Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Liège : un nouvel avenir pour la Basilique de Cointe

IMPRIMER

Les Malmédiens Gehlen et The Wall donneront une nouvelle vie à la basilique  de Cointe - Édition digitale de LiègeDiocèse de Liège - Diözese Lüttich - Église catholique de LiègeCommuniqué de presse:

Un nouvel avenir pour la Basilique de Cointe

© Fondation Basilique de la Paix

Communiqué de la Fondation «Basilique de la Paix»

21 janvier 2022

À l'issue de l'appel à projet initié en juillet 2021 pour donner un avenir à la Basilique de Cointe à Liège, la Fondation « Basilique de la Paix » a sélectionné trois candidats potentiels dans le courant du mois d'octobre. Elle vient de clôturer son processus de comparaison des offres et d'évaluation des projets présentés.

Elle a décidé de vendre son domaine de Cointe et de confier le projet de réhabilitation à la société Gehlen Management, en association avec la société The Wall. Malgré la pertinence et le sérieux des autres projets, le concept novateur du projet « Basilique Expérience » a été privilégié pour différents aspects. La société Gehlen Management est un entrepreneur de premier plan et d’excellente réputation ; elle est connue pour la fiabilité de ses réalisations et le sérieux de ses initiatives. Elle permet d’entretenir un partenariat avec la Fondation Basilique de la paix et se signale par son enthousiasme pour l’ensemble du projet. La Fondation « Basilique de la paix » recevra en bail emphytéotique le chœur et la crypte de l’église ; la crypte restera paroisse catholique ; le chœur sera considéré comme une « Basilique de la paix », c’est-à-dire un Centre mémoriel en faveur de la paix, à dimension culturelle et cultuelle.

Les atouts du projet « Basilique expérience »

La nature du projet s'exprime au travers d'une réhabilitation très respectueuse des lieux, respectueuse du projet de Centre mémoriel « Basilique de la paix » dans le chœur, respectueuse de la préservation des espaces verts, respectueuse des éléments du bâtiment par la sobriété du projet et la réversibilité des interventions aux bâtiments du domaine, classés ou non.

Les valeurs développées en matière d'escalade de niveau olympique et en matière culturelle valorisent les valeurs de dépassement de soi et de développement humain par l’exercice physique, qui s'inscrivent en cohérence avec le projet de dialogue et de paix que développe plus spécifiquement la Fondation.

Le contenu du projet offre de multiples opportunités d'activités pour un très large public local, régional ou international, jeune et moins jeune, tout en s'intégrant de façon très harmonieuse dans le tissu urbain et en développant un concept de mobilité innovant et protecteur.

La nature limitée des interventions fonctionnelles et architecturales permettra de trouver assez aisément le soutien de l'ensemble des parties impliquées dans les autorisations et d'obtenir un consensus aussi large que possible des riverains, de la Ville et de la Région wallonne, tous soucieux de redonner l'aura que ce site emblématique de Liège mérite assurément.

Le potentiel du projet permet de promouvoir des synergies complémentaires visant à développer l'attrait touristique mémoriel du lieu en lien avec le Monument Interallié mais également avec d'autres initiatives éventuelles.

L’ambition spirituelle de la « Basilique de la paix »

Le chœur de l’édifice sera conçu comme une « basilique de la paix », c’est-à-dire un centre mémoriel dédié à la paix, en souvenir de la première Guerre mondiale et de ses victimes. Il fera l’objet d’un bail emphytéotique conclu entre l’acquéreur et le vendeur. Ce centre sera piloté par la Fondation Basilique de la Paix, érigée par l’évêque de Liège Mgr Jean-Pierre Delville. Il sera un lieu de dialogue interreligieux et interconvictionnel destiné à promouvoir la paix dans le monde d’aujourd’hui. Il comportera un espace de rencontre et un espace d’exposition. L’espace de rencontre, situé au rez-de-chaussée du chœur, pourra servir à différents types de manifestations en lien avec la paix. L’espace d’exposition, situé essentiellement sur les tribunes du chœur, pourra accueillir des expositions temporaires ou permanentes en lien avec la paix. Ainsi la basilique de la paix pourra développer son ambition spirituelle, qui est d’être au service de la paix dans notre monde, notre pays, notre ville, notre famille, notre conscience et notre âme.

La basilique de la paix conservera le mobilier art-déco existant, centré sur la notion de réconciliation, en particulier l’autel de marbre, les vitraux avec le Prince de la paix et la statue du Sacré Cœur, qui est à l’origine de la construction de l’édifice en 1925.

La crypte et les sacristies adjacentes resteront une paroisse catholique au service de la Communauté paroissiale locale, intégrée dans l’Unité pastorale Saint-Benoit-aux-Portes d’Avroy. Elles communiquent avec le chœur par un escalier et peuvent accueillir des personnes pour la prière. Elles font aussi l’objet d’un bail emphytéotique conclu entre l’acquéreur et le vendeur.

Au travers de ce choix final, l’évêque de Liège est confiant dans la capacité des nouveaux acquéreurs à redonner souffle à ce site endormi depuis trop longtemps et dans les capacités de la Fondation Basilique de la paix à développer ses intuitions spirituelles. Il voit dans la volonté de la Société Gehlen Management à respecter l'histoire et les valeurs du lieu un encouragement significatif dans sa volonté d'y déployer son projet mémoriel au service de la Paix.

Commentaires

  • Nos évêques ont un certain talent pour présenter de façon positive tout ce qui signe la disparition progressive de notre religion ...

    Essayez de trouver un seul article de nos évêques qui aborde avec réalisme la situation que chacun constate.

    Revenant à la "reconversion" des lieux de culte, celle-ci va s'accélérer lorsque l'Etat diminuera le financement des cultes.

  • Un emballage qui ne trompe personne sur l’effondrement du monde chrétien en Europe. Les migrations africaines ou asiatiques y relèveront-elles le défi dans une ou deux générations ?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel