Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les Nations Unies déclarent que les chrétiens en Chine sont "exposés à la torture"

IMPRIMER

De Massimo Introvigne sur Bitter Winter :

Les Nations Unies déclarent que les chrétiens en Chine sont "exposés à la torture".

29/10/2021

Dans une décision historique concernant un demandeur d'asile de l'Église de Dieu Tout-Puissant en Suisse, le Comité des Nations Unies contre la torture a déclaré que le risque existe pour tous les chrétiens.

Christians persecuted in China (art by CAG members)
Les chrétiens persécutés en Chine (art par les membres de l'ACG).

La pire décision jamais rendue pour la Chine par un organe des Nations Unies a été prise dans le cas d'un réfugié de l'Église de Dieu Tout-Puissant (CAG). Le Comité contre la torture (CAT), l'organe des Nations unies qui surveille la mise en œuvre de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants par ses États parties, a rendu le 27 juillet 2021 une décision sur le cas d'une femme membre de l'ACG, qui a une longue histoire judiciaire.

La décision a été un coup dur pour la Chine car elle a statué que les chrétiens en général, et pas seulement les membres des nouveaux mouvements religieux interdits comme le xie jiao, tels que l'ACG, sont soumis à une "incidence croissante de persécution", de sorte que l'expulsion de la requérante vers la Chine "l'exposerait au risque de torture ou d'autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants."

La publication électronique des décisions du CAT n'incluant que les cas jusqu'à décembre 2019, nous offrons à nos lecteurs la possibilité de télécharger la copie de la décision, dont la distribution générale a été autorisée le 31 août 2021.

L'histoire du début de l'affaire est discutée dans le cadre d'un article que j'ai publié il y a quelques mois avec mes collègues James T. Richardson et Rosita Šorytė, sur des centaines d'affaires de réfugiés de l'ACG décidées par des tribunaux du monde entier.

Le 3 février 2016, le Secrétariat d'État suisse à l'immigration (SEM) a rejeté la demande d'asile du membre de l'ACG.Le récit de la requérante sur sa conversion à l'ACG n'a pas convaincu le Secrétariat comme étant authentique. Le fait qu'elle ait été dénoncée à la police chinoise par un parent d'un coreligionnaire et qu'elle ait évité à plusieurs reprises une arrestation de dernière minute a été jugé encore plus incroyable, compte tenu également du fait qu'elle n'a pas rencontré de problèmes pour obtenir un passeport.

Le 30 avril 2016, le Tribunal administratif fédéral suisse a estimé à première vue que le recours de la requérante était voué à l'échec et, constatant également qu'elle n'avait pas payé les frais de procédure anticipés de 900 francs suisses, lui a donné tort.

Le 9 novembre 2016, la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a déclaré sa demande de réexamen irrecevable, car le membre de l'ACG (qui avait tenté de se représenter lui-même) s'était fondé sur des dispositions erronées du droit international, citant des statuts qui ne s'appliquaient pas à son cas.

Assistée par le Centre suisse pour la défense des droits des migrants, la sœur de l'ACG a ensuite déposé une plainte auprès du CAT le 1er décembre 2016. Elle a offert une explication détaillée de la façon dont le mari d'une coreligionnaire, qui était hostile à l'ACG, avait conduit la police jusqu'à elle, ne la connaissant que par son nom religieux, et qu'elle avait réussi à s'échapper de façon aventureuse. Comme elle présumait que la police ne la connaissait que par son pseudonyme ou son nom religieux, elle avait pu (avec l'aide de tiers) obtenir un passeport et s'enfuir en Suisse.

A session of the U.N. Committee Against Torture (CAT). Source: U.S. Department of State.
Une session du Comité contre la torture (CAT) de l'ONU. Source : Département d'État américain : Département d'État américain.

Elle a soumis au CAT de nouvelles preuves provenant de coreligionnaires qui étaient au courant de son histoire en Chine, et a également prouvé qu'elle avait participé à un événement sur les droits de l'homme à Genève critiquant le régime chinois, qui a généré une vidéo disponible sur YouTube et vraisemblablement connue des autorités chinoises.

Elle a également soumis deux déclarations sous serment des soussignés, Massimo Introvigne et James T. Richardson, confirmant que les membres de groupes qualifiés de xie jiao sont arrêtés en vertu de l'article 300 du code pénal chinois et sont fréquemment torturés, ainsi qu'une autre déclaration sous serment de l'universitaire italien PierLuigi Zoccatelli expliquant comment les membres de groupes persécutés parviennent souvent à obtenir des passeports en Chine. Elle a également fait référence à plusieurs documents officiels émanant à la fois d'ONG et de gouvernements de pays démocratiques, indiquant que les chrétiens en général (à l'exception des membres de l'Église des Trois Saints, contrôlée par le gouvernement) sont souvent incarcérés et torturés en Chine.

Entre parenthèses, je voudrais noter que le 17 mai 2018, le CAT avait rejeté une affaire dans laquelle un demandeur d'asile au Danemark avait affirmé qu'il risquait d'être torturé en Chine car il y avait été membre de l'ACG. Cependant, le cas danois était différent car il concernait un ex-membre de l'ACG, qui avait déclaré avoir formellement renoncé à son affiliation à l'ACG au moment de la décision.

Le gouvernement suisse a opposé une résistance énergique à la demande. Il a réaffirmé que son refus de l'asile était fondé sur des contradictions dans le récit de la requérante et que le fait qu'elle était membre du CAG n'avait pas été prouvé. Elle a insisté sur le fait que, si elle avait réellement été identifiée comme membre d'un groupe interdit, elle n'aurait pas pu obtenir un passeport. Elle a avancé l'argument procédural selon lequel le fait que la CEDH ait déclaré sa plainte irrecevable empêchait le CAT d'examiner son cas.

Enfin, elle a exprimé des doutes sur le fait que les autorités chinoises étaient au courant de la manifestation de Genève sur les droits de l'homme à laquelle la requérante avait participé, et a déclaré qu'en tout état de cause, cet argument aurait dû être utilisé par le membre de l'ACG pour déposer une nouvelle demande d'asile plutôt que d'être soumis au CAT.

La Suisse a fondé tout cela sur l'incroyable déclaration suivante : "L'État suisse maintient qu'il n'y a pas d'ensemble cohérent de violations graves, flagrantes ou massives des droits de l'homme en Chine." Lorsque j'ai lu cette déclaration, citée au point 6.2 de la décision, j'ai dû faire une pause et la lire deux fois. Il était impossible de ne pas se souvenir d'un scandale révélé en 2020 par les médias suisses, qui a révélé que des experts du ministère chinois des pouvoirs publics s'étaient rendus en Suisse en vertu d'un accord confidentiel et avaient conseillé les services d'immigration au sujet de Chinois présents sur le sol suisse.

Non seulement l'affirmation selon laquelle il n'y a pas de grandes violations des droits de l'homme en Chine est intrinsèquement ridicule, mais elle contredit un document lu par l'Allemagne le 6 octobre 2020 aux Nations Unies à New York et dénonçant précisément les violations massives des droits de l'homme en Chine. Ce document a été signé par 39 pays, dont la Suisse. Paradoxalement, le document indiquait également que tous les pays devaient "respecter le principe de non-refoulement", ce qui signifie que les réfugiés de Chine ne doivent pas être renvoyés dans un pays où ils seront détenus et persécutés.

Le CAT a d'abord rejeté l'argument procédural fondé sur la déclaration d'irrecevabilité de la CEDH, en notant que la CEDH n'avait pas examiné la requête au fond, mais l'avait déclarée irrecevable pour des raisons techniques et procédurales. Le CAT a accepté l'argument de la Suisse selon lequel la participation du requérant à un événement public critiquant la Chine à Genève aurait dû être d'abord soumise aux autorités suisses dans le cadre d'une nouvelle demande d'asile, et ne s'est pas fondé sur cet incident pour prendre sa décision, mais il a estimé qu'il y avait en tout cas d'autres raisons de se prononcer en faveur du membre de l'ACG.

Le CAT s'est également rangé du côté de la Suisse lorsque celle-ci a fait valoir que des documents prouvant que le requérant était membre de l'ACG avaient été déposés dans la procédure suisse alors qu'ils n'étaient plus recevables, de sorte que, là encore, ils auraient pu être introduits dans une nouvelle demande d'asile plutôt que soumis au CAT. Tout en prenant note de l'argument selon lequel le CAG est gravement persécuté en Chine, le CAT a décidé de ne pas fonder sa décision sur les questions liées au CAG mais sur la question plus large de savoir si les chrétiens (à l'exception de ceux qui appartiennent à des communautés contrôlées par le gouvernement) sont persécutés et risquent la torture en Chine.

Le CAT a tout d'abord déclaré que, contrairement à la déclaration de la Suisse, il existe un schéma durable de violation des droits de l'homme en Chine. Toutefois, le CAT a noté que cela ne suffirait pas pour donner raison au requérant. Il faudrait prouver que le requérant risque personnellement d'être torturé en Chine.

Le CAT a examiné les objections de la Suisse selon lesquelles le récit de la requérante était contradictoire et que si elle était réellement persécutée, elle n'aurait pas dû recevoir de passeport. Le CAT a estimé que l'histoire telle que racontée par la sœur de l'ACG était suffisamment cohérente et crédible. En ce qui concerne la question du passeport, qui est fréquemment utilisée pour refuser l'asile aux réfugiés de Chine, le CAT a mentionné "l'une des déclarations professorales soumises [celle de Zoccatelli], selon laquelle il est possible de se procurer un passeport si la personne concernée n'a jamais été contrôlée ou si elle a fourni un pseudonyme lors d'un contrôle et a profité d'un retard dans l'enregistrement de ses empreintes digitales.

La déclaration souligne également qu'il existe un niveau élevé de corruption parmi les fonctionnaires chinois qui facilite l'obtention de passeports, et que les fonctionnaires des aéroports vérifient rarement les noms et ne vérifient jamais les empreintes digitales. Le Comité note que la requérante déclare s'être servie d'un alias et avoir reçu l'aide de tiers pour se procurer les documents, ce qui est cohérent avec les informations susmentionnées."

Enfin, le CAT a conclu qu'il existe des preuves suffisantes de "l'incidence croissante de la persécution des chrétiens en Chine", que la torture est utilisée, et qu'"il est raisonnable de supposer que le renvoi de la requérante en Chine l'exposerait au risque de torture ou d'autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants." Le CAT a demandé à la Suisse "de s'abstenir d'expulser la requérante pendant l'examen de sa demande d'asile."

Espérons que cette décision historique établira de manière concluante que les membres de groupes chrétiens "illégaux", y compris (mais pas seulement) les nouveaux mouvements religieux chrétiens tels que l'ACG, risquent d'être torturés en Chine, et que les autorités chargées de l'immigration et les tribunaux des pays démocratiques en tiendront compte.

Lire aussi : Chine : l’évêque de Wenzhou enlevé par les autorités

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel