Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La lettre apostolique Desiderio desideravi : un aveu d'échec

IMPRIMER

Du blog Rorate Caeli, ce commentaire de 'Desiderio desideravi' :

Lettre apostolique Desiderio desideravi : un aveu d'échec

"Je ne vois pas comment il est possible de dire que l'on reconnaît la validité du Concile - bien que je m'étonne qu'un catholique puisse prétendre ne pas le faire - et en même temps ne pas accepter la réforme liturgique née de Sacrosanctum Concilium..." (Desiderio desideravi, 31) C'est ce qu'écrit le pape François dans sa lettre apostolique Desiderio desideravi, publiée aujourd'hui, en la solennité des saints Pierre et Paul, qui constitue un nouvel indice - s'il en fallait encore un ! - que la vision généreuse et tournée vers l'avenir de Benoît XVI a été remplacée par une ignorance avare et insulaire qui se fait passer pour "l'écoute, le dialogue et la participation". De façon remarquable, le même jour où il réaffirme Traditionis custodes, le Pape avait ceci à dire dans son homélie du matin : 

"Le Synode que nous célébrons aujourd'hui nous appelle à devenir une Église qui se lève, qui n'est pas repliée sur elle-même, mais capable d'aller de l'avant, en laissant derrière elle ses propres prisons et en partant à la rencontre du monde, avec le courage d'ouvrir les portes... Une Église sans chaînes ni murs, dans laquelle chacun peut se sentir accueilli et accompagné, une Église où l'on cultive l'écoute, le dialogue et la participation sous la seule autorité de l'Esprit Saint. Une Eglise libre et humble, qui se "lève vite" et qui ne tergiverse pas devant les défis du temps présent. Une Église qui ne s'attarde pas dans son enceinte sacrée, mais qui est animée par l'enthousiasme pour l'annonce de l'Évangile et le désir de rencontrer et d'accueillir tout le monde. N'oublions pas ce mot : tous. Tous ! Allez aux carrefours et amenez tout le monde, l'aveugle, le sourd, le boiteux, le malade, le juste et le pécheur : tout le monde ! Cette parole du Seigneur doit continuer à résonner dans nos cœurs et dans nos esprits : dans l'Église, il y a une place pour tous. Souvent, nous devenons une Église aux portes ouvertes, mais uniquement pour renvoyer les gens, pour les condamner. Hier, l'un d'entre vous m'a dit : " Ce n'est pas le moment pour l'Église de renvoyer, c'est le moment d'accueillir ". "Ils ne sont pas venus au banquet..." - allez donc au carrefour. Amenez tout le monde, tout le monde ! "Mais ce sont des pécheurs..." - Tous !" (François, Homélie, 29 juin 2022)

Oui, une " Église pour tous "... sauf, bien sûr, pour ceux qui aiment le rite romain traditionnel. Car il est clair comme de l'eau de roche que François ne comprend pas pourquoi nous chérissons et désirons l'usus antiquior ; pire encore, il ne se soucie même pas d'essayer de comprendre. Il est complètement et totalement indifférent. Nous ne sommes que des "rigides", des "restaurateurs", des "esprits fermés", des "idéologues"... enfin, nous connaissons tous la chanson maintenant. Les coups vont continuer jusqu'à ce que le moral s'améliore ! Et à la fin de sa lettre, François écrit plutôt ironiquement : "Abandonnons nos polémiques pour écouter ensemble ce que l'Esprit dit à l'Eglise. Sauvegardons notre communion. Continuons à nous étonner de la beauté de la liturgie" (DD 65). De la part du Pape qui a relancé les guerres liturgiques avec enthousiasme, tout ceci est profondément insultant.

Mais ces insultes constantes et ce manque de "dialogue" ont d'autres ramifications sérieuses en ce qui concerne la compréhension apparente de Vatican II par le Pape. Comme nous le voyons ci-dessus dans le DD 31, il (ou est-ce la main du ghostwriter Grillo ?) semble travailler sous l'impression que les réformes liturgiques post-conciliaires sont absolument identiques aux intentions des Pères du Concile, et donc au Concile lui-même. À tout le moins, on tente de convaincre tout le monde de cette identité en la déclarant, dans un esprit purement positiviste.

Il faut donc dire les choses très clairement : le Concilium Vaticanum Secundum n'est pas le Concilium ad exsequendam. Il existe une distinction claire et tout à fait légitime entre le Concile Vatican II et les réformes mises en œuvre en son nom. Remettre en question le travail du Concilium, ou le soumettre à un examen critique détaillé, ne constitue en aucun cas un "déni" ou une "non-acceptation" de Vatican II. Sinon, où en est le prédécesseur de François ?

En partie, c'est simplement le fait que le Concile a été mis de côté. Par exemple, il avait déclaré que la langue du rite latin devait rester le latin, tout en laissant une place appropriée à la langue vernaculaire. Aujourd'hui, on peut se demander s'il existe encore un rite latin. [Le nouveau Missel a été publié comme s'il s'agissait d'un livre rédigé par des professeurs, et non d'une phase dans un processus de croissance continue. Une telle chose ne s'est jamais produite auparavant. Elle est absolument contraire aux lois de la croissance liturgique, et elle a abouti à la notion absurde que Trente et Pie V avaient "produit" un Missel il y a quatre cents ans. La liturgie catholique a ainsi été réduite au rang de simple produit des temps modernes. Cette perte de perspective est vraiment inquiétante. (Joseph Ratzinger, La fête de la foi : Approches pour une théologie de la liturgie, [Ignatius Press, 1986], pp. 84, 86)

Le problème du nouveau Missel réside dans son abandon d'un processus historique qui a toujours été continu, avant et après saint Pie V, et dans la création d'un livre complètement nouveau... Je peux dire avec certitude, sur la base de ma connaissance des débats conciliaires et de ma lecture répétée des discours des Pères du Concile, que cela ne correspond pas aux intentions du Concile Vatican II. (Lettre : Joseph Ratzinger à Wolfgang Waldstein, 1976 : cité dans "Zum motuproprio Summorum Pontificum", Una Voce Korrespondenz 38/3 [2008], pp. 201-214)

Quiconque défend aujourd'hui la pérennité de la liturgie [traditionnelle] ou y participe est traité comme un lépreux ; toute tolérance s'arrête là. Il n'y a jamais rien eu de tel dans l'histoire ; en agissant ainsi, nous méprisons et proscrivons tout le passé de l'Église. Comment lui faire confiance aujourd'hui si les choses sont ainsi ? (Joseph Ratzinger, Dieu et le monde [Ignatius Press, 2002], p. 416).

Puisque l'homme décrit par le cardinal Robert Sarah comme le "Pape de la liturgie" brille par son absence dans Desiderio desideravi, je pense malheureusement que nous savons tous où cela mène l'œuvre de Ratzinger - du moins jusqu'à ce que, si Dieu le veut, des temps plus heureux arrivent dans le futur. Compte tenu de l'attitude anti-ratzingerienne actuellement à la mode à Rome, il est toutefois curieux que nul autre que Romano Guardini, dont le Vom Geist der Liturgie a inspiré l'Esprit de la Liturgie de Ratzinger, soit cité quatre fois dans Desiderio desideravi (nn. 34 [deux fois], 44, 50). Et quelle opinion Guardini avait-il des réformes liturgiques avant sa mort en 1968 ? "Klempnerarbeit" - travail bâclé ! Qui sommes-nous pour ne pas être d'accord avec l'un des pères du mouvement liturgique ?

Plus que toute autre chose, cependant, Desiderio desideravi est un aveu brutal de l'échec des réformes liturgiques de l'après-Vatican II. Si un rite spécifiquement réformé pour "l'homme moderne", plus accessible, clair, didactique et facile à comprendre, dépouillé de tous les symboles et répétitions inutiles, entièrement habillé de langues vernaculaires et de chants populaires, n'a pas permis aux fidèles chrétiens d'être "complètement imprégnés de l'esprit et de la puissance de la liturgie" (SC 14), alors les réformes liturgiques post-conciliaires n'ont-elles pas été une perte de temps colossale ? Le pape lui-même fait allusion à cet échec : " Par conséquent, la question fondamentale est la suivante : comment récupérer la capacité de vivre complètement l'action liturgique ? ". Tel était l'objectif de la réforme du Concile" (DD 27). Si cet objectif n'a pas été atteint par le Novus Ordo plus de 50 ans après, le sera-t-il jamais ?

Bien sûr, comme nous l'avons vu plus haut, l'échec des réformes post-conciliaires est désormais un sujet interdit à Rome - évoquer ne serait-ce que cette possibilité est actuellement traité comme une "non-acceptation" du Concile. Et avec une "réforme de la réforme" également complètement hors de question... Eh bien, comme Bugnini lui-même l'a demandé un jour : Quo vadis, Liturgia ? (Notitiae, n. 2, février 1965).

Commentaires

  • Question posée aux personnes attachées à la messe en latin (dont je suis) :

    Pourquoi ne pas suivre simplement la liturgie de Paul VI (missel de 1969) ? Les abbayes de Solesmes et de Fontgombault suivent la liturgie du missel de 1969. C'est en latin et orienté vers le soleil levant.

    Le Canon 1 de la messe de saint Paul VI est le canon romain.

    Jamais le nouveau rituel n'a interdit les agenouilloirs et bancs de communion. Ce sont les conférences épiscopales des années 70 qui l'ont fait.

  • Si les différences et l’esprit de la liturgie habitant les missels de 1962 et de 1970 sont aussi minimes, pourquoi donc ceux-ci ne peuvent-ils plus coexister aussi librement ?

  • M. Dumouch écrit: "Jamais le nouveau rituel n'a interdit les agenouilloirs et bancs de communion": VRAI (sauf qu'il s'agit de textes normatifs qu'on n'appelle par "rituel").
    "Ce sont les conférences épiscopales des années 70 qui l'ont fait.": pouvez-vous donner une référence M. Dumouch SVP? Pour ma part, je n'en connait pas. Ils font par en dessous, ils ont bien trop peur d'écrire quelque chose. Les conférences épiscopales sont un ensemble d'évêques paralysés par leur lâcheté.

  • Lisez le texte de Vatican II sur la réforme liturgique. Jamais les gestes de respects ne sont supprimés. Une phrase dit : "Les conférences épiscopales POURRONT demander l'autorisation de passer au langues vernaculaires".

    Le pape Benoît XVI voulait que les deux formes liturgiques coexistent. Il parlait de forme ordinaire et de forme extraordinaire.

    Mais François estiment que cela divise et fait perdurer les querelles et le mépris mutuel. Il suffit de garder la forme ordinaires. Certains la feront en latin et de manière orientée. D'autres en français et face au peuple. C'est permis et le missel de Paul VI contient en acte la possibilité de cette diversité. Il y a à même, outre le Canon 1 romain, d'autres canons reprenant des rituels très anciens ou composés à cette époque.

  • L"attitude actuelle si méprisante du Vatican envers la liturgie traditionnelle et ceux qui privilégient son maintien nous désole. Elle contredit tous ces beaux discours et motus proprio qui veulent "imposer la tolérance" en assujettissant "le petit reste" à leurs diktat révolutionnaires . Tous ceux qui , dans la Hiérarchie, osent défendre la Tradition et la Liturgie telle que définie par le Concile de Trente et si bien comprise par notre regretté Saint-Père Benoît XVI, sont maltraités , neutralisés si pas liquidés,et menacés des foudres des modernistes purs et durs.. On se croirait à l'aube d'une nouvelle guerre de religions et mûrs pour de nouveaux bûchers ...Quelle charité !
    En attendant, les églises qui se sont si bien adaptées à la mentalité mondaine se vident, Elles ne rassemblent plus que 2 à 3 pour cent des baptisés dans de nombreux diocèses. . C'est pourquoi, elles sont de plus en plus désacralisées et vouées à d'autres usages... Quelle désolation dans cet Occident jadis chrétien !
    Mais nos raisons d'espérer demeurent : monastères et nouveaux Instituts et quelques paroisses sont revenus à la Tradition liturgique, y compris pour les sacrements avec les exorcismes qui s'imposent pour écarter de Malin, trompeur et diviseur,, qui cherche à perdre les âmes..
    Hélas ! les partisans d'une Eglise bien adaptée à l'esprit du monde sont nombreux et leur extrémisme cherche à casser l'Eglise traditionnelle. Malheureusement pour eux, "un arbre se juge à ses fruits" et l'assèchement des vocations ne tardera plus à faire disparaître ces figuiers qui ne donnent plus de fruits !
    Dans "le petit reste", par contre, les fruits sont abondants, ce qui explique sans doute la fureur des novateurs.
    Pour éviter une casse définitive, une seule issue semble encore ouverte : le Saint-Esprit ! Alors, mobilisons-nous dans la prière et l'Adoration . Nous sommes à l'heure des grands Avertissements donnés par le Ciel notamment à la Salette, Fatima, Akita.
    Croyons en cette grande Purification qui ressuscitera notre Sainte Eglise Apostolique ! Conduisons-nous comme des "veilleurs qui attendent l'aurore !" et rappelons-nous que le Christ n'abandonnera jamais Son Eglise. CHRISTUS VINCIT ! Il reviendra comme Il l'a dit . Mais aussi prions le Sacré-Coeur et celui de Sa Sainte Mère de brûler d'amour le coeur des Prêtres .

    MARANA THA ! Seigneur, reviens vite sauver Ton Eglise !

  • J'ai demandé à Monsieur Denis Crouan de donner son avis sur le document du pape François. Ce sera une vidéo postée samedi

  • A la question posée : « Si les différences et l’esprit de la liturgie habitant les missels de 1962 et de 1970 sont aussi minimes, pourquoi donc ceux-ci ne peuvent-ils plus coexister aussi librement ? » M. Dumouch répond :
    « Le pape Benoît XVI voulait que les deux formes liturgiques coexistent. Il parlait de forme ordinaire et de forme extraordinaire. Mais François estiment (sic) que cela divise et fait perdurer les querelles et le mépris mutuel »
    Cette réponse désinvolte ne satisfait pas, j’en reste convaincu, la grande majorité de ceux qui apprécient l’usus antiquior de la liturgie romaine. Le complexe de supériorité que l’on décèle souvent chez ceux qui se rallient, pour leur commodité intellectuelle, au plus faible des arguments -celui de l’autorité au pouvoir- n’a jamais rien de rassurant…

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel