Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chine : les prélèvements forcés d’organes représentent des milliards de dollars

IMPRIMER

PRÉLÈVEMENTS D'ORGANES

Les prélèvements forcés d’organes du régime chinois représentent des milliards de dollars

1 janvier 2022

La campagne, qui a débuté le 8 décembre, consiste à s’engager personnellement à ne pas recevoir de greffe d’organe de Chine en cas de problèmes de santé, afin de ne pas contribuer de manière irréfléchie à la pratique macabre du prélèvement forcé d’organes du régime.

« C’est une abomination qu’aujourd’hui, au 21e siècle, des personnes innocentes, notamment des prisonniers de conscience, soient tuées pour que leurs organes soient prélevés à des fins lucratives », a déclaré Andrew Bremberg, président de la Victims of Communism Memorial Foundation (VOC), un groupe de défense basé à Washington.

L’appel est coparrainé par la VOC et deux autres organisations à but non lucratif, End Transplant Abuse in China  (ETAC) et China Aid. L’engagement peut être pris sur le site Web de l’ETAC, et une carte personnalisée « J’ai pris l’engagement » peut être partagée sur les médias sociaux.

Les groupes de défense des droits humains ont appelé les gens à prendre cet engagement pour « aider à mettre fin à l’industrie chinoise du meurtre pour les organes, qui représente des milliards de dollars ».

En 2019, le Tribunal chinois, un tribunal populaire indépendant, a conclu que le régime chinois commettait des prélèvements d’organes forcés sur des prisonniers de conscience depuis des années, à une échelle significative.

Selon le jugement final du tribunal (pdf) il est « certain » que les organes proviennent d’adhérents du Falun Gong emprisonnés et qu’ils sont « probablement la source principale ». Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une pratique spirituelle dont les pratiquants sont systématiquement persécutés par le Parti communiste chinois (PCC) depuis 1999.

Toujours davantage de preuves indiquent que les Ouïghours et d’autres minorités persécutées dans le nord-ouest de la Chine sont également victimes de prélèvements d’organes, de même que les Tibétains et les « églises de maison » chrétiennes (églises non officielles), selon le site Web de la campagne.

Le prélèvement d’organes est une activité lucrative pour le PCC. Lors d’une audience du 29 novembre devant la sous-commission des droits de l’homme du Parlement européen, Sir Geoffrey Nice, qui avait présidé le Tribunal chinois, a fait savoir que le régime chinois pouvait tirer jusqu’à un demi-million de dollars par corps.

Les observateurs estiment que 60 000 à 100 000 transplantations ont lieu en Chine chaque année, ce qui dépasse de loin le chiffre officiel de 10 000 avancé par le régime. Par ailleurs, les organes destinés à ces greffes supplémentaires proviennent essentiellement de prisonniers d’opinion, insiste-t-on.

Le PCC nie régulièrement les faits.

« Le monde libre ne peut rester comme si de rien n’était alors que le Parti communiste chinois continue à mentir de manière flagrante sur cette pratique répandue en Chine », a déclaré M. Bremberg. « Nous appelons toutes les personnes de bonne volonté à s’engager personnellement à mettre fin à cette pratique horrible en s’engageant à ne pas recevoir de transplantation d’organes en provenance de Chine. »

En juin, une douzaine d’observateurs des droits de l’homme des Nations unies ont exprimé leur inquiétude face à ce qu’ils ont qualifié d’allégations crédibles de prélèvements forcés d’organes par le régime communiste chinois, visant des pratiquants de Falun Gong, des Ouïghours, des Tibétains, des musulmans et des chrétiens maintenus en détention. Parmi eux figuraient des rapporteurs spéciaux auprès du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme et les membres d’un groupe de travail sur la détention arbitraire.

La campagne de l’ONU était inspirée du Forum international sur la liberté religieuse de Taïwan en 2019, lorsque China Aid avait rassemblé plus de 70 personnalités politiques, militants et chefs religieux pour qu’ils signent un engagement à ne pas recevoir de transplantations d’organes en provenance de Chine.

« C’était magique à Taïwan lorsque nous avons tous pris l’engagement », a déclaré Bob Fu, président de China Aid.

« Je suis ravi que cette initiative devienne mondiale, car elle renforcera notre mouvement et enverra un message clair à la Chine : elle ne peut plus cacher ce crime plus longtemps. »

Commentaires

  • Devant tant d'atrocités de ce P.C.C. véritablement diabolique, il est plus que temps de réagir. Ce serait une très bonne décision de refuser toute participation aux prochains jeux olympiques en Chine. Il est urgent de créer une très forte opposition politique à ces Jeux qui rappellent aux "anciens" que nous sommes les jeux olympiques au début du régime nazi en Allemagne dont Hitler tira gloire grâce à l'aveuglement de l'Occident..... et la deuxième guerre mondiale s'ensuivit sans délai !

    N'oublions pas que la 3ème sera nucléaire avec des conséquences épouvantables pour le monde entier.. Que le Seigneur nous en préserve !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel