Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Des fissures dans l’orthodoxie LGBT+

IMPRIMER

D'IFN Italie :

Des fissures apparaissent dans l’orthodoxie LGBT+.

La résistance par rapport aux diktats de l'idéologie du genre voit le jour au Royaume-Uni.

À partir de 2020 entre autres, les scandales entourant Tavistock et d’autres cliniques de transition de genre ont enfin trouvé un écho dans les médias officiels.

Stop à l’auto-identification

De même, en 2020, le gouvernement britannique a annoncé une mettre fin à la possibilité d'”auto-identification”, qui aurait permis aux personnes se considérant comme atteintes de “dysphorie de genre” de changer d’identité sexuelle par une simple déclaration légale, au lieu d’attendre la mise en œuvre de la loi sur l’égalité des chances. Le certificat de reconnaissance du genre, c’est-à-dire la certification officielle, par le panel de reconnaissance du genre. Les militants LGBT+ y ont vu “un coup porté aux droits des LGBTQ” et ont également craint un durcissement de la sympathie du public pour ces prétendus “droits”.

Toujours en Grande-Bretagne, en 2021, Maya Forstater qui a été licenciée et poursuivie pour avoir déclaré dans un tweet jugé “homophobe” qu’il y avait deux sexes, a ensuite été réintégrée après que, là encore, le tribunal lui a donné raison.

Stonewall et la BBC

En octobre, le portail d’informationVice a rapporté que le radiodiffuseur national, la BBC, prévoyait de se retirer du programme “Diversity Champions”, géré par l’organisation pro-LGBT+ Stonewall, conçu pour aider les entreprises à devenir plus “inclusives” et “[…] à faire en sorte que tout le personnel LGBT+ soit accepté sans exception sur le lieu de travail.” La BBC couperait les liens avec Stonewall pour paraître plus impartiale. En novembre, après avoir déclaré qu’en raison de l’atmosphère qui règne dans l’entreprise, ils avaient l’impression de “travailler pour l’ennemi”, certains membres du personnel LGBT+ de la BBC ont quitté l’entreprise, certains déclarant :“Je ne me sens plus en sécurité en tant que personne LGBT+ au sein de l’organisation”.

Au cours de l’année, la Commission pour l’Égalité et les Droits de l’Homme, le Cabinet Office du Royaume-Uni et l’autorité de régulation des médias du Royaume-Uni (OFCOM) ont également rompu leurs liens avec Stonewall et son programme.

“La réaction hystérique de nombreux militants LGBT révèle quelque chose d’important : ils savent qu’ils sont en train de perdre leur emprise sur le récit. Le charme a été rompu, les critiques se font plus fortes et le contrôle qu’ils voulaient si désespérément éviter prend de l’ampleur”, conclut M. Van Maren.

Commentaires

  • C'est étonnant : C'est comme une vague de boue spirituelle qui passe sur l'Occident.
    Quand on voit les instances sociales y céder, les école s'y soumettre, on prend conscience de la fragilité de l'être humain que le Seigneur appelait, avec beaucoup de compassion "petit troupeau". Attention : Chaque individu est, par devers lui, conscient que c'est une folie. Mais une loi qui le dépasse, une vague, pousse à se laisser faire.

    Qu'on me permette de raconter une aventure significative qui m'est arrivée au début du premier confinement. Ayant à prendre un petit remplacement dans un athénée royal en CPC (le fameux cours de "philosophie et citoyenneté"), je me suis dit que, pour deux heures à donner en tout, un thème de philo intitulé : "La passion suffit-elle à fonder un amour ?" serait constructif pour des élèves de 17 à 18 ans.

    Au cours d'une leçon dans l'une des classes, une élève m'a innocemment posé la question : "La passion fonctionne-t-elle différemment chez les filles et chez les garçons ?"

    J'ai répondu en m'appuyant sur l'observation : "Ce n'est pas "universel" (100%). Mais l'expérience de l'humanité montre un loi assez "générale" : les femmes sont plutôt sensible à ceci (suivait une explication), les hommes plutôt à cela (explication)". Ce cours a eu beaucoup de succès chez les jeunes. C'était comme un souffle de fraicheur et une classe m'a même applaudi.

    Le lendemain, j'étais convoqué par la direction et viré.

    Ma faute : "Je n'avais pas suivi l'obligation de neutralité du cours de CPC : "Il n'y a pas de différence entre les hommes et les femmes".
    Voilà tout est dit.

  • C'était pourtant bien stipulé dans votre "petit livre rouge" euh, je me trompe, dans votre petit livre "arc-en-ciel"!

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel