Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'homélie du pape lors de la messe de clôture de la 10ème rencontre mondiale des familles : le pari de l'amour familial est courageux

IMPRIMER

L'homélie du pape lors de la messe de clôture de la 10ème rencontre mondiale des familles à Rome (source) :

Samedi 25 juin 2022

Dans le cadre de la dixième rencontre mondiale des familles, c'est un temps d'action de grâce. Avec gratitude, aujourd'hui, nous apportons devant Dieu - comme dans un grand offertoire - tout ce que l'Esprit Saint a semé en vous, chères familles. Certains d'entre vous ont participé aux moments de réflexion et de partage ici au Vatican, d'autres les ont animés et vécus dans leurs diocèses respectifs, dans une sorte d'immense constellation. Je peux imaginer la richesse des expériences, des intentions, des rêves, et les inquiétudes et les incertitudes ne manquent pas non plus. Maintenant nous présentons tout au Seigneur, et nous lui demandons de vous soutenir avec sa force et son amour. Vous êtes des pères, des mères, des enfants, des grands-parents, des oncles et des tantes ; vous êtes des adultes, des enfants, des jeunes, des personnes âgées ; chacun a une expérience différente de la famille, mais tous ont la même espérance dans la prière : que Dieu bénisse et préserve vos familles et toutes les familles du monde.

Saint Paul, dans la deuxième lecture, nous a parlé de la liberté. La liberté est l'un des biens les plus appréciés et recherchés par l'homme moderne et contemporain. Chacun désire être libre, ne pas être conditionné, ne pas être limité, et aspire donc à se libérer de toutes sortes de "prisons" : culturelles, sociales et économiques. Pourtant, combien de personnes n'ont pas la plus grande liberté : la liberté intérieure ! La plus grande liberté est la liberté intérieure. L'Apôtre nous rappelle, à nous chrétiens, que c'est avant tout un don, lorsqu'il s'exclame : "Le Christ nous a libérés par la liberté !" (Gal 5:1). La liberté nous a été donnée. Nous naissons tous avec de nombreux conditionnements, intérieurs et extérieurs, et surtout avec la tendance à l'égoïsme, c'est-à-dire à nous mettre au centre et à faire ce que nous voulons. Mais le Christ nous a libérés de cette servitude. Pour éviter tout malentendu, saint Paul nous avertit que la liberté que Dieu nous a donnée n'est pas la liberté fausse et vide du monde, qui est en réalité "un prétexte pour la chair" (Ga 5,13). Non, la liberté que le Christ nous a achetée au prix de son sang est toute orientée vers l'amour, afin que - comme l'a dit l'Apôtre et comme il nous le dit aujourd'hui - "par l'amour, vous soyez au service les uns des autres" (ibid.).

Vous tous, époux, en formant votre famille, avec la grâce du Christ, vous avez fait ce choix courageux : ne pas utiliser votre liberté pour vous-mêmes, mais pour aimer les personnes que Dieu a placées à vos côtés. Au lieu de vivre comme des "îles", vous vous êtes mis "au service les uns des autres". C'est ainsi que l'on vit la liberté en famille ! Il n'y a pas de "planètes" ou de "satellites", chacun voyageant sur sa propre orbite. La famille est le lieu de la rencontre, du partage, de la sortie de soi pour accueillir l'autre et être proche de lui. C'est le premier endroit où l'on apprend à aimer. N'oubliez jamais ceci : la famille est le premier lieu où l'on apprend à aimer.

Frères et sœurs, si nous le réaffirmons avec une grande conviction, nous sommes bien conscients que dans la réalité, ce n'est pas toujours le cas, pour tant de raisons et tant de situations différentes. Et donc, tout comme nous affirmons la beauté de la famille, nous sentons plus que jamais que nous devons la défendre. Ne la laissons pas être polluée par les poisons de l'égoïsme, de l'individualisme, de la culture de l'indifférence et de la culture du rebut, et perdre ainsi son "ADN", qui est l'hospitalité et l'esprit de service. La marque de la famille : l'accueil, l'esprit de service au sein de la famille.

La relation entre les prophètes Élie et Élisée, présentée dans la première lecture, nous fait penser à la relation entre les générations, au "passage de témoin" entre parents et enfants. Dans le monde d'aujourd'hui, cette relation n'est pas simple et est souvent source d'inquiétude. Les parents craignent que leurs enfants ne parviennent pas à s'orienter dans la complexité et la confusion de nos sociétés, où tout semble chaotique, précaire, et qu'ils finissent par se perdre. Cette peur rend certains parents anxieux, d'autres surprotecteurs, et finit parfois par bloquer le désir de mettre de nouvelles vies au monde.

Il est bon de réfléchir à la relation entre Élie et Élisée. Élie, à un moment de crise et de crainte pour l'avenir, reçoit de Dieu l'ordre d'oindre Élisée comme son successeur. Dieu fait comprendre à Elie que le monde ne s'arrête pas avec lui et lui ordonne de transmettre sa mission à un autre. C'est le sens du geste décrit dans le texte : Élie jette son propre manteau sur les épaules d'Élisée, et désormais le disciple prendra la place du maître pour poursuivre son ministère prophétique en Israël. Dieu montre ainsi qu'il a confiance dans le jeune Elisée. Le vieil Élie transmet la fonction, la vocation prophétique à Élisée. Il fait confiance à un jeune homme, il fait confiance à l'avenir. Il y a de l'espoir dans ce geste, et c'est avec espoir qu'il passe le relais.

Combien il est important pour les parents de contempler la voie de Dieu ! Dieu aime les jeunes, mais cela ne signifie pas qu'il les protège de tout risque, de tout défi et de toute souffrance. Dieu n'est pas anxieux et surprotecteur. Pensez-y : Dieu n'est pas anxieux et surprotecteur ; au contraire, il leur fait confiance et appelle chacun à la mesure de sa vie et de sa mission. Pensons à l'enfant Samuel, à l'adolescent David, au jeune Jérémie ; pensons surtout à cette jeune fille de seize ans, dix-sept ans qui a conçu Jésus, la Vierge Marie. Faites confiance à une fille. Chers parents, la Parole de Dieu nous montre le chemin : ne préservez pas vos enfants de toute épreuve et de toute souffrance, mais essayez de leur transmettre la passion de la vie, d'allumer en eux le désir de trouver leur vocation et d'embrasser la grande mission que Dieu a prévue pour eux. C'est précisément cette découverte qui rend Élisée courageux, déterminé et qui le fait devenir adulte. La séparation d'avec ses parents et l'abattage des bœufs sont précisément le signe qu'Elisée a compris que c'est maintenant "son tour", que c'est le moment d'accepter l'appel de Dieu et de réaliser ce qu'il avait vu son maître faire. Et il le fera avec courage jusqu'à la fin de sa vie. Chers parents, si vous aidez vos enfants à découvrir et à accueillir leur vocation, vous verrez qu'ils seront "saisis" par cette mission et auront la force d'affronter et de surmonter les difficultés de la vie.

J'ajouterais également que, pour un éducateur, la meilleure façon d'aider un autre à suivre sa vocation est d'embrasser la sienne avec un amour fidèle. C'est ce que les disciples ont vu Jésus faire, et l'Évangile d'aujourd'hui nous montre un moment emblématique, lorsque Jésus prend " la ferme décision de se mettre en route pour Jérusalem " (Lc 9, 51), sachant pertinemment qu'il y sera condamné et tué. Et sur le chemin de Jérusalem, Jésus subit le rejet des habitants de la Samarie, un rejet qui provoque la réaction indignée de Jacques et de Jean, mais qu'il accepte parce que cela fait partie de sa vocation : au début, il a été rejeté à Nazareth - pensez à ce jour dans la synagogue de Nazareth (cf. Mt 13, 53-58) -, maintenant en Samarie, et à la fin il sera rejeté à Jérusalem. Jésus accepte tout cela parce qu'il est venu prendre nos péchés sur lui. De même, rien n'est plus encourageant pour les enfants que de voir leurs parents vivre leur mariage et leur famille comme une mission, avec fidélité et patience, malgré les difficultés, les moments tristes et les épreuves. Et ce qui est arrivé à Jésus en Samarie se produit dans chaque vocation chrétienne, y compris la vocation familiale. Nous le savons tous : il arrive des moments où il faut prendre sur soi les résistances, les fermetures, les incompréhensions qui viennent du cœur humain et, avec la grâce du Christ, les transformer en accueil de l'autre, en amour libre.

Et sur le chemin de Jérusalem, immédiatement après cet épisode, qui nous décrit en quelque sorte la "vocation de Jésus", l'Évangile nous présente trois autres appels, trois vocations d'autant d'aspirants disciples de Jésus. Le premier est invité à ne pas chercher une demeure stable, un logement sûr en suivant le Maître. Car il "n'a nulle part où poser sa tête" (Lc 9, 58). Suivre Jésus signifie être en mouvement et être toujours en mouvement, toujours "en voyage" avec Lui à travers les vicissitudes de la vie. Comme c'est vrai pour vous, les gens mariés ! Vous aussi, en acceptant l'appel au mariage et à la famille, vous avez quitté votre "nid" et commencé un voyage, dont vous ne pouviez pas connaître à l'avance toutes les étapes, et qui vous maintient constamment en mouvement, avec des situations toujours nouvelles, des imprévus, des surprises, parfois douloureuses. C'est ainsi qu'est le voyage avec le Seigneur. C'est dynamique, c'est imprévisible, et c'est toujours une merveilleuse découverte. Rappelons-nous que le repos de tout disciple de Jésus consiste précisément à faire la volonté de Dieu chaque jour, quelle qu'elle soit.

Le deuxième disciple est invité à ne pas " retourner enterrer ses morts " (v. 59-60). Il ne s'agit pas de ne pas respecter le quatrième commandement, qui reste toujours valable et qui est un commandement qui nous sanctifie tant ; il s'agit plutôt d'une invitation à obéir avant tout au premier commandement : aimer Dieu par-dessus tout. C'est également le cas du troisième disciple, qui est appelé à suivre le Christ résolument et de tout cœur, sans "revenir en arrière", pas même pour prendre congé de sa famille (cf. v. 61-62).

Chères familles, vous aussi êtes invitées à ne pas avoir d'autres priorités, à ne pas "regarder en arrière", c'est-à-dire à ne pas regretter la vie d'avant, la liberté d'avant, avec ses illusions trompeuses : la vie se fossilise quand elle n'accueille pas la nouveauté de l'appel de Dieu, en regrettant le passé. Et ce chemin qui consiste à regretter le passé et à ne pas accueillir la nouveauté que Dieu nous envoie, nous fossilise, toujours ; il nous rend durs, il ne nous rend pas humains. Lorsque Jésus appelle, même au mariage et à la famille, il nous demande de regarder devant nous, et il nous précède toujours sur le chemin, il nous précède toujours dans l'amour et le service. Ceux qui le suivent ne restent pas déçus !

Chers frères et sœurs, les lectures de la liturgie d'aujourd'hui, toutes, parlent providentiellement de vocation, ce qui est précisément le thème de cette Dixième Rencontre Mondiale des Familles : "L'amour familial : vocation et chemin de sainteté". Avec la force de cette Parole de vie, je vous encourage à prendre résolument le chemin de l'amour familial, en partageant avec tous les membres de la famille la joie de cet appel. Et ce n'est pas un chemin facile : il y aura des moments sombres, des moments de difficulté où l'on pensera que tout est fini. Que l'amour que vous vivez entre vous soit toujours ouvert, extraverti, capable de "toucher" les plus faibles et les blessés que vous rencontrez sur votre chemin : fragiles de corps et fragiles d'âme. L'amour, en fait, même l'amour familial, est purifié et renforcé lorsqu'il est donné.

Le pari de l'amour familial est courageux : il faut du courage pour se marier. Nous voyons tant de jeunes gens qui n'ont pas le courage de se marier, et bien souvent, une mère me dit : "Faites quelque chose, parlez à mon fils, il ne se marie pas, il a 37 ans !". - "Mais, madame, ne repassez pas ses chemises, vous commencez à le renvoyer un peu, laissez-le sortir du nid". Parce que l'amour familial pousse les enfants à voler, il leur apprend à voler et les pousse à voler. Il n'est pas possessif : il est de la liberté, toujours. Et puis, dans les moments difficiles, dans les crises - toutes les familles en ont, des crises - ne choisissez pas la solution de facilité : "Je retourne chez maman". Ne le faites pas. Allez-y, avec ce pari courageux. Il y aura des moments difficiles, il y aura des moments difficiles, mais allez-y, toujours. Votre mari, votre femme a cette étincelle d'amour que vous avez ressentie au début : laissez-la jaillir de l'intérieur, redécouvrez l'amour. Et cela sera d'une grande aide en temps de crise.

L'Église est avec vous, en fait, l'Église est en vous ! L'Église, en effet, est née d'une Famille, celle de Nazareth, et est composée principalement de familles. Que le Seigneur vous aide chaque jour à rester dans l'unité, dans la paix, dans la joie et aussi dans la persévérance dans les moments difficiles, cette persévérance fidèle qui nous fait vivre mieux et montre à tous que Dieu est amour et communion de vie.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel