rigoureux et travailleurs, imprégnés par une tradition, celle d'Émile Durkheim, fondateur de la sociologie quantitative, et de Max Weber, l'auteur de L'éthique protestante et l'Esprit du capitalisme, ouvrage clé de la science politique. Il se réfère aussi à son « père spirituel en histoire », Emmanuel Le Roy Ladurie dont il « pleure la disparition » récente.

    Todd, 72 ans, dit que la Défaite de l'Occident sera son dernier livre. Il avait 25 ans lorsqu'il prédit la décomposition du monde soviétique, justement dans La Chute finale (Robert Laffont, 1976). Son oracle se fondait sur la remontée de la mortalité infantile.

    Malgré ses états de service, l'homme éprouve le besoin de se justifier : « J'avoue tout : je ne suis pas un agent du Kremlin, je suis le dernier représentant de l'école historique française des Annales ! » lance-t-il dans Le Figaro. Ce point d'exclamation ne suffit pas à rendre certains critiques plus indulgents. Exemple parmi d'autres : dans La Croix, l'ancien correspondant de l'AFP en Ukraine le qualifie de « professeur Raoult de la géopolitique, un savant ayant quelques fulgurances, mais des égarements ». Quant au Monde, il rejette son propos sans même l'examiner. Todd est accusé d'être « en ligne avec la propagande russe », ce qui suffit à le disqualifier.

    L'homme serait-il dangereux pour le magistère des castes dirigeantes ? Son analyse invite à se détacher de l'Amérique dont il pointe la fragilité et la toxicité. Todd ne fait pas de l'antiaméricanisme. Il plaide l'observation : « Je dégonfle le PIB [américain] et montre les causes profondes du déclin industriel : l'insuffisance des formations d'ingénieur et plus généralement le déclin du niveau éducatif, dès 1965 aux États-Unis ». L'Amérique devient ce village Potemkine que nos rêves publicitaires doivent cesser d'habiter.

    Cet effondrement, Todd l'attribue à « la disparition du protestantisme américain [qui] a enclenché un déclin intellectuel, une disparition de l'éthique du travail et une cupidité de masse (nom officiel : néolibéralisme). L'ascension se retourne en chute de l'Occident ». L'Europe, préfecture de l'empire, est entraînée dans ce sillage. Un pacte nous lie aux États-Unis depuis 1945. Pour faire court, l'américanisation, intense depuis les années 80, est à la fois choisie par les élites et subie par le peuple. Or, écrit Todd, « l'implosion, par étapes, de la culture WASP – blanche, anglo-saxonne et protestante – depuis les années 1960 a créé un empire privé de centre et de projet, un organisme essentiellement militaire dirigé par un groupe sans culture – au sens anthropologique – qui n'a plus comme valeurs fondamentales que la puissance et la violence ». Ce qui leur arrive, à eux la locomotive, nous arrivera forcément à nous, les wagons. Les expéditions punitives de Bush père et fils manifestaient déjà cette dérive.

    Le regain de l''évangélisme ne pallie pas l'effondrement de la matrice historique car « Dieu n'est plus là pour exiger, mais pour cajoler le croyant et lui distribuer des bonus, psychologiques ou matériels ». Les born again ne sauveront pas l'Amérique dont les élites ne sont plus des « zombies », ces êtres encore influencés par l'héritage, mais des créatures marquées du sceau de la « religion zéro ». C'est un nouveau concept. L'expression « hors sol » le traduit bien.

    Le nihilisme explique à ses yeux la défaite occidentale. Car le reste du monde est résolu à ne pas se faire aspirer par le vide. Alors que fait-il ? Il préfère soutenir la Russie qui « s'est découvert partout des alliés économiques discrets, un nouveau soft power (…) conservateur (anti-LGBT) ». La boucle est bouclée : on ne pardonne pas à Todd de faire d'une pierre deux coups : démythifier l'Amérique, pulvériser ses classes dirigeantes et dire qu'elle est en train de perdre face à Poutine qui « veut préserver l'acquis de la stabilisation de la société russe ».

    Selon Todd, le mariage gay date symboliquement le passage de l'état zombie à l'état zéro. C'est l'an I du nihilisme sur lequel embraye le phénomène trans. Il écrit que « la fixation des classes moyennes occidentales sur cette question ultraminoritaire pose une question sociologique et historique »Car, ajoute-t-il, « constituer en horizon social l'idée qu'un homme peut réellement devenir une femme et une femme un homme, c'est affirmer quelque chose de biologiquement impossible, c'est nier la réalité du monde, c'est affirmer le faux ».

    La sélection

    Emmanuel Todd : « Nous assistons à la chute finale de l’Occident »

    Lire l'article sur Le Figaro

  • Il n’y a pas que les couples de même sexe; il y a aussi les familles que l’Église a oubliées

    IMPRIMER

    De Sandro Magister sur Settimo Cielo (Diakonos.be) :

    Il n’y a pas que les couples de même sexe. Il y a aussi les familles que l’Église a oubliées

    En Italie, la nation qui compte 59 millions d’habitant et dont le Pape François est le premier pasteur, on enregistre environ 2.000 unions civiles par an entre personnes de même sexe.

    On peut donc légitimement supposer que, parmi elles, il n’y ait que très peu de couples homosexuels qui iront frapper à la porte de l’Église pour avoir la bénédiction, vu la partie croissante de la population qui s’éloigne de l’Église, en Italie comme dans bien d’autres pays.

    Et pourtant, la bénédiction des couples de même sexe est devenue la problématique numéro un pour l’Église du Pape François, et celle sur laquelle le Pape a le plus exercé son autorité dernièrement, allant jusqu’à susciter l’opposition de cardinaux, d’évêques, de fidèles et d’Églises nationales entières, dont celles de toute l’Afrique noire.

    Alors qu’au contraire, les statistiques devraient inciter l’Église à des préoccupations et des engagements complètement différents. Non pas focalisés, comme c’est le cas aujourd’hui, sur les unions plus ou moins irrégulières, « in primis » entre personnes du même sexe, mais sur les couples réguliers, les couples hétérosexuels ordinaires, sur les familles au sens classique du terme.

    Parce qu’entretemps, dans le silence et le désintérêt apparent de la plus haute autorité de l’Église, ces familles sont en train de s’étioler d’année en année.

    Jusque dans les années 1970, il y avait en Italie plus de 400.000 mariages par an, presque tous célébrés à l’Église.

    Tandis qu’en 2023, et avec beaucoup plus d’habitants qu’à l’époque, les mariages religieux dépassent à grand-peine les 70.000. Avec un effondrement brutal, de 14% en une seule année seulement, par rapport à 2022.

    Ce qui revient à dire qu’aujourd’hui, en Italie, on ne célèbre à peine qu’un mariage pour mille habitants. En Lombardie, la région la plus peuplée et la plus industrialisée, dont Milan est la capitale, les chiffres sont encore plus bas : 0,7 mariages religieux pour mille habitants. En d’autres mots, dans une ville lombarde comptant 10.000 habitants, on célèbre à peine sept mariages à l’Église en une année, soit pour ainsi dire rien.

    Le démographe et statisticien Roberto Volpi, qui n’est pas catholique, a réagi, dans le quotidien « Il Foglio » : « Ca fait des dizaines d’années qu’on ne fait que parler de la raréfaction des enfants. Mais on ne parle jamais de la raréfaction des couples qui devraient faire ces enfants. À quand une réflexion non pas sur tel ou tel embranchement, exception, particularité, segment et typologie des couples, mais sur le couple hétérosexuel pur et simple ? Un couple dont même l’Église ne semble plus vouloir s’occuper ».

    Le CENSIS, le très sérieux centre de recherche qui publie chaque année un rapport sur la situation sociale de l’Italie, a enregistré en 2023 un large consensus à la « revendication des nouveaux droits » et en particulier au mariage entre personnes de même sexe, avec 65,6% d’avis favorables, qui atteint même 79,2% chez les jeunes.

    En présentant et en commentant ces données, un expert en la matière, Domenico Delle Foglie, l’ancien vice-directeur du quotidien de la Conférence épiscopale italienne « Avvenire » et coordinateur général du Family Day de 2007, la dernière initiative pro famille importante et influente qui s’est tenue en Italie, a écrit, toujours dans « Il Foglio » :

    « Le Rapport du CENSIS ne répond bien entendu pas à la question de savoir quel serait le projet d’humanité, d’anthropologie, soutenu par ces droits nouveaux. Mais peut-être se serait-on attendu à une prise de position ferme de la part du monde catholique, non pas à partir de considérations d’ordre moral mais à partir d’une conscience différente de l’humanisme chrétien. La réalité nous enseigne qu’il n’y en a nulle trace et qu’au contraire – voir la réflexion en cours dans le Synode de l’Église catholique – semble prévaloir une sorte de gigantesque et indulgent ‘qui suis-je, moi, pour juger ?’. De sorte que la renonciation à l’exercice de la faculté de juger (à ne pas confondre avec la manie de condamner) semble prévaloir sur toute autre évaluation objective du risque humain, bien plus que social et culturel, qui sous-tend la fabrique de ces droits nouveaux. On est en train d’assister impuissants à une sorte de frénésie ecclésiale d’assimilation qui inciterait à accepter (et donc à s’approprier) tous les choix du monde ».

    Volpi et Delle Foglie ne sont pas les seuls à sonner l’alarme. On peut citer entre autres, Fiorenzo Facchini, prêtre et professeur ordinaire émérite d’anthropologie à l’Université de Bologne qui, dans « Vita e Pensiero », la revue de l’Université catholique de Milan, vient d’attirer l’attention sur « le déclassement de la famille dans la transmission de la vie au profit des nouvelles techniques de reproduction médicalement assistées » dans lesquelles « il n’y a pas que la technique qui entre en jeu mais aussi l’idée d’humanité qui les inspire ».

    Facchini ajoute :

    « La vision chrétienne relie la sexualité à un projet du Créateur sur l’homme et sur la femme qui sont destinés à former une famille. Les caractéristiques de la famille reposent sur la différence naturelle entre les sexes et sur leur complémentarité. C’est ce qui émerge sur le plan rationnel.

    Dans l’idéologie du ‘gender’, en revanche, la sexualité est élective, on parle de sexe fluide, et l’idée de famille devrait donc s’appliquer à tout type d’union affective. Mais la sexualité est une composante importante de la personne, depuis la naissance, il ne s’agit pas de quelque chose d’aléatoire ou qui dépendrait de nos opinions. La cohérence avec le donné biologique doit être favorisée dans la construction de la personne. S’en écarter soi-disant pour affirmer sa liberté relève d’une idéologie mensongère et ne peut pas faire le bien de la personne et de la société ».

    On a aussi mis en avant récemment l’idée de la ‘queer family’, qui désigne une manière d’être ensemble indépendamment de l’orientation sexuelle. Est-ce que ce serait là une nouvelle manière de contribuer au bien de la société ? On est en droit de se demander quel futur nous réserve la société si de telles conceptions devaient se répandre et prévaloir. Ce serait la dissolution de la famille dans une société toujours moins humaine et à la dérive ».

    Il s’agit là d’avertissements forts mais qui prêchent dans le désert. « Tout cela trahit un grand égarement », écrit Facchini. Y compris dans l’Église.

    *

    Sur la photo en haut de la page, prise le 20 décembre 2023 deux jours après la publication de la déclaration « Fiducia supplicans », le jésuite américain James Martin, très proche du Pape François, pose un geste qu’il a décrit comme ceci sur les réseaux sociaux :

    « Chers amis, j’ai eu l’honneur de bénir en public mes amis James et Damien ce matin dans notre résidence des jésuites, selon les nouvelles directives promulguées par le Vatican pour les couples de même sexe. Mais avant cela, c’est eux qui m’avaient béni par leur amitié et leur soutien. »

  • Des cardinaux se sont réunis en secret pour plancher sur l'idéologie du genre

    IMPRIMER

    De Loup Besmond de Senneville (à Rome) sur le site du journal La Croix :

    Cette réunion secrète de cardinaux à Prague pour réfléchir à l’« idéologie du genre »

    Enquête 

    Un congrès, organisé fin septembre dans la capitale tchèque, a réuni une vingtaine de prélats, dont neuf cardinaux, à l’initiative d’un institut américain. Au Vatican, où le sujet du prochain conclave est de plus en plus ouvertement évoqué, ce type de rassemblement est particulièrement scruté.

    07/02/2024

    Cinq étoiles, vue panoramique sur la ville, dont le célèbre château de Rozmberk et le pont Charles de la ville qui vit naître Franz Kafka et Rainer Maria Rilke. L’hôtel Mozart, au cœur de Prague, est l’un des établissements de la capitale tchèque où l’on rêve de se rendre pour quelques jours. Mais le sujet du jour, en cette fin septembre, n’est pas la littérature.

    Dans l’un des salons du palace, l’attention d’une vingtaine de prélats se concentre sur un tout autre thème : « Idéologie du genre, science et la nature de la révélation divine. » Les participants à cette réunion ne sont pas n’importe qui. Parmi les 21 responsables catholiques figurent en effet neuf cardinaux, principalement venus du continent asiatique.

    Dans la salle de l’hôtel Mozart, du 26 au 28 septembre 2023, se sont ainsi croisés le cardinal Do Carmo da Silva, venu de Dili, au Timor oriental, mais aussi Oswald Gracias (Bombay), Willem Eijk (Utrecht), Patrick D’Rozario (Dacca) ou William Goh (Singapour). Des figures qualifiées de conservatrices, rejointes à Prague par quelques Européens, Africains et Américains, dont les cardinaux Angelo Bagnasco (Gênes) et Dominik Duka (Prague), mais aussi Mgr Salvatore Cordileone (San Francisco).

    Les « princes de l’Église » ne se connaissent pas

    Beaucoup des ecclésiastiques présents à Prague se rendaient ensuite au Synode sur l’avenir de l’Église, tout le mois d’octobre. Alors que certains soulignent, à Rome, l’atmosphère de « fin de règne », c’est-à-dire l’exacerbation des tensions autour du pape François, ce type de rassemblements entre cardinaux est particulièrement guetté. Appelés à voter pour le futur pape, dans un avenir plus ou moins proche, les « princes de l’Église » ne se connaissent en effet plus vraiment. Sur les 130 jouissant d’un droit de vote, seuls 25 vivent aujourd’hui à Rome. Les autres, qui sont répartis partout à travers le monde, ont peu d’occasions de se croiser et de réfléchir ensemble à l’avenir de l’Église catholique et de sa gouvernance. « Des réunions comme celles-ci existent, mais il ne faut pas l’interpréter comme une préparation du conclave », jure néanmoins une voix importante de la sphère conservatrice, à Rome.

    La réunion, dont La Croix révèle l’existence, était jusque-là restée secrète. Seul l’archevêque d’Abuja, Mgr Ignatius Kaigama, l’a évoquée sur son profil Facebook, dans une publication du 29 septembre. Le programme ne figure d’ailleurs pas sur le site de l’Institut Austin, une association américaine promouvant les valeurs familiales, qui a entièrement financé la venue et le séjour de ces responsables catholiques.

    Créé en 2012 au Texas, l’« Institut Austin pour l’étude de la famille et de la culture » a ainsi convié, pour s’exprimer à Prague devant les cardinaux, des personnalités intervenant régulièrement sur le genre et la sexualité. C’est notamment le cas du père Robert Gahl, un prêtre membre de l’Opus Dei et professeur à Harvard venu évoquer devant eux une présentation ayant pour titre : « Idéologie du genre et incarnation : guérir l’hérésie anthropologique. » La veille, les cardinaux et évêques avaient aussi entendu une conférence intitulée « Un voyage de l’identité lesbienne et des études de genre à l’épouse, la mère et la fille de Dieu ». Le cardinal Eijk, archevêque néerlandais d’Utrecht, avait prononcé une conférence où il estimait que « la théorie du genre » constituait « une menace pour la famille et l’annonce de la foi chrétienne ».

    L’influence du cardinal Pell

    Ce n’est pas la première fois que l’université d’Austin organise de telles rencontres. Une précédente avait déjà eu lieu fin 2022, en présence du cardinal australien George Pell. L’ancien archevêque de Sydney ne cachait pas ses critiques à l’encontre du pontificat de François. Il était ainsi venu y présenter son « Journal » alors qu’il était emprisonné en Australie, accusé de crimes sexuels, dont il avait ensuite été blanchi par la justice australienne. Malgré sa mort, début 2023, le cardinal est resté une figure de référence dans les milieux conservateurs. En septembre, les participants ont vu intervenir devant eux le père Robert Sirico, ancien pasteur pentecôtiste devenu prêtre, fondateur de l’institut Acton, qui tente de concilier néolibéralisme économique et catholicisme, et invité à parler de l’héritage théologique du cardinal Pell.

    Les intervenants interrogés par La Croix ont tous refusé de répondre à des questions par téléphone. Néanmoins, Mark Regnerus, qui dirige l’institut texan organisateur de la formation, a confirmé avoir offert cette formation aux participants. Il s’agissait d’une « invitation large et d’une discussion libre, résume-t-il par mail. Une retraite intellectuelle, en somme ». Se refusant à commenter l’origine des fonds utilisés ou le choix des prélats invités à suivre la formation ces trois jours.

    -----

    131 cardinaux électeurs

    Le Collège cardinalice compte aujourd’hui 131 cardinaux de moins de 80 ans, c’est-à-dire électeurs en cas de conclave, convoqué pour élire un futur pape.

    96 ont été choisis par François, 26 par Benoît XVI et 9 par Jean-Paul II.

    Sur un plan géographique, 52 viennent d’Europe (dont 14 d’Italie), 22 d’Asie et 17 sont Africains, 16 sont originaires d’Amérique du Nord, 16 d’Amérique du Sud, 5 d’Amérique centrale et 3 d’Océanie. En tout, 25 cardinaux travaillent au sein de la Curie romaine, ou y ont exercé des fonctions.

  • Fiducia Supplicans : le colonialisme culturel en action ?

    IMPRIMER

    Du Catholic World Report (Anne Hendershott) :

    Les évêques africains, Fiducia Supplicans et la colonisation culturelle

    La tentative d'imposer des notions occidentales sur les relations entre personnes de même sexe dure depuis un certain temps, et le Vatican fait maintenant partie du problème.

    23 janvier 2024  The Dispatch 0Imprimer

    Considérant la déclaration du Vatican Fiducia Supplicans "en contradiction directe avec l'éthique culturelle des communautés africaines", les évêques africains ont formellement publié le 11 janvier une déclaration de protestation intitulée "Pas de bénédiction pour les couples homosexuels dans les églises africaines".

    Signée par le cardinal congolais Fridolin Ambongo Besungu, président du Symposium des Conférences Épiscopales d'Afrique et de Madagascar (SCEAM), la déclaration reconnaît l'"onde de choc" provoquée par la Fiducia Supplicans, déclarant qu'"elle a semé des idées fausses et des troubles dans l'esprit de nombreux fidèles laïcs, de personnes consacrées et même de pasteurs et qu'elle a suscité de vives réactions".

    Bien que la déclaration du SCEAM ait explicitement nié que le pape François tentait d'imposer " toute forme de colonisation culturelle en Afrique ", il est difficile de soutenir une telle déclaration alors que Fiducia Supplicans porte elle-même les marques de la colonisation culturelle - une tentative d'imposer le pouvoir d'État colonial du Vatican par la subordination culturelle d'un cadre conceptuel ou d'une identité culturelle par rapport à un autre en Afrique.

    Alors que le SCEAM reconnaît que la déclaration du Vatican sur les bénédictions homosexuelles "ne change pas l'enseignement de l'Église sur la sexualité humaine et le mariage", la déclaration des évêques africains se plaint que "le langage qu'elle utilise reste trop subtil pour être compris par les gens simples".

    On peut affirmer que l'ambiguïté sophistiquée de Fiducia Supplicans est en soi une marque de colonialisme culturel, car la déclaration peut être définie différemment par ceux qui ont le pouvoir d'imposer leurs propres interprétations de la valeur des relations homosexuelles à d'autres qui ont des interprétations très différentes. Voilà ce qu'est le colonialisme culturel. Le concept de colonialisme culturel reconnaît l'importance de la culture en tant que support du pouvoir politique et économique. Nous avons vu dans notre propre pays qu'il n'est pas nécessaire de recourir à des actions militaires pour modifier radicalement les lois sur des questions telles que les droits génésiques - y compris l'avortement - et la transition de genre.  Changer la culture peut avoir des conséquences tout aussi puissantes que la guerre.

    L'Église a depuis longtemps mis en garde contre les conséquences de l'imposition d'un changement culturel radical sur les mœurs, y compris sur l'éthique sexuelle et les questions relatives à la vie. Elle a toujours conseillé aux catholiques d'être "contre-culturels" sur les questions de vie et de mariage en rejetant l'adoption par la culture occidentale des droits reproductifs, en respectant toute vie depuis la conception jusqu'à la mort naturelle et en protégeant le mariage comme une union entre un homme et une femme. Mais aujourd'hui, d'une certaine manière, le Vatican tente apparemment de nous demander à tous de valider certaines des valeurs culturelles les plus décadentes de la culture dominante.

    Le cardinal Fridolin Ambongo, président du Symposium des conférences épiscopales d'Afrique et de Madagascar (SCEAM), en expliquant le rejet africain de la bénédiction des couples homosexuels, a fait remarquer que l'Occident avait perdu le sens du mariage et de la culture, qui, selon lui, "est en déclin...". "Peu à peu, a-t-il déclaré, ils vont disparaître. Ils vont disparaître. Nous leur souhaitons une bonne disparition..." En substance, il s'agissait d'une réprimande claire du colonialisme culturel.

    Lire la suite

  • Le cardinal Ambongo explique comment le rejet africain de Fiducia Supplicans a été géré en Afrique et au Vatican

    IMPRIMER

    De Walter Sánchez Silva sur ACI Prensa via CNA :

    Le cardinal explique comment le rejet africain de Fiducia Supplicans a été géré

    22 janvier 2024

    Le Cardinal Fridolin Ambongo Besengu, OFM Cap, président du Symposium des Conférences Episcopales d'Afrique et de Madagascar (SCEAM), a récemment raconté étape par étape comment le rejet de la bénédiction des couples homosexuels a été géré sur le continent africain et au Vatican.

    Dans l'enregistrement d'un entretien publié sur le blog laïc catholique français Le Salon Beige, le cardinal a expliqué ce qui s'est passé en Afrique après que le Dicastère pour la doctrine de la foi (DDF), dirigé par le cardinal argentin Víctor Manuel Fernández, a publié la déclaration Fiducia Supplicans, qui autorise la bénédiction des couples de même sexe et des couples en situation irrégulière.

    Réactions en Afrique

    "Lorsque le 18 décembre, nous avons reçu le document Fiducia Supplicans, signé par le préfet du Dicastère pour la doctrine de la foi et cosigné par Sa Sainteté le pape François, cela a provoqué une onde de choc en Afrique. Nous ne comprenions pas ce qui se passait au niveau de l'Église. D'ailleurs, d'autres églises qui nous ont appelés nous ont dit : " Nous comptons sur l'Église catholique pour s'opposer à cette idéologie. Or, vous êtes les premiers à autoriser la bénédiction des couples homosexuels". "Vous tous, vous avez souffert pour cela. Beaucoup. Tout le monde a souffert pour cela", a déploré le cardinal.

    "Les réactions ont commencé. Et en toute responsabilité, j'ai écrit à toutes les conférences épiscopales d'Afrique et de Madagascar", a poursuivi Mgr Ambongo, qui est également archevêque de Kinshasa, en République démocratique du Congo. "Les conférences épiscopales ont écrit. J'ai imprimé toutes les réactions de toutes les conférences épiscopales. J'ai fait une synthèse dans un document", a-t-il déclaré.

    Mgr Ambongo a déclaré qu'il avait ensuite écrit une lettre de sept pages au pape François, non seulement en tant que président du SCEAM, mais aussi en tant que "son conseiller, membre du conseil des neuf cardinaux qui accompagnent le pape pour la réforme de l'Église".

    Il s'est ensuite rendu à Rome pour rencontrer le pontife, en expliquant à l'un de ses secrétaires particuliers les raisons de sa venue et en lui remettant toute la documentation qu'il avait rassemblée : les réactions des conférences épiscopales, la synthèse et sa lettre personnelle. Le jour même, le Saint-Père le reçoit : "Le pape était très triste", raconte Ambongo. "Je dois dire qu'il a été le premier à souffrir de toutes les réactions qui sont venues du monde entier. Il en souffre parce qu'il est un être humain. Cela ne le rend pas heureux". "J'ai trouvé un accord avec lui parce que je lui ai dit que la solution à cette question n'est plus de nous envoyer des documents avec des définitions théologiques ou philosophiques des bénédictions. Cela n'intéresse pas les gens. Ce qui intéresse maintenant, c'est une communication qui rassure les populations en Afrique, qui apaise les esprits des fidèles. Et lui, en tant que pasteur, a été touché par cette situation", a poursuivi le cardinal africain.

    Travailler avec Fernández

    Le Saint-Père a mis Mgr Ambongo en contact avec Mgr Fernández, qui a accepté de travailler avec lui le lendemain au DDF, "le dicastère le plus important du point de vue de la foi catholique". "Avec le préfet, moi-même devant l'ordinateur et une secrétaire qui écrivait, nous avons préparé un document", a déclaré Mgr Ambongo. "Et nous avons préparé le document en dialogue et en accord avec le pape François, de sorte qu'à chaque moment nous l'avons appelé pour lui poser des questions, pour voir s'il était d'accord avec cette formulation, etc.

    Lire la suite