Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La "voie synodale allemande" : une tentative de coup d'Etat d'après le cardinal Kasper

IMPRIMER

Lu sur kath.net/news :

Le cardinal Kasper intensifie la critique du chemin synodal - "... il brise le cou de l'église"

22 juin 2022

D'un ton lancinant, le cardinal presque nonagénaire rappelle aux évêques allemands ce que « chaque évêque (a) publiquement promis lors de son ordination épiscopale. Nous devrons rendre compte de cela un jour.

Quelques jours après que le cardinal Christoph Schönborn de Vienne se soit clairement distancié de la voie synodale allemande, le cardinal Walter Kasper, qui appartient également à l'aile réformatrice, a vivement critiqué l'approche allemande. Dans une contribution à l'initiative "Nouveau Commencement", l'ancien dirigeant œcuménique du Vatican a accusé les évêques allemands de détruire l'un des trois piliers sur lesquels repose l'Église - à savoir la fonction d'évêque. La fonction d'évêque est "à ce jour commune à toutes les églises du premier millénaire en Orient et en Occident ... Quiconque scie ce pilier brise le cou de l'église".

Kasper fait référence à l'intention de certains évêques allemands de se soumettre en permanence à un conseil synodal. (...) « Les évêques », selon Kasper, « ne peuvent en effet plus exercer la tâche et l'autorité qui leur sont assignées, s'ils y renoncent volontairement dans un acte d'engagement et déclarent qu'ils suivront les décisions du synode ou du futur conseil synodal.»

Kasper considère les engagements des évêques exigés par le chemin synodal comme un "truc paresseux". Aucun évêque ne peut pour lui-même (et certainement pas pour ses successeurs en fonction) renoncer à l'exercice de ses fonctions légales. « Imaginez un fonctionnaire qui se laisse nommer puis renonce à l'exercice de ses fonctions légales. Une procédure légale serait sans danger pour lui. » Kasper voit même la manœuvre stratégique avec les auto-engagements comme « un coup d'État, une tentative de coup d'État » dans l'Église au sens du droit constitutionnel. Kasper : "A terme, un tel engagement équivaudrait à une démission collective des évêques."

D'un ton lancinant, le cardinal presque nonagénaire rappelle aux évêques allemands ce que « chaque évêque (a) publiquement promis lors de son ordination épiscopale. Il faudra en rendre compte un jour." Kasper supplie ses confrères : "On ne s'en tirera pas avec des points de vue purement tactiques." Aussi noble que clair sur le sujet, le chef d'église Kasper s'adresse au siège du jugement de Dieu uniquement en son propre nom : « Je ne juge pas les autres ; Je peux seulement dire que je ne vois pas comment je pourrais représenter des déclarations individuelles qui ont déjà été décidées (c'est-à-dire : sur le chemin synodal) comme compatibles avec l'évangile au jugement dernier.

Commentaires

  • Si même ce cardinal progressiste dénonce avec clarté la rupture des évêques allemands à l'égard de l'enseignement de l'Eglise, on ne peut que se demander pourquoi l'actuel pontife n'en fait pas de même. .

  • Le pape avait écrit aux Allemands dès l’entame du synode, leur affirmant qu’aucune Église locale ne peut « la jouer solo »(trad. personnelle!); il l’a encore évoqué récemment dans un discours…

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel