Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Enseignement - Education

  • Les propos "insultants" du pape lui auraient-ils malencontreusement échappé ?

    IMPRIMER

    D'Ed. Condon sur The Pillar :

    Qu'aurait dit le pape François ?

    12 juin 2024

    Le pape François fait de nouveau la une des journaux mercredi, après avoir utilisé un terme italien offensant pour désigner l'homosexualité, pour la deuxième fois au cours des dernières semaines.

    Selon plusieurs sources, le pape a utilisé le mot "frociaggine", souvent traduit par "pédé", en s'adressant à quelque 200 prêtres italiens, quelques semaines seulement après avoir utilisé ce terme lors d'une réunion à huis clos avec des évêques.

    Le pape a utilisé ce terme pour décrire un climat et une culture au sein de la curie romaine et pour réitérer la discipline de l'Église selon laquelle les hommes ayant une orientation homosexuelle profondément ancrée ne devraient pas être admis au séminaire pour la formation à la prêtrise.

    Selon les médias, François a relaté une conversation avec un monseigneur de la Curie qui lui aurait dit qu'il s'inquiétait de "la culture gay à l'intérieur [du Vatican]". François a raconté qu'il avait dit au prêtre : "Oui, il y a une atmosphère de pédophilie. C'est vrai, on la trouve au Vatican".

    C'est la deuxième fois au cours des dernières semaines que le pape utilise ce terme, qui a suscité des critiques pour ses connotations péjoratives. 

    Le souverain pontife avait déjà utilisé ce terme lors d'une réunion avec des évêques italiens, déclarant qu'il y avait trop de "pédérastie" dans les séminaires et exhortant l'épiscopat à ne pas admettre en formation des hommes ayant des tendances homosexuelles.

    Le service de presse du Vatican a présenté des excuses nuancées au nom du pape après sa première utilisation, exprimant ses excuses à tous ceux qui ont été offensés par le mot. 

    Mais la répétition de l'expression semble devoir susciter une nouvelle série de critiques.

    Beaucoup ont vu dans la vulgarité de François un signe qui va à l'encontre de sa réputation d'inclusivité, établie de longue date, et de son encouragement à une pastorale plus dévouée et plus sensible pour les catholiques homosexuels. 

    D'autres observateurs ont cherché à minimiser ou à rejeter la vulgarité du pape, arguant qu'elle était excusable chez un homme de son âge, accidentelle étant donné que l'italien n'est pas sa langue maternelle, ou même qu'elle était une preuve de sa "terreur" et de sa simplicité personnelle.

    Le choix du langage de François a également amplifié la discussion sur son point de vue plus général. 

    Certains commentateurs ont noté - de manière critique ou approbatrice - que l'objectif du pape était de renforcer la discipline codifiée en 2005 par Benoît XVI, selon laquelle les hommes ayant des tendances homosexuelles "profondément ancrées" ne devraient pas être admis à suivre une formation au séminaire. 

    D'autres ont juxtaposé cela à sa réponse très citée lors d'une conférence de presse en 2013, au cours de laquelle il a déclaré "qui suis-je pour juger" lorsqu'on lui a posé des questions sur le clergé homosexuel. 

    Mais dans ses remarques les plus récentes, le pape ne s'est pas principalement exprimé sur la formation au séminaire en tant que telle, mais sur un climat et une culture parmi certains clercs qu'il considère comme omniprésents - au moins dans certains endroits - désordonnés et nocifs. 

    Cette question a souvent été abordée publiquement par le pape, qui a noté l'existence de "lobbies homosexuels" au sein de l'Église à plusieurs reprises au cours de sa décennie de mandat. 

    En effet, la célèbre phrase de François "Si quelqu'un est gay et qu'il cherche le Seigneur et a une bonne volonté, qui suis-je pour juger ?" a été prononcée en réponse à une question spécifique sur les rapports relatifs à un prêtre du Vatican accusé par la presse italienne d'avoir eu une liaison avec un garde suisse.

    Le point de vue de François, tel qu'il a été exprimé à l'époque, n'était pas un commentaire sur la discipline interdisant aux hommes ayant des tendances homosexuelles d'entrer dans les séminaires ou sur la place des homosexuels dans l'Église, mais plutôt sur son refus de juger un prêtre qu'il considérait comme innocent d'une accusation, et dont il pensait qu'il essayait de conformer sa vie à l'Évangile et aux règles de l'état clérical.

    Dans le même temps, François a également évoqué le problème du "lobby gay" au sein de la curie, qu'il avait déjà identifié comme un problème. Après les accusations d'homophobie, François a précisé qu'il était "contre tous les lobbies, pas seulement contre les lobbies gays".

    "L'homosexualité est une tendance. Le problème, c'est le lobby", a déclaré François. "Le lobby est inacceptable, qu'il s'agisse du lobby gay, du lobby politique ou du lobby maçonnique. 

    Il a tenu à peu près le même discours lors des deux réunions récentes au cours desquelles il a utilisé le terme offensant de "frociaggine". Mais la plupart des observateurs s'accordent à dire que le choix de langage du pape était inutilement incendiaire, offensant et malavisé - et qu'il a considérablement détourné l'attention du point que nous souhaitions faire valoir. 

    Mais la différence de réaction du public à ses diverses références aux "lobbies gays" et à la "pédophilie" soulève une question intéressante et embarrassante : Existe-t-il une formulation ou une terminologie qui aurait permis à la fois de faire passer le message de François et de ne pas être perçue comme offensante ? 

    La contextualisation par François de sa préoccupation en 2013 - celle d'une sous-culture illicite de toute nature et distincte des personnes qui éprouvent une attirance pour le même sexe en soi - a conduit à ce que la question disparaisse largement du débat public, en faveur d'une large universalisation du "qui suis-je pour juger". 

    Mais lors de ses rencontres avec les évêques et les prêtres italiens ces dernières semaines, François ne soulignait pas un problème général de sous-cultures au sein de la prêtrise, mais un problème spécifique. Même si le choix d'un autre mot pour la décrire aurait atténué les critiques du public et aurait moins prêté le flanc aux accusations de sectarisme, il est peu probable que l'expression "homosexualité" aurait échappé à la critique.

    Le fait que certaines parties de l'Église, y compris le Vatican, aient - comme le pape l'a dit en discutant avec le monseigneur - une sous-culture sexuellement active problématique est dans une certaine mesure connu et prouvé comme étant potentiellement nuisible à l'Église, même s'il est difficile de le quantifier. 

    En 2021, The Pillar a rencontré pendant près de deux heures le secrétaire d'État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, pour lui présenter des rapports sur l'utilisation d'applications de prostitution géolocalisées dans des sections restreintes du Vatican.

    Plusieurs dizaines d'appareils ont été utilisés pour accéder à des applications conçues pour faciliter les rencontres sexuelles dans des zones de l'État de la ville interdites aux touristes et aux pèlerins.  

    Les sous-cultures d'ecclésiastiques sexuellement actifs posent de nombreux problèmes à l'Église, comme le pape François l'a lui-même indiqué à plusieurs reprises, que l'activité sexuelle concerne des femmes ou des hommes. 

    Au niveau individuel, ces sous-cultures peuvent fournir des communautés de comportements pécheurs qui se renforcent mutuellement, mettant en danger les efforts d'un clerc pour conformer sa vie à l'Évangile, ce qui, selon François, devrait être l'objectif de tout catholique.

    Au niveau institutionnel, elles peuvent également former des cliques pour le "lobbying" et l'avancement mutuel, et faciliter une tolérance générale des actions illicites - qu'elles soient sexuelles, financières, administratives - et des ecclésiastiques vivant ce que François a appelé des "doubles vies". 

    Et, dans des lieux comme le Saint-Siège, elles peuvent même créer des risques institutionnels, laissant les individus exposés au chantage ou à la vulnérabilité en cas de violation des données.

    C'est, comme The Pillar en a longuement discuté avec le cardinal Parolin en 2021, une question difficile et sensible à aborder, et si les risques et les problèmes sont apparents, il n'en va pas de même pour les solutions efficaces.

    Comme The Pillar l'a découvert après sa rencontre avec Parolin, au cours de laquelle le cardinal a d'abord proposé de fournir une longue déclaration écrite décrivant ses préoccupations et la réponse proposée, mais a ensuite refusé de le faire, il ne s'agit pas non plus d'une conversation que la plupart des hauts responsables de l'Église sont disposés à avoir en public.

    En ce sens, le désir apparent du pape François de mettre en lumière un problème qu'il estime évident et omniprésent pourrait être considéré comme un signe de leadership fort. À l'inverse, son choix constant d'un langage incendiaire pourrait lui rendre la tâche plus difficile.

  • Vatican : Le Pape François s'exprime à nouveau sur l'admission des homosexuels dans les séminaires

    IMPRIMER

    De Walter Sánchez Silva sur CNA/ACI Prensa (NCR) :

    Vatican : Le Pape François s'exprime à nouveau sur l'admission des homosexuels dans les séminaires
    Parmi les sujets abordés, le Saint-Père a évoqué l'identité du prêtre et la beauté d'être prêtre.

    11 juin 2024

    Lors d'une rencontre mardi avec quelque 160 prêtres à l'Université pontificale salésienne, le pape François a de nouveau abordé la question de l'admission des homosexuels dans les séminaires. 

    Le Bureau de presse du Vatican a rapporté qu'au cours de la réunion à huis clos, le pape est revenu sur le sujet de l'admission des hommes "ayant des tendances homosexuelles dans les séminaires, réitérant la nécessité de les accueillir et de les accompagner dans l'Église et l'indication prudentielle du Dicastère pour le clergé concernant leur entrée au séminaire."

    La déclaration ne précise pas à quelle indication du Dicastère pour le Clergé le Saint-Père faisait référence.

    Selon l'instruction publiée en 2005 par la Congrégation pour l'éducation catholique de l'époque - l'actuel Dicastère pour la culture et l'éducation - l'Église "ne peut admettre au séminaire et dans les ordres sacrés ceux qui pratiquent l'homosexualité, présentent des tendances homosexuelles profondément enracinées ou soutiennent ce que l'on appelle la 'culture gay'".

    Le sujet a fait surface à plusieurs reprises au cours des dernières semaines. 

    Début juin, le journal italien Il Messagero a publié une lettre du Saint-Père adressée à un jeune homme exclu du séminaire en raison de son homosexualité, qu'il encourageait à "aller de l'avant" dans sa vocation.

    Le 20 mai, lors d'une autre réunion à huis clos avec les évêques italiens, le pape François aurait tenu des propos dérisoires sur la présence de l'homosexualité dans les séminaires. 

    En réponse aux articles de presse sur les propos présumés du pape, le Vatican a publié le 28 mai une déclaration indiquant que le pape François "n'a jamais eu l'intention d'offenser ou de s'exprimer en termes homophobes, et il présente ses excuses à ceux qui ont été offensés par l'utilisation d'un terme qui a été rapporté par d'autres".

    Selon le Bureau de presse du Saint-Siège, lors de la réunion du 11 juin, après les salutations de Mgr Michele di Tolve et un moment de prière, le pape François a entamé un dialogue avec les prêtres présents.

    Parmi les sujets abordés, le Saint-Père a évoqué l'identité du prêtre et la beauté d'être prêtre. Le Pape a cité le modèle du Père Lorenzo Milani comme "un grand, une lumière pour le prêtre italien".

    Le vaste débat a également porté sur l'importance d'accompagner ceux qui souffrent, en particulier les personnes âgées.

    Parmi les autres sujets abordés, citons la situation actuelle en Europe, en Terre Sainte, en Ukraine, au Myanmar et en République démocratique du Congo, entre autres.

    Il s'agissait de la troisième rencontre du pape François avec les prêtres de Rome en moins d'un mois. Le 14 mai, il a rencontré les prêtres les plus âgés et à la fin du mois, il a rendu visite aux plus jeunes.

    Ce que l'article ci-dessus ne mentionne pas, ce sont les propos où le pape évoque à nouveau en termes considérés comme insultants la présence des homosexuels au Vatican comme on peut le constater dans l'article de Jamie Tabberer repris ci-dessous :

    Le pape François utilise pour la deuxième fois une insulte contre les homosexuels - mais que signifie "frociaggine" ?

    Le pape a utilisé l'insulte anti-gay "frociaggine" en public pour la deuxième fois en quelques semaines, selon deux importantes agences de presse italiennes.

    Le pontife aurait de nouveau utilisé le terme mardi (11 juin 2024) lors d'une réunion avec des prêtres de l'Université pontificale salésienne à Rome.

    Le chef de l'Église catholique a déjà fait les gros titres lorsqu'il a utilisé ce mot lors d'une réunion avec des évêques au Vatican le mois dernier.

    Il s'est par la suite excusé, déclarant qu'il n'avait pas réalisé qu'il s'agissait d'un mot offensant.

    La nouvelle de l'utilisation de ce terme par le pape de 87 ans cette semaine est venue de sources anonymes citées par ANSA et Adnkronos.

    Un évêque est venu me voir et m'a dit : "Il y a trop de frociaggine ici au Vatican"", a déclaré le pape François selon le journal Corriere aujourd'hui (12 juin 2024).

    Vatican News a confirmé que le pape avait parlé des homosexuels lors de la réunion, mais n'a pas abordé l'utilisation qu'il avait faite de ce terme. Le pape "a parlé du danger des idéologies dans l'Église", selon le site d'information en ligne du Saint-Siège, réitérant que bien que l'Église accueille les personnes "ayant des tendances homosexuelles", elle doit faire preuve de "prudence".

    "Frociaggine", qui se traduit approximativement par "faggotry" en anglais, est un terme italien péjoratif désignant les homosexuels. Dérivé du mot "frocio" - argot désignant les homosexuels - il combine le suffixe "-aggine", qui dénote une qualité négative.

    Le pape a utilisé ce terme pour la première fois en public le lundi 20 mai 2024, lors de l'assemblée de la Conférence épiscopale italienne.

    Matteo Bruni, directeur du Saint-Siège, l'organe directeur de l'Église catholique, a déclaré par la suite dans un communiqué : "Le pape François est au courant des articles qui ont été publiés récemment concernant une conversation qu'il a eue avec des évêques... à huis clos."

    M. Bruni poursuit : "Comme il [le pape] l'a déclaré plus d'une fois, 'Dans l'Église, il y a de la place pour tout le monde - tout le monde ! Personne n'est inutile ou superflu, il y a de la place pour tout le monde, tel que nous sommes".

    La déclaration ajoute : "Le pape n'a jamais eu l'intention d'offenser ou d'utiliser un langage homophobe, et il présente ses excuses à tous ceux qui se sont sentis offensés [ou] blessés par l'utilisation d'un mot".

  • La Cour Européenne des Droits de l'Homme valide l’interdiction des signes religieux visibles faite aux élèves belges

    IMPRIMER

    Du site de l'ECLJ :

    La CEDH valide l’interdiction des signes religieux visibles faite aux élèves belges

    11 juin 2024

    Saisie par trois jeunes Belges musulmanes qui souhaitaient conserver leur voile islamique dans leur établissement scolaire malgré l’interdiction du port de signes religieux visibles, la Cour européenne des droits de l'homme a jugé le 9 avril 2024 que cette interdiction était légitime et proportionnée aux fins d’assurer la protection des droits et libertés d’autrui et de l’ordre public. Malgré les recommandations contraires des Comités onusiens, la jurisprudence de la Cour demeure constante. 

    Dans son arrêt Mikyas et autres contre la Belgique du 9 avril 2024 (n° 50681/20), la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a estimé que l’interdiction pour les élèves de porter des signes religieux visibles, au nom de la neutralité de l’enseignement, « ne heurte pas en soi » l’article 9 de la Convention européenne des droits de l’homme (liberté de religion), et ce même s’il peut exister d’autres conceptions de cette neutralité. L’affaire concerne trois jeunes femmes musulmanes qui indiquent porter le voile islamique en accord avec leurs convictions religieuses.  

    En 2009, le Conseil de l’enseignement officiel organisé par la Communauté flamande décida d’étendre à l’ensemble de son réseau l’interdiction du port de signes convictionnels visibles, voulant ainsi lutter contre « une ségrégation, non seulement entre les écoles, mais aussi entre les élèves du même établissement ». En effet, le Conseil déplorait des pressions sur des jeunes filles pour leur faire porter certains symboles convictionnels. Il regrettait également le fait que le choix de l’école soit exclusivement déterminé par l’autorisation ou non de symboles convictionnels. En 2017, les parents des requérantes, scolarisées dans des établissements du réseau du Conseil, demandèrent à la justice belge que cette interdiction soit déclarée illégale car ils l’estimaient contraire à la liberté de religion. 

    Accusations d’islamophobie et misogynie : la mauvaise foi des requérantes encouragée par l’ONU mais condamnée par la CEDH 

    Devant la CEDH, les requérantes contestent le but légitime d’une telle interdiction. Selon elles, la mesure vise en réalité à « dissuader les jeunes filles musulmanes de s’inscrire dans les établissements scolaires concernés ». Dans leurs observations, le Centre des droits de l’homme de l’Université de Gand et l’Equality Law Clinic de l’Université libre de Bruxelles affirment que l’interdiction litigieuse témoigne « d’une hostilité croissante à l’égard des musulmans » et « invitent la Cour à adopter, pour appréhender la question de la vulnérabilité des jeunes filles musulmanes, une approche intersectionnelle, c’est-à-dire une approche qui prenne en compte non seulement leur religion, mais aussi leur genre, leur âge et leur race ».  

    Cette « approche intersectionnelle » trouve sa justification dans les observations des différents Comités de l’ONU. En 2014, le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale avertissait que l’interdiction du « port de symboles religieux dans toutes les écoles » de la communauté flamande était « susceptible d’ouvrir la voie à des actes de discrimination contre les membres de certaines minorités ethniques ». Des positions similaires furent tenues par le Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes, le Comité des droits de l’enfant, le Comité des droits de l’homme et le Comité des droits économiques, sociaux et culturels, ce dernier évoquant même en 2020 « le risque de décrochage scolaire causé » par cette interdiction. 

    La Cour écarte en bloc les positions des Comités de l’ONU. D’une part, la question porte sur la « compatibilité de l’interdiction litigieuse avec la Convention européenne des droits de l’homme dont elle assure le respect », et non pas sur la compatibilité avec le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), qui appartient au système onusien. D’autre part, et bien que les articles 18 du PIDCP et 9 de la Convention soient en substance très similaires, la Cour préfère naturellement se référer à sa propre « jurisprudence déjà fournie sur la question présentement en jeu ». À cet égard, elle note qu’il « n’a pas été établi que l’interdiction litigieuse ait été inspirée par une quelconque forme d’hostilité à l’égard des personnes de confession musulmane ». En effet, « l’interdiction litigieuse ne vise pas uniquement le voile islamique, mais s’applique sans distinction à tout signe convictionnel visible ». Enfin, la Cour met en avant que les requérantes avaient librement choisi leurs établissements scolaires, sans qu'elles puissent ignorer l’impératif du respect du principe de neutralité, et avaient accepté de se conformer aux règles applicables. 

    Lire la suite

  • Le 100e anniversaire du Grand Séminaire Saint-Paul de Kipalapala (Tanzanie), où 290 séminaristes poursuivent actuellement leurs études théologiques

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    AFRIQUE/TANZANIE - "Source de vie nouvelle et de croissance des vocations" : le cardinal Rugambwa à l'occasion du centenaire du Grand Séminaire Saint-Paul de Kipalapala

    11 juin 2024
     

    Tabora (Agence Fides) – "Nous sommes reconnaissants à Dieu pour la croissance continue des vocations au Grand Séminaire Saint-Paul de Kipalapala, où environ 290 séminaristes poursuivent actuellement leurs études théologiques. Avec leurs formateurs, les enseignants et le personnel non enseignant, c'est un honneur pour nous de vivre cette année, alors que nous nous préparons à célébrer son centenaire". Ce sont les mots que le Cardinal Protase Rugambwa, Archevêque de Tabora, a adressés à l'Agence Fides à l'occasion de la remise des diplômes à 40 séminaristes qui ont achevé leurs études théologiques et leur formation aux ordres sacrés.

    "Le séminaire de Kipalapala, poursuit le Cardinal, est l'un des trois séminaires de théologie gérés par la Conférence épiscopale de Tanzanie. Situé dans l'archidiocèse de Tabora, il a été fondé par les Missionnaires d'Afrique lorsque Tabora était encore un vicariat apostolique d'Unyanyembe dans la ville d'Ushirombo où le vicariat était basé. C'était en fait en 1918. Plus tard, le séminaire a déménagé à un endroit connu sous le nom d'Utinta, dans l'actuel diocèse de Mpanda, et depuis 1925, il se trouve à Kipalapala".

    "Comme je l'ai précisé, ajoute Mgr Rugambwa, le séminaire dessert tous les territoires ecclésiastiques de Tanzanie, et il accueille parfois des séminaristes de pays voisins, ainsi que des membres d'instituts religieux et de sociétés de vie apostolique.

    L'archidiocèse de Tabora a joué un rôle déterminant dans l'existence et la croissance de ce séminaire. L'archevêque de Tabora en est en quelque sorte le gardien au nom de la Conférence épiscopale tanzanienne, en plus d'être membre du conseil d'administration. "En fait, je suis personnellement impliqué avec mes collaborateurs et les fidèles dans diverses activités et événements en vue des préparatifs du centenaire qui auront lieu au second semestre de l'année prochaine et qui sont déjà en cours", dit-il.

    Nous prions le bon Dieu de bénir nos efforts", conclut le cardinal Rugambwa, "afin que les célébrations du centenaire deviennent une source de vie nouvelle et de croissance vocationnelle visant à obtenir des ministres de l'Église de qualité et futurs pour la vie et la mission de l'Église en Tanzanie et ailleurs".

    (AP) (Agence Fides 11/6/2024)

  • A Houston, une approche véritablement catholique des « études de genre »

    IMPRIMER

    De David Paul Deavel sur le CWR :

    Une approche véritablement catholique des « études de genre »

    Pourquoi le nouveau programme de maîtrise en études catholiques sur les femmes et le genre à l'Université de St. Thomas à Houston est une première en son genre et un programme entièrement catholique.

    10 juin 2024

    Bien que juin soit le mois consacré par de nombreux catholiques au Sacré-Cœur de Jésus, les post-chrétiens et les chrétiens « libéraux » ont décidé de promouvoir le « Mois de la Fierté », une période de célébration et de promotion d'une vision très étrange de l'être humain qui porte désormais les initiales LGBTQ. Ou, dans de nombreux cas, une série de lettres beaucoup plus longue suivie d'un signe plus - LGBTQIAA+ en est un exemple courant. Ces lettres désignent soit des passions sexuelles qui déterminent en quelque sorte le centre de l'identité d'une personne, soit des « identités de genre », c'est-à-dire des prétentions à être autre chose que son propre sexe biologique sur la base d'une sorte de sentiment interne mystérieux.

    Tout cela est à la fois troublant et très déroutant, d'autant plus qu'il y a des ecclésiastiques et des universitaires catholiques qui promeuvent cette vision du monde dans laquelle notre statut d'image de Dieu, créée mâle et femelle, est considéré comme dépassé. D'autant plus que tant d'autorités juridiques, médicales et même spirituelles promeuvent aujourd'hui des comportements sexuels qui dénaturent notre nature et même des opérations chirurgicales qui mutilent des corps sains pour que les hommes, les femmes et même les enfants ressemblent au sexe opposé. Les gens parlent de la période médiévale comme de « l'âge des ténèbres », mais malgré les merveilles technologiques dans lesquelles nous vivons, notre époque est vraiment sombre.

    Nous savons aussi que même ceux qui n'ont pas adopté l'ensemble de ces idéologies destructrices ont souvent absorbé une bonne partie de ce dont ils sont issus. Même lorsqu'ils n'ont pas oublié ce qu'est une femme, les partisans de nombreuses versions laïques du « féminisme » ont promu l'idée que l'avortement et la contraception sont nécessaires à la santé et à l'épanouissement des femmes. Ils ont également dit aux femmes que si elles ne donnaient pas la priorité à leur carrière plutôt qu'à leur famille, elles étaient des traîtresses. Et ils ont souvent fait comprendre que les politiques publiques qui ne permettent pas et même ne promeuvent pas ces positions sont « anti-femmes ».

    Que pouvons-nous faire ? S'il est tentant de se lamenter sur cette folie et d'essayer de s'y soustraire, ce n'est vraiment pas une option pour la plupart d'entre nous. Nous avons besoin de réponses pour nos enfants, à qui ces messages sont transmis dans de nombreuses écoles publiques (et, malheureusement, même dans certaines écoles catholiques). Nous devons trouver des moyens de répondre aux pressions qui nous poussent à capituler devant les demandes qui nous sont faites à notre travail et dans les lieux publics d'affirmer de mauvaises idées ou de faire des choses pour les promouvoir. Et nous devons trouver comment promouvoir des politiques qui conduiront réellement à l'épanouissement des hommes et des femmes.

    Lire la suite

  • Homélie pour la Fête-Dieu à l’Église du Saint-Sacrement à Liège : par Jean-Pierre Delville, évêque de Liège 1er juin 2024

    IMPRIMER

    Chers Frères et Sœurs,

    La Fête-Dieu, c’est l’actualisation de la Pâque aujourd’hui, c’est la fête de Pâques pour moi, pour nous, dans la communion au corps du Christ. En effet, Pâque, c’est le Christ qui donne sa vie pour nous et qui ressuscite pour la vie éternelle. C’est la Fête-Dieu, c’est notre communion à ce don de soi et à cette vie nouvelle dans le Christ. Comme le dit Jésus : « Celui qui me mange vivra par moi ; celui qui mange ce pain vivra éternellement » (Jn. 6, 56-58).  

    Ce mystère de vie est aussi un mystère d’amour, l’amour de Dieu pour nous, qui se manifeste dans le don que Jésus nous fait de son Corps et de son Sang, c’est-à-dire le don de toute sa vie. Nous découvrons que nous sommes des gens qui sont aimés, et non pas des gens lancés dans la vie par le hasard des choses. Chacun de nous est aimé par le Christ et nous sommes invités à répondre à cet amour en communiant avec lui et en recevant son Corps. Jésus nous a aimés le premier. Il est mort pour nous, c’est-à-dire qu’il est allé jusqu’au bout de sa vie d’amour, il n’a pas reculé au dernier moment. Mais il a voulu donner un signe du fait qu’il offrait sa vie pour nous. Il a voulu donner un signe qui dure : c’est le saint Sacrement de son Corps et de son Sang. Avant tout, nous le recevons comme un cadeau qui nourrit nos vies ; mais ensuite, nous nous engageons à répondre à ce cadeau par une vie qui répand l’amour autour d’elle.  C’est pourquoi nous conservons le Saint-Sacrement pour contempler en adoration cet amour reçu et pour diffuser cet amour autour de nous. L’Église conserve au tabernacle le sacrement du Corps du Christ pour qu’il soit une nourriture spirituelle perpétuelle.

    Cette année, nous faisons ici mémoire du carme Jean Soreth, pour lequel l’abbé Dor a préparé une exposition au fond de l’église. Le bienheureux Jean Soreth a habité Liège très régulièrement ; en 1451 il est élu supérieur général des carmes jusqu’à sa mort en 1471. Pour nous Liégeois, il est célèbre parce qu’il a tenté de convaincre le duc de Bourgogne Charles le Téméraire de ne pas mettre Liège à feu et à sang en 1468. Malheureusement il n’a pas réussi à apaiser le duc. Dans le sac de la ville, Jean Soreth a assisté à un sacrilège : les hosties consacrées conservées dans le tabernacle d’une église ont été renversée sur le sol. Alors il s’est précipité au péril de sa vie pour les sauver et a réussi à les placer dans le tabernacle de son église. Il croyait de tout son cœur à la présence réelle du Corps du Christ sous les espèces du pain consacré. Cela se passait pas loin d’ici, place des Carmes, au croisement avec la rue Saint-Paul.

    Là il a prêché le carême en 1451 et ses sermons ont été transcrits par un père Croisier ; le manuscrit est encore conservé aujourd’hui à la Bibliothèque du Séminaire. Il insiste dans son premier point sur notre réconciliation avec Dieu  par la communion et il nous invite à nous donner à Dieu. En effet, Jean Soreth insiste sur la recherche personnelle de la purification du cœur, dans une communion continuelle à Dieu[1]. Comme le dit Jean Soreth d’une manière audacieuse, il ne suffit pas de communier au pain reçu du Christ, il nous faut aussi à notre tour offrir au Christ un bon pain, fait de farine bien moulue. En effet, comme Jésus le dit dans l’Apocalypse : «  Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi » (Ap. 3, 20). Si le Seigneur vient prendre son repas chez nous, nous devons lui servir du bon pain.

    Lire la suite

  • La vocation d'une université catholique selon le cardinal Sarah

    IMPRIMER

    Du site de La Nef :

    Cardinal Sarah : quelle est la vocation d’une université catholique ?

    Discours prononcé en avril 2024 aux étudiants prêtres, religieux, religieuses et laïcs de l’École Théologique Saint-Cyprien du diocèse d’Obala (Cameroun), sur le thème suivant : « La vocation d’une université catholique à la lumière de l’enseignement de Benoît XVI »

    Chers étudiants de l’École Théologique Saint Cyprien du diocèse d’Obala,

    Je voudrais aujourd’hui réfléchir avec vous sur la vocation d’une université et en particulier d’une université catholique à la lumière de l’enseignement de Benoît X  VI.

    Benoît XVI l’a plusieurs fois souligné : « La vocation originelle de l’université est la recherche de la vérité, de toute la vérité de notre être. Et avec son obéissance à la vérité et aux exigences de sa connaissance, l’université devient une école d’humanitédans laquelle se cultive un savoir vital, se forgent de hautes personnalités et se transmettent des connaissances et des compétences de valeur »[1].

    La recherche de la vérité est donc votre programme, comme le proclame votre devise : « Au service de la Vérité et de la Justice ».

    Benoît XVI ajoutait : « Sans être orientée vers la vérité, sans une attitude d’humble et courageuse recherche de la vérité, toute culture se désagrège, tombe dans le relativisme et se perd dans l’éphémère ».

    Le sens de la Vérité est la pierre qui doit fonder toute culture solide. Sans recherche de la vérité, on ne peut s’appuyer sur rien. Tout devient liquide.

    Sans l’objectivité de la vérité, nous sommes livrés aux appétits et aux passions subjectives. Sans vérité, il n’y a plus d’ordre juste objectif et intangible, personne ne peut être protégé contre l’égoïsme capricieux et la violence.

    La vérité est le seul rempart solide qui s’oppose à la tentation de la toute-puissance et de l’arbitraire. La vérité fonde l’ordre et la justice. Son absence nous livre au chaos. Sans vérité, les opinions s’entrechoquent et nul ne peut les départager.

    Sans vérité, il n’y a plus d’unité possible entre les hommes. Ils sont condamnés à s’entre-déchirer sans cesse. Car la vérité est le seul bien qu’ils possèdent en commun et à partir duquel ils peuvent s’entendre.

    Benoît XVI le savait bien, lui qui avait vu dans sa jeunesse son pays sombrer dans l’idéologie nazie. Il avait vu de ses yeux un pays, héritier d’une civilisation raffinée, sombrer dans la barbarie. Pourquoi ? Parce qu’à l’amour de la vérité on avait substitué le doute. Et après le doute est venu le règne de la violence et de la volonté de puissance.

    Il y a là un enjeu capital pour l’Afrique de demain. Je voudrais vous inviter non seulement à chercher la vérité mais à l’aimer passionnément !

    Le monde universitaire africain doit prendre garde à ne pas se laisser contaminer par les maladies de l’esprit que l’Occident voudrait lui imposer. L’Occident a peur de la recherche de la vérité. Pour nombre d’Occidentaux la vérité est devenue un terme imprononçable. Si vous parlez de vérité, on vous accuse de dogmatisme, d’oppression. Mais en fait derrière ces discours trompeurs se cache la violence de la dictature du relativisme qui elle-même est souvent le masque des intérêts financiers et matériels inavoués.

    Le 13 décembre 2012, Benoît XVI rappelait à un groupe d’ambassadeurs africains : « De nos jours, dire le vrai est devenu suspect, vouloir vivre dans la vérité semble suranné, et la promouvoir semble être un effort vain. Et pourtant, l’avenir de l’humanité se trouve également dans la relation des enfants et des jeunes avec la vérité : la vérité sur l’homme, la vérité sur la création, la vérité sur les institutions, etc. C’est pourquoi, il est nécessaire d’éduquer dans la vérité et à la vérité ».

    N’ayons donc pas peur d’aimer et de chercher la vérité ! L’Occident est devenu sceptique à l’image de Ponce Pilate. Il répète sans cesse sur un ton désabusé : « Mais qu’est-ce que la vérité ? » (Jn 18, 38). Et comme Pilate, il met sa confiance dans la force politique pragmatique et souvent injuste parce qu’il ne peut plus s’appuyer sur la force de la vérité.

    Pourtant, « que se passe-t-il si la vérité ne compte pour rien ? Quelle justice sera alors possible ? Est-ce qu’il ne doit pas y avoir des critères communs qui garantissent véritablement la justice pour tous -critères soustraits à l’arbitraire des opinions changeantes et aux concentrations du pouvoir ? N’est-il pas vrai que les grandes dictatures se sont maintenues par la force du mensonge idéologique et que c’est la vérité seule qui a apporté la libération ? »[2]

    Lire la suite

  • Liège : Église du Saint-Sacrement : messe chantée par les élèves de l’Académie de chant grégorien le samedi 8 juin 2024 à 17h00 (Bd d’Avroy, 132)

    IMPRIMER

    cours chant gregorien2.jpg

    Pour toute information :  

    Tous renseignements : tel 04.344.10.89 • email : sursumcorda@skynet.be

  • Les gays au séminaire : quand le pape se contredit radicalement

    IMPRIMER

    De Riccardo Cascioli sur la NBQ :

    Les gays au séminaire : quand le pape se reprend radicalement

    Après la sortie sur la « pédérastie » des prêtres, virage sensationnel du pape François : il encourage un aspirant séminariste gay à poursuivre. Une contradiction inconcevable, qui se transforme en victoire pour le lobby LGBT.

    04_06_2024

    On ne peut même plus parler de surprise. Après le tollé provoqué par la publication de l'« air de pédophilie » au séminaire et parmi les prêtres, le lobby gay ne pouvait pas rester les bras croisés. C'est ainsi qu'est apparu un reportage de la BBC sur un jeune homosexuel sicilien qui affirme avoir été soumis à des thérapies réparatrices s'apparentant à de la torture alors qu'il était au séminaire.

    Et puis, surtout, la lettre au pape François de l'« aspirant séminariste gay » qui se plaint d'être rejeté pour son homosexualité alors qu'il se sent une forte vocation. Un courriel écrit le 28 mai par Lorenzo Michele Noè Caruso, 22 ans, c'est le nom du garçon, « trois pages dans lesquelles il ouvre son cœur au Saint-Père », explique Il Messaggero, qui a rapporté l'histoire en premier. Et avec une rapidité surprenante, Lorenzo a reçu une réponse dès le 1er juin : « Une carte manuscrite, scannée et jointe à l'e-mail ». Le contenu de la réponse est tout d'abord la dénonciation du cléricalisme, évoquée dans la lettre du garçon, et va ensuite à l'essentiel : « Jésus appelle tout le monde, tout le monde. Certains pensent que l'Église est une douane, et c'est mauvais. L'Église doit être ouverte à tous. Frère, poursuis ta vocation ».

    Évidemment, la lettre a été immédiatement publiée pour faire comprendre « qui est le vrai pape, ce n'est pas celui qu'on vous a fait croire ».

    Et oui, la question se pose : qui est le vrai pape ? Car il est clair qu'il n'y a pas moyen de concilier la question de la « pédérastie » avec cette lettre. Il est vrai que « poursuis ta vocation » peut signifier n'importe quoi, mais dans ce contexte, cela ne peut être lu que comme un feu vert pour entrer au séminaire (à moins que le bureau de presse du Vatican n'intervienne à nouveau pour rectifier).

    Mais le fait est que même le discours aux évêques italiens du 20 mai était très clair : au-delà de la terminologie utilisée, l'invitation du pape à empêcher les candidats ayant des tendances homosexuelles d'entrer au séminaire n'était pas équivoque, même si quelqu'un essayait. Nous avons déjà souligné que le discours aux évêques italiens semblait en contradiction flagrante avec ce qui a été fait ces dernières années pour promouvoir l'agenda LGBT dans l'Église. La confusion, l'ambiguïté et la duplicité sont certainement des caractéristiques de ce pontificat.

    Mais ici, nous sommes manifestement au-delà : un même cas recevant deux réponses diamétralement opposées est inconcevable. Et passons sur la gravité de nier par ouï-dire le jugement d'un recteur de séminaire qui a dû évaluer les qualités du candidat et l'a jugé inapte, et pas seulement pour son homosexualité.

    Mais pour revenir au sujet principal, on ne peut éluder la question : comment peut-on affirmer une chose et son contraire en l'espace d'une semaine, et sur un sujet aussi délicat ?

    Peut-être fantasmera-t-on sur l'existence de deux papes ou sur la falsification de la lettre à l'aspirant séminariste, voire sur l'interprétation du discours aux évêques italiens. Mais en gardant les pieds sur terre, nous ne pouvons envisager que deux possibilités.

    La première est que l'on devrait commencer, avec tout le respect possible, à se poser des questions sur la stabilité psychique du pontife. Ce n'est certes pas la première fois que ses attitudes et ses discours suscitent des doutes, mais jusqu'à présent, le pape François a pu bénéficier des faveurs de la presse progressiste, qui a toujours évité de pointer les contradictions ou de marcher trop légèrement sur les plates-bandes. Rien ne devait entamer l'image d'un pape « révolutionnaire » mettant l'Église sens dessus dessous, le récit d'un (bon) pape luttant contre les méchants (l'Église tout entière). Mais avec l'âge, il est normal que certaines fragilités deviennent plus prononcées et plus difficiles à cacher. Le problème dans ce cas serait surtout son entourage, qui dissimule une situation qui devrait être traitée d'une autre manière, peut-être pour en tirer profit.

    La deuxième hypothèse est que, indépendamment de ce qu'il pense réellement sur les questions individuelles, il doit « obéir » à un mandat qu'il a reçu. Nous ne pouvons pas en déduire qui et pourquoi, mais il semble évident que certains groupes de pression exercent une forte pression. La promotion systématique d'associations ou de prélats ouvertement pro-gay, pour rester dans le sujet, est un fait que tout le monde peut constater.

    Dernier exemple en date : la semaine dernière, le pape François a nommé deux cardinaux (José Tolentino de Mendonça et Marcello Semeraro) et l'archevêque Bruno Forte, notoirement proches des groupes LGBT, comme membres du Dicastère pour la doctrine de la foi - qui a compétence sur ces questions. Tolentino de Mendonça, entre autres, est un fervent défenseur de l'ancienne religieuse Maria Teresa Forcades i Vila, célèbre pour sa « théologie queer » ; Semeraro, actuellement préfet du Dicastère pour les causes des saints, en tant qu'évêque d'Albano, avait fait de son diocèse le point de référence pour les groupes LGBT « catholiques » ; et Forte, déjà à l'époque du premier Synode sur la famille (2014), avait poussé à la reconnaissance des unions de même sexe.

    Ainsi, même la sortie maladroite sur la « pédérastie », qui semblait vouloir mettre une limite à certaines tendances dans le clergé, se transforme en son contraire, à savoir le renforcement de la présence pro-gay au sommet de l'Église et maintenant aussi dans les séminaires.

    Quoi qu'il en soit - et n'excluons pas a priori d'autres hypothèses sur ce « François contre François » - l'affaire est très sérieuse.

  • "Cibavit eos"; Introit de la Fête Dieu

    IMPRIMER

    Cibavit eos ex adipe frumenti, alleluia, et de petra melle saturavit eos, alleluia. Ps. Exultate Deo ajutori nostro/ Jubilate Deo Jacob...

    Commentaire d’un moine de l’Abbaye Notre-Dame de Triors, publié sur le site du bimensuel « L’Homme Nouveau » :

    « Il les a nourris de la fleur du froment, alléluia ; il les a rassasiés du miel qui coule du rocher, alléluia.
    Criez de joie devant Dieu, notre secours, acclamez le Dieu de Jacob.

    (Psaume 80, 17, 2)

    L'Eucharistie, nourriture de terre promise

    hqdefault (1).jpgCe chant d'entrée de la fête du Saint-Sacrement est aussi celui du lundi de la Pentecôte dans le répertoire de la forme extraordinaire. La Pentecôte est aujourd'hui davantage liée au sacrement de confirmation, mais dans l'antiquité, elle était, comme la fête de Pâques, un moment liturgique privilégié pour la réception des sacrements de l'initiation (baptême, eucharistie, confirmation). Le chant d'entrée du lundi de la Pentecôte, avec la mention du froment et du miel, faisait écho à celui du lundi de Pâques qui s'adressait aux néophytes en leur disant : « Le Seigneur vous a introduits dans une terre où coulent le lait et le miel... » L'Eucharistie se trouve au cœur de cette liturgie baptismale et ces belles images paradisiaques de nos deux introïts s'unissent pour célébrer le sacrement de la nourriture vitale des chrétiens qui est le Christ lui-même. Aux premiers communiants, on faisait boire jadis un mélange de lait et de miel qui symbolisait la douceur du Seigneur caché dans l'hostie se donnant avec prédilection aux âmes innocentes, aux âmes des enfants. On retrouve ici l'image du miel que les abeilles, en Palestine, confectionnaient parfois dans le creux des rochers. Le rocher ou la pierre, est une autre image du Christ, fondement de notre foi. L'Eucharistie est précisément le sacrement de la foi, Mysterium fidei , « Il est grand le mystère de la foi », s'écrie le prêtre après la consécration. Quant à la fleur de froment, c'est le grain purifié de son enveloppe, le grain dans sa pureté, dans sa nudité, ce qui évoque le sacrifice et donc le mystère de la croix dont l'Eucharistie est aussi le sacrement. Saint Ignace d'Antioche souhaitait devenir le froment du Christ, c'est-à-dire être moulu par la dent des bêtes et devenir un pain très pur, à l'exemple de son Maître. Le texte de notre chant d'entrée est donc très évocateur, on le voit. Il nous parle d'une nourriture à la fois fondamentale et mystérieuse qui convient très bien pour suggérer l'Eucharistie.

    Lire la suite

  • Liturgie 48 ‒ Questions autour de la messe dite "traditionnelle", par le Dr Denis Crouan (72 mn)

    IMPRIMER

    Liturgie 48 ‒ Questions autour de la messe dite "traditionnelle", par le Dr Denis Crouan (72 mn)

    https://youtu.be/jNBVDztjcsw

    Le 29 juin 2022, dans sa lettre apostolique « Desiderio desideravi », le pape François écrit : « Comme je l’ai déjà écrit, j’entends que l’unité liturgique soit rétablie dans toute l’Église de rite romain autour du Missel de saint Paul VI ». Dans les milieux traditionalistes, ce fut une blessure de plus. Dans cette vidéo, le Docteur Denis Crouan, professeur de liturgie de l’Institut Docteur Angélique, démontre que la liturgie de Paul VI peut vraiment être célébrée de manière digne, selon les désirs de Benoît XVI et de François, et que le Canon 1 (romain) est ce qu’il y a de plus « traditionnel ». Il démontre que le modèle le plus adapté pour les amoureux de la liturgie traditionnelle est donné par la liturgie « Paul VI » célébrée à l’Abbaye bénédictine de Solesmes dans la Sarthe.

    liturgie.png

    Une messe traditionnelle dans la liturgie anglicane

    Lire la suite

  • À Liège pour la Fête-Dieu : le vendredi 31 mai à 19h45 : une audition internationale (entrée libre) de chant grégorien à l’abbaye des Bénédictines (Bd d’Avroy, 54)

    IMPRIMER

    Flyer Concert Schola 20242.jpg