Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'auteur de Harry Potter est censurée, boycottée et menacée de mort

IMPRIMER

De Luca Volontè sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

Rowling, victime d'un monde sans chevaliers

23-12-2021

Pour défendre la raison et la diversité sexuelle biologique, particulièrement précieuse pour son exclusivité, chez les femmes contre les revendications machistes transsexuelles, Rowling subit un siège sans précédent, victime d'un monde sans chevaliers.  

Depuis plus d'un an, après avoir écrit un essai défendant la sexualité biologique et contre le nouveau machisme transsexuel, l'auteur de Harry Potter et du tout récent Cochon de Noël, J.K. Rowling, est censurée, boycottée et menacée de mort pour sa défense à coups de sabre de la féminité exclusive des femmes et sa polémique contre la mode et les coutumes et lois qui permettent aux mâles (femmes auto-déclarées) non seulement de s'habiller de façon féminine, mais aussi de prétendre être considérés comme tels.

Le temps des chevaliers est-il terminé ? Un an et demi de harcèlement continu, de la censure (septembre 2020) de sa saga des sorciers de Poudlard dans les salons nationaux du livre pour enfants en Australie, aux agressions LGBTI contre le roman Troubled Blood de l'automne dernier, dans lequel elle avait décrit le tueur comme un type aux habitudes transgenres, aux décisions des journées de la Ligue américaine de Quiddich décidant de changer de nom, par respect pour l'idéologie transsexualiste et par mépris pour la défense de la féminité biologique par Rowling, aux insultes et menaces reçues par Rowling pour avoir tweeté son mécontentement à l'annonce que la police écossaise "enregistrera les viols commis par des criminels ayant des organes génitaux masculins comme étant commis par une femme si l'agresseur s'identifie comme une femme".

Le 12 décembre, sur ces folles décisions politiquement correctes mais irrationnelles, la marraine de Harry Potter avait écrit : " La guerre, c'est la paix ". La liberté est de l'esclavage. L'ignorance est une force. Le pitoyable individu qui vous a violé est une femme". Pour défendre la raison et la diversité sexuelle biologique, particulièrement précieuse pour son exclusivité, chez les femmes contre les prétentions machistes transsexuelles, Rowling subit un siège sans précédent, victime d'un monde où il n'y a plus de chevaliers.  

"J'ai reçu tellement de menaces de mort que je pourrais en tapisser ma maison, des menaces contre moi et ma famille", a-t-elle déclaré fin novembre, ajoutant : "Je ne sais pas où ils pensaient en venir." Il est certain que Rowling n'est pas du tout intimidée dans sa défense de la réalité et de la vérité.  Mais il est nécessaire de réfléchir une minute sur cette persécution et cette oppression des dissidents du genre et du transgenre. L'un des mots les plus courants du vocabulaire de la gauche mondialiste est la défense des "opprimés".

La gauche radicale voit toutes les structures sociales et les relations interpersonnelles à travers le prisme de l'oppresseur contre l'opprimé (tout comme, au siècle dernier, les communistes regardaient le monde à travers les deux catégories du capitaliste et du prolétaire). Un monde bipolaire, noir et blanc, mais plus binaire du masculin et du féminin, car la réalité doit être bannie du monde. Les groupes préférés de la gauche, les minorités raciales et sexuelles, se retrouvent perpétuellement discriminés et victimisés par leurs oppresseurs majoritairement blancs et/ou hétérosexuels.

"Si le sexe n'est pas réel, il n'y a pas d'attirance pour le même sexe. Si le sexe n'est pas réel, la réalité vécue par les femmes dans le monde est effacée. Je connais et j'aime les personnes transgenres, mais effacer le concept de sexe enlève à beaucoup la possibilité de discuter de leur vie de manière significative. " Il n'est pas détestable de dire la vérité ", cette simple déclaration de la réalité, en juin 2020, avait commencé la saga dont Rowling est la victime.

Une autre absurdité absolue et, incroyable démonstration d'un mépris honteux, est le fait que tous les acteurs qui ont joué dans les films Harry Potter et qui, grâce aux romans de Rowling, sont devenus des acteurs, plus ou moins chanceux, ont montré un soutien total aux récriminations du mouvement transgenre et ont sévèrement critiqué l'auteur des romans, à qui ils doivent leur fortune. Ils l'ont fait au début de la controverse en juin 2020, et l'ont répété ces derniers jours, même si les menaces de mort de la mère de Harry Potter étaient bien connues.

La marque Harry Potter reste une vache à lait pour la société cinématographique Warner Bros. Il n'est donc pas surprenant qu'une réunion du casting ait été organisée avec des acteurs célèbres de la série. Le 1er janvier 2021, la chaîne de télévision HBO Max diffusera une émission spéciale pour célébrer le 20e anniversaire de Harry Potter. Malheureusement, cet événement est déjà entaché d'une controverse en raison de la participation ou non de J.K. Rowling. Par crainte de la controverse que les militants transgenres pourraient déverser sur l'événement, l'auteur du roman n'apparaîtra que dans des séquences d'archives, et non en direct.

Les trois principaux protagonistes de Harry Potter (Daniel Radcliffe, Emma Watson et Rupert Grint) assisteront à la réunion et à la diffusion télévisée, mais ils ont exprimé à plusieurs reprises leurs regrets "pour la douleur" causée par les commentaires de Rowling défendant la féminité des femmes et ont réitéré leur soutien à l'auto-identification féminine des hommes transgenres. Il est certain que l'événement de streaming qui aura lieu dans les semaines à venir apportera une plus grande notoriété à Rowling et à son œuvre, ainsi qu'une augmentation de ses redevances pour les droits d'auteur et la propriété de la marque, cependant, le monde qui est imposé par les lobbies LGBTI montre une intolérance et une oppression croissantes envers les dissidents et les défenseurs de la réalité.

En particulier, nous devrions tous être alarmés par le fait que si vous êtes transgenre, en particulier un homme biologique prétendant être une femme, vous aurez le soutien total des médias, des grandes entreprises, des universités, de la classe politique et de la foule vicieuse et violente de Twitter. Rowling résistera et pourra se défendre pour de nombreuses raisons, dont la moindre n'est pas d'ordre économique. Les absents de cette bataille des femmes pour leur féminité sont les hommes, ignorant qu'ils sont les prochaines victimes de la folie des sexes.

Lire aussi : Un bâtiment scolaire "J.K. Rowling" débaptisé en raison des opinions de la créatrice d'Harry Potter

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel