Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A propos de la synthèse nationale du processus synodal en Belgique

IMPRIMER

De FSSPX.NEWS :

La synthèse nationale du processus synodal en Belgique

8 juillet 2022

L’Eglise de Belgique a publié la « Synthèse du processus synodal dans l’Eglise de Belgique », en date du 6 juillet 2022, qui réunit les éléments apparus dans les divers groupes concernés, au cours des réunions organisées en préparation du Synode mondial sur la synodalité.

Selon ce rapport, « le nombre de participants au processus synodal diocésain oscille dans chaque diocèse entre 2.000 et 4.000 ». Ce qui signifie que le nombre de participants ne doit pas dépasser30.000. Sachant que plus d’un million de personnes se déclarent catholiques pratiquantes.

Seul un petit nombre de catholiques a donc répondu à la mobilisation du synode mondial. Mais cela n’est pas étonnant, car le phénomène touche tous les pays.

Des cahiers de doléance rédigés de la même encre

Il est encore moins étonnant de constater que le contenu ressemble fortement aux résultats enregistrés dans divers pays d’Europe et d’ailleurs. A croire que les rédacteurs se sont copiés les uns les autres. En fait, le résultat vient de deux modèles, identiques pour tous : le Chemin synodal allemand, et la sécularisation qui fait concevoir l’Eglise sur le moule des sociétés contemporaines.

Ainsi, « l’Eglise est perçue par de nombreux croyants comme dotée de structures cléricales et trop hiérarchisées. Elle est ressentie comme moralisante, formaliste, éloignée de la vie des gens et intrusive » est-il noté sous le paragraphe « Défis ».

Ce qui ajoute du sel à cette remarque c’est que « des pratiquants réguliers témoignent d’une relative méconnaissance de ce qu’est l’Eglise et la jugent sévèrement ». Ainsi, des fidèles qui ignorent leur catéchisme, sont consultés sur la structure de l’Eglise, fixée par Dieu lui-même !

Plus loin, il est remarqué que « beaucoup soulignent l’ambivalence d’une Eglise qui parle d’un Dieu amour, proclame l’Evangile et d’autre part exclut des personnes sur base de leur orientation, en raison de certains choix de vie ». Et le complément vient plus loin : « beaucoup ressentent que le message de l’Eglise ne correspond pas à la vie des gens dans notre société actuelle ».

Quel résultat ! Au lieu de s’efforcer d’enseigner la vérité, qui n’est autre que le Christ lui-même, il faudrait l’adapter à la vie moderne, plongée dans l’incohérence et le péché.

Le gouvernement de l’Eglise doit être réformé

Tout comme dans le Chemin synodal, le texte voudrait faire du gouvernement ecclésiastique un décalque de la démocratie moderne. Qu’on en juge.

Une plainte revient souvent : « beaucoup se plaignent des abus de pouvoir. Cette maladie du cléricalisme est dangereuse car infantilisante ». C’est le triomphe du « cléricalisme », lancé et popularisé par le Pape, qui sert à stigmatiser toute autorité, quelle qu’elle soit.

« La position de l’Eglise sur le célibat obligatoire des prêtres est souvent contestée. Le questionnement sur la place des femmes dans l’Eglise catholique revient de manière récurrente. La discipline actuelle de l’Eglise n’est pas comprise. » La faute à qui ?

Enfin, « les structures formelles de l’Eglise sont encore jugées trop cléricales, de même que la formation des prêtres. L’Eglise a deux générations de retard. »

Les solutions proposées

Rendre les églises accueillantes pour toutes et tous. Mais aussi, « pour certains, l’écologie intégrale est une piste missionnaire pour l’avenir et devrait prendre plus de place ». Amazoniser l’Eglise, en somme.

Autre proposition : « Le besoin urgent d’utiliser un langage renouvelé et contemporain – en abandonnant les expressions culpabilisantes et moralisatrices – est évoqué massivement ». Discuter, dialoguer, oui ; mais recevoir l’enseignement de Jésus-Christ, non.

La preuve arrive plus loin : « durant le processus synodal, une grande attention a été accordée au lien entre l’Eglise et l’enseignement. (…) Il ressort que ce lien ne va plus de soi. » CQFD.

Et tout naturellement revient la question du mariage des prêtres et du sacerdoce féminin : « Tout comme dans les Eglises catholiques orientales, le mariage devrait être possible pour les prêtres dans l’Eglise catholique romaine. » Le fait que cet état soit le fruit de la falsification d’un concile et qu’il soit très tardif, n’a sans doute pas effleuré les impétrants.

« Nous souhaitons qu’une réflexion plus approfondie soit entreprise, afin que l’Eglise catholique puisse reconnaître dans le futur la vocation des femmes au sacerdoce. Exclure certains sujets de l’agenda théologique va à l’encontre d’une culture synodale dans notre Église. »

Il faudrait suggérer d’étudier la possibilité de deux personnes en Jésus-Christ, de quatre personnes en Dieu, de la négation de l’Immaculée conception, de la possibilité de voler voire de tuer son prochain… Car nous sommes dans le même domaine : le dogme. Mais les pasteurs belges n’ont pas été capables – ou bien ont eu peur – d’enseigner leurs brebis.

Enfin, dernière proposition : « Pour les couples qui cohabitent, pour les couples homosexuels et pour les personnes divorcées et remariées, il est demandé que l’Eglise réponde à leur demande de reconnaissance (rituelle et sociale) à partir d’une interprétation des relations et de la sexualité plus conforme au commandement de l’amour. »

Conclusion

Ce qui préoccupe les participants, ainsi que les pasteurs qui ont validé cette synthèse, est exprimé dans la conclusion : « Le sentiment que le message de l’Eglise ne correspond pas à la vie des gens dans notre société actuelle est aussi largement partagé. Nous ne parvenons pas à donner aux personnes qui ne partagent pas la foi chrétienne, un témoignage inspirant de ce qui nous anime. »

Ce qui inspire une double réflexion :

– il serait étonnant que l’Eglise postconciliaire, restée à une vision très datée de la société, et sclérosée par une réforme qui a tué de nombreux germes de vie surnaturelle, en particulier le catéchisme traditionnel, et enfin marquée par une réforme liturgique désastreuse, soit en mesure de proposer un véritable témoignage de la vie chrétienne ;

– secondement, il est tout à fait normal que le message de l’Eglise ne corresponde pas à la société actuelle, enfoncée dans le matérialisme, l’athéisme, les perversions de tout genre, et le rejet de tout ce qui a le nom de chrétien. Mais ce n’est pas à l’Eglise de s’adapter : elle doit convertir les âmes pour leur procurer le salut éternel. C’est bien cela qui manque tragiquement dans ces pages.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel