Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Abus : des journalistes contredisent les accusations de "dissimulation" contre Jean-Paul II avant qu'il ne soit pape

IMPRIMER

De Catholic News Agency :

Des journalistes contredisent les allégations de "dissimulation" contre Jean-Paul II avant qu'il ne soit pape

7 décembre 2022

Des journalistes enquêtant sur des sources laïques et de l'Église catholique en Pologne ont remis en question les allégations d'un écrivain néerlandais selon lesquelles saint Jean-Paul II aurait "couvert" des abus sexuels alors qu'il était encore évêque en Pologne.

Le 2 décembre, Ekke Overbeek, un journaliste néerlandais vivant en Pologne, a déclaré avoir trouvé "des cas concrets de prêtres abusant d'enfants dans l'archidiocèse de Cracovie, où le futur pape était archevêque. Le futur pape était au courant et les a quand même transférés, ce qui a conduit à de nouvelles victimes." Overbeek fait référence au cas du prêtre Eugeniusz Surgent et de "beaucoup d'autres" que Karol Wojtyla aurait "couvert".

La publication néerlandaise NOS, dans laquelle sont parues les déclarations d'Overbeek, a indiqué que le journaliste avait passé trois ans à éplucher "les archives polonaises". "Presque tous les documents recueillis directement sur Wojtyla ont été détruits. Cependant, dans d'autres documents survivants, il est mentionné très souvent. Et si vous les mettez tous ensemble, ce sont les pièces d'un puzzle qui donnent une image de la façon dont il a géré la situation", a déclaré l'écrivain, sans dire à quelles archives il faisait référence.

Les journalistes polonais Tomasz Krzyżak et Piotr Litka, de Rzeczpospolita, ont publié une enquête qui contredit les accusations d'Overbeek, affirmant que saint Jean-Paul II n'a couvert aucun abus et qu'il a systématiquement agi contre de tels cas lorsqu'il était archevêque de Cracovie, de 1964 à 1978. Les journalistes soulignent que le prêtre en question, Surgent, n'était pas originaire de l'archidiocèse de Cracovie mais du diocèse de Lubaczów. En tant qu'archevêque de Cracovie, le cardinal Karol Wojtyla a pris plusieurs décisions concernant Surgent, expliquent-ils, "dans le cadre de ses compétences, laissant le dernier mot sur une éventuelle sanction du prêtre à son ordinaire, l'évêque de Lubaczów." Les journalistes ont ajouté que "l'archevêque de Cracovie de l'époque ne pouvait rien faire contre le fait que Surgent travaillait dans deux autres diocèses." 

Les reporters polonais ont également fait référence à un autre incident illustrant la manière dont le cardinal Wojtyla de l'époque traitait les abus, à savoir le cas du prêtre Józef Loranc, accusé d'avoir abusé sexuellement de jeunes filles. "L'absence de mesures punitives par le tribunal ecclésiastique n'annule pas le crime et ne défait pas la culpabilité", a écrit le cardinal Wojtyla dans une lettre adressée à Loranc en 1971, après sa libération de prison.

Pour Krzyżak et Litka, "ce comportement" du futur pape Jean-Paul II "diffère considérablement de la pratique de la clémence envers ceux qui avaient commis de tels crimes, qui était courante à l'époque." Dans le cas de Loranc, prêtre de l'archidiocèse de Cracovie jusqu'à sa mort en 1992, "le cardinal Wojtyla a pris des décisions immédiates conformément au droit canonique. Et s'il a progressivement levé les sanctions canoniques et fait preuve d'une grande clémence, il est resté toujours vigilant", écrivent les journalistes.

Lorsque le cardinal Wojtyla a eu connaissance de l'affaire en 1970, sa décision est intervenue quelques jours seulement après avoir appris les accusations portées contre Loranc. Dans une lettre, le futur pape Jean-Paul II a déclaré que le prêtre accusé était "suspendu" et "ne pouvait exercer aucune fonction sacerdotale" et devait "vivre au monastère pendant un certain temps, faire une retraite et recevoir de l'aide."

Selon les journalistes, Wojtyla "a pris toutes les décisions nécessaires à ce moment-là : le retrait rapide du prêtre de la paroisse, la suspension jusqu'à ce que l'affaire soit résolue et l'obligation de vivre dans un monastère", où les autorités civiles l'ont ensuite arrêté. L'affaire n'est pas parvenue au Vatican, disent-ils, car la disposition ordonnant à ce qui est aujourd'hui le Dicastère pour la doctrine de la foi - alors la Congrégation pour la doctrine de la foi - de traiter les cas d'abus n'a été publiée qu'en 2001. Bien qu'il ait finalement été autorisé à célébrer à nouveau la messe, Loran n'a pas pu retourner à la "mission canonique de catéchèse des enfants et des jeunes" ou au ministère du confessionnal.

La Conférence épiscopale polonaise, dans une déclaration publiée le 14 novembre, parle de "questions de plus en plus entendues sur l'attitude de Jean-Paul II face à la tragédie des abus sexuels commis par le clergé sur des mineurs et des personnes vulnérables et sur sa réponse à de tels crimes au cours de son pontificat". "Il est de plus en plus souvent allégué que le pape n'a pas traité de manière adéquate de tels actes et n'a pas fait grand-chose pour résoudre le problème, voire l'a couvert", poursuit le communiqué. Les évêques ont dénoncé une "attaque médiatique" contre saint Jean-Paul II et son pontificat. La cible de ces critiques était "son enseignement exprimé, par exemple, dans des encycliques telles que Redemptor hominis ou Veritatis splendor, ainsi que dans sa théologie du corps, qui ne correspond pas aux idéologies contemporaines promouvant l'hédonisme, le relativisme et le nihilisme moral".

Cette déclaration n'est pas la première fois que les dirigeants catholiques polonais répondent aux allégations contre saint Jean-Paul II. En décembre 2020, suite aux critiques du pape polonais dans le sillage du rapport McCarrick, 1 700 professeurs d'universités et d'instituts de recherche polonais ont signé un appel défendant saint Jean-Paul II. Parmi les signataires figurent Hanna Suchocka, première femme Premier ministre de Pologne, l'ancien ministre des Affaires étrangères Adam Daniel Rotfeld, les physiciens Andrzej Staruszkiewicz et Krzysztof Meissner, et le réalisateur Krzysztof Zanussi.

L'appel des professeurs fait suite à une intervention de l'archevêque Stanisław Gądecki, président de la Conférence des évêques polonais. Dans une déclaration du 7 décembre 2020, Mgr Gądecki a déploré ce qu'il a appelé des "attaques sans précédent" contre saint Jean-Paul II. Il a insisté sur le fait que la "plus grande priorité" du pape était la lutte contre les abus cléricaux et la protection des jeunes.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel