Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Le cardinal Müller condamne fermement l'initiative des évêques flamands

    IMPRIMER

    Du Cardinal Müller sur LifeSiteNews :

    22 septembre 2022

    "Demeurer dans l'Esprit de Vérité" (Jn 14,17). Une correction fraternelle des évêques de Flandre/Belgique.

    Par Gerhard Card. Müller

    Les évêques flamands ont publié le 20 septembre 2022 une déclaration sur la pastorale des personnes homosexuelles. Ils proposent également une sorte de liturgie avec des prières de bénédiction pour les personnes de même sexe vivant ensemble dans le mariage. Ils pensent pouvoir se référer à l'exhortation apostolique Amoris laetitia du pape François. Ce faisant, ils prennent la plus haute autorité de l'Église pour cautionner une pastorale dite inclusive sans se détourner du péché. Or, une telle approche est diamétralement opposée à la Parole de Dieu sur le mariage, la famille et la création de l'homme en tant qu'homme ou femme. Cependant, l'intention bien intentionnée de souligner la dignité inconditionnelle de chaque être humain, quel que soit son comportement, bon ou mauvais, est renversée par les contradictions flagrantes contre les principes herméneutiques et le contenu de la foi révélée de l'Église.

    Le magistère du pape, des conciles œcuméniques ou des assemblées épiscopales régionales " n'est pas au-dessus de la Parole de Dieu, mais il la sert, n'enseignant rien d'autre que ce qui a été transmis, parce qu'il entend la Parole de Dieu avec révérence par mandat divin et avec l'assistance de l'Esprit Saint, la gardant sainte et l'interprétant fidèlement, et parce qu'il tire de cet unique trésor de la foi tout ce qu'il propose de croire comme révélé par Dieu ". (Dei verbum 10 ; cf. Lumen gentium 25). Ainsi, la déclaration de l'épiscopat flamand et les efforts similaires dans d'autres parties du monde constituent une transgression formelle de la compétence à l'égard de l'Église universelle et une opposition hérétique à la vérité révélée de la bénédiction spécifique (bénédiction) du Créateur sur le mariage d'un homme et d'une femme (Gn 1,28).

    2. L'intimité de l'eros, du sexus et de l'agapè ne vient, dans l'ordre de la création et de la rédemption, selon la sainte volonté de Dieu, qu'à un homme et une femme qui se sont librement donné le mot "oui" pour toute la vie et en toutes circonstances.

    L'autorité de Dieu révélée en Jésus-Christ ne doit pas être relativisée et brisée en fonction de la sagesse religieuse passagère et des intuitions philosophiques des "personnes qui font autorité" (Karl Jaspers) dans l'histoire du monde. Car Jésus-Christ est la Révélation eschatologique de Dieu en personne. Dans le Logos fait chair, toute la Vérité de Dieu est contenue. La Vérité révélée de Dieu, que l'Église a consignée telle quelle et sans altération dans "l'enseignement des apôtres" (Ac 2,42), ne peut être dépassée, complétée ou corrigée par aucune science spéculative ou empirique issue de la raison créée de l'homme. Et c'est pourquoi seul le Fils de Dieu et l'unique Sauveur du monde a pu, au-delà des adaptations pragmatiques (des "pharisiens" d'alors et d'aujourd'hui) aux faiblesses de la nature humaine déchue, revenir à la volonté originelle du Créateur pour le mariage de l'homme et de la femme. Le Fils de Dieu, qui seul connaît le Père et nous révèle sa volonté (cf. Mt 11, 27 ; 28, 18-20), nous rappelle la nature du mariage avec les caractéristiques de monogamie, d'indissolubilité et d'ouverture aux enfants que Dieu leur a donnés. Seuls un homme et une femme peuvent devenir "une seule chair" (cf. Mt 19, 6). Et Lui seul pouvait élever le mariage au rang de sacrement de la Nouvelle Alliance, qui participe à l'unité du Christ et de l'Église et la signifie réellement (cf. Ep 5, 21-32 ; 1 Co 7, 39 ; He 13, 4).

    Ainsi, les évêques flamands, en rapprochant le partenariat homosexuel du mariage de l'homme et de la femme institué par Dieu, obscurcissent les enseignements du Christ et de son Église. Ils vont à l'encontre du renouvellement de l'homme par le Christ notre Sauveur. Ils capitulent devant la logique du vieux monde, qui veut limiter de façon pragmatique les conséquences de la Chute uniquement selon le raisonnement humain, au lieu de "revêtir l'Homme nouveau, créé à l'image de Dieu dans la justice et la sainteté véritables." (Ep 4,24). Aussi bien le monde païen d'avant le Christ que le monde d'aujourd'hui, qui ne connaît pas le Christ (Rm 1,26-32) ou qui s'est encore détourné de lui, ou les chrétiens qui font avec lui un compromis paresseux, relativisent le caractère unique du mariage de l'homme et de la femme. Ils trahissent sa dignité en dégradant le mariage de l'homme et de la femme comme étant une forme arbitraire parmi d'autres d'intimité et de satisfaction des désirs sexuels.

    3. La pastorale de l'Église a pour tâche de conduire les hommes à Dieu à la manière du Christ, le Bon Pasteur. Cela inclut l'invitation à surmonter, avec l'aide de la grâce, nos penchants égoïstes et nos tentations de pécher, et à vivre une vie telle qu'elle est agréable à Dieu et donc aussi telle qu'elle est bonne pour nous et nous rend heureux en Dieu (cf. Rm 12,2).

    Les évêques flamands, en revanche, induisent en erreur les personnes confiées à leur soin pastoral qui sont affectées par des penchants homoérotiques, ainsi que leurs parents et leurs connaissances. En effet, ils leur proposent, pour apaiser leur conscience, une prétendue "prière de bénédiction" pour les partenariats homosexuels, comme une sorte de placebo, qui éveille en eux l'illusion que les actes homosexuels ou les contacts sexuels hors mariage sont licites devant Dieu et ne constituent pas un péché grave comme les autres transgressions des 6e et 9e commandements du Décalogue (cf. Rm 1,26s ; 1 Co 6,9). La véritable pastorale se préoccupe de l'être humain individuel dans ses espoirs et ses besoins, ses possibilités et ses échecs, et n'est pas aveuglée par les fausses apparences des idéologies politiques et des hérésies anthropologiques qui promettent le salut mais plongent des millions de personnes dans la misère.

    4. En ce temps de confusion, qui touche même les pasteurs et les enseignants de l'Église, chaque évêque devrait méditer la parole de l'Apôtre [saint Paul] à son collaborateur et successeur Timothée, qui s'applique aussi à lui et devient un jugement : " Je t'adjure par Dieu et par Jésus-Christ, le Juge à venir des vivants et des morts... Prêche la parole, tiens-toi debout, que cela te convienne ou non... Car les temps viendront où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine, mais chercheront des maîtres selon leurs propres désirs, pour chatouiller leurs oreilles... ". Mais sois sobre en toutes choses, supporte les souffrances, fais ton travail de prédicateur de l'Évangile, accomplis fidèlement ton ministère." (2 Tim 4:1-5).

  • Rétropédalage des évêques flamands peu clairs sur leurs intentions

    IMPRIMER

    Lu sur le site SpectrumNews1.com :

    Les évêques belges proposent une prière pour les couples homosexuels, mais pas pour le mariage

    20 septembre 2022

    Les évêques belges ont publié mardi une proposition de texte pour une liturgie de prière pour les couples homosexuels qui comprend des prières, des lectures bibliques et des expressions d'engagement, malgré une directive du Vatican de 2021 interdisant les bénédictions de l'Eglise pour les couples homosexuels.

    Les évêques flamands ont souligné que le "moment de prière" ne s'apparentait en aucun cas à un mariage sacramentel, qui, selon la doctrine catholique, est une union à vie entre un homme et une femme. Ils ont plutôt déclaré que leur proposition s'inscrivait dans le cadre des efforts déployés par l'Église belge pour être plus à l'écoute de ses membres homosexuels et pour "créer un climat de respect, de reconnaissance et d'intégration". Ils ont cité l'appel du pape François pour que l'église soit plus accueillante envers les gays.

    La publication du texte, rapportée pour la première fois par le journal néerlandais Nederlands Dagblad, marque la dernière salve en date des efforts déployés par les églises les plus progressistes pour s'ouvrir davantage aux homosexuels, avec en tête l'Eglise allemande et son processus "synodal" controversé de dialogue avec les laïcs allemands.

    L'enseignement catholique considère que les gays doivent être traités avec dignité et respect, mais que les actes homosexuels sont "intrinsèquement désordonnés". L'année dernière, le bureau de la doctrine du Vatican a décrété que l'Église ne pouvait pas bénir les unions homosexuelles "car Dieu ne peut pas bénir le péché".

    La cérémonie belge proposée comprend un "mot d'ouverture, une prière d'ouverture, une lecture des Écritures" ainsi que les textes de deux prières proposées - l'une engageant les deux parties pour elles-mêmes et l'autre, une prière de la communauté pour le couple - et se termine par "la prière du Notre Père, une prière de clôture et une bénédiction."

    Tommy Scholtes, porte-parole de la conférence des évêques de Belgique, a nié que la proposition équivalait à une "bénédiction" et encore moins à un mariage sacramentel. Il a déclaré que cette proposition s'inscrivait dans le cadre de la décision des évêques belges de créer, dans chaque diocèse, des personnes de contact chargées de la pastorale des homosexuels. Avec la création de tels "points de contact", Scholtes a déclaré qu'il y aura "une opportunité pour les couples homosexuels de prier ensemble, et d'autres pourront également prier pour eux." "Mais il n'y a pas de bénédiction, pas d'échange de consentement, il n'y a rien qui ressemble à un mariage", a-t-il déclaré à l'Associated Press.

    Le texte de la prière d'engagement proposée suggère que le couple remercie Dieu de leur avoir permis de se trouver et s'engage à être là l'un pour l'autre tout au long de leur vie. La communauté répond ensuite par sa propre prière, demandant à Dieu la grâce de "rendre leur engagement mutuel fort et fidèle".

    Le révérend James Martin, qui s'est fait le champion d'une plus grande ouverture de l'Eglise à la communauté LGBTQ, a déclaré que le texte en langue flamande suggère une bénédiction. Si la prière s'adresse à un couple de même sexe, "alors vous demandez à Dieu d'accompagner les partenaires de même sexe non seulement dans le foyer qu'ils partagent, mais aussi dans ce que la prière appelle leur "engagement"", a déclaré M. Martin. "Donc, à moins que je ne manque quelque chose dans la traduction, bien que la prière ne soit pas une ratification formelle du mariage homosexuel, lorsque vous invoquez la miséricorde de Dieu sur quelqu'un, vous demandez à Dieu de le bénir."

    Lire également : La « vraie-fausse » bénédiction des couples de même sexe par les évêques flamands. Les auteurs de cet article (paru sur le site de La Vie) affirment "qu'il s’agit bien d’une reconnaissance accordée aux couples homosexuels, de la part d’évêques catholiques, avec l’accord du cardinal-archevêque de Malines-Bruxelles, Jozef De Kesel. Ce dernier, âgé de 75 ans, la limite fixée par Rome pour le mandat épiscopal – quoique assouplie par le pape François – et ayant une santé que l’on dit déclinante, ne fait pas mystère de sa sensibilité progressiste : a-t-il voulu effectuer un ultime geste avant de quitter la scène ?"

    Lire aussi, sur le site de Famille Chrétienne : Simple prière ou vraie bénédiction des couples homosexuels ? Les évêques belges entretiennent le flou. Le "flou" de la position des évêques flamands y est souligné : "dans le texte pastoral des évêques de Flandre, on peut bien lire à la fin du déroulé de célébration proposé : « bénédiction ». Le père Scholtes tient à préciser qu’il ne s’agit pas là d’une « bénédiction nuptiale » mais d’une bénédiction clôturant une prière. C’est là que pointent d’importantes divergences d’interprétation avec d’autres personnes ayant travaillé sur ce dossier. Willy Bombeek, à qui les évêques de Flandres avaient confié la mission de travailler sur la pastorale des personnes homosexuelles, expliquait mardi à I.Media que cette célébration visait à « bénir leur union, cet amour, cette fidélité ». Il y voyait d’ailleurs une importante victoire pour la communauté LGBT. « C’est la première fois que l’Eglise flamande envoie le message aux personnes LGBTI croyantes qu’elles sont les bienvenues. Et qu’elles sont bien comme elles sont », a-t-il confié à la chaîne de télévision VRT.

    De fait, au vu de ce qui précède dans le document, il n’est pas si aisé d’interpréter qu’il s’agirait d’une bénédiction individuelle et non d’une bénédiction commune de leur union. La lecture spontanée laisse plutôt penser à une bénédiction commune, puisque les étapes qui précèdent cette « bénédiction » impliquent les deux personnes concernées ensemble, et non individuellement, devant Dieu et la communauté."

  • Ces bénédictins qui défient le temps

    IMPRIMER

    De Christophe Geffroy sur le site de La Nef (septembre 2022) :

    Solesmes : les bénédictins qui défient le temps

    L’abbaye de Solesmes, fondée par Dom Guéranger, est l’une des plus prestigieuses de France. Nous avons rencontré le jeune nouveau Père Abbé, Dom Geoffroy Kemlin (43 ans), élu le 17 mai dernier.

    La Nef – Pourriez-vous d’abord nous décrire rapidement votre parcours et comment notamment vous êtes arrivé à Solesmes ?

    Dom Geoffroy Kemlin – Je suis issu d’une famille catholique pratiquante. Mes parents m’ont transmis la foi et l’amour de l’Église, ainsi qu’une éducation catholique, via en particulier le scoutisme. De tout cela, je leur suis profondément reconnaissant. J’ai découvert le missel de 1962 lorsque j’avais douze ans, en participant au pèlerinage de Chartres, et j’ai été tout de suite séduit. Cela a correspondu à un approfondissement réel dans ma vie de foi. Je quittais l’enfance, et dès ce moment, je me suis affirmé comme catholique, désireux de pratiquer et d’approfondir ma foi. Ce qui ne signifie pas que j’étais un saint… Ma vocation s’est affirmée à ce moment-là. Elle était sans doute déjà présente auparavant, mais elle a pris de la consistance dans ces années-là. Je me souviens avoir eu une expérience forte au Barroux. Puis j’ai fait une retraite à Fontgombault quand j’étais en Première. Il me semble que c’est là que j’ai commencé à penser à la vie monastique. Il m’a fallu attendre quelques années avant d’entrer au noviciat, en septembre 1999. Mais une fois au monastère, je me suis assez rapidement retrouvé mal à l’aise par rapport à la liturgie. Ne pas célébrer avec le même missel que le pape et les évêques ne me satisfaisait pas. Néanmoins, cela m’a pris du temps pour prendre la décision de quitter Fontgombault et de rejoindre Solesmes. Je ne l’ai fait qu’en décembre 2001, soit plus de deux ans après mon entrée à Fontgombault. Aujourd’hui, je ne regrette pas cette décision. Ce qui ne m’empêche pas d’entretenir des rapports très fraternels avec le Père Abbé et les moines de Fontgombault.

    Que représentait Solesmes pour vous avant votre entrée, avec le poids important de l’histoire de cette abbaye qui a joué un rôle de premier plan, notamment dans la restauration de la liturgie avec Dom Guéranger ? Ces aspects ont-ils joué dans votre vocation ?

    Solesmes ne représentait pas grand-chose pour moi avant mon entrée à Fontgombault. J’y avais passé trois jours de retraite avec mon lycée quand j’étais en Terminale. J’avais apprécié cette retraite, mais ça n’avait pas été le coup de foudre. En fait, c’est à Fontgombault que j’ai découvert le charisme de Solesmes. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à être attiré par ce monastère. Et en même temps, c’était une connaissance très théorique. D’où ma difficulté à faire le pas. Mais il est clair que ce qui m’attirait à Solesmes – et ce qui m’attire toujours – c’est l’attachement au Siège apostolique, fondé non pas sur une vénération déplacée de la personne du pape, mais sur les paroles du Christ à Pierre : « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église… tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux. » C’est aussi l’attachement à la grande Tradition de l’Église, l’amour de la liturgie, des Pères et de l’histoire de l’Église, etc. C’est cette réception tranquille de la Tradition de l’Église, dans la confiance en l’action permanente du Saint-Esprit en son sein, qui m’a séduit et me séduit encore aujourd’hui.

    Pourriez-vous nous dire un mot de l’histoire de Solesmes et de la congrégation dont elle est la tête ? Quelles sont les abbayes de cette congrégation et qu’ont-elles en commun ?

    Le prieuré de Solesmes a été fondé autour de 1010. Mais l’histoire de la Congrégation de Solesmes – qu’on appelait autrefois la Congrégation de France – ne commence qu’en 1837, lorsque Dom Guéranger, qui avait restauré la vie bénédictine au prieuré de Solesmes, obtient du pape la reconnaissance de son œuvre et la création de la Congrégation bénédictine de France. Aujourd’hui, cette congrégation compte 31 monastères, 23 de moines et 8 de moniales, répartis en Europe, Amérique du Nord et Afrique. Les monastères français de la congrégation sont, outre Solesmes, Ligugé, Ganagobie, Saint-Wandrille, Wisques, Kergonan, Fontgombault, Randol, Triors, Donezan, auxquels il faut ajouter les monastères de moniales de Solesmes, Wisques et Kergonan. Tous, nous sommes unis autour du charisme de Dom Guéranger, c’est-à-dire l’amour de l’Église et de sa Tradition, de la liturgie et de la prière.

    Lire la suite