Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quand le cardinal Hollerich se fourvoie

IMPRIMER

De Tommaso Scandroglio sur la Nuova Bussola Quotidiana :

Hollerich et l'homosexualité, que d'erreurs du cardinal

5-02-2022

Dans une interview avec KNA, Hollerich fait plusieurs déclarations sur l'homosexualité, appelant à un changement de doctrine. Mais le cardinal a tort. Il oublie que l'enseignement de l'Église est fondé sur la morale naturelle et qu'il existe un accord total entre l'Ancien et le Nouveau Testament pour juger négativement la condition et les actes homosexuels.

Il y a quelques semaines, 125 employés de diverses organisations catholiques ont fait leur coming out en Allemagne. Le cardinal Jean Claude Hollerich, président de la Commission des épiscopats de l'Union européenne (Comece) et rapporteur général du Synode des évêques, s'est exprimé sur le thème de l'homosexualité dans une interview accordée à l'agence de presse allemande KNA. Le cardinal a déclaré : "Je crois que la base sociologique-scientifique de cet enseignement n'est plus correcte." Le haut prélat a tort. Le fondement de la condamnation de l'homosexualité et des actes homosexuels par l'Église catholique ne se trouve pas dans les sciences empiriques et la sociologie, mais dans la morale et, en particulier, dans la morale naturelle.

Pourquoi l'Église affirme-t-elle que l'homosexualité et donc le comportement homosexuel sont intrinsèquement désordonnés ? L'homosexualité est une condition moralement désordonnée car elle est contraire à la nature rationnelle de l'homme. La nature, dans son sens métaphysique, signifie un faisceau d'inclinations qui tendent vers leur fin. L'être humain est enclin/attiré à rechercher une personne du sexe opposé. On pourrait faire valoir qu'il existe également un penchant homosexuel naturel. La réponse à l'objection repose sur le principe de proportion : un penchant est naturel si la personne est en possession des moyens nécessaires pour satisfaire les fins auxquelles ce penchant tend. La fin doit être proportionnelle aux facultés de l'homme. Par exemple, nous pouvons dire que la connaissance est une fin naturelle parce que l'homme est doté de l'instrument de l'intellect qui est adapté à la satisfaction de cette fin. Si donc une personne poursuit un but impossible à satisfaire, non pas en raison de simples circonstances extérieures, mais parce qu'elle est naturellement privée des instruments propres à le satisfaire, ce but ne serait pas une fin naturelle et agirait contre la nature rationnelle de l'homme.

L'homosexualité étant une attirance pour les personnes du même sexe, cette attirance, pour trouver un parfait épanouissement, doit conduire à des rapports charnels. Les buts du coït - tant procréatif qu'unitif - ne peuvent être atteints par le rapport charnel homosexuel : l'instrument n'est pas adapté à la fin. Et, comme l'explique l'Aquinate, " tout ce qui rend une action impropre à la fin voulue par la nature doit être défini comme contraire à la loi naturelle " (Summa Theologiae, Supp. 65, a. 1 c), c'est-à-dire contraire à la nature rationnelle de l'homme. La relation génitale de type homosexuel est incapable de satisfaire la finalité naturelle de la procréation et de l'union. Il est donc contradictoire de dire que l'homosexualité est conforme à la nature alors qu'elle est incapable de satisfaire les fins naturelles du rapport sexuel.

Le contre-argument qui est généralement apporté à cette réflexion est le suivant : de nombreux couples hétérosexuels sont également stériles ou infertiles. Mais les raisons de l'infertilité sont diamétralement opposées : la relation homosexuelle est physiologiquement infertile, la relation hétérosexuelle stérile est pathologiquement infertile ; la première est par nature infertile, la seconde est par nature fertile ; la première est par nécessité, c'est-à-dire toujours et dans tous les cas, infertile (la relation homosexuelle ne peut être qu'infertile), la seconde n'est que possible (la relation sexuelle hétérosexuelle peut être infertile) ; il est normal que la première soit infertile, il n'est pas normal que la seconde le soit.

Une autre raison d'affirmer que l'homosexualité est contraire à la moralité naturelle est la complémentarité de l'amour. Physiquement et psychologiquement, l'homme et la femme sont complémentaires parce qu'ils sont différents (la diversité des organes génitaux externes de l'homme et de la femme est une preuve plastique de cette complémentarité : l'un a une conformation anatomique adaptée à la rencontre avec l'autre). En effet, on ne peut trouver son propre achèvement dans ce qui est égal (homo) à soi-même. La complémentarité exige la différence (hétéro).

Revenons au cardinal Hollerich, qui a ajouté dans l'interview que "la façon dont le pape s'est exprimé dans le passé [sur l'homosexualité] peut conduire à un changement de doctrine. Je pense qu'il est temps de procéder à une révision fondamentale de la doctrine. La doctrine à changer est celle contenue dans : Catéchisme de l'Église catholique, n° 2357-2358 ; Congrégation pour la doctrine de la foi, Persona humana, n° 8 ; Lettre sur la pastorale des personnes homosexuelles, n° 3 ; Quelques considérations concernant la réponse à la proposition de législation sur la non-discrimination des personnes homosexuelles, n° 10 ; Considérations concernant les projets de reconnaissance juridique des unions entre personnes homosexuelles, n° 4. Mais la doctrine que le cardinal voudrait modifier doit être tenue pour définitive et irréformable. Il est donc inutile de demander que l'on modifie ce qui ne pourra jamais l'être.

De toute évidence, il insiste sur la doctrine afin de modifier la pastorale, qui sera alors en dissonance avec la doctrine. En effet, pour ne donner qu'un exemple parmi mille, le cardinal Reinhard Marx, lors d'une conférence de presse il y a quelques jours, a déclaré que si une personne déclare publiquement son homosexualité, cela ne doit pas représenter "une limite à sa capacité à devenir prêtre. C'est ma position et nous devons la défendre." C'est peut-être la position du cardinal Marx, mais ce n'est pas la position de l'Église. Une instruction de 2005 de la Congrégation pour l'éducation catholique stipule que "si un candidat pratique l'homosexualité ou montre des tendances homosexuelles profondes, tant son directeur spirituel que son confesseur ont le devoir de le dissuader en conscience de procéder à l'ordination" et qu'"il serait gravement malhonnête pour un candidat de dissimuler son homosexualité afin de procéder, malgré tout, à l'ordination". Nous retrouvons les mêmes principes dans un document de 2016 de la Congrégation pour le clergé sur la formation des prêtres.

Le cardinal Hollerich poursuit comme suit : "Ce qui était condamné dans le passé, c'était la sodomie. À cette époque [quelle époque ?], on pensait que l'enfant entier était contenu dans le sperme de l'homme. Et cela a été simplement transféré aux hommes homosexuels". Nous pensons que le cardinal se réfère, bien que de manière très imprécise, à la théorie médiévale, qui a survécu jusqu'à l'évolution des connaissances scientifiques, selon laquelle le principe actif de la personne (l'âme végétative qui deviendra plus tard sensorielle et finalement rationnelle) était contenu dans le sperme masculin et qu'au contraire le gamète féminin n'offrait que le principe passif, c'est-à-dire la simple matière biologique (cf. Thomas d'Aquin, Summa Theologiae, I, q. 118, a. 1, ad 4). Le raisonnement du prélat semble donc être le suivant : puisqu'on pensait autrefois que le principe actif - qui, pour le cardinal, est à tort "l'enfant tout entier" au sens "spirituel" - se trouvait uniquement dans le sperme masculin, ce principe actif, dans les relations homosexuelles, était transféré d'un homme à l'autre, mais cela signifiait qu'une telle relation n'aurait jamais la possibilité de générer un enfant en chair et en os parce qu'il lui manquait le principe passif/matériel donné par le gamète féminin. Aujourd'hui, cependant, nous savons que ce n'est pas la semence masculine qui contient l'âme de l'enfant à naître, mais que c'est la rencontre entre les deux gamètes, le mâle et la femelle, qui conçoit l'être humain, et là où il y a un être humain, il y a une personne.

En résumé, il semble que le cardinal Hollerich veuille nous rassurer en nous disant qu'aucun enfant n'est "perdu" dans les relations homosexuelles, puisque la science nous a appris que les spermatozoïdes ne contiennent certainement pas d'âme personnelle. L'Église pensait ainsi autrefois parce qu'il n'y avait pas encore d'embryologie, mais aujourd'hui, avec les connaissances scientifiques actuelles, l'Église devrait changer d'avis. Nous répondons que la condamnation de l'homosexualité par l'Église, tant aujourd'hui qu'au Moyen-Âge, n'est pas fondée et n'était certainement pas fondée sur la pensée articulée par le cardinal (également parce que, si cela avait été le cas, les actes homosexuels lesbiens auraient été considérés comme licites puisque, dans ce cas, aucun enfant n'était "perdu"), mais plutôt pour les raisons mentionnées ci-dessus.

Hollerich poursuit : "Mais il n'y a pas d'homosexualité dans le Nouveau Testament. Il n'y a que la mention d'actes homosexuels, qui étaient en partie des actes rituels païens. C'était, bien sûr, interdit". En supposant, sans le concéder, que "l'homosexualité n'existe pas dans le Nouveau Testament", qu'est-ce que cela signifie ? Que l'Ancien Testament, dans lequel l'homosexualité et les actes connexes sont condamnés à de nombreuses reprises, a moins de valeur que le Nouveau ? Le cardinal pense-t-il que ce qui vient plus tard, simplement parce que c'est plus tard, a plus de valeur ? Le Nouveau Testament en tant que nouveau testament est-il donc plus fiable, plus performant ?

Quant au fait que le Nouveau Testament ne condamne que les actes homosexuels mais pas l'homosexualité, ce n'est pas vrai. Saint Paul écrit : "même les mâles, abandonnant la relation naturelle avec la femelle, étaient enflammés de désir les uns pour les autres" (Rm 1,27). Le terme "désir", que l'on trouve dans d'autres traductions sous la forme de "passion" ou de "luxure", exprime pleinement et parfaitement l'attirance homosexuelle, c'est-à-dire l'orientation homosexuelle qui, si elle est constante, devient une condition qui a un statut différent de la conduite homosexuelle qui la suit. De plus, il semble que pour le haut prélat, seuls les actes posent problème, et non la condition. Mais les choses ne sont pas comme ça. Un jugement moral peut également être porté par rapport à des conditions : pensez à l'état de péché mortel, au vice qui est un habitus, à la condition d'être divorcé (le jugement dans ce cas est négatif si la personne a décidé de divorcer, pas si elle a subi le divorce). De plus, les actes homosexuels étant la conséquence d'une condition homosexuelle, comment pourrait-on censurer les premiers sans censurer la seconde ? Ce n'est que si la condition est désordonnée qu'elle peut produire des actes désordonnés, et donc les actes désordonnés ne peuvent être causés que par une condition désordonnée.

Enfin, il semble que, toujours selon le cardinal Hollerich, les actes homosexuels dans le Nouveau Testament n'étaient condamnés que lorsqu'ils représentaient des actes de culte païen. Mais même cette fois, le cardinal a tort. Il suffit de lire saint Paul (Rm 1,24-28 ; Rm 1,32 ; 1 Co 6 ; 1 Co 9-10 ; 1 Tm 1,10) pour se rendre compte que le jugement négatif de Paul concerne l'homosexualité en tant que telle et les actes homosexuels en tant que tels.

Commentaires

  • La demande du Cardinal Hollerich sur l'ordination sacerdotale d'hommes homosexuels est particulièrement scandaleuse.

    On a des chiffres stupéfiants tant par le rapport John Jay (2004) (voir https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Jay_report ) sur les abus sexuel à Boston que par la CIASE en France (2021) :

    Dans les deux cas : 80 à 85% des abus sexuels sont commis sur des garçons mineurs et viennent des 3 à 4% de prêtres homosexuels.

    Ce n'est pas pour rien que le pape Benoît XVI a interdit en 2007 l'accès au sacerdoce aux hommes ayant une forte tendance homosexuelle. Manifestement, l'homosexualité à une grande difficulté avec la chasteté.

    Pourquoi ? A étudier.

  • Certains évêques ont oublié la notion de bien et de mal,le péché contre le commadement 6 de pureté semble ignoré, l'acte d impureté et le pécheur sont deux choses différentes l un est à codammer l autre est à accueillir suivant la volonté de se convertir

  • C'est terrible mais je crois que c'est générationnel. La plupart des évêques qui ont perdu cette conscience de la gravité du péché sexuel ont entre 70 et 75 ans.. Ils avaient donc 20 ans en 1968.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel