Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La mutation politique du catholicisme français

IMPRIMER

De la revue de presse "Au quotidien" de l'Homme Nouveau :

Au quotidien n°323 : mutation politique au sein du catholicisme

Au quotidien n°323 : mutation politique au sein du catholicisme

Politiste, observateur attentif des milieux conservateurs au sein du catholicisme, auteur d’un remarqué Une contre-révolution catholique. Aux origines de la Manif pour tous, Yann Raison du Cleuziou livre dans Le Monde (20 janvier 2022) son analyse de la mutation politique au sein du catholicisme français.

Sans doute ne faut-il pas perdre de vue que le catholicisme est un univers clivé et que les conservateurs n’en représentent qu’une sensibilité minoritaire. Mais, dans un contexte de déclin de la pratique religieuse, leur influence au sein de l’Eglise est croissante en raison de leurs familles nombreuses, au sein desquelles, tendanciellement, la foi se transmet avec plus de succès que dans l’aile gauche. (…)

Au XXI siècle, la hantise des flux migratoires et le soupçon sur l’usage exorbitant de la compassion chrétienne débordent hors de la droite réactionnaire. Ils se retrouvent parmi les libéraux qui, lecteurs de Tocqueville, pensent les destins du catholicisme et de la démocratie comme étroitement liés, les dérives de l’un ne pouvant qu’entraîner le déclin de l’autre. En 2006, dans La Raison des nations [le philosophe], Pierre Manent met en garde contre les effets pervers que peut entraîner la dynamique de l’égalité qui porte les démocraties : « Il ne s’agit plus seulement de respecter l’humanité en tout homme, nous sommes requis de voir l’autre comme le même. Et si nous ne pouvons nous empêcher d’apercevoir ce qui en lui est différent, nous nous le reprochons comme un péché. »

Dans [la revue] Commentaire, [l’historien] Alain Besançon dénonce la dérive du catholicisme : « C’est comme un article de foi : nul n’est un ennemi. Les seuls ennemis qui subsistent sont ceux qui ont encore des ennemis et qui considèrent que la métamorphose imaginaire des ennemis en amis est une entorse à la réalité des choses. » Comme Maurras avant eux, Manent et Besançon y voient une pathologie du commandement d’amour du prochain. Pierre Manent critiquera d’ailleurs l’interprétation de la parabole du bon Samaritain faite par le pape François dans l’encyclique Fratelli tutti.

Les positions du pape argentin déplaisent d’autant plus que les catholiques français sont pris en tenaille entre deux figures obsédantes de leur déclin : l’effondrement de la pratique religieuse hebdomadaire, qui est désormais en deçà des 2 % parmi les 18 ans et plus, et le sentiment que l’islam gagne en visibilité et en influence dans la société française. Cette double angoisse gagne en intensité chez les plus jeunes pour des raisons qui s’objectivent aisément. Dans l’« Enquête sur les valeurs des Européens » (EVS) de 2018, parmi les 18-29 ans, les catholiques déclarés ne représentent plus que 15 % et les musulmans les talonnent à 13 %. Au regard des tendances, on peut imaginer que les courbes de ferveur se croisent dans quelque temps parmi les jeunes générations. Que l’islam puisse supplanter le catholicisme, certes à une échelle minoritaire et non comme religion majoritaire, est un cataclysme symbolique dont l’anticipation fonde l’adhésion à l’idée d’un « grand remplacement » menaçant.

Les catholiques conservateurs partagent déjà le sentiment que le ramadan est devenu un fait de société plus important que le carême. (…) D’après les entretiens que je fais dans cet univers conservateur, la question démographique est très secondaire derrière la décadence morale comme matrice du « grand remplacement ». C’est « l’humanitarisme » de l’Eglise tout autant que les « valeurs » de la République qui sont associés dans une même dénonciation du désarmement moral de la nation. (…)

Pour ces catholiques, un destin comparable aux chrétiens d’Orient est désormais imaginable et leur survie est en jeu. Cette angoisse est d’autant plus facilement mise en sens par la droite réactionnaire que les enjeux du déclin du catholicisme, pourtant un fait social majeur, restent peu réfléchis à l’échelle collective. L’indifférence et l’ennui causent le détachement religieux tout en le rendant invisible.

Commentaires

  • Chantal Delsol (sur un sujet semblable) dans Perspectives (RCF Liège, Laurent Verpoorten):

    La fin de la chétienté - Chantal Delsol
    19.01.2022
    Présenté par Laurent Verpoorten
    Au cours de l'histoire, la fin de la chrétienté a bien souvent été annoncée. Cependant, pour la philosophe française Chatal Delsol, nous y sommes, le constat d’une marginalisation des croyances et pratiques chrétiennes étant désormais incontestable. S'opère donc sous nos yeux un irrémédiable changement de civilisation qu'elle décrit en toute lucidité dans son dernier ouvrage intitulé : La fin de la chrétienté (2021, Ed. du Cerf.)

    Professeur émérite des universités en philosophie, membre de l'Institut (Académie des Sciences morales et politiques), et chroniqueuse au Figaro, Chantal Delsol est l'autrice d'ouvrages de philosophie, d'essais et de romans, traduits en une vingtaine de langues. Elle aujourd'hui l'invitée de Perspectives.

    https://rcf.fr/vie-spirituelle/perspectives-0

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel