Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Moscou utilise toute la violence qui couve dans la société russe"

IMPRIMER

De Stefano Montefiori sur le site du Cooriere della Sera :

Giuliano da Empoli : "Moscou utilise toute la violence qui couve dans la société russe".

L'écrivain raconte dans un roman politico-fictionnel la vie et les actes de Vladislav Surkov, le "magicien du Kremlin" qui a aidé Poutine à transformer le pays en dystopie.

desc imgL'écrivain Giuliano Da Empoli. A côté de son premier roman en français : Le magicien du Kremlin. Tous les hommes de Poutine (à paraître le 14 avril chez Gallimard)

Vladislav Surkov était le conseiller officiel de Poutine sur l'Ukraine, mais avant cela, il était l'homme qui a aidé à porter le nouveau Tsar au pouvoir. Il y a un an, Surkov a pris du recul, mais il est le seul à mériter l'expression sinistre de "Sorcier du Kremlin", titre du roman passionnant que Giuliano da Empoli vient de lui consacrer. Dans le livre, qui paraîtra chez Gallimard le 14 avril, Vladislav Sourkov devient Vadim Baranov car "les faits sont réels, les dialogues et la vie privée imaginés", explique da Empoli dans un café parisien. "L'idée, sur laquelle j'ai commencé à travailler il y a sept ou huit ans, était d'entrer dans la tête de ces personnages et la fiction, paradoxalement, est le seul moyen d'arriver à une forme de vérité".

Le mage du Kremlin parle de théâtre d'avant-garde et de dictature, de spin doctors et de violence - le cœur du régime Poutine depuis le début -, des lumières tamisées de la bourgeoisie occidentale et de la dureté implacable des lustres de Moscou ou de Saint-Pétersbourg, et de la réalité parallèle qui a toujours été propagée aux Russes, bien avant les mensonges sur le massacre de Buca. Achevé il y a un an, ce livre est un aperçu de l'abîme de ces heures.

Pourquoi la phrase d'ouverture est-elle une citation d'Alexandre Kojève, "La vie est une comédie qu'il faut jouer sérieusement" ?

"Dans un monde gris d'anciens fonctionnaires et hommes d'affaires du KGB, Surkov est diplômé de l'Académie d'art dramatique de Moscou, écrit des romans sous un pseudonyme et des paroles pour un groupe de rock gothique, a des posters du rappeur américain Tupac Shakur à la maison, et prend son travail de spin doctor comme une performance artistique.

Combien cela pèse-t-il dans la construction du régime de Poutine et aussi dans la tragédie de ces jours-ci ?

"C'est fondamental, car Surkov importe dans la propagande politique l'approche du théâtre d'avant-garde : il ne communique pas la réalité, il la crée. Une réalité qui, au moins au début, prévoit le pouvoir absolu de Poutine mais aussi le faux contre-pouvoir des partis d'opposition qui sont en fait totalement contrôlés et même encouragés par Surkov. Une réalité qui ressemble beaucoup à l'extraordinaire roman dystopique Noi d'Evgenij Zamjatin, qui a prédit en 1920 la société de contrôle omniprésent qui domine aujourd'hui en Russie et qui se ressent également en Occident avec les médias sociaux, de Tinder à Facebook."

De Surkov à Poutine, la valeur fondamentale semble être le cynisme.

"Cynisme et ironie. Ils sont très présents, non seulement chez les dirigeants, mais dans l'ensemble de la société russe. Lorsque vous passez par trois systèmes de valeurs en l'espace de quelques décennies, chaque fois interprétés de manière absolue et excessive - le communisme, puis le capitalisme sauvage, puis le nationalisme actuel enveloppé de valeurs orthodoxes sacrées - le résultat est que personne ne croit plus en rien.

Beaucoup ont affirmé que le Poutine sanguinaire de ces dernières semaines est un homme différent de ce qu'il était auparavant. Il l'est ?

"Je ne dirais pas ça. La violence que nous voyons se dérouler ces semaines-ci est à l'origine de la domination de la société russe par Poutine".

Le livre rappelle le terrible moment du "11 septembre russe", les attentats qui, en 1999, ont dévasté deux immeubles dans la banlieue de Moscou et qui ont déclenché les atrocités de la deuxième guerre en Tchétchénie. Est-ce que cela a été un tournant ?

"Poutine était déjà au pouvoir à l'époque, mais pas très populaire : il ne dépassait pas les 3% dans les sondages. Ces mystérieux attentats, dont les auteurs n'ont jamais été identifiés mais qui ont été attribués aux Tchétchènes, ont permis à Poutine de se présenter comme le sauveur de la patrie menacée. Grozny a été rasée ou presque, et cette violence a permis à Poutine d'imposer non seulement son pouvoir mais aussi sa popularité".

La guerre en Ukraine répond-elle au même besoin ?

"Régulièrement, Poutine a besoin de se défouler à l'extérieur de la violence qui couve dans la société russe et sur laquelle il a construit son régime. Dans mon livre, j'imagine un dialogue nocturne au cours duquel Poutine réfléchit à la popularité durable de Staline parmi les Russes. Les Occidentaux pensent que c'est parce que les Russes ont oublié les purges, dit-il, mais c'est le contraire. Staline reste populaire précisément à cause des massacres : il savait comment traiter les ennemis du peuple.

Si la vie est une grande pièce de théâtre à jouer sérieusement, cela explique aussi les contre-vérités russes sur le massacre de Buca et d'autres atrocités.

"L'extraordinaire inversion est qu'aujourd'hui les fake news sont déguisées en vérification des faits en Ukraine. Les corps laissés dans la rue ? Selon les Russes, ce sont des acteurs."

Comment peuvent-ils penser qu'ils sont pris au sérieux ?

"C'est de la propagande à usage interne, avant tout, mais il y a des gens en Occident qui y croient. La réalité ne compte pas pour beaucoup dans le théâtre d'avant-garde. Peu importe que la version officielle soit crédible et bien faite. Au contraire, il est préférable de donner deux, trois, voire cinq explications différentes, et si elles sont farfelues, tant pis. Le but n'est pas de convaincre, de donner des certitudes, mais de détruire toute certitude."

Pourquoi Surkov a-t-il quitté le Kremlin ?

"Ceux comme lui, les manipulateurs subtils, à ce stade, ont perdu. Face à la violence nue, il y a peu de place pour eux. Mais l'héritage de Vladislav Surkov demeure. Si vous n'avez pas la force d'imposer votre ordre, optez pour le chaos. Je crains que ce soit la stratégie que Poutine adoptera en Ukraine."

Commentaires

  • Giuliano da Empoli n'a pas été, lui, le "magicien du Kremlin", mais bien le conseiller politique du président du Conseil italien Matteo Renzi, par ailleurs dirigeant du Parti démocrate qui a notamment recueilli les débris du Parti communiste italien. Il a été également le conseiller du ministre de la Culture et vice-Premier ministre italien Francesco Rutelli, du Parti démocrate également. Il a aussi présidé le Gabinetto scientifico-letterario G. P. Vieusseux, fondé à Florence par Giovan Pietro Vieusseux, banquier et éditeur d'origine genevoise huguenote. En 2016, il a fondé le think tank Volta, membre du réseau Global Progress, qui se présente comme réunissant des organisations progressistes et où on trouve notamment le Premier ministre canadien Justin Trudeau.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel