Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Parce que la pornographie tue la relation

IMPRIMER

De Mariolina Ceriotti Migliarese sur Didoc.be :

La pornographie tue la relation

.

Le 10 juin dernier, le pape François a reçu les représentants de la FAFCE (Fédération des associations familiales catholiques en Europe), à l’occasion du 25ème anniversaire de sa fondation.

Lorsqu’il exprime son inquiétude face à la propagation de la pornographie, le pape utilise des mots très forts : il parle d’une « attaque permanente contre la dignité de l’homme et de la femme » et d’une « menace pour la santé publique ».

Une position nette et bien différente de l’opinion courante : pour la plupart, en effet, la question de la pornographie relève de la sphère des libertés individuelles, et ne devient un problème à traiter que lorsque surgit une dépendance pathologique ; la question se déplace alors dans le domaine psycho-sanitaire, tout en restant un problème individuel, qui ne concerne éventuellement que la personne elle-même et sa fragilité personnelle.

Mais est-ce vraiment le cas ? La sexualité humaine a toujours été une source de grandes contradictions et il ne pourrait en être autrement : pour l’être humain, le sexe est et sera toujours une pierre d’achoppement et une source de scandale, car le sexe représente le point de rencontre crucial entre la nature et la culture.

La clé de voûte de toute culture passe par la manière dont l’homme parvient à symboliser les questions centrales de l’existence, qui concernent la vie et la mort, et la sexualité se trouve précisément au carrefour de ces questions : à travers la rencontre sexuelle, en effet, surgit la transmission de la vie, mais transmettre la vie nous pousse aussi vers la mort, pour faire place à la nouvelle génération.

La pulsion naturelle du sexe devient culture à travers les significations que nous savons introduire, au moyen de la capacité toute humaine de transcender les valeurs purement biologiques pour les enrichir de questions et de réponses. C’est l’histoire de notre civilisation : lier la sexualité au thème de l’amour, de la fidélité, de la valeur de l’autre, a permis de donner de plus en plus de place au respect des femmes et de valoriser les relations.

Il ne s’agit pas d’une transition naturelle, mais d’un parcours culturel : un parcours dont la culture chrétienne est un protagoniste indiscutable. Or, la diffusion de la pornographie signale le danger d’un retour en arrière, vers une sexualité-besoin, déconnectée de la relation, sans aucun sens ni aucune valeur. Le cri d’alarme du pape nous aide à voir plus clairement le danger de glisser vers un monde qui considère inévitable et peut-être même souhaitable de revenir à la séparation de l’expérience sexuelle de celle de l’amour et de la relation.

Le message que nous recevons de notre époque semble être le suivant : le sexe n’est qu’une activité récréative pour les adultes et un exutoire pulsionnel auquel nous avons droit ; pourquoi alors se compliquer la vie en liant inextricablement sexe et relation ? Mais au fond de lui, l’homme sait bien que faire l’amour est bien plus que jouer au sexe : c’est une expérience qui nous demande un peu plus, pour nous donner infiniment plus. Elle nous demande d’aimer, pour nous faire éprouver la merveille d’être aimé. Rappelons-nous donc ce qu’a dit Jean-Paul II : le contraire d’aimer n’est pas de haïr mais d’utiliser. La pornographie n’est que cela, une façon d’utiliser l’autre pour son propre plaisir. C’est pourquoi la pornographie tue l’amour.

Mariolina Ceriotti Migliarese est médecin neuropsychiatre pédiatrique et psychothérapeute. Ce texte a été traduit de l’italien par Stéphane Seminckx. Source : https://www.avvenire.it/opinioni/pagine/con-papa-francesco-contro-la-pornografia-che-uccide-la-relazione.

Commentaires

  • ...Sans compter que la pornographie agit comme un puissant aphrodisiaque déversé en flot continu sur la population mondiale. Physiologiquement, les libidos sont plus que perturbées et, fatalement, cette érotisation des société spousse certains à "sauter sur tout ce qui bouge." Ils ont leur part de responsabilité.
    Mais, dans toutes ces histoires de gestes déplacés, de viols qui défraient la chronique, les pornographes ont la leur, incommensurable!...et ne sont jamais inquiétés!
    Mais,"Tout sera révélé".

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel